« Théorie du genre en délire : réponse libérale | Page d'accueil | Stations fantômes de NKM : je suis scotché ! Magnifiques »

samedi, 01 février 2014

L'erreur fatale, c'est de courir derrière Hidalgo

Je suis navré de voir la tournure que prend la campagne municipale à Paris. On dit souvent que les électeurs du Front National préfèrent l'original à la copie. Il en va de même pour les bobos. Plus la droite et le centre feront de propositions boboïsantes, plus l'un et l'autre se discréditeront et renforceront Anne Hidalgo.

Depuis un moment, c'est une promesse par jour, chacun faisant assaut d'imagination. A ce jeu-là, les Socialistes seront toujours gagnants, leur spécialité, c'est de vendre du rêve.

S'il faut assurément dénoncer leurs mensonges, c'est une erreur de leur courir après. Mieux vaut avoir son propre programme et le dérouler.

La gauche parisienne a réussi à transformer la composition sociologique de la population parisienne. Finkielkraut a très bien analysé la mutation de la gauche : méprisant désormais le peuple qu'elle juge raciste et beauf, et qu'elle a définitivement abandonné au FN, elle s'appuie désormais sur l'alliance des bobos et des minorités.

C'est le schéma parfait de la gauche parisienne : en fait de classes populaires, des immigrés et quelques fonctionnaires municipaux dans les logements sociaux, et, pour le reste, des cadres bobos qui ont les moyens de payer les lubies dispendieuses de la mairie socialiste et de ses alliés.

Un billet pour une fois pas trop orienté du JDD rendait, en 2010, compte de la situation des classes moyennes parisiennes, contraintes d'abandonner la capitale, voire même l'île de France.

Chaque fois que la gauche envisage des "grands travaux", elle ne jure que par les commerces, les bureaux et les logements sociaux. Le projet d'Anne Hidalgo Avenue Foch en est une parfaite illustration. Lire dans la Tribune en septembre dernier qu'elle compte donner la priorité aux classes moyennes est d'une malhonnêteté intellectuelle absolue. La mesurette envisagée serait tout à fait sans effet. Seule de tous les autres candidats, NKM semble avoir envisagé une action spécifique, tout du moins, pour les classes moyennes de la fonction publique, en envisageant de réserver des logements pour des métiers à forte utilité sociale (police, infirmières, enseignants). Rien pour les autres, malheureusement, mais c'est mieux que rien.

Anne Hidalgo a beau avoir tenté de falsifier la réalité quant à la croissance en nombre des familles nombreuses et des classes moyennes à Paris, il s'est trouvé, même dans son camp politique, des voix pour montrer la tentative d'intox.

Moi, je pense qu'il faut proposer un programme pragmatique et utile. Pas des paillettes qui ne servent que quelques intérêts bien compris (extension de Roland Garros, rénovation du stade Jean Bouin, par exemple). C'était le projet de Christian Saint-Étienne, et il aurait mérité d'être creusé et développé. Celui de NKM contient quelques saillies astucieuses, mais, trop souvent, elle imite son adversaire, et ça, c'est un poison mortel pour elle. 

Elle n'est malheureusement pas aidée par l'attitude d'une large part de la droite parisienne qui n'a strictement rien fait pour s'opposer aux grands projets delanoïstes quand elle ne les a pas appuyés.

Ce sont quelques voix isolées qui ont incarné la résistance et, curieusement, parfois les Verts, tandis que tous les autres (MoDem compris !!!) baissaient les bras.

Je regrette que l'auteur du Delanopolis ne se soit pas retrouvé aux premières loges tant sur les listes que dans la construction du programme de NKM, que l'on n'ait pas davantage consulté le blogueur libéral Parisien du même nom, ou même, en dépit des préventions que j'ai contre lui en raison de son soutien à la LMPT, un élu comme David Alphand dont les votes au Conseil de Paris ont toujours été dans le sens des intérêts des habitants de son arrondissement et d'un respect de la démocratie locale.

Le projet socialiste ? Le voilà, tel que le décrit l'IDFE (île de France Environnement) , une association de Parisiens dans son dernier communiqué à propos du projet Auteuil-Foch

Densifier Paris, une des villes les plus denses au monde, imposer des tours aux Parisiens qui n’en veulent pas à une écrasante majorité (Tour Triangle, Tours Duo, Bercy Charenton), transformer les espaces libres et jardins en centres commerciaux (Forum des Halles, Italie2), offrir les équipements sportifs de proximité au sport business (Jean Bouin, Roland Garros), accorder un droit d’aménagement des abords du Parc des Princes au PSG , bétonner le Bois de Boulogne et de Vincennes (Fondation LVMH, Roland Garros, INSEP), ségréger Paris en quartiers festifs ou zones calmes, privatiser une partie de la voirie en terrasses de café au détriment du piéton.

00:42 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hidalgo, municipales 2014 | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher "Hérétique", je vais commencer par un méchant tacle ce qui me permettra de finir en douceur...
Je me demande de plus en plus qui vous êtes vraiment?
Un de ces électeurs (la majorité) qui votent sur des coups de tête, des impressions fugaces? Où, vous êtes vous converti à cette fâcheuse habitude de nos hommes politiques qui ont toujours un œil sur la courbe des sondages?
Vous dites :" S'il faut assurément dénoncer leurs mensonges", et aussi : "Le projet d'Anne Hidalgo Avenue Foch en est une parfaite illustration".
Moi je ne crois pas que dénoncer les mensonges du camp d'en face fasse avancer son propre camp! Cela me semble du temps perdu, et puis prenez-vous les électeurs pour des c...? Ne les croyez-vous pas capables de débusquer le mensonge?
Quant au "projet de l'avenue Foch", même Coppé à admis que c'était un coup fabuleux, personne n'envisage un instant sa réalisation, cela n'est qu'une opération de diversion qui, hélas, s'appuie sur la crédulité complice de l'opposition (voir le Canard de cette semaine).
J'appelle de mes vœux, un homme politique "sérieux et travailleur" qui se concentre sur son ouvrage sans céder à la tentation de "la petite phrase" qui fait la Une des gazettes et des blogs...
Regardez ce lamentable spectacle de Hollande qui commente les chiffres de chômage en essayant d'expliquer que cet échec est presque une quasi victoire! Et Coppé, tout aussi lamentable demandant la démission du ministre du travail! Ont-ils démissionnés les ministres de Sarko quand ils ont échoué? Et tous les autres avant?
Ce spectacle est affligeant, tout le monde balance entre découragement et colère, prenons garde que la colère ne l'emporte.
Je pense depuis longtemps que "le peuple" est responsable du délitement du corps politique, que notre manque de vigilance (et d'exigence) à permis aux parasites et aux incapables de phagocyter ce qui est devenu une caste et accessoirement un job bien payé.
Mais, j'ai cru et espéré que l'avènement d'Internet, des blogs, enfin des moyens d'expression modernes ferait naître une parole exigente et responsable, que ce serait un outil pour demander des comptes à nos dirigeants, sur des sujets précis, avec des arguments étayés, bref que cela les empêcherait de s'endormir dans un autisme de confort qui n'est troublé que de loin en loin lors des élections!
Et qu'avons nous fait? (Le "nous" est collectif)
Nous tombons dans "leurs" travers, nous nous jetons dans les pièges qu'ils nous tendent, débattant de l'écume des choses leur évitant ainsi de supporter les conséquences des leur incompétence.
Quel serait leur avenir professionnel à tous ces politiciens dans une entreprise? Je me souviens d'un chef des ventes dans ma (lointaine) jeunesse qui alors que j'invoquai le "manque de chance" pour justifier un échec commercial m'a répondu : Michel, ici, nous n'avons pas besoin de gens qui n'ont pas de chance...
Alors, je crois que "l'erreur fatale" (pour en revenir au titre de votre billet), c'est de ne pas travailler ses propres propositions, c'est de céder à de petites manœuvres d'appareil, c'est ne pas avoir d'abord réalisé l'unité dans son camp, c'est de courir après les objectifs des caméras, c'est vouloir convaincre la sphère bobo-médiatico-télévisuelle alors que ce sont les électeurs qui votent, etc.
Après vous avoir sévèrement critiqué, je me dois de vous reconnaître, et vous n'êtes pas le seul, le courage de penser et rédiger et passer du temps sur ce blog. Pour cela, je vous remercie.
Michel.

Écrit par : Michel | samedi, 01 février 2014

Le problème de l'UMP est qu'il a décidé de faire des municipales un référendum anti-Hollande....CF les voeux de COPE, cela montre que ce parti n'a qu'un seul programme : faire du Hollande-basching.....

Or il se trompe, les municipales sont une élection locale ou la dimension encartée est secondaire( cf différents sondages). Les électeurs veulent de vrais programmes peu importe s'ils sont de gauche ou de droite.

L'hérétique a raison sur un point: il est inutile de faire un copier/coller du programme de son adversaire....les électeurs connaissent l'original, si cela leur suffit, ils n'iront pas voir ailleurs.Donc pour les challengers il est est nécessaire de se différencier pour donner du peps voir un sens à cette élection si particulière....

Vu de l'extérieur la campagne de NKM semble celle d'une candidate qui manque de "cuir bien tannée" et de cicatrices....

De plus NKM fait candidate parachutée...

Écrit par : Europium | samedi, 01 février 2014

Bonjour Michel,
Oui, vous n'avez pas tort sur le fond. Quant à l'impact des réseaux sociaux, pour ma part, je n'ai jamais eu la moindre illusion.
Je vous crois aussi fort optimiste sur les rouages de l'entreprise privée.
Les jeux de cour sont une caractéristique tout à fait française et ils supplantent presque toujours la compétence dans les postes à haut niveau de pouvoir...
@Europium
Là-dessus, NKM n'a pas fait d'erreur et pas suivi le conseil désastreux de Goasguen.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 02 février 2014

Écrire un commentaire