Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 juin 2012

Doubler le plafond du livret A ? Première mesure débile.

La haine aussi crasse que bêtasse des Socialistes pour les banques les conduit à mener avant même d'avoir une majorité à l'assemblée une politique dont l'incompétence le dispute à l'imbécilité profonde.

Cécile Duflot vient d'annoncer le doublement du plafond du livret A sur lequel se précipite déjà les Français. Or, les liquidités qui se trouvent sur les livrets A n'appartiennent pas en propre aux banques. Elles les collectent, certes, mais elles les reversent moyennant une commission à la Caisse des Dépôts et Consignations. Là-bas, l'argent est immobilisé et sert exclusivement à des projets sociaux (essentiellement du logement social). 

Les Socialistes qui n'ont rien compris à rien s'imaginent qu'ils vont ainsi aider les Français à se loger. Il n'en sera rien. Le problème du logement en France actuellement est lié à l'absence de disponibilité de foncier associé à une grande méfiance envers les marchés et la bourse.

Résultats des courses, la CDC va ainsi bloquer des milliards d'euros qui n'iront évidemment pas s'investir ailleurs pendant ce temps. Et comme les banques vont devoir se préparer à séparer activités de finance et activités de dépôt, qu'elles ont sur les bras les créances douteuses des états souverains et de leurs dettes pourries, on va ainsi assécher complètement l'investissement du côté des banques.

Dans le même temps, la promesse d'instituer un livret épargne industrie reste lettre morte. Pour mémoire, Bayrou en avait le premier fait la proposition jusqu'à ce que Hollande s'aligne sur cette idée.

Bref, depuis 2002, j'avais en partie oublié pourquoi j'avais toujours trouvé les Socialistes nuls, mais ça me revient en mémoire, maintenant...

jeudi, 09 avril 2009

Extrême Destrem...

Y'en a, j'vous jure, ils balancent une connerie dès qu'ils ouvrent la bouche. L'UMP n'a pas de pot : Destrem est un député UMP. Quand Sarkozy avait prononcé son fameux discours à Dakar, j'avais trouvé assez mal venu et surtout confus de faire une leçon à tout un continent. L'homme noir, qu'est-ce que ça veut dire l'homme noir ? Ça ne veut rien dire du tout, évidemment : il y  a DES hommes noirs et des cultures en Afrique souvent très différentes les unes des autres. Bref, je n'épiloguerai pas. Je n'aime pas non plus la repentance dégoûlinante qui caractérise une partie des élites intellectuelles françaises à l'heure actuelle. L'Europe a pu jouer un rôle dans les malheurs de l'Afrique à une époque donnée, mais à l'heure actuelle, c'est l'Afrique elle-même qui est avant tout comptable de ses propres maux. Cela n'interdit pas, évidemment, pour autant aux Européens d'aider l'Afrique.

Encore ne faudrait-il pas comme un certain Destrem, député UMP peu fûté de son état, juger qu'une femme en boubou est nécessairement sa femme de ménage (C'est la vision qu'il a de Ségolène Royal en boubou...). Cela témoigne d'une double connerie : la première envers les boubous et sans doute, plus largement, les Sénégalais, et la seconde, envers les femmes. Et quand c'est un homme qui porte un costume traditionnel, c'est quoi ? son éboueur ? Quel abruti, celui-là.

