Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 octobre 2009

Le MoDem parisien n'est pas du tout content (communiqué officiel) !

Et voilà, je le sentais, et je le publie en avant première, chez l'hérétique : le MoDem a réagi à l'entêtement forcené de l'équipe Delanoë sur le Stade Jean Bouin (de l'art de multiplier la facture par trois) et sur l'aumône faite au Musée en herbe.

Le Mouvement Démocrate de Paris a pris acte des décisions de Bertrand Delanoë concernant le Stade Jean Bouin. Il dénonce le traitement par le mépris des parties en présence, particulièrement les riverains et les scolaires. Il dénonce le dérapage financier qui a conduit un projet qui devait coûter 40 millions d'euros à être évalué, de l'aveu même de la mairie, à plus de 120 millions aujourd'hui. Il dénonce enfin la transformation d'un stade omni-sports en stade réservé exclusivement au rugby professionnel. Le Mouvement Démocrate de Paris déplore des décisions municipales qui s'appuient sur le reniement de la parole donnée. A témoin, le Musée en herbe, qui n'obtient finalement pas la subvention qui lui avait promise (et votée) à l'issue du récent Conseil de Paris, et ce, en dépit des amicales objurgations des propres alliés de Monsieur Delanoë. En définitive, le Mouvement Démocrate de Paris ne peut admettre que 8 à 10 matches par an coûtent plus de 120 millions d'euros aux Parisiens quand la municipalité refuse, dans le même temps, de verser 40 000 euros de plus pour plusieurs dizaines de milliers d'entre eux, et augmente taxe d'habitation et taxe foncière dans des proportions déraisonnables. Il invite donc la majorité municipale à se rendre à la raison en écoutant ce que lui disent les Parisiens et à se montrer plus conciliante avec eux.

Armand Hennon (Président du Mouvement Démocrate de Paris), Béatrice Lecouturier (conseillère du 16ème arrondissement).

Rien à dire, je suis d'accord sur absolument tout.

samedi, 03 octobre 2009

L'UMP et les Verts lâchent l'affaire...

Il faut toujours se défier des grandes déclarations. Je reviens de Quartier libre, le blog du MoDem (ou apparenté MoDem) du 16ème à Paris : et j'y lis le rapport presque fidèle d'un grand moment du dernier Conseil de Paris. J'ai assez dit ici combien Delanoë et la gauche n'en avait rien à f... de l'enfance à Paris, et montré à maintes reprises comment l'éviction du Musée en herbe du Bois de Boulogne ne devait rien à un prétendu recentrage de l'association au coeur de Paris mais à des calculs bien plus occultes.

En juillet dernier, le Musée en herbe avertit qui veut l'entendre qu'il va mourir car la Mairie de Paris lui refuse la subvention promise fin 2008. Mobilisation, la presse s'en mêle, l'hérétique également, au demeurant (mais moi, je m'en étais préoccupé bien plus tôt...) et puis bientôt les partis politiques qui s'en mêlent. L'UMP, les Verts, le PC jurent de déposer des voeux. C'est chose faite, l'UMP, tout du moins, grâce à l'amical rappel d'une conseillère d'arrondissement du MoDem dans le 16ème, Béatrice Lecouturier.

Le MoDem communique également sur le sujet, bien entendu, exigeant le respect de la parole donnée.

On se dit, chouette, c'est gagné, l'association va avoir gain de cause ! Raté. La mairie a du tout de même refiler une partie de ce qui avait été promis, mais cela doit passer encore au conseil d'octobre, et surtout, il ne s'agit que des 3/5 du montant manquant. Le PC a été comique dans cette histoire : il s'est contenté d'un voeu dilatoire sans aucun objectif précis, voeu qui du coup est passé sans coup férir au Conseil de Paris avec avis favorable de l'exécutif. Un grand moment de rire...

En revanche, les Verts qui réclamaient le versement intégral des 124 000 euros se sont purement et simplement couchés. Plus surprenant, l'UMP n'a pas fait mieux ! les uns et les autres ont retiré leurs voeux, se satisfaisant du bla-bla de Christophe Girard et de ses déclarations mielleuses. 200 millions pour un stade à la con qui emmerde tout le monde, on les trouve, quitte à augmenter la taxe foncière de 50% à Paris  et la taxe d'habitation de 10% (et ce n'est pas fini de nouvelles hausses vont se produire l'année prochaine). Mais 40 000 euros pour une association culturelle reconnue et unique, là, plus rien.

Le MoDem n'a pas encore réagi officiellement, mais je suppose qu'ils doivent l'avoir mauvaise, au MoDem parisien...En tout cas, ce genre d'épisodes fâcheux (et ce n'est pas le dernier, Delanoë, Hidalgo et les socialistes ont encore quelques mauvais coups de ce genre sous le coude) invitent à regretter toujours plus l'absences d'élus du MoDem au Conseil de Paris, hors Marielle de Sarnez. La pauvre : avec trois minutes d'intervention autorisées et une seule question permise par conseil, elle ne risque pas de pouvoir faire grand chose là-bas. C'est bien pour cela qu'elle communique par la presse, d'ailleurs, puisque de toutes façons, au Conseil de Paris, les 10% de voix parisienne qu'elle représente sont baillonnées...

samedi, 01 août 2009

Le Musée en herbe a survécu...pour un mois !

