Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 janvier 2011

Fédération centriste ? Oui, mais avec quels centres ?

Un sondage récent le met en exergue, les Français ne sont pas hostiles à la constitution d'une fédération de partis centristes. J'entends déjà les voix s'exclamer, oui ! Reconstituons l'UDF. De l'importance du vocabulaire...Je n'ai pas dit reconstituer, j'ai dit constituer ! eh oui. Il n'y a jamais eu de fédération ni de confédération centriste,  jusqu'à ce jour...Il me semble tout à fait approprié d'inviter à lire le dernier billet de Laurent de Boissieu afin d'échapper à la grosse intox en cours : cela fait plusieurs mois que l'on nous bassine de sondages et d'analyse diverses pour demander quel parti, quel homme incarne le mieux le centre. Cette campagne n'a qu'un objet : tenter de priver de sa crédibilité François Bayrou. 

Ben oui, c'est vraiment l'art de faire avaler des couleuvres : on tente de faire passer l'idée dans l'opinion qu'il existe d'autres centristes un peu partout dans les partis. C'est le miracle de la multiplication des centristes, comme les pains dans le désert au moment de l'Exode. Et ce n'est pas grave si les dits centristes sont au PS, à l'UMP, chez les Verts et cetera et avalisent des politiques et des programmes qui sont tout sauf centristes. De partis réellement centristes, il n'en existe que trois à l'heure actuelle : le MoDem, l'Alliance centriste et Cap21, et, pas de chance, ils se sont séparés. Et de personnalités adoptant une positionnement clairement centriste, même chose : Bayrou, Arthuis et Corine Lepage. Pas de chance, ils se sont fâchés. Il y a évidemment quelques individus isolés très proches de ce positionnement, comme Thierry Benoît ou Philippe Folliot, sans compter les députés du MoDem Jean Lassalle et Abdoulatifou Aly, mais je simplifie en citant essentiellement les têtes de proue nationales.

Les autres nous font le coup de renard dans le poulailler, tentant de plumer la volaille centriste en se déguisant en poules. Il ne faut pas nous prendre pour des imbéciles.

Je pense qu'il ne faut pas confondre centrisme et espace central. Oui, Borloo, DSK, à la rigueur Morin e (mais c'est très discutable ) sont dans l'espace central. Eva Joly, aux accents révolutionnaires et aux postures gauchistes, certainement pas. Non, ils ne sont pas centristes. Donc, évidemment, pour gouverner, il est évident qu'il faut élargir le cercle du centre, mais le centre, pas définition, il est au milieu du cercle, ce n'est pas le cercle lui-même. Notion élémentaire de géométrie euclidienne appliquée à la politique...

L'UDF de Giscard n'était pas une fédération centriste. C'était une association hétéroclite de partis dont quelques uns étaient centristes (PSD,  CDS).  L'UDF de Giscard était un parti de droite. D'ailleurs, en Europe, il siégeait avec les conservateurs, non avec les libéraux et les démocrates.

L'UDF n'est devenue centriste qu'à partir de 2002, avec l'essor de la Nouvelle UDF de François Bayrou. Mais ce n'était alors déjà plus une fédération, le gros de l'UDF de cette période étant constituée des forces de l'ex-CDS. L'une des premières choses que fit Bayrou, à partir de 2004, c'est de quitter le PPE européen et de rejoindre l'ADLE, groupe central et centriste au Parlement européen.

Le Nouveau Centre est un parti de droite. L'une des premières choses qu'a fait d'ailleurs Morin, en 2007, c'est de retourner dans le giron des conservateurs au Parlement européen. Le Parti Radical aussi. Le PS est un parti de gauche. Les Verts également. Les centristes de l'UMP sont dans un parti de droite. Ce sont des hommes de droite. S'ils étaient des centristes, ils seraient à l'Alliance Centriste (centre-droit); au MoDem (centre) ou à Cap21 (centre-gauche) ou auraient créé une force alternative d'obédience centriste ; c'est ce que prétendait être le Nouveau Centre, mais que ce parti n'a finalement jamais été.

Une fédération centriste, à l'heure actuelle, n'est possible qu'entre le MoDem, l'Alliance centriste et Cap21. On peut y adjoindre quelques libéraux modérés, mais les tout-petits partis libéraux français n'ont vraiment pas l'air de prendre ce chemin. Ils se dirigent clairement vers la droite, sans parler de ceux qui se compromettent même avec la droite de la droite.

Une fédération centriste, à l'heure actuelle, supposerait donc un très gros big-bang dans le paysage politique. Il suffit d'écouter plus de 10 secondes Morin ou Borloo pour comprendre qu'ils ne veulent pas de ce big-bang. Ils clament haut et fort que toute candidature centriste n'aurait pour issue que de joindre une majorité de droite au second tour d'une élection. CQFD. 

vendredi, 26 mars 2010

Moi, j'aime bien Philippe Folliot.

