Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« François Bayrou vote contre la régression sociale | Page d'accueil | Lively remplacer Second Life ? Bof... »

mercredi, 09 juillet 2008

Je lis et j'aime le Figaro, suis-je de droite ?

Quand j'y pense, j'ai du mal àm'y faire : suis-je devenu droitier ? Non, rien à faire, j'aime Le Figaro. Je diverge certes souvent idéologiquement, mais j'apprécie la ligne éditoriale, je reconnais à ce quotidien une certaine objectivité, et une réelle originalité dans le traitement de l'information, car on y trouve des sujets et des thèmes qui ne sont pas traités ailleurs.

Inimaginable il y a 10 ans pour moi. Au sein de mon entourage, c'est même parfois un problème : débarquer avec leFigaro sous le bras, c'est comme débarquer avec un magazine porno : du coup, je dois le planquer discrètement.

Evidemment, cela n'enlève pas leur qualité à d'autres quotidiens, La Croix, Libération, Le Monde, mais, avec le Canard et le Parisien, le Figaro est devenu une de mes lectures favorites.

Pire : je me suis supris à lire avec plaisir certains articles du Point, et même parfois de Valeurs Actuelles. Pas de doute, je dois être en voie de droitisation avancée.

C'est grave docteur ? Corollairement, la presse de gauche m'ennuie de plus en plus, et je baille affreusement à sa lecture. Evidemment, il faut encore faire genre d'y porter un intérêt, mais l'appétit n'y est plus. Au passage, j'ai trouvé la presse de droite bien plus juste et équilibrée avec Bayrou et l'UDF puis le MoDem que la presse de gauche, aussi bien pendant les présidentielles qu'après.

J'aimais l'UDF, je ne le dirai jamais assez. Du moins, la Nouvelle UDF.  Ce que j'aurais voulu, c'est un centre penchant légèrement sur sa droite, mais capable de rassembler au centre-gauche, et surtout, totalement indépendant de l'UMP actuelle. Les circonstances en ont décidé autrement. Le Nouveau Centre s'est avéré être un échec total, ce qui était prévisible. On ne construit pas son indépendance en se ralliant sans conditions, ou en bradant ses intérêts. C'est paradoxal. J'avais voté parfois UDF, mais jamais au-delà, et globalement, toujours plutôt à gauche. Et pourtant, je me sens maintenant plutôt de droite. A l'époque où je soutenais Miterrand avec ardeur (rassurez-vous, j'en suis revenu) on me disait déjà que je faisais erreur et que j'étais de centre-droit. Je me souviens d'avoir défilé le 08 mars (j'ai toujoursété très sensible à la cause de l'égalité hommes-femmes) en me définissant comme proche du CDS, à la surprise générale des anars et des gauchistes aux côtés desquels je me trouvais.

Et puis j'aime bien entendre le mot"droite" : cela résonne agréablement à mes oreilles. Cela sonne clair et sonore, pas comme gauche  qu'on a l'impression de prononcer en mâchant un chewing-gum. "ôche" "gôche", c'est pas beau "gôche", cet espèce de "chh" chuintant... "droite" en revanche, l'alliance des dentales et des liquides est du plus bel effet.

Non, décidément, je finirai en passant l'arme à droite... :-)

Tout ça pour dire que j'aime bien le Figaro.Tiens d'ailleurs, le Figaro vient d'interviewer Marielle (de Sarnez). A lire.

 

06:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags : figaro, presse, bayrou, modem, udf |  Facebook | | |

Commentaires

Je trouve le Figaro agréable à lire et complet, c'est vrai. C'est clairement orienté mais de qualité, aussi bien en papier qu'en ligne (où les commentaires des internautes ont vite fait de rappeler que quel côté le cœur du Figaro balance).
On peut aimer sans adhérer, quel que soit le penchant.

Écrit par : Aurélien | mercredi, 09 juillet 2008

Sur l'interview de Marielle et cette série de questions sur les adhérents du Modem... c'est le genre de comportement qui m'exaspère dans les médias. Il ne viendrait sans doute jamais à l'idée de ce journaliste de poser la même question à Devedjian ou Hollande, ni même à Besancenot ou Morin.
Ça paraît anodin mais ça entretient une image négative.