Le musée en herbe a tout récemment communiqué avec ceux qui l'avaient soutenu. Voilà les dernières nouvelles :

Toute l'équipe du Musée en Herbe tient à vous remercier chaleureusement d'avoir signé notre pétition. Votre appui nous est précieux. De nombreux journalistes ont également relayé l'information et nous soutiennent dans notre démarche. Nos fidèles sponsors nous aident à maintenir l'équipe durant les mois d'été. Nous essayons de rester ouvert jusqu'en septembre, date à laquelle nous demandons à ce que le cas du Musée en Herbe fasse l'objet d'un débat et d'un vote au Conseil de la Mairie de Paris. Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de la situation, et d'ores et déjà nous prévoyons une conférence de presse le mercredi 9 septembre à 10h. En attendant, nous vous souhaitons une très bonne fin d'été, et nous vous invitons à faire connaitre autour de vous les difficultés du Musée en Herbe et à inviter vos proches à signer notre pétition... même sur la plage et les pieds dans l'eau !

Contact : Service de communication
01 40 67 00 37 / musee-en-herbe@wanadoo.fr


Bon...attendons donc le mois de septembre. Un débat au Conseil de Paris, c'est aussi ce que réclame le MoDem à Bertrand Delanoë.

00:07 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, musée en herbe, delanoë |  Facebook | | |

jeudi, 23 juillet 2009

Musée en Herbe, communiqué du MoDem de Paris

En avant-première chez l'hérétique, ou presque, le communiqué du MoDem à l'AFP et au Parisien, après les malheurs du Musée en Herbe.

Le Mouvement Démocrate de Paris exprime son incompréhension et sa réprobation de la décision de la part de la Ville de Paris de ne pas reconduire de subvention au Musée en Herbe. Après la suppression d'un espace de 11 000 m2 au Jardin d'Acclimatation en 2008, c'est un nouveau coup porté aux loisirs et à la culture pour l'enfance à Paris. En effet, sans subvention de la mairie de Paris, la mort programmée du Musée en Herbe est assurée à très court terme, c'est à dire d'ici la fin du mois de juillet. C'est ainsi faire peu cas d'une expérience pédagogique unique (il n'existe aucune autre sorte de musée consacré ainsi spécifiquement aux enfants en île de France) et de toute son équipe qui se retrouvera du jour au lendemain au chômage.
Le Mouvement Démocrate s'étonne des reproches adressés à la direction du musée par les services culturels de la mairie de Paris : Laurence Engel, Christophe Girard et Bertand Delanoë reprochent au Musée en Herbe d'accueillir un public scolaire de banlieue trop important ! Dans l'optique du Grand Paris, la municipalité devrait se réjouir de ce rayonnement de bon augure qui montre que le Musée en Herbe contribue à l'attractivité de Paris.
Le Mouvement Démocrate rappelle à Bertrand Delanoë, le maire de Paris, que la municipalité ne peut décider unilatéralement de revenir sur une subvention accordée sans en avoir avisé le Conseil de Paris. Les élus démocrates demandent donc au Maire de surseoir à sa décision et de placer la question de la survie du Musée en Herbe à l'ordre du jour du prochain Conseil de Paris.


mardi, 21 juillet 2009

Delanoë, l'homme le plus populaire de France, sans pitié pour l'enfance

J'ai écrit à propos du Musée en Herbe et ses mésaventures plusieurs billets cette année. Le dernier, hélas, annonce un épilogue tragique.

Reprenons : une consultation des compte-rendus de conseils municipaux sur paris.fr nous apprend plusieurs choses :

a) de 2002 à 2007 la subvention de Musée en herbe était environ de 315 000 euros par an.

b) le 27 septembre 2008 elle chute d'un coup de 50 000 euros et ne s'élève plus qu'à 265 000 euros.

c) la mairie soumet à l'accord du conseil de Paris le 27 décembre un acompte de 132 500 euros à l'association pour le compte de l'année 2009.

Mais voilà, en avril 2009, l'association apprend subitement qu'elle ne recevra plus rien. Pas même la seconde partie de l'année 2009. Ah. Ah bon ? depuis quand la Mairie de Paris a-t-elle le droit de décréter unilatéralement qu'elle revient sur une décision du Conseil de Paris (voté en octobre, je le rappelle) ? La démocratie locale en version Delanoë ?

Autre chose, c'est en décembre 2006 qu' «on» a suggéré au Musée en Herbe de dégager du Jardin d'Acclimatation sous prétexte que la Ville de Paris n'était pas assez visible là-bas. L'association s'est donc débrouillée pour trouver un local, sans aucune aide, dans le 1er arrondissement de Paris.

