Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 juin 2010

Bayrou et l'exégèse du Figaro

Une exégèse est en principe une étude critique et approfondie d'un texte. Il se trouve que le Figaro a commandité un sondage à l'institut Opinion Way avec pour objectif de départager différentes candidatures centristes. D'après Ce sondage, Borloo l'emporterait de peu sur Bayrou comme bon candidat. Une petite remarque : juger qu'un individu  est un bon candidat n'infère pas automatiquement un vote en sa faveur, la réciproque étant vraie, au demeurant.

Ce que je remarque, en réalité, c'est que Bayrou devance Borloo à gauche et, bien sûr, au MoDem. En revanche, Borloo l'emporte sur Bayrou au Nouveau Centre et à l'UMP. Ce qu'il y a, c'est que l'écart à droite entre les deux leaders est plus important que l'écart à gauche. Borloo gagne donc plus de points sur sa droite que Bayrou n'en gagne sur sa gauche. Ce n'est pas étonnant : Bayrou est au centre et Borloo à droite...

On ne peut pas dire grand chose d'un tel sondage. Ce qui importe, c'est surtout de compter ses voix. On peut être très populaire mais ne pas emporter pour autant l'adhésion dans les urnes.

Passer pour sympathique, c'est une chose, mais se constituer un capital électoral, c'est autrement plus difficile. Borloo peut bien être plus populaire que Bayrou, à l'heure actuelle, il est nettement derrière lui en intentions de vote. Conquérir les esprits, c'est un premier pas pour se lancer dans une élection majeure, mais ce n'est pas suffisant. Pendant longtemps, Bayrou a caracolé en tête des personnages les plus sympathiques, en 2006, alors qu'il était donné à 6%. Le meilleur sondage à une présidentielle le donnait à égalité avec Martine Aubry à l'automne 2008 à presque 19% alors qu'il était déjà bien plus controversé dans la sphère politique en raison de ses prises de position hostiles aux pratiques du pouvoir.

Bref, le Figaro, par ailleurs quotidien de qualité, est allé un peu vite en besogne.  Marie-Anne Kraft a écrit un article à ce sujet. Je juge tout à fait abusif de qualifier Opinion Way d'officine de l'UMP. L'institut de sondages pose les questions qu'on lui demande de poser. Le reste, ce ne sont pas ses oignions. L'interprétation est celle du Figaro, pas de l'institut. Pourquoi l'accuser ?

Le sondage me semble au contraire très clair et a l'honnêteté de donner des indications édifiantes (base très faible, par exemple, pour l'échantillon Nouveau Centre, ce qui en dit long sur le potentiel électoral de ce parti...)

Au final, les deux tiers des Français valident la stratégie de Bayrou en s'accordant à penser qu'il faut un centre indépendant et autonome. Bon, au moins sur ce point, il est donc sur le bon chemin. Quand au Nouveau Centre, on affirme qu'un parti centriste est historiquement au centre-droit et n'a vocation qu'à appuyer une majorité de droite, on est donc dans l'erreur, a fortiori quand son propre camp dit l'inverse.

mardi, 13 janvier 2009

Suggestion au Figaro

Je ne suis pas un abonné du Figaro, mais, je le lis souvent, à la fois sur la Toile, et aussi en version papier. Or, j'ai trouvé dans le Canard Enchaîné de mercredi dernier une excellente suggestion : il paraît que le Figaro cherche à s'améliorer et demande donc à ses lecteurs quelle nouvelle rubrique il pourrait créer. Et derechef le Canard de proposer au Figaro d'ouvrir une tribune hebdomadaire rédigée par François Bayrou !

Excellente idée ! Je crois que le courrier des lecteurs, c'est ici ! On écrit au Figaro ?

08:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : bayrou, figaro |  Facebook | | |

mercredi, 09 juillet 2008

Je lis et j'aime le Figaro, suis-je de droite ?

Quand j'y pense, j'ai du mal àm'y faire : suis-je devenu droitier ? Non, rien à faire, j'aime Le Figaro. Je diverge certes souvent idéologiquement, mais j'apprécie la ligne éditoriale, je reconnais à ce quotidien une certaine objectivité, et une réelle originalité dans le traitement de l'information, car on y trouve des sujets et des thèmes qui ne sont pas traités ailleurs.

Inimaginable il y a 10 ans pour moi. Au sein de mon entourage, c'est même parfois un problème : débarquer avec leFigaro sous le bras, c'est comme débarquer avec un magazine porno : du coup, je dois le planquer discrètement.

Evidemment, cela n'enlève pas leur qualité à d'autres quotidiens, La Croix, Libération, Le Monde, mais, avec le Canard et le Parisien, le Figaro est devenu une de mes lectures favorites.

Pire : je me suis supris à lire avec plaisir certains articles du Point, et même parfois de Valeurs Actuelles. Pas de doute, je dois être en voie de droitisation avancée.