D'ailleurs, s'il se renseignait un minimum, not'bon député, il apprendrait que c'est sur les femmes que s'appuient la plupart des ONG spécialisées dans le micro-crédit pour développer des programmes économiques. En effet, plusieurs organismes qui ont procédé des études séireuses (faut que je retrouve les références exactes) se sont rendus compte que la femme africaine avait généralement de grandes qualités de gestion et d'organisation des biens. Des qualités indispensables pour faire fructifier des investissements. Mais bon, pour Destrem, évidemment, toutes les femmes en boubou sont forcément des femmes de ménage, hein ?...

jeudi, 02 avril 2009

L'investissement socialement responsable

Tiens, une excellente émission sur l'investissement socialement responsable sur Canal Académie. L'idée est assez simple : il est possible de faire du flouze en respectant une certaine éthique. Mais plutôt que d'en ajouter une couche sur ce qui a déjà été écrit, je reprends plutôt l'un des arguments d'IDEAM :

Au-delà des critères de rentabilité financière classiques, l’ISR analyse la capacité des entreprises à réponde aux enjeux ESG dans la perspective de vérifier que leur stratégie contribue à leur pérennité et à leur développement.
Une entreprise qui a une bonne image auprès de ses salariés est plus à même de les fidéliser et d’attirer les talents. Une bonne gestion des problèmes liés à l’environnement facilite l’ancrage territorial et contribue à la maîtrise des risques par l’entreprise
.

Et, IDEAM a quelques placements qui sont pas mal du tout. Jetez un oeil sur ça, les amis. Impressionnant, non, quand on compare l'indice aux chutes monumentales des marchés ? Bon, je reviendrai là-dessus plus tard, pas le temps tout de suite.

 

lundi, 06 août 2007

Christian Gaudin : le financement des PME sans manichéisme

Christian Gaudin, sénateur UDF, fait un certain nombre d'observations intéressantes sur le nécessaire financement des PME en France, et notamment les prises majoritaires dans leur capital par des fonds privés. Il relève, à cet égard, que le fond d'investissement peut être animé de bien meilleures intentions que le repreneur industriel. A méditer...

À l'issue de près d'un an de travaux, je viens de remettre, au nom de la mission commune d'information sénatoriale présidée par Philippe Marini, un rapport sur le développement des centres de décision économique. Il en ressort que la course à laquelle se livrent les grandes métropoles pour attirer sur leurs sols les quartiers généraux des multinationales ne saurait résumer à elle seule le débat sur le développement pérenne des centres de décision économique et de l'attractivité des territoires. Il est tout aussi essentiel de s'intéresser au développement des centres de décision économique à taille humaine que constituent nos petites et moyennes entreprises.

Celles-ci entretiennent généralement un lien fort avec leur environnement économique immédiat, cet ancrage étant renforcé dans le cas d'entreprises dites " familiales " pour lesquelles l'impératif de rentabilité coexiste avec le souci d'assurer une continuité de l'entreprise au profit des générations suivantes. En revanche, si elles demeurent trop locales ou si elles n'atteignent pas la "taille critique", les PME risquent de ne pas être suffisamment performantes et de disparaître. Le maintien des centres de décision économique en France constitue donc, s'il en était besoin, une raison supplémentaire de favoriser la croissance de nos PME.

Sur ce point, la mission d'information formule des propositions en faveur du développement de l'épargne longue. Il ne faut pas non plus exclure que nos PME doivent se développer au moyen de prises de participation majoritaire dans leur capital. Nos travaux démontrent qu'il est dangereux de considérer de façon manichéenne comme de " bons rachats " de nos PME ceux qui émaneraient de groupes industriels et comme de " mauvais rachats " ceux émanant de fonds d'investissement, a fortiori étrangers.

Chacun connaît les risques représentés par certaines catégories de fonds dont l'horizon d'investissement conduit à une recherche de rentabilité à court terme. Ces pressions ne sont d'ailleurs pas le seul fait des fonds de court terme, ils peuvent aussi résulter de la succession dans le temps de plusieurs opérations " longues " de type LBO (leverage buy-out) puisque les troisième ou quatrième repreneurs de l'entreprise doivent rechercher des gains de rentabilité supplémentaires par rapport aux mesures d'amélioration des performances déjà engagées par leurs prédécesseurs.

