Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le libéralisme face à la social-bourgeoisie | Page d'accueil | Pourquoi le Nouveau Centre ne défie-t-il pas l'UMP ? »

lundi, 07 décembre 2009

Recherche peuple désespérément...

Je poursuis la lecture du livre Recherche peuple désespérément, et j'en suis arrivé aux lignes dans lesquelles les deux auteurs font un tour rapide des discriminations qui frappent le peuple. Ils observent, par exemple, qu'une jeune issu d'un lycée rural a bien moins de chances d'entrer à science-po qu'un jeune des cités venu de Bobigny. Ils remarquent aussi que la gauche s'est polarisée sur les discriminations ethniques sans prendre garde que les discriminations sociales, aussi muettes que discrètes, étaient bien plus redoutables et prononcées. Tous les partis politiques soignent aujourd'hui leur "diversité". la diversité, c'est tendance, ça fait bien sur un plateau. Mais qui s"'indigne de ce que l'Assemblée Nationale ne compte plus un seul ouvrier dans ses rangs ? Fini les Monory garagiste, ou un Bérégovoy ouvrier-tourneur et premier ministre ! place aux élites embourgeoisées venus des centre-villes !

Il y avait ce week-end un congrès à Arras : le Mouvement Démocrate établissait un programme politique. Dans son discours de clôture, François Bayrou a évoqué une discussion avec Alain Dolium, actuel candidat à la tête de liste pour le MoDem en île de France ; Alain Dolium lui parlait alors des discriminations et voilà ce qu'il lui disait :

J'ai fait ce parcours. J'ai vécu ces discriminations et - une dont je parlerai dans un temps - mais on se tromperait en croyant qu'il n'y a que les garçons et les filles de peau noire ou d'origine étrangère qui vivent ces discriminations, parce que, a-t-il ajouté, les provinciaux à Paris, ceux qui ont de l'accent, ceux qui viennent d'ailleurs, ceux qui ne connaissent pas les codes, ceux qui ne savent pas comment on s'habille quand on sort dans le monde, ceux qui n'ont pas le parcours fléché, tous ceux-là vivent les mêmes obstacles.

Et Bayrou a alors conclu :

C'est bien de tous ceux-là dont nous prenons le destin en charge en ayant choisi les candidats que nous avons choisis. Il y a un peuple de travailleurs qui n'est pas représenté, un peuple de pauvres et, parfois, travailleurs et pauvres en même temps, un peuple de petits retraités - ma mère qui vient de s'en aller percevait pour sa retraite moins de 680 €. Je ne dis pas que ce soit rien, mais, après une longue vie de travail, ce n'est rien. Tous ceux-là constituent, pour nous, notre communauté d'origine, notre enracinement. C'est cet enracinement-là que nous allons porter dans cette élection.

Et moi, je le dis, je suis d'accord avec cette vision ; c'est d'ailleurs le sens de mes deux billets, l'un sur les ouvriers, l'autre sur la social-bourgeoisie. Et je pense, qu'au PS, Gaël Brustier et Jean-Philippe Huelin ont bien raison de se pencher sur la question. J'espère que leur réflexion ensemencera les programmes régionaux des Socialistes.

Pour nous, au MoDem, il ne nous reste plus qu'à bâtir des programmes régionaux qui intègrent ces populations oubliées, sans céder un pouce de terrain aux sirènes chics de la médiatisation urbano-centrée. Foin des métropoles, occupons-nous un peu du peuple...

Commentaires

Comme quoi Bourdieu ne disait pas que des c********* apparemment.

Écrit par : archenemy | mardi, 08 décembre 2009

@ archenemy
Pourquoi ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 08 décembre 2009

Les discriminations ethniques seraient donc un leur, une idée reçue, véhiculé par une élite pour cacher la vraie discrimination. Sans doute. Ne pensez vous pas que c'est aussi dans le but de culpabiliser le peuple français pour imposer un "nouvel homme européen" et faire de la France un état raciste dont le bon peuple de detournerait vite pour trouver une illusoire nation de substitution, l'Europe ?

Écrit par : Adrien | mardi, 08 décembre 2009

@ Adrien
Non. Rien à voir.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 08 décembre 2009

Voila qui est dit

Écrit par : Adrien | mardi, 08 décembre 2009

@ l'hérétique

Je trouve que les propos, de Alain Dolium sur la maîtrise des codes culturel rappellent fortement Bourdieu. non ? Ce n'est pas une critique négative ici; s'ils enfoncent les portes ouvertes, ils restent assez justes.

Écrit par : archenemy | mercredi, 09 décembre 2009

@ archenemy
Il y a des similitudes avec les constats de Bourdieu, mais j'espère bien que cela s'arrête là...
Il y a une idéologie mortifère qui accompagne la pensée de Bourdieu que j'espère bien ne jamais voir émerger au MoDem.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 09 décembre 2009

"une idéologie mortifère qui accompagne la pensée de Bourdieu". Diantre, vous n'y allez pas avec le dos de la cuillère. Le côté Mirador et Barbelés m'a échappé chez Bourdieu, mais j'avoue que je suis loin d'être spécialiste ou familier de son oeuvre.

Écrit par : archenemy | mercredi, 09 décembre 2009

@ archenemy
Oui, j'exagère un peu : c'est disons sa volonté d'abraser les héritages sous prétexte qu'ils ne serviraient que la reproduction sociale que je juge mortifère, alors que la question n'est pas là, en tout cas, pas aujourd'hui.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 09 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.