C'est grave docteur ? Corollairement, la presse de gauche m'ennuie de plus en plus, et je baille affreusement à sa lecture. Evidemment, il faut encore faire genre d'y porter un intérêt, mais l'appétit n'y est plus. Au passage, j'ai trouvé la presse de droite bien plus juste et équilibrée avec Bayrou et l'UDF puis le MoDem que la presse de gauche, aussi bien pendant les présidentielles qu'après.

J'aimais l'UDF, je ne le dirai jamais assez. Du moins, la Nouvelle UDF.  Ce que j'aurais voulu, c'est un centre penchant légèrement sur sa droite, mais capable de rassembler au centre-gauche, et surtout, totalement indépendant de l'UMP actuelle. Les circonstances en ont décidé autrement. Le Nouveau Centre s'est avéré être un échec total, ce qui était prévisible. On ne construit pas son indépendance en se ralliant sans conditions, ou en bradant ses intérêts. C'est paradoxal. J'avais voté parfois UDF, mais jamais au-delà, et globalement, toujours plutôt à gauche. Et pourtant, je me sens maintenant plutôt de droite. A l'époque où je soutenais Miterrand avec ardeur (rassurez-vous, j'en suis revenu) on me disait déjà que je faisais erreur et que j'étais de centre-droit. Je me souviens d'avoir défilé le 08 mars (j'ai toujoursété très sensible à la cause de l'égalité hommes-femmes) en me définissant comme proche du CDS, à la surprise générale des anars et des gauchistes aux côtés desquels je me trouvais.

Et puis j'aime bien entendre le mot"droite" : cela résonne agréablement à mes oreilles. Cela sonne clair et sonore, pas comme gauche  qu'on a l'impression de prononcer en mâchant un chewing-gum. "ôche" "gôche", c'est pas beau "gôche", cet espèce de "chh" chuintant... "droite" en revanche, l'alliance des dentales et des liquides est du plus bel effet.

Non, décidément, je finirai en passant l'arme à droite... :-)

Tout ça pour dire que j'aime bien le Figaro.Tiens d'ailleurs, le Figaro vient d'interviewer Marielle (de Sarnez). A lire.

 

06:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags : figaro, presse, bayrou, modem, udf |  Facebook | | |

lundi, 29 octobre 2007

Zoé ou l'Arche des amateurs de l'humanitaire

Je trouve que les choses vont un peu vite à mon goût à propos de la fameuse Arche de Zoé. J'ai surtout l'impression que l'on a affaire dans ces circonstances à des amateurs certes têtus et bornés, mais de bonne foi.

Dans ces conditions, la brutalité et la précipitation de la diplomatie française sont effarantes ! Rama Yade a été particulièrement mal inspirée dans cette histoire. Mais il faut ajouter que son chef, Nicolas Sarkozy a été encore pire, faisant preuve d'intempérance, et peut-être, en parallèle, de cynisme.

Rama Yade a tout de même a peu près compris ce qu'il s'était passé, si on examine de près ses déclarations :

«l'action humanitaire nécessite un minimum de sérieux et de retenue. Il ne faut pas se lancer dans des opérations comme ça, même avec les meilleures intentions du monde.»

Car le véritable enjeu, et cela n'échappe pas au Figaro, d'ailleurs, c'est bien le conflit du Darfour et la présence occidentale à la frontière du Tchad et du Soudan. Idriss Deby est très loin d'être un démocrate, et ses cris d'orfraie masquent à peine ses calculs politiques, dans cette histoire. Quant à la France, on vérifie finalement que sa diplomatie ne change pas de ligne. Faut-il rappeler qu'en 2004, les rebelles avaient été à deux doigts de renverser le régime et que Débry ne s'était maintenu que grâce à l'intervention des forces françaises ? C'est pourtant cette année-là qu'il a fait voter une modification constitutionnelle pour pouvoir se présenter une troisième fois aux présidentielles...

Certes, Débry vaut mieux que le sinistre Hissène Habré, son prédécesseur, mais il est très loin d'avoir rempli les promesses démocratiques qu'il laissait entrevoir au temps où il était encore un opposant.

Il n'y a qu'à lire par exemple le rapport de l'ambassade des Etats-Unis au Tchad pour l'année 2007...Deby si sensible pour les enfants de l'Arche de Zoé n'a aps fait grand chose pour les enfants dont il est question dans le rapport... 

Bref, tout cela pour dire que nos aventuriers de l'Arche de Zoé sont certainement des imbéciles téméraires et bornés, mais pas forcément des sales types comme la presse et la diplomatie tendent à le laisser croire.

Par ailleurs, les conditions de vie dans cette région du Tchad et au Soudan sont effectivement très difficiles pour ne pas dire effroyables.