Ce n'est pas un billet long : juste pour dire que Philippe Folliot fait partie de ces centristes pour lesquels j'ai de la sympathie, de l'estime, et avec lesquels je partage nombre d'analyses en plus. Il appelle, je le sais, au rassemblement des centristes. Ce qu'il y a, c'est que moi, ce ne sera jamais sans Bayrou. Ah : jamais sans Bayrou, et jamais, également, en soutenant ou légitimant Nicolas Sarkozy, en raison  de l'état dans lequel il a mis la France et nombre de libertés publiques et économiques.

Pour revenir à mon député du Tarn, il faut partie de cette catégorie d'hommes politiques que j'aime bien : pas vraiment dans un parti (il n'était qu'apparenté à l'UDF, et il n'est qu'apparenté au Nouveau Centre aujourd'hui), libre de ses opinions, pas haineux, pas dogmatiques, un type sympa, quoi.

En soi, leur rassemblement des centristes m'intéresse plutôt, mais...n'est-ce pas un peu tard ? Comment être crédible aujourd'hui sans avoir jamais tenté sa chance, au moins au premier tour, contre l'UMP, si ce n'est à quelques municipales ?

Je pense toutefois que David a tout à fait tort de leur jeter la pierre. D'ailleurs, que celui qui n'a jamais péché leur jette la première pierre...

Non, bien aux antipodes, c'est une initiative que je regarde d'un oeil intéressé, tant qu'il ne se fait pas contre Bayrou et avec un véritable projet. Projet que j'imagine toutefois mal un Borloo porter alors qu'il a tout admis de Sarkozy sans ciller, contrairement à quelques parlementaires néo-centristes qui ont tout de même protesté de temps à autre.

A suivre, donc, d'un oeil bienveillant pour ce qui me concerne, et surtout, ne pas jeter l'anathème de notre côté : rappelons que ce sont nos proches cousins, et que la plupart d'entre eux ont accompagné Bayrou dans sa première traversée du désert.

Et pour conclure à propos de Philippe Folliot (tiens au fait, il vient de la montagne, comme Jean Lassalle), bonne chance à lui, bien évidemment.

mardi, 19 janvier 2010

Les prédateurs aiment leurs proies

Ils m'amusent, les gros partis, avec leurs invectives contre les formations politiques plus petites : au PS, on se moque de François Bayrou en raison de son refus de voir ses forces se fondre avec d'autres au premier tour. En dépit du scrutin majoritaire, d'autres partis que les mastodontesques PS et UMP sont parvenus à se maintenir à flot. Le MoDem fait partie de ceux-là. Le Front de gauche, le NPA, créations récentes, comme le MoDem, ont décidé de partir au combat électoral en toute indépendance. C'est leur droit le plus strict, et, d'ailleurs, la seule certitude d'exister. J'entends, çà et là, que l'on reproche à François Bayrou de ne pas réaliser son arc central en refusant des alliances au premier tour avec les Socialistes (ou avec d'autres forces au second tour). Il se désole également des atermoiements de certains militants de Cap21. François Bayrou ne refuse pas la mise en place d'un arc central, c'est juste qu'il n'a pas envie d'être mangé tout cru par les super-prédateurs de la politique que sont devenus le PS, l'UMP et à moindre mesure Europe-écologie...

Le MoDem a renoncé à s'allier avec l'Alliance Centriste en Val de Loire. Je le déplore, mais il nous fallait l'assurance de pouvoir demeurer indépendant au second tour. Or, apparemment, cela, Jean Arthuis n'est pas prêt à le concéder. Soyons justes, le MoDem local, et sans doute Bayrou lui-même, n'ont peut-être pas été clairs non plus avec des alliances à gauche.

Pourtant, en Aquitaine, en Bretagne, il est désormais acquis que le MoDem sera indépendant au premier et au second tour. Je crois que Jean Arthuis et Laurent Gérault (mais aussi Bayrou) ont lâché l'affaire trop vite dans les Pays de la Loire. Il était peut-être possible d'arriver à un modus vivendi. On a préféré l'invective de part et d'autre. Je le regrette.

A cet égard, nous devrions, au MoDem, faire preuve de plus de pondération avec les centristes qui font d'autres choix que les nôtres. Le choix d'Alexis Blanc est dommageable, mais c'est une lourde erreur que de l'invectiver. Les centristes qui se sont alliés à d'autres formations à ces élections ont vocation à nous rejoindre un jour, y compris quand ils viennent de nos rangs. Leur tomber sur le râble est un très mauvais calcul.

In fine, sur la question des alliances, je crois qu'il y a au contraire de ce que titre le Post, une très grande clairvoyance de François Bayrou : pour vivre, il faut pouvoir s'assumer. Un proverbe chinois dit : si tu donnes un poisson à quelqu'un, tu le nourris pour un jour ; mais si tu lui donnes une canne à pêche, tu le nourris pour toujours. Il en va de même des formations politiques : que leur pitance dépende des grands partis et elles n'ont plus de raison d'être : du jour au lendemain, elles peuvent disparaître. Qu'elles ne doivent qu'à leur force de conviction auprès des citoyens leurs mandats, et c'est leur avenir qu'elles assurent ainsi.

