« NKM : une politique de circulation intelligente | Page d'accueil | L'erreur fatale, c'est de courir derrière Hidalgo »

mercredi, 29 janvier 2014

Théorie du genre en délire : réponse libérale

J'ai entendu parler de ces familles qui voulaient retirer leurs enfants de l'école parce qu'on leur aurait enseigné à ne pas être des petits garçons s'il s'agissait de petites filles et inversement.

J'ai jeté un oeil sur les documents d'accompagnement qui figurent sur le portail du projet : il n'y a rien qui se rattache de près ou de loin à la théorie du genre. On trouve bien quelque part que nos stéréotypes sociaux et nos codes dans le domaine du genre sont des constructions sociales, ce qui est un fait, mais rien qui accréditerait l'idée qu'un enfant ne doit pas être sûr de son genre ou que son genre serait une construction sociale aussi.

En revanche, avec le mélange de béni-oui-ouisme et de rigidité qui caractérise les Socialistes, Najat et Peillon en tête, tout le monde a pu penser (à tort) qu'il y avait anguille sous roche.

Le projet de base, c'est de construire l'égalité entre filles et garçons et, à cet effet, de montrer que ni les filles ni les garçons n'ont de rôles réservés ou gravés dans le marbre. Des analyses de textes sur la figure de la princesse et du chevalier ou d'oeuvres de Renoir sur les codes vestimentaires qui figurent dans les ressources pédagogiques montrent simplement qu'on tend se représenter les filles selon des stéréotypes (passives, par exemple) de même que les garçons (toujours aventureux) ou encore que tel vêtement qui n'était pas accepté pour les femmes il y a moins d'un siècle sont complètement rentrés dans les moeurs aujourd'hui.

C'est l'ambiguïté de la réponse socialiste et la malhonnêteté consubstantielle de l'extrême-droite et des ultra-conservateurs qui ont amené de folles rumeurs dans les médias. La gauche a en effet construit son discours sur l'égalité filles-garçons en s'appuyant sur la construction sociale de leurs différences. Il est très facile, avec un tel propos de glisser sur l'idée que le genre relève du même processus en déconstruisant complètement ce qu'élabore notre société. On reconnaît évidemment dans cette méthode la traditionnelle manière de penser, toute sociologique, des constructivistes.

Maladresse idéologique insigne alors qu'il eût simplement été suffisant de dire que les filles n'avaient pas vocation à être confinées dans des rôles quels qu'ils soient ne serait-ce que parce qu'on les prive ainsi de leur droit le plus fondamental et le plus inaliénable : la liberté.

J'ai souvent ma propre interprétation de la chute d'Adam et Ève. Il y avait un gros nounours tendance bébé cadum qui se trouvait très bien dans son cocon douillet : il s'appelait Adam et son cocon, Eden. Mais un jour, il fit la rencontre d'un autre être qui répondait au doux nom d'Ève. Cette dernière, tout au contraire du conservatisme de son camarade, s'ennuyait comme un rat mort en Eden et n'aspirait qu'à découvrir de nouvelles choses. Aussi, quand le jaloux serpent l'informa qu'en goinfrant un fruit de l'Arbre de Science elle accéderait à de nouvelles choses, elle n'eut pas d'hésitation, quand bien même elle avait été avertie par Adam que la consommation du fruit n'était pas compatible avec sa présence en Eden. Mieux valait vivre libre une vie dure qu'une existence dans des fers, fussent-ils de velours. Ève refusait déjà le ce que les libéraux appellent bien à tort l'État-Maman. Ben non, je viens de le démontrer, en fait, ce n'était pas un État-Maman, c'était un État-Papa, sorte de monde parfait, plat et ennuyeux ou rien ne change jamais. Quand je dis, je l'ai écrit, que la liberté est une femme...

Voilà, j'ai réinterprété un de nos mythes originels. Ai-je eu besoin d'une théorie quelconque sur le genre pour le faire ? Non. La femme demeure-t-elle confinée dans son rôle traditionnel dans mon exégèse ? Non plus.

Si les Socialistes veulent me consulter afin que je leur refasse tous leurs documents sur l'égalité hommes-femmes, pas de problèmes : il suffira juste d'aligner la monnaie. Je pense qu'ils y gagneront au bout du compte. Bon évidemment, cela suppose d'admettre d'envoyer au débarras toute la clique constructiviste.

Après, restent les fachos et les ultra-réacs religieux, mais je les attends le pied ferme parce que leurs discours ne tiennent jamais la route : les fachos invoquent presque toujours la biologie, et les intégristes, les textes sacrés mais comme ce sont des ignares et des imbéciles, ni les uns ni les autres ne maîtrisent vraiment ce qu'ils citent et ils finissent toujours par se contredire.

17:35 Publié dans Science, Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : genre, fille, garçon, égalité, liberté | |  Facebook | | | |

Commentaires

Théorie du genre ?
http://www.lejournaldepersonne.com/2014/01/la-theorie-du-genre/
Qu'est-ce que c'est ?
C'est le genre de théorie qui n'a rien de théorique
Rien d'évangélique
Tout est à l'égout :
Le sexe et les anges !
C'est l'obsession pour la pratique
Des goûts et des couleurs
De nos sexes et de nos textes.
Les autorités prétendent qu'il s'agit d'une rumeur
Et moi, je crie haut et fort que ce n'est pas une rumeur
mais UN rumeur... enfin quelque chose
De nouveau sous LA soleil
Une gars, un fille c'est pareil
Un con, une conne : point de différence!
Saluons le progrès de l'intelligence
Entre masculin et féminin, manifestons l'équivalence...
Non, ce n'est plus mon cœur qui balance
Entre une homme et un femme
Mais mon essence qui n'a plus d'importance!
On ne nait pas femme... on le devient
On nait homme... puis on cesse de l'être.
Égalité du genre pour camoufler l'inégalité de nature
On n'avait d'yeux que pour les enculeurs et les enculés
Voici venu le temps des enculeuses,
Qui ne vous prennent plus la tête... mais la creusent
Pour vous réapprendre la langue
Sans Racine ni Molière
Et vous conduire à la morgue avec une père, un mère et des enfants qui pleurent!