Décembre 2006 ? Tiens tiens : devinez qui faisait la fête en octobre 2006 ? Pure coïncidence, bien sûr. Mais voilà, il y avait sans doute déjà un gêneur.

On dit que dans un crime, l'assassin achève toujours son travail en liquidant le dernier témoin une fois le crime commis.

Ce qui m'énerve, ce sont les 75% de popularité de Delanoë, «l'homme le plus aimé» de France. Le même type qui vient d'enlever 11 000 m2 aux enfants au Jardin d'Acclimatation et leur supprime aujourd'hui le seul musée qu'ils avaient. Des sales coups de Delanoë, il y en a d'autres, et ce blog s'en fait parfois l'écho. Au moment des prochaines élections municipales, cette fois, l'hérétique aura un dossier complet sur les décisions prises par l'actuelle majorité municipale et il faudra rendre des comptes. Dans le précédent mandat, il y avait déjà eu une tentative avortée pour supprimer des Jardins d'enfants, cette fois, on leur enlève leurs espaces de vie.

Ah, et un détail encore pour que le bon peuple de banlieue sache en quel mépris le tiennent Delanoë, et ses apôtres, Christophe Girard et Laurence Engel : savez-vous quel a été l'argument invoqué pour dégager le Musée en Herbe du Jardin d'Acclimatation ? Il y avait trop d'enfants de banlieue ! Et je mets au défi Delanoë et sa majorité de venir prétendre ici, sur ce blog, que cela n'a pas été dit. On reproche au Musée en Herbe de plaire aux écoles de banlieue, vous savez, ces saloperies de pauvres qui bordent la ceinture de Paris et qui puent...Salauds de pauvres !

En tout cas, le Musée en Herbe est quasiment en état de mort clinique. Je vous conseille de vous dépêcher de le visiter, parce qu'au mois d'août, il aura cessé d'exister.

La pétition est toujours en ligne !

samedi, 18 juillet 2009

Le Musée en Herbe victime de Delanoë

Ce qui devait arriver arriva...Delanoë a décidé de supprimer brutalement 150 000 euros de subvention au Musée en Herbe à Paris. J'avais déjà évoqué les décisions étranges de Christophe Girard, adjoint à la culture du Maire de Paris et conseiller en communication du groupe LVMH, envers ce sympathique petit établissement culturel.

En 2007, Delanoë a demandé au Musée en Herbe de dégager du Jardin d'Acclimatation. On sait très bien aujourd'hui, que cela a été une bonne aubaine puisque le Jardin d'Acclimatation a été amputé de plus de 11 000 m2 afin de permettre l'édification d'une fondation par la maison Vuitton (LVMH). On fait prétendûment place à la culture et dans le même temps, on vire un musée. Il était gênant, le Musée en Herbe : c'était le dernier concessionnaire à ne pas vouloir partir. Partout ailleurs, les consessions avaient été rachetées par LVMH.

Le Musée s'est donc réinstallé sans aucune aide dans le 1er arrondissement dans un local bien plus petit. Je rappelle les objectifs de cette association (c'en est une).

Depuis 1975, le Musée en Herbe présente des parcours-jeux sur l’art, spécialement conçus pour les enfants. Plus de deux millions d’enfants sont déjà venus visiter les expositions. Sa pédagogie originale basée sur le jeu et l'humour développe la sensibilité et la curiosité des enfants. Des jeux d'observation, d'imagination, d'identification leur permettent de découvrir les oeuvres d'art et les objets exposés favorisant ainsi la visite autonome des expositions. Le Musée en Herbe est géré par une association loi 1901, d’intérêt général. Subventionné par la Ville de Paris, l'Etat et la Région, il s'associe à des entreprises pour des actions ponctuelles.

Parallèlement aux expositions, le Musée en Herbe fait également profiter les enfants de son savoir-faire grâce aux ateliers d’art plastique. Encadrés par un plasticien, les artistes en herbe explorent une oeuvre d’art et utilisent différents matériaux et techniques.

J'avais assisté avec mes enfants à l'exposition interactive sur le peintre Bruegel et avait été très impressionné par la qualité de l'animation. Plus d'un an après, mes enfants s'en souviennent encore. Ils ont d'ailleurs précisieusement conservé le diamant d'Anvers offert à chaque enfant à l'issue du parcours.

Le Musée en Herbe est menacé de disparition pure et simple. Il existe une pétition. J'invite mes lecteurs, particulièrement parisiens (et je sais que c'est plus de 20% de les lecteurs grâce à mon compteur de statistiques) à signer massivement cette pétition et à alerter leurs élus. J'aimerais par exemple interpeler Anne Hidalgo à ce sujet, mais aussi les autres composantes de la majorité de Bertrand Delanoë. Est-ce que les Verts se retrouvent dans cette décision ? J'aimerais avoir leur réaction.

Le Musée en herbe est le seul musée pour enfant à Paris !

J'ai signé la pétition.

10:32 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : musée en herbe, delanoë, paris |  Facebook | | |