Aucune formation politique ne doit pouvoir nous enlever le pouvoir de choisir. C'est pour cela que nous, le MoDem, désirons demeurer une force politique indépendante.

samedi, 16 janvier 2010

Ne pas s'allier avec Arthuis, c'est une c****rie

Je viens d'apprendre, en lisant le Figaro que le MoDem ne s'allierait pas avec l'Alliance centriste et avec Arthuis dans le Maine et Loire. C'est de la c****rie en barre. Nous avons bien plus de points communs avec l'Alliance centriste qu'avec la gauche. En outre, nous pouvions espérer dépasser les 10%, ensemble, et disposer de nos propres élus là-bas. Quelle erreur ! Laurent Gérault a raison de craindre que nous glissions lentement mais sûrement vers la gauche, au lieu de tenter de préserver une troisième voie là où c'est possible. Moi, je me sens plus de points communs avec Jean Arthuis qu'avec Gabriel Cohn-Bendit, mais cela doit être une question de tempérament, j'imagine...

Nous flinguons lentement mais sûrement la démocratie-chrétienne partout où elle pouvait encore exister. C'est la carte du MRP qui a fait l'élection de François Bayrou, il devrait ne pas l'oublier. Je conçois tout à fait que des accords avec l'UMP ne soient pas d'actualité. Mais cela ne devrait pas nous forcer à nous allier automatiquement avec les Socialistes et leurs alliés. Dans certains endroits, c'est sans doute possible, et nous devrions le faire au premier tour (par exemple, je pense que nous avons des points communs avec Ségolène Royal) mais en plein d'autres endroits, je n'ai pas la moindre envie de me retrouver aux côtés de la gauche (tiens, avec Anne Hidalgo à Paris, par exemple).

Je soutiendrai partout le MoDem au premier tour, mais je ne me sens pas comptable de ses alliances au second. J'aime bien François Bayrou et continue à penser qu'il est une figure exceptionnelle et que ses idées représentent, à l'heure actuelle, ce que la France peut espérer de mieux, mais, par ailleurs, quel piètre tacticien, décidément. Vous me direz, c'est ce qui fait le charme de l'individu : au moins ne peut-on pas l'accuser d'avoir l'esprit retors...

dimanche, 20 décembre 2009

Alliance centriste, pas mal !

Vogue Haleine propose en téléchargement la synthèse du programme d'Alliance Centriste. Le mouvement de Jean Arthuis s'est doté d'un programme. Intéressant : j'y retrouve une partie des préconisations de feue l'UDF, notamment sur la fiscalité (abandon de l'ISF, tranche supplémentaire sur l'Impôt sur le Revenu). L'inconvénient, c'est que le document proposé n'est qu'une synthèse. J'aimerais bien voir ce que donne le développement de l'intégralité du projet. J'aime bien la devise d'Arthuis :

« Autant de liberté que possible, autant de régulation que nécessaire »

Ce genre d'introduction me fait évidemment frémir d'aise :

Au-delà de ce rassemblement et de cette refondation, Alliance Centriste propose un projet politique à ceux qui voient leur avenir dans un libéralisme tempéré par la solidarité et dans une mondialisation régulée grâce à l’Europe politique en devenir. Nous souhaitons, dans ce cadre, réaffirmer notre indépendance.

Tout comme l'affirmation des valeurs, d'ailleurs :

Le centrisme est une référence politique et historique. II est important de réaffirmer que notre identité se décline en valeurs humanistes, libérales, sociales et européennes.

J'aime bien aussi la conclusion du document à propos de la gouvernance éthique :

l’art de gouverner doit faire la juste part entre l’action et la communication

Je suivrai avec attention  l'avenir d'Alliance Centriste. En tout cas, il me semble compatible avec celui du MoDem, particulièrement sur la question de la dette.

17:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : alliance centriste |  Facebook | | |

dimanche, 28 juin 2009

N.. de D..., Arthuis m'a piqué l'Alliance Centriste !

Eh ! Oh ! Au voleur ! L'Alliance Centriste, c'est moi qui ai inventé le concept (et créé le widget, au passage) ! Damnation ! J'aurais du déposer le copyright ! Vous ne me croyez pas ? la preuve ici ! En fait, j'avais eu exactement la même intention qu'Arthuis : tenter de rassembler la famille centriste, mais, en revanche, pas dans un parti mais plutôt une association relativement flexible. Je ne veux pas déprimer Arthuis, mais si son alliance connaît le même sort que la mienne, elle n'ira pas loin. Ce n'est pas comme le Cid qui explique au roi :

Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort,
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port

Parce que là, primo, nous ne sommes pas partis à cinq cent, mais à 5 ou 6, nous avons eu au maximum 8 inscrits et secondo nous n'arrivâmes jamais au port : nous ne sommes plus que deux...Bob et moi...Heureusement qu'on n'a pas voulu faire nos Rodrigue, n'est-ce pas ?On parlerait tous maure, sinon, à l'heure actuelle...

En tout cas, pas trace de site de ce nom sur la Toile, pour l'instant, mais j'ai peut-être mal cherché.