Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 novembre 2009

Un sondage et ça repart pour Rama Yade

Très amusante, la volte-face de l'UMP à propos de Rama Yade. Il se trouve que les Français apprécient cette (très jolie) jeune femme et son indépendance d'esprit. Même la gauche aimerait l'enrôler dans son camp, c'est dire...

Trop drôle : la semaine dernière, il était question de la virer du gouvernement, et cette semaine, tiens, finalement, c'est une richesse pour l'UMP... En fait, non seulement c'est la personnalité préférée des Français, mais de surcroît, deux tiers des Français ne comprendraient pas qu'on la pousse vers la sortie : à bon entendeur salut, à l'UMP et à l'Élysée, on sait ce que sondage veut dire.

Engagée pour le decorum, Rama Yade s'est émancipée : alors évidemment, cela ne plaît pas toujours au sein de la majorité.  C'est Nicolas Sarkozy qui a fait Rama Yade, et d'ailleurs, elle lui avait écrit une lettre où elle l'avait reconnu et avait remercié le Président. Mais, ce ne serait ni la première ni la dernière fois qu'un disciple échapperait à son mentor.

Cela dit, j'ai essayé de savoir aussi ce que Rama Yade pensait, de manière générale, sur les divers thèmes qui intéressent les Français. J'ai donc un peu exploré son blog : malheureusement, il n'est plus actif depuis la fin juin 2009, mais enfin, cela donne quelques orientations.

Sur les questions de sécurité, elle est sur la ligne traditionnelle de la droite. Pour le droit de vote des étrangers aux élections municipales, elle estime que cela doit se faire sous la condition de la réciprocité avec le pays d'origine. Très bonne idée, il n'y a rien à rétorquer à cette argumentation. Elle est par ailleurs favorable à une certaine forme de discrimination postive.

Je ne suis pas étonné qu'elle n'ait pas voulu être tête de liste aux européennes : il faut rappeler à ceux qui l'auraient oublié qu'elle s'était prononcée contre le TCE en 2005 ! Elle est claire également sur les grands thèmes internationaux : soutien critique à l'intervention en Irak en 2003, soutien critique à Israël contre le Hamas, défense d'une diplomatie sans concessions avec les tyrans.

Globalement, je l'ai vu s'exprimer beaucoup sur les droits de l'homme, sur les droits des enfants, de minorités, mais pour le reste, je n'en sais guère plus.

 

09:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : rama yade |  Facebook | | |

mercredi, 24 juin 2009

Sarkozy et Kouchner soldent les droits de l'homme

Étonnant : je n'ai pas vu ou lu beaucoup de commentaires sur la suppression d'un secrétariat d'État qui avait pourtant fait couler de l'encre. Plus trace du Secrétariat aux droits de l'homme. Kouchner qui ne supportait plus Rama Yade, et encore moins les «ingérences humanitaires» dans son fief du Quai d'Orsay aura finalement eu raison de son encombrante "assistante".

Il faut dire qu'on s'était tellement essuyé les pieds dessus, ce bon secrétariat aux droits de l'homme, qu'il paraissait de bonne guerre de profiter de l'ouverture des soldes pour le faire passer à la trappe. On va pouvoir enfin accueillir les Kadhafi, Bongo et autres sans crispations ni gêneurs.

On va enfin pouvoir faire de la real politik. Finie la politique étrangère à Papa. Question pour un champion : qui a écrit en conclusion de sa profession de foi en 2007 les choses suivantes ?

La France pèsera sur la scène internationale et assumera pleinement ses responsabilités dans le respect de son indépendance, de ses alliances et des droits de l'homme. Je ne vous mentirai pas, je ne vous trahirai pas Je ne me déroberai pas. Je vous demande votre confiance pour qu'ensemble tout devienne possible

Je vous le demande, n'est-ce pas : qui ? Et tant que j'y suis, qui écrivait dans son projet «Je favoriserai le développement des pays pauvres, en cessant d’aider les gouvernements corrompus, en mettant en place une Union méditerranéenne avec les pays du Sud,en donnant la priorité à l’Afrique. Je ne passerai jamais sous silence les atteintes aux droits de l’homme au nom de nos intérêts économiques. Je défendrai les droits de l’homme partout où ils sont méconnus ou menacés » ? Oui, qui, les amis ?

jeudi, 18 décembre 2008

Vous faites une erreur tactique, Rama Yade...

