Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 octobre 2009

L'UMP et les Verts lâchent l'affaire...

Il faut toujours se défier des grandes déclarations. Je reviens de Quartier libre, le blog du MoDem (ou apparenté MoDem) du 16ème à Paris : et j'y lis le rapport presque fidèle d'un grand moment du dernier Conseil de Paris. J'ai assez dit ici combien Delanoë et la gauche n'en avait rien à f... de l'enfance à Paris, et montré à maintes reprises comment l'éviction du Musée en herbe du Bois de Boulogne ne devait rien à un prétendu recentrage de l'association au coeur de Paris mais à des calculs bien plus occultes.

En juillet dernier, le Musée en herbe avertit qui veut l'entendre qu'il va mourir car la Mairie de Paris lui refuse la subvention promise fin 2008. Mobilisation, la presse s'en mêle, l'hérétique également, au demeurant (mais moi, je m'en étais préoccupé bien plus tôt...) et puis bientôt les partis politiques qui s'en mêlent. L'UMP, les Verts, le PC jurent de déposer des voeux. C'est chose faite, l'UMP, tout du moins, grâce à l'amical rappel d'une conseillère d'arrondissement du MoDem dans le 16ème, Béatrice Lecouturier.

Le MoDem communique également sur le sujet, bien entendu, exigeant le respect de la parole donnée.

On se dit, chouette, c'est gagné, l'association va avoir gain de cause ! Raté. La mairie a du tout de même refiler une partie de ce qui avait été promis, mais cela doit passer encore au conseil d'octobre, et surtout, il ne s'agit que des 3/5 du montant manquant. Le PC a été comique dans cette histoire : il s'est contenté d'un voeu dilatoire sans aucun objectif précis, voeu qui du coup est passé sans coup férir au Conseil de Paris avec avis favorable de l'exécutif. Un grand moment de rire...

En revanche, les Verts qui réclamaient le versement intégral des 124 000 euros se sont purement et simplement couchés. Plus surprenant, l'UMP n'a pas fait mieux ! les uns et les autres ont retiré leurs voeux, se satisfaisant du bla-bla de Christophe Girard et de ses déclarations mielleuses. 200 millions pour un stade à la con qui emmerde tout le monde, on les trouve, quitte à augmenter la taxe foncière de 50% à Paris  et la taxe d'habitation de 10% (et ce n'est pas fini de nouvelles hausses vont se produire l'année prochaine). Mais 40 000 euros pour une association culturelle reconnue et unique, là, plus rien.

Le MoDem n'a pas encore réagi officiellement, mais je suppose qu'ils doivent l'avoir mauvaise, au MoDem parisien...En tout cas, ce genre d'épisodes fâcheux (et ce n'est pas le dernier, Delanoë, Hidalgo et les socialistes ont encore quelques mauvais coups de ce genre sous le coude) invitent à regretter toujours plus l'absences d'élus du MoDem au Conseil de Paris, hors Marielle de Sarnez. La pauvre : avec trois minutes d'intervention autorisées et une seule question permise par conseil, elle ne risque pas de pouvoir faire grand chose là-bas. C'est bien pour cela qu'elle communique par la presse, d'ailleurs, puisque de toutes façons, au Conseil de Paris, les 10% de voix parisienne qu'elle représente sont baillonnées...

mercredi, 16 septembre 2009

Nom de D... : ma taxe foncière !

Boudiou ! Je viens de recevoir ma taxe foncière (je fais partie de ces salauds de capitalistes exploiteurs du peuple propriétaires de leur demeure, avec un emprunt monumental à la clef, il est vrai...).

J'ai failli avoir une syncope en constatant la réalité de la hausse que Delanoë et son équipe ont grâcieusement consenti aux Parisiens. 20% en plus, et je ne déconne pas. Regardez bien la case département avec ses 3%. 2008 : rien. 2009, le montant que vous voyez apparaître...Commune, perso, j'ai plus de 11.5% d'augmentation. Mais quand je fais le total de ce que je payais l'an dernier et de ce que je paie aujourd'hui, c'est +20%. Et la taxe d'habitation devrait augmenter d'au moins 10%. Moi, en revanche, je ne gagne pas plus, et j'ai toujours un méchant emprunt sur le dos avec une famille à nourrir.

C'est la politique sociale de Delanoë, je présume. Maintenant, j'aimerais bien qu'il en finisse avec ses fêtes à gogo qu'il faut financer, son stade Jean Bouin dont pas un scolaire ne va profiter, mais qui coûte 100 euros par tête de parisien (donc, si vous êtes 5 dans une famille, 500 euros, in fine).

Ras le bol des largesses delanoïstes financées sur le dos du baudet.

15:36 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : taxe foncière, paris, delanoë |  Facebook | | |