Écrit par : Aurélien | mercredi, 09 juillet 2008

@ L'Hérétique !
Prend garde de ne pas trop de trop aller sur ta droite.
C'est la grande différence de positionnement sémantique entre toi et moi (et je pense entre beaucoup d'entre-nous) qui refait surface dans ton billet.
Là où tu écris "Centriste" je pense "Démocrate".
Ce n'est pas facile de faire tomber la paroi de verre ;-)

S'agissant du Figaro, même constat, si les articles sont parfois intéressants, certains commentaires comme le soulignes très justement Aurélien sont consternants.
En décembre dernier, lors de la contreverse sur la laïcité, j'avais suivi certains fils de commentaires, et j'avais lu des propos d'une virulence absolue et qui relevaient de l'expression de la détestation primaire des personnes.
Je m'étais alors même interrogé sur la qualité de la "modération" de ce journal en ligne, car en plus, certains commentaires flirtaient dangereusement avec une "pensée brune" que je croyais interdite d'expression publique.

Écrit par : Thierry P. | mercredi, 09 juillet 2008

@ l'Hérétique: Eh bien moi j'aime The Economist, Le Monde (même si je n'ai toujours pas digéré "l'impératif démocratique"), il Corriere della Sera, El Pais, et entretenir la confusion totale de mon marchand de journaux romain au sujet de ma nationalité et de mes convictions politiques :-)

PS Sinon Mediapart me surprend de plus en plus dans le bon sens, surtout dans les catégories internationales et politiques.

@ Aurélien: pareil, tout comme le faux naïf du "Le président de la République ne peut pas aller à l'UMP ?", qui me tape sur le système.

Écrit par : ArnaudH | mercredi, 09 juillet 2008

left, ça sonne beaucoup mieux que right

l'avenir est à ceux qui se left-tôt, ça fonctionne à peu près

tandis que l'avenir est à ceux qui se right-tôt, bof

Écrit par : JD3000 | mercredi, 09 juillet 2008

Je considère qu'il faut lire les journées dont les idées nous sont contraires, c'est cela qui enrichisse nos réflexions. Moi je lis les 3 principaux journaux sur le net. Je me suis désabonné de Marianne vu leur anti-sarkozysme primaire. On a parfois l'Express à la fac : je prends. Les échos sont souvent là : idem.

Écrit par : Le Petit Grognard | mercredi, 09 juillet 2008

@ JD3000
You're right ;-)

Écrit par : Thierry P. | mercredi, 09 juillet 2008

En ce qui concerne la presse, je varie les plaisirs...et ne déteste pas le courrier international, en complément de notre presse nationale.
Merci JD3000, pour le bel éclat que vous m'avez offert à la lecture de votre billet.

Écrit par : Champomy | mercredi, 09 juillet 2008

Eclat de rires !!! Vite un autre café...

Écrit par : Champomy | mercredi, 09 juillet 2008

@ Champomy

merci et je trouve la réplique de Thierry lumineuse
Quant au Figaro, personnellement, ado, c'était ça à la maison.
Je le trouvais aussi somme toute assez bon bien que plutôt 1/3-écolo-1/3-anar 1/3 naïf (que je suis toujours en vérité)
Maintenant, je trainais il n'y a pas si longtemps dans une salle d'attente d'une clinique psychiatrique et je suis tombé par hasard sur un éditorial du boss (comment s'appelle-t-il déjà ?) datant de début septembre. Soudain, me voila parti d'une incroyable crise de fou-rire de trente secondes. (heureusement, j'étais seul): j'étais totalement guéri, dis-donc !
de retour chez moi, j'ai immédiatement adressé un mail de remerciement sur le site du Figaro.

Écrit par : JD3000 | mercredi, 09 juillet 2008

Ah, un truc encore que j'ai oublié à propos du Figaro :
je n'ai jamais compris pourquoi les "pages saumon" paraissaient le lundi et non le vendredi.

Écrit par : JD3000 | mercredi, 09 juillet 2008

@JD3000, LOL !!!! Vous me paraissez très en forme aujourd'hui.