Yade.jpgEt voilà, Estrosi se lâche. Les droits de l'homme, c'est une "valeur ajoutée". Eh bien non, Monsieur Estrosi : les droits de l'homme, c'est un préalable. On ne vivrait pas en démocratie s'ils n'existaient pas. Rama Yade a fâché très fort Nicolas Sarkozy, manifestement, puisque ses sbires sont encouragés à l'attaquer.

Cela dit, j'ai tout de même une petite remarque à sa décharge : il est vrai qu'il faut avoir le courage d'affronter le suffrage universel, et, vraisemblablement, Nicolas Sarkozy ne ment pas quand il déclare en privé avoir voulu lui faire un cadeau en lui offrant la tête de liste UMP pour les Européennes en île de France.

Cette affaire m'en rappelle une autre, une sorte de mini-tempête qui avait secoué la blogosphère parisienne du MoDem  lors des élections législatives de 2007... Ah, ces jeunes femmes qui ne veulent pas entendre raison et qui préfèrent n'en faire qu'à leur tête... :-)

Je comprends les motivations de Rama Yade, mais, sur l'aspect politique de la chose, elle a tort. Elle a tort de refuser une pareille occasion. Sarkozy ne se trompe pas en pensant que Rama Yade serait certainement devenue une "star" au sein du Parlement Européen. Je pense en effet qu'elle aurait pu y faire fortement entendre sa voix, au lieu d'avoir un Kouchner dans les pattes en permanence.

Je pense qu'elle fait une erreur tactique. De plus, il est absolument essentiel, en politique, d'avoir la légitimité qu'apporte le suffrage populaire. or, à une élection proportionnelle comme les Européennes, c'était une occasion de l'obtenir sans grand risque, sauf à se ramasser complètement.

Vous vous trompez, belle et charmante Rama Yade. Moi je craque chaque fois que je la vois :-)  et d'ailleurs, si je n'étais pas aussi impliqué au MoDem et qu'il n'y avait pas Marielle, voilà quelqu'un qui aurait pu avoir ma voix en juin prochain. Vous vous trompez, donc, disais-je, et si vous persistez dans une posture, aussi éthique soit-elle, vos idéaux ne progresseront pas.

mercredi, 10 décembre 2008

La belle Rama n'est plus en grâce...

RamaYade.jpgLa belle Rama n'est plus en grâce, et c'est fort regrettable, car pour ma part, je trouve que c'est l'une des rares voix fortes et honnêtes en Sarkozie. Quand je pense que le French Doctor s'est construit une image sur une réputation d'intégrité et de défenseur des faibles...et le voilà qui attaque le Secrétariat aux droits de l'homme le jour même de leur déclaration universelle. Bernard Kouchner est décidément tombé bien bas...

Rama Yade est honnête : elle ne souhaite pas s'investir sur une liste aux Européennes parce qu'elle n'est pas motivée pour le faire. La voilà punie par le Grand Ordonnateur : Nicolas Sarkozy laisse son ministre faire une sortie inacceptable contre elle, renonce à lui proposer le poste de Jouyet et la désigne comme tête de liste sur les sièges éjectables lors du remaniement de janvier. Ce n'est pas facile d'être intègre en politique et de résister quand on est sincèrement attaché à la défense des droits humains. J'ai trouvé bien, d'ailleurs, l'intervention de Copé qui a immédiatement contredit Kouchner et a estimé que Rama Yade avait fait son travail lorsque sa voix était divergente.