Écrit par : le journal de personnel | mercredi, 29 janvier 2014

"Théorie du genre en délire : réponse libérale"


J'ai bien lu mais j'ai raté le côté libéral. Il est caché sous le constructivisme c'est ça ?

Écrit par : skunker | mercredi, 29 janvier 2014

euh non, pas du tout : il s'oppose au constructivisme, au contraire.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 29 janvier 2014

"C'est l'ambiguïté de la réponse socialiste et la malhonnêteté consubstantielle de l'extrême-droite et des ultra-conservateurs qui ont amené de folles rumeurs dans les médias."

Le mariage pour tous,l'affaire Dieudonné,la manif de dimanche dernier, les jeunes qui partent faire le jihad en Syrie, la théorie des genres, tous ces sujets sont traités et amplifiés d'une maniere excessiveet laisent un boulevard au FN qui occupe depuis des semaines le devant de la scene.
La ficelle socialiste est un peu grosse et on pourrait attendre une réponse intelligente de l'UMP .A la place on nous sert, pour courrir derriere quelques electeurs d'extreme droite, Alliot Marie et Morano

Le Modem et le son grand manitou sont aux abonnées absents espérant engranger pour les municipales...

On a décidement la droite la plus con du Monde
Paul

Écrit par : paulo40 | jeudi, 30 janvier 2014

Très joli billet l'hérétique...Arbre de science tout en nuance symbolique, théologique et scholastique. J'y vois référence à Raymond Lulle, franciscain si je ne m'abuse. Un nouvel objectif de lecture pour moi, histoire de réviser un peu.
Tout à fait à propos à mon humble avis pour désamorcer certaines sottises. "Freedom within, freedom without..." ;)
Belle journée à vous

Écrit par : Martine | jeudi, 30 janvier 2014

Dans cette affaire la position ambiguë de l'UMP me dérange ainsi que celle du président du parti démocrate chrétien qui est hallucinante.....ce dernier soutient que les nouveaux textes posent réellement problèmes!!!

Dans notre société une minorité d'individus s'organise pour voir le mal partout et encourager la théorie du complot permanent....Dans quel but?

Faut-il relayer ces rumeurs qui ne font que perturber une société déjà ultra divisée depuis le passage de "monsieur 600 milliards de dettes" à la tête de l'état.....

Nos politiques, de l'extrême gauche à l'extrême droite en passant par le centre sont de plus en plus irresponsables....ils cognent mais ils ne savent pas pourquoi ils cognent a l'image des syndicalistes qui ont une vision passéiste de la société.... j'ai de plus en plus l'impression que tous ces personnes publiques ou pas ne sont plus dans une logique"je pense donc j'existe" mais une logique je cogne donc je dois exister"....ce qui engendre des débats inaudibles, stériles, incompréhensibles...qui font que les citoyens écoutent malheureusement tous les porteurs de rumeurs nauséabondes car ils sont perdus..... les politiques n'ont-ils pas perdus la raison!!!!!

le pouvoir actuel (comme le précédent) ne trouvant aucune solution à la crise allume en permanence des contre-feux afin de masquer son incompétence : "monsieur 600 milliards de dette" appelait ça l'asphyxie des médias qu'il faut alimenter quotidiennement afin qu'ils ne puissent pas prendre le temps d'analyser correctement la situation...

mon crédo était de taper sur les partis extrémistes et je m'aperçois de plus en plus que je cogne de plus( malheureusement) en plus sur les partis dit de gouvernement...n'est-ce pas la une des causes du mal être de notre société:comme "ils" ne respectent plus les citoyens, ces derniers ne les respectent plus non plus....

Écrit par : Europium | jeudi, 30 janvier 2014

"mon crédo était de taper sur les partis extrémistes et je m'aperçois de plus en plus que je cogne de plus( malheureusement) en plus sur les partis dit de gouvernement...n'est-ce pas la une des causes du mal être de notre société:comme "ils" ne respectent plus les citoyens, ces derniers ne les respectent plus non plus...."
Bien vu Europium!
Il n'est pas suffisant d'avoir le droit de voter encore faut-il avoir un choix.
Face à ce vrai problème qu'est l'absence de choix et/ou d'offre diférenciée, le peuple tend vers les extrèmes...
Non deux "partis de gouvernement" en portent conjointement la responsabilité.

Écrit par : michel | jeudi, 30 janvier 2014

@ l'hérétique :

Même si je préfère ton point de vue à d'autres ça reste de la bidouille sociétale à l'école et ça me pose un vrai problème.

Aujourd'hui on a des socialistes qui veulent enseigner l'égalité, tout va bien. Mais qui sait de quoi demain sera fait ...
Avec la montée des extrêmes on peut s'attendre à tout et n'importe quoi. Fermons la porte des écoles aux idées politiques avant de regretter amèrement de les avoir ouvertes.

Écrit par : skunker | jeudi, 30 janvier 2014

"Cela suppose d'admettre d'envoyer au débarras toute la clique constructiviste."

LOL :-)

Écrit par : Le Parisien Libéral | vendredi, 31 janvier 2014

Écrire un commentaire