Écrit par : Champomy | mercredi, 09 juillet 2008

Ah, Champomy, si vous saviez comme j'irai beaucoup mieux, croyez-moi, quand notre parti sera enfin, enfin, en ordre de marche, dusse-t-il connaître certains aménagements et améliorations en cours de route.

Saperlipopette, combien sont fous ceux qui croyaient que tout serait clarinette (comme disait Sidney Bechet) dès les premières notes de la partition qu'il nous faut jouer jusqu'au final !

5 années de Sarkozisme supplémentaires, et là, j'ai bien peur que même en me nourrissant matin, midi, et soir, de tous les écrits de Mougeotte, FOG et autres Yvan Rioufol (Ô mon Maître), il n'y aura plus rien à faire.

Je n'aurais plus qu'à m'exiler dans quelques contrée lointaine, au sein d'une tribu perdue dans la jungle et qui aura eu l'extrême gentillesse de m'accepter, y compris comme déjeuner.

Écrit par : JD3000 | mercredi, 09 juillet 2008

Le Figaro appartient bien à S DASSAULT, sénateur-maire de Corbeil-Essonnes.. Pour mon 1er poste d'ingénieur, j'ai habité Corbeil (alors municipalité communiste)..
- Marianne ne fait pas que de l'anti-sarko. Des bons articles : déjà en 2006 sur les 5 grandes menaces que faisait planer le capitalisme financier " débridé"
- Hier soir, Journal tel d'A2 : belle ITW de SR , "proche des préoccupations concrètes des Français"
- Le Monde n'est "plus à gauche" .. cf Editorial de COLOMBANI la veille du 1er tour de Présidentielle.

" contreinfo" : sur internet. ça c'est bien
-The Independant etc

Écrit par : Alain60ans | mercredi, 09 juillet 2008

Encore un point commun : j'aime bien lire le Figaro et je ne me sens pas de droite pour autant !!

Écrit par : Christelle | mercredi, 09 juillet 2008

@l'auteur:

une "certaine" objectivité... l'adjectif s'imposait en effet (ce qui n'empêche pas la qualité du quotidien)

bon, plutôt que de gloser sur vos petits tracas et de réagir ligne par ligne, je vous poserai une seule question : qu'est-ce qui est important pour vous, vos idées et vos convictions ou bien le fait qu'elles soient étiquetées "de droite" ou "de gauche" (ou d'ailleurs) ? on ne va tout de même pas refaire la campagne de François Bayrou ici...

Écrit par : florent | mercredi, 09 juillet 2008

Florent est tout fait libre de nous blâmer

sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge

(flatteur était superflu)

Écrit par : JD3000 | mercredi, 09 juillet 2008

mhh, je ne suis pas sûr d'avoir compris... (et je précise que je ne m'adressais qu'à l'auteur, je lis de moins en moins les commentaires)

Écrit par : florent | mercredi, 09 juillet 2008

Je pense comme vous, l'Hérétique. Je m'éloigne de plus en plus de la gôche et je trouve que le Modem penche trop de ce côté là maintenant. C'est comme si en s'affranchissant de la droite, le modem se retrouvait 'naturellement' dans le bercail de la gauche. Centre impossible en France. Mais ça vous ne l'avez pas dit.... ;-)

Écrit par : pastel | mercredi, 09 juillet 2008

@ florent

Cher Florent
D'ici peu, je vais pondre un petit billet intitulé Hegel, Prométhée et les Socialistes, et vous comprendrez alors pourquoi gauche/droite, ce n'est pas un débat si stérile que cela. Le coeur de l'opposition, c'est la place de la "raison dans l'histoire", mais j'expliciterai alors ce que j'entends par là, et pourquoi je ne me reconnais pas dans la philosophie hegelienne et a fortiori ce qu'elle a engendré.

La gauche et la droite ce ne sont pas seulement des idées, ce sont aussi des regards sur les idées et des manières de les appliquer. Ce clivage n'est pas complètement caduc, même si Bayrou a développé une voie originale.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 09 juillet 2008

Ceci dit je trouve tout à fait normal de lire le Figaro, le Monde, Libé, la Süddeutsche Zeitung, Il Corriere, La Repubblica, etc. Un peu de pluralisme dans un paysage médiatique encore trop enfermé dans l'Etat-nation ou les intérêts du pouvoir dominant (ou les deux, comme en France en ce qui concerne la télé "publique" et "privée") ce n'est pas de trop.

Ca n'a pas grand chose avoir avec la gauche ou la droite en effet...

Écrit par : pastel | mercredi, 09 juillet 2008

@ pastel
La situation du MoDem est complexe : cela demeure un parti du centre, mais ses électeurs et surtout ses adhérents sont plutôt à gauche, ce qui crée une pression idéologique et politique.
Cela dit, moi aussi je trouve que nous penchons trop à gauche actuellement. Je pense qu'en plus, c'est une erreur tactique.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 09 juillet 2008

@ l' hérétique,

J'ajouterai que le clivage gauche/ droite, n'est pas caduc, mais qu' il est aussi nécessaire voire indispensable, à notre voie originale. Sans lui, cette démarche ne saurait etre.

Écrit par : Champomy | mercredi, 09 juillet 2008

Je ne considère pas forcément que le clivage gauche-droite n'a pas de sens/fondement/réalité, mais plutôt qu'il est réducteur, à de nombreux titres - à commencer par le fait qu'il peut exister d'autres approches et que tout ne s'inscrit pas dans une logique binaire. J'attends votre billet avec impatience ;-)

Écrit par : florent | mercredi, 09 juillet 2008

@ l' hérétique,

Pour la situation interne, vous avez pris des raccourcis un peu rapides à mon gout, mais il est vrai que le sujet est complexe. J'attends donc Hegel and...non sans curiosité

Écrit par : Champomy | mercredi, 09 juillet 2008

Moi aussi, j'aime assez le Figaro.

Et puis, le Mouvement Démocrate, depuis les municipales, a renforcé ses liens avec ce journal. Son propriétaire, le sénateur UMP Serge Dassault, a invité au second rang sur sa liste la présidente provisoire de la Fédération de l'Essonne, qui avait l'investiture du Mouvement.

Les militants locaux qui se sont désolidarisés de cette alliance ont été immédiatement sanctionnés. La CCC, à peine constituée, vient d'ailleurs de les convoquer à nouveau.

Serge Dassault fournisseur du Rafale, n'est pas très satisfait d'Hervé Morin, unique client de cet appareil à ce jour. A travers son journal, il jouera au mieux de la rivalité entre le Mouvement Démocrate et le Nouveau Centre.

Bayrou, dans son élan en faveur d'une plus stricte séparation des pouvoirs, va jusqu'à demander la séparation du pouvoir médiatique et des capitaux des entreprises qui fournissent l'Etat. Hélas, il n'est jamais parvenu à faire voter une telle loi.

Mais il persiste à la proposer, même lorsqu'il sait qu'elle n'a pas la moindre chance d'être votée. Admirable, non ?

Écrit par : Manuel de Survie | jeudi, 10 juillet 2008

Oui Manuel, la démarche de FB est admirable dans le sens ou il se fait le défenseur d'une profession très malmenée ces derniers temps et indispensable à tout exercice réellement démocratique.
Cette profession a mené une réflexion sur ce sujet, consciente des enjeux mais aussi des faiblesses actuelles des textes, je sais qu'à l'occasion de la réforme des institutions, ils tiennent que soit précisé leur role et travaillent à 'une charte éthique',( le terme n'est pas encore défini, pour autant que je sache).
En interne, notre difficulté majeure je crois, est que nous avons le travers de sombrer dans ce 'fameux clivage' G/D, qui n'a pas lieu d'etre au sein de notre mouvement. Nous gagnerions à mieux communiquer et à cesser d'affronter ou de confronter les courants de pensée divers et variés, et à travailler davantage sur ce qui nous rassemble.

Écrit par : Champomy | jeudi, 10 juillet 2008

@Champorny : En effet, un combat existe afin de préserver une presse variée. Ce combat est mené par le MoDem , mais aussi par plusieurs partis de gauche. Quid du prochain texte final (réforme de la Constitution) qui sera soumis au Parlement, qui se réunira à Versailles???.

@ Manuel de Survie : J'achetais Le Figaro quand hélas je passais bcp de temps à chercher un nouveau job d'ingénieur..
Tu écris : " Et puis, le Mouvement Démocrate, depuis les municipales, a renforcé ses liens avec ce journal. Son propriétaire, le sénateur UMP Serge Dassault, a invité au second rang sur sa liste la présidente provisoire de la Fédération de l'Essonne du MoDem, qui avait l'investiture du Mouvement.
Les militants locaux qui se sont désolidarisés de cette alliance ont été immédiatement sanctionnés. La CCC, à peine constituée, vient d'ailleurs de les convoquer à nouveau " "

Le CCC (Comité de Conciliation et de Contrôle), nommé dans l'urgence en juin et de façon provisoire jusqu'en décembre 08, convoque en ce moment env.83 personnes. J'espère que les dirigeants du MoDem seront cléments. En effet, la démocratie interne du MD est très limitée.. et "la ligne" n'est pas très claire depuis sa création.. Ne suis pas le seul à penser cela. A +

Écrit par : Alain60ans | jeudi, 10 juillet 2008

Pour en revenir au sujet du jour, le Figaro, que je lis aussi, a le double avantage d'être clairement à droite mais grobalement bien fait. N'étant pas de droite, je préfère nettement un journal qui affiche clairement ses positions. Et si il le fait avec talent, ce qui est parfois (pas toujours) le cas, c'est parfait.
Le Figaro m'énnerve souvent, mais moins que le Nouvel Obs dans la catégorie opposée. Par contre, effectivement, le lisant sur Internet, je suis abasourdi par les commentaires. C'est le plus souvent d'une bêtise stupéfiante. (sur ce critère, le Figaro est ex-aequo avec le Nouvel Obs).

Je suis gré au Figaro d'une chose. Je trouve que c'est le quotidien qui a le mieux rendu compte des dernières campagnes électorales. Articles "orientés" certes, mais argumentés. Ce ne fut pas le cas partout...

Enfin, je préfère un éditorialiste qui, la veille du premier tour, écrit "Allez voter ! Pour qui vous voulez, mais surtout allez voter", qu'un autre (dont on parle désormais pour devenir le futur patron de France Télévision) qui nous expliquait que l'impératif démocratique imposait de voter pour tel ou telle. Ce qui restera quand même comme les propos les plus stupides lus dans la presse depuis longtemps.

Écrit par : Bertrand | jeudi, 10 juillet 2008

@Champomy

Un clivage interne gauche / droite ? Malheureusement, cette dialectique, cette négociation à visée programmatique et stratégique, qui serait la voie du salut, et non l'inverse, n'existe pas. Elle a été vécue comme une menace et éradiquée.

Ne reste que le clivage qui traverse tous les partis, à découper selon les pointillés du référendum de 2005 : entre citoyen et politicien, pour simplifier.

Ma proposition de réhabilitation du capital par l'abandon de l'assistanat de l'Etat envers les entreprises est à la fois le complément et la contre-partie de la proposition sarkozienne de réhabilliter le travail en mettant fin à l'assistanat social.

Elle est économiquement plus libérale que ne l'est Sarkozy ou Bayrou, puisque se rapprochant des conditions d'un marché moins manipulé par les subventions, mais plus étatique, aussi, en ce que l'aide, réduite, répondrait mieux à des finalités de politique économique, et que les conditions de cette aide renforcerait le contrôle de l'état sur le comportement du capital.

C'est de droite ? C'est de gauche ?

Pendant six mois, jusqu'en décembre, j'ai tenté de trouver des moyens de nous maintenir ensemble, pendant que d'autres tentaient de vendre le MoDem à l'UDF, sans grand succès non plus.

Mais ne confondons pas travailler sur ce qui rassemble et travailler pour celui qui rassemble. Car c'est le plus souvent l'inverse : regarder les conflits au sein d'un Bureau Exécutif qui devrait être la pierre d'angle d'un parti unitaire. Bayrou prétend même y chercher les auteurs de contributions rivales de la sienne. C'est le monde à l'envers.

Depuis six mois, j'ai choisi mon camp. Et croyez-moi, j'avais tout-à-fait le choix. C'est le camp de l'efficacité organisationnelle et stratégique. Celui qui en est réduit à faire le compte des échecs et à mesurer les régressions, dès lors que les canaux de sa participation ont été soigneusement obturés.

Eliminez le camp de ceux qui critiquent le consensus creux qui tient lieu de doctrine et de programme, et vous serez cimentés entre vous, comme par enchantement.

Un enchantement ni très laïc, ni très républicain.

@Alain60ans

Il y a donc des dizaines d'indépendantistes prématurés à sanctionner au moment même où Bayrou sonne le tocsin de l'indépendance ? On ne peut éliminer l'hypothèse d'un sabotage de la consultation par des gens du CCC.

Écrit par : Manuel de Survie | jeudi, 10 juillet 2008

@Manuel,

No comment.

Écrit par : Champomy | jeudi, 10 juillet 2008

Tout bien réfléchi, peut-etre un: votre littérature est certes différente mais tout aussi incompréhensible que les histoires de Gaulois et d'Asterix, que l'on m'a tenu récemment...Qu' attendez-vous exactement ?

Écrit par : Champomy | vendredi, 11 juillet 2008

Droite + gauche = confusion idéologique

A droite, il y a des libéraux, des conservateurs, des dirigistes, des étatistes et même des fachistes.
A gauche, il y a des libéraux, des conservateurs, des dirigistes, des étatistes et même des communistes.
Jolie arc-en-ciel... Mais comment peut-on se revendiquer d'un bord ou de l'autre ? L'approximation est affolante.
Pour moi, socialiste c'est clair. Communiste c'est clair. Démocrate c'est clair. Conservateur c'est clair. Ca fait pas plus de mots que extrême gauche, gauche, centre gauche, centre, centre droit, droite, extrême droite.

Pourquoi toujours bipolariser ?

Opposer deux visions de sociétés n'a pas de sens quand il en existe une multitude. Aujourd'hui il faut casser ces concepts car à droite comme à gauche, il y a des gens qui sont très proche lorsqu'on parle du fond. La seule frontière vient des mots. Et ces mots sont des représentations, l'image d'un passé qu'il faut dépasser pour agir. Si nous faisons exister la droite et la gauche, alors nous serons toujours au centre de cet étaux qui se resserrera jusqu'à nous réduire en compote.

Écrit par : Antonin | samedi, 12 juillet 2008

@ Antonin,

Les mots ne sont pas que des représentations pour moi, ils l'étaient peut-etre au tout début de l'écriture. A présent, ils sont chargés de connotations très subjectives d'ou, à mon sens toute cette cacophonie générale.
FB se plait à dire que les mots ont un sens, il a raison de le souligner.
Expl: désolée, interprété contrite. ;-))
Vous dites: socialiste c'est clair etc ...et ensuite développez sur extreme gauche, gauche... Cela est intéressant, pourquoi se besoin de nuancer qui sème la confusion? A votre avis?

Écrit par : Champomy | samedi, 12 juillet 2008

@Antonin

Je vous cite :

"L'homme a toujours eu besoin de cartographier son espace pour s'en rendre maître. C'est une façon de rendre accessible à tous des informations sur un territoire donné."

Automne 2007. Bayrou décrète la suppression de la vieille cartographie : on ne se situe plus dans le langage des adversaires. Mais c'est précisément la désertion de l'espace commun de la langue, à force de tabous jetés sur des mots, qui livre ce langage à l'adversaire.

Printemps 2008. Un centre serait en voie de se reconstruire hors de son contrôle. Retour aux vieilles cartes : "le vrai centre, c'est nous".

"Casser du concept". Travaux forcés ? Moi, je ne casse pas. Je brasse.

Écrit par : Manuel de Survie | samedi, 12 juillet 2008

@Manuel,

Si vous brassez, cela veut dire que vous avez la tete hors de l'eau! lol C'est plutot bon signe.

Écrit par : Champomy | samedi, 12 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.