Cela dit, au-delà de l'affaire, il y a une rélle problématique qu'il n'est pas aisé de résoudre. La nature de la diplomatie, c'est d'arrondir les angles, alors que la défense des droits humains c'est au contraire de les conserver aussi carrés que possible. Je trouve la déclaration de Kouchner mpal venue, mais je lui accorde tout de même le crédit d'avoir eu surtout cette problématique en vue quand il s'est exprimé. Je crois que ce n'est pas simple de trouver la voie moyenne entre l'efficacité et le principe. Ainsi, vaut-il mieux un tyran réintégré dans la communauté mondiale avec son cortège de crimes, mais, diplomatiquement assagi, ou bien un tyran mis au ban de la communauté mondiale mais bien déterminé à encourager la terreur sous toutes ses formes ? Peut-on s'essuyer sur l'éthique, et jusqu'à quel point ? Et quand je pose cette question, il n'y a pas d'ironie de ma part. Je suis très sérieux et ne prétends pas apporter par avance une réponse convenue. Dans les premiers temps, Sarkozy a semblé s'orienter vers une politique d'efficacité (à ne pas confondre avec la real-politik dont le moteur est le cynisme), notamment avec les otages en Afghanistan, au tout début de son mandat, puis en Lybie, avec les infirmières bulgares. Jusque là, on pouvait discuter de la méhode et de sa pertinence. Dès lors qu'il s'est vu en VRP des usines d'armement (ou autres) et non en Président de la République Française, il a modifié la nature de son action diplomatique.

Je pouvais comprendre son désir d'efficacité en Lybie et en Afghanistan. Mais, quand ils 'agit de signer des contrats commerciaux,  il n'est pas nécessaire d'abandonner le droit et la morale : il y a d'autres moyens de pression. La France est une puissance commerciale. L'Europe aussi. Nous n'avons pas vocation à nous incliner devant les tyrans parce qu'ils ont des liquidités et des matières premières. Leurs matières premières, il faut qu'ils les vendent. Or, et l'Europe et la France ont, en réalité, avec de la volonté, les moyens de trouver des produits de synthèse. Donc, on peut très bien utiliser l'arme commerciale pour faire pression sur les dictatures sans pour autant dérouler le tapis rouge à leurs chefs.

Nicolas Sarkozy n'a pas fait ce choix, sans doute parce qu'il est plus subtil et plus complexe à mettre en place, et je le lui reproche. Si Rama Yade est évincée aujourd'hui, c'est la conséquence de ce renoncement.

lundi, 29 octobre 2007

Zoé ou l'Arche des amateurs de l'humanitaire

Je trouve que les choses vont un peu vite à mon goût à propos de la fameuse Arche de Zoé. J'ai surtout l'impression que l'on a affaire dans ces circonstances à des amateurs certes têtus et bornés, mais de bonne foi.

Dans ces conditions, la brutalité et la précipitation de la diplomatie française sont effarantes ! Rama Yade a été particulièrement mal inspirée dans cette histoire. Mais il faut ajouter que son chef, Nicolas Sarkozy a été encore pire, faisant preuve d'intempérance, et peut-être, en parallèle, de cynisme.

Rama Yade a tout de même a peu près compris ce qu'il s'était passé, si on examine de près ses déclarations :

«l'action humanitaire nécessite un minimum de sérieux et de retenue. Il ne faut pas se lancer dans des opérations comme ça, même avec les meilleures intentions du monde.»

Car le véritable enjeu, et cela n'échappe pas au Figaro, d'ailleurs, c'est bien le conflit du Darfour et la présence occidentale à la frontière du Tchad et du Soudan. Idriss Deby est très loin d'être un démocrate, et ses cris d'orfraie masquent à peine ses calculs politiques, dans cette histoire. Quant à la France, on vérifie finalement que sa diplomatie ne change pas de ligne. Faut-il rappeler qu'en 2004, les rebelles avaient été à deux doigts de renverser le régime et que Débry ne s'était maintenu que grâce à l'intervention des forces françaises ? C'est pourtant cette année-là qu'il a fait voter une modification constitutionnelle pour pouvoir se présenter une troisième fois aux présidentielles...

Certes, Débry vaut mieux que le sinistre Hissène Habré, son prédécesseur, mais il est très loin d'avoir rempli les promesses démocratiques qu'il laissait entrevoir au temps où il était encore un opposant.

Il n'y a qu'à lire par exemple le rapport de l'ambassade des Etats-Unis au Tchad pour l'année 2007...Deby si sensible pour les enfants de l'Arche de Zoé n'a aps fait grand chose pour les enfants dont il est question dans le rapport... 

Bref, tout cela pour dire que nos aventuriers de l'Arche de Zoé sont certainement des imbéciles téméraires et bornés, mais pas forcément des sales types comme la presse et la diplomatie tendent à le laisser croire.

Par ailleurs, les conditions de vie dans cette région du Tchad et au Soudan sont effectivement très difficiles pour ne pas dire effroyables.