Si aucun de ces risques ne doit être oublié, il convient de rappeler que le parti pris anti-fonds d'investissement, animé par la volonté de maintien en France de capacités de décision et de production, aboutit à l'inverse du résultat recherché. En cette matière, le mieux est l'ennemi du bien. Par exemple, si les fonds Carlyle et Eurazeo n'avaient pas investi dans Terreal, une entreprise de tuiles sortie du giron de Saint-Gobain, cette société aurait été reprise par Wienerburger, un groupe autrichien. À moyen terme, le centre de décisions de Terreal aurait disparu, et les savoir-faire de cette entreprise auraient été transférés vers l'Autriche.

Cet exemple n'a rien d'étonnant dès lors qu'un fonds, tel qu'un fonds de capital-investissement ayant des objectifs sur trois à cinq ans, vise à développer et à améliorer les performances de l'entreprise, ce qui passe souvent par son développement. En revanche, un repreneur industriel - surtout si c'est un concurrent - peut avoir pour intérêt principal la rationalisation de l'outil de production, voire l'utilisation de l'entreprise rachetée au profit de son propre groupe. Or nous sommes aujourd'hui confrontés à un moment historique où se conjuguent deux phénomènes. D'une part, certaines entreprises familiales qui n'ont pas une dimension européenne ont besoin de relais capitalistiques pour se maintenir sur les marchés français et européen. D'autre part, des grands groupes qui étaient à l'origine des conglomérats français sont amenés, dans le cadre de leur développement international, à céder des entreprises petites ou moyennes qui ne font pas partie de leur coeur de métier. Il faudra donc trouver des moyens de financement pour ces deux catégories d'entreprises. Il est essentiel, dans cette perspective, de sortir du manichéisme tant l'enjeu du développement de nos PME participe de l'objectif de souveraineté économique qui a animé les travaux de la mission d'information du Sénat.

vendredi, 25 mai 2007

Temps de travail et relance de l'emploi

Tenter d'en finir avec les 35 heures, c'est occulter la réalité des obstacles qui paralysent l'emploi :  agir sur le levier du temps de travail, finalement, c'est activer un levier presque micro-économique . Or, on ne ne modifie pas fondamentalement la structure du travail elle-même ; c'est pourtant elle qui est  par dessus tout la plus viciéeet  fragile en France. Légiférer sur le temps de travail, c'est donc agir à la marge, que ce soit dans un sens ou dans l'autre.

En réalité, ce sont surtout les TPE qui peuvent par ce biais générer de l'emploi, mais les TPE (et il faut les distinguer des PME) ne pourront à elles seules résorber notre chômage, ni le faire diminuer substantiellement.

Ce qui est à craindre, c'est que l'actuel gouvernement,  au final, ne  se contente de mesurettes sans viser le fond, car la cause première de tous nos soucis, ce n'est pas le temps de travail, à  une preuve évidente, le caractère chronique  du chômage , bien antérieur aux 35 heures.

De toutes les gouvernements que nous avons eus ces 20 dernières années , seul celui de Jean-Pierre Raffarin semble avoir commencé à comprendre le coeur du problème (les fameux pôles de compétence) en donnant mission à Christian Blanc de faire un audit de la situation dans les régions, et en lançant un processus, mais, à l'évidence très maladroit.

Mais l'actuel  gouvernement, lui,  ne  paraît pas aller dans le bon sens : il y a le feu à la maison, depuis un moment déjà, et pour l'instant, il ne s'intéresse qu'au temps de travail et à la fiscalité (en vue de libérer les capacités d'investissement et/ou de consommation, on peut le présumer).

Mais à quoi bon libérer ces capacités si elles ne trouvent pas des structures performantes où se porter ? Pire, l'on risque de voir ces capitaux se libérer là où il y a de la performance économique et industrielle.

Bref,on ne met pas la charrue avant les boeufs, et c'est pourtant ce qui se produit actuellement. Pire, cette charrue ainsi placée pourrait rendre stérile le sillon qu'elle est censée ensemencer...