Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 septembre 2008

Le petit chaperon bosniaque et le grand méchant loup serbe

Il était une fois un petit chaperon bosniaque toujours vêtu de rouge qui vivait dans un riant petit village du nom de Srebrenica. La contrée n'était toutefois pas si paisible en raison de la présence d'une vilaine créature, un grand méchant loup, aussi noir que Serbe, qui rôdait dans les bois avoisinants.

Toutefois, de gentils chasseurs angles, germains, gaulois et même du grand continent au-delà des mers occidentales, étaient déterminés à traquer le vilain grand méchant serbe loup, et comme ils trouvaient que les fusils ne suffisaient pas, ils avaient ramené quelques canons.

Le petit chaperon bosniaque et grand-mère Qaeda, son aïeule, qui détestaient le grand méchant loup serbe, avaient un mot de passe quand elles désiraient se retrouver, afin de se retrouver : «tire avec la gâchette et Sebrenica cherra».

Le gentil petit chaperon bosniaque et la débonnaire grand-mère Qaeda avaient trouvé un procédé pour déloger le grand méchant loup serbe de ses bois : elles hurlaient «au loup !» à tout bout de champ pour pousser les chasseurs, angles, saxons, germains et gaulois à partir en battue.

Le grand méchant loup serbe qui l'avait mauvaise de se faire tirer tout le temps dessus finit un jour par s'énerver. Il profita de ce que le gentil chaperon bosniaque portait une galette à sa Mère-Grand (dans laquelle elle avait planqué des explosifs, des grenades, du TNT, et cetera) pour suivre la bonne petite fille soucieuse de la santé de son aïeule, et, profitant de l'absence de Grand-Mère Qaeda, il prit la place de cette dernière dans son grand lit et contrefit la voix de la vieille.

Le gentil petit chaperon bosniaque, tout content de livrer sa galette de TNT, ne prit garde que la voix de Grand-Mère Qaeda avait changé, et se fit dévorer toute crue. Toutefois, elle avait eu le temps de hurler une dernière fois "Au loup !" . Les gentils chasseurs angles, saxons, germains, gaulois et du Grand Continent rappliquèrent donc ventre à terre et capturèrent le Grand méchant loup. Ils le dépecèrent, ce qui permit au gentil chaperon bosniaque et à la débonnaire Grand-Mère Qaeda (que le loup avait bâffrée au passage) de sortir saines et sauves comme si de rien n'était.

Grand-Mère Qaeda, particulièrement reconnaissante envers les chasseurs du Grand Continent, les remercia en les aidant à détruire deux horribles tours qui défiguraient vilainement le paysage de leur bonne cité de Manna-Hatta, une magnifique ville aux nombreuses collines sur un beau fleuve. Le petit chaperon bosniaque apporta modestement sa contribution à ce grand oeuvre en offrant à la débonnaire Grand-Mère Qaeda une belle galette afin de lui donner du courage dans une tâche d'une telle ampleur.

Est-ce qu'elle n'est pas belle la morale ? Il faudra aussi que je vous parle des trois petits cochons kosovars et  du grand méchant loup serbe (encore !). Comme j'aime bien les contes, j'en ai quelques autres en réserve, de ce tonneau.

Je dédie cette gentille petite fable à l'OTAN, au TPYI et plus généralement aux Européens.

Je remercie Catherine Mouradian pour m'avoir offert ces deux livres fort instructifs dont je me suis largement inspiré :

comment le Jihad est arrivé en Europe et le dossier caché du génocide de Srebrenica.

 

 

samedi, 16 août 2008

Du Kosovo à l'Ossétie...

Pas beaucoup de temps pour écrire quelques réflexions sur l'Ossétie, mais simplement cette remarque : comment, nous autres Européens, allons-nous pouvoir ne serait-ce qu'argumenter auprès des Russes pour demander le respect de l'intégrité territoriale de la Géorgie après avoir alllègrement laissé être décepée la Yougoslavie puis la Serbie ?

A témoin la désastreuse position de la France et de la majorité des Européens sur le Kosovo dont nous avons reconnu bien trop vite l'indépendance, alors même que l'UCK est manifestement en grande partie une tête de pot pour l'islamisme radical et pour les maffias de toutes sortes ?

De ce fait, il sera difficile de faire entendre raison aux Russes, aux Abkhazes et aux Ossètes : ces derniers pourront toujours faire valoir la libre détermination des peuples à disposer de leur sort...

 

mardi, 19 février 2008

Reconnaissance du Kosovