Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 septembre 2010

Ouf, une sarkonnerie de moins...

Ah ! Je lis chez Fred que le gouvernement renoncerait à empêcher la télévision publique de se financer grâce à la publicité. Pas trop tôt : dans la catégorie décisions particulièrement ineptes, celle-là décrochait le pompon. Tout ce battage pour faire plaisir à quelques intellectuels de gauche de salon, était-ce bien nécessaire ? J'ai le souvenir que Copé a été Ministre du Budget de 2004 à 2005. Il avait eu à l'époque une idée assez rigolote : une sorte de simulateur de jeu à destination des Français avec lequel il s'agissait d'établir le budget de l'État français.

Ouf, d'ailleurs, je l'ai retrouvé : le jeu s'appelle cyber-budget. Il devrait y jouer plus souvent, Sarko. Je parle de Copé, parce qu'au sein de la majorité, c'est lui et quelques uns de ses proches qui ont suggéré qu'en période d'économies budgétaires, on pouvait repousser la mesure. Bon...au MoDem, on l'avait dit dès le début...

22:12 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : copé, tv, publicité |  Facebook | | |

mercredi, 04 novembre 2009

Presse et pub, la vache à lait se tarit...

Je me posais la question de la pérennité du modèle "publicitaire" pour assurer un financement décent au gratuit sur la Toile, en novembre dernier. Il semble bien que mes sombres prédictions se soient réalisées...Bakchich.info ne tiendra plus guère qu'un mois, AgoraVox est au plus mal, Rue89 et Mediapart ne se portent guère mieux. Je l'ai dit il y a 15 jours : la tenaille se referme sur la presse, et c'est inéluctable. Et pour moi, la cause en est claire : c'est la satanée culture du gratuit qui a vu le jour sur la Toile et massaccre tout sur son passage : parce que la Toile était l'univers du collaboratif à sa naissance, ses usagers ont imaginé construire un modèle non-marchand. Il vaut mieux être clair dès le départ : on ne peut pas se réclamer du non-marchand et vivre avec si on ne l'est pas à 100% dès le départ. Tous ceux qui ont espérer surfer sur cette vague et y développer un modèle économiquement viable s'y sont cassés les dents. Quant à la publicité, elle ne pouvait pas tout financer indéfiniment : je suis plus que sceptique sur la publicité sur la Toile, dont l'effet premier est surtout d'agacer l'internaute.

Je crois qu'un modèle non-marchand peut coexister à côté d'un modèle marchand, mais je ne crois ni ne souhaite qu'il le remplace. Et d'ailleurs, c'est une illusion d'imaginer qu'il puisse le remplacer : quelqu'un remportera forcément la mise d'une manière ou d'une autre.

samedi, 01 août 2009

Elle est très bien la pub de Rue89

Je ne sais pas quelle mouche a piqué Morandini ! Voilà qu'il soupçonne Rue89 de véhiculer des théories complotistes ! Mais non, voyons, vous n'avez rien compris à la vidéo, cher ami, à moins que vous ne soyez de mauvaise foi, évidemment. Il n'y a pas d'équivoque possible.

Je trouve cette publicité très pédagogique, au contraire, car elle montre que le vrai journalisme ne se nourrit pas de rumeurs ni de faits à peu près invérifiables, encore moins de on-dit, et elle assome net les rumeurs les plus sutpides parmi celles qui ont parcouru la Toile ces dernières années. Pour moi, c'est une manière très responsable d'envisager le journalisme, et je trouve que c'est même courageux de ne pas hésiter à tordre le cou aux théories les plus fumeuses (sur l'attentat des deux tours du World Trade Center, par exemple) alors que leurs tenants circulent en nombre et en meute sur la Toile. Le seul qui me paraît un peu tordu, dans cette histoire, c'est plutôt Morandini...J'irais plus loin : en lui appliquant son propre raisonnement, le seul à faire courir (bêtement) des rumeurs, sur ce coup-là, c'est lui ! En effet, une accusation avec des commentaires tronqués, rien de tel pour donner de la validité à cette dernière auprès de lecteurs simples ou de manipulateurs. Il serait aisé après de retourner le raisonnement de Morandini et de se dire : tiens, il n'y a pas de fumée sans feu ; s'il dit vrai, cela veut dire que Rue89 a un doute. or, comme Rue89 est un média connu et reconnu sur Internet, finalement, ces théories ne sont peut-être pas aussi fumeuses qu'on le dit. Au moins, la vidéo de Rue89 est sans équivoque, contrairement au billet de Morandini !...

Et comme je la trouve très bien cette publicité, eh bien je l'offre à mes lecteurs, tiens.

vendredi, 28 novembre 2008

La pub, inépuisable vache à lait ?

Il y a une question que je me pose depuis un moment : chaque fois que je vois des particuliers ou de nouvelles plate-formes se développer sur la Toile, j'entends toujours parler de financement par les recettes publicitaires, et, à lire les projets, on a l'impression qu'il s'agit là d'un puits sans fond, d'une Corne d'Abondance qui ne connaît pas de limites.

Nous avons connu deux crises financières profondes en moins de dix années : bulle internet en 2001, crise du crédit tout récemment. J'ai l'impression que la prochaine crise sur Internet cela celle des recettes publicitaires. Partout on trouve l'idée que c'est la solution universelle au financement des activités numériques. Viendra un moment tout de même où les diverses entreprises finiront par réduire leurs investissements dans ce domaine, surtout si une crise économique menace, par exemple.

Or, le gratuit se développe, prolifère, même, sur l'idée que la publicité paiera. C'est la nouvelle intendance. Tout va bien, Madame la Marquise, la Publicité suivra et paiera tout. D'ailleurs, l'actuel gouvernement envisage de taxer les recettes publicitaires du net. Après l'amendement de mon Jean, encore un bon coup sur la fracture numérique...

Toutefois, les sommes en jeu, au regard de ce que représentent par exemple les opérateurs de télécommunications, sont assez faibles. Moins de 450 millions d'euros pour la totalité des recettes publicitaires sur internet en France.

Il n'en reste pas moins que ce modèle de développement m'inquiète parce qu'il ne diversifie pas ses sources de financement et que l'expérience prouve que miser sur un seul cheval est presque toujours très risqué...

12:00 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : publicité, internet |  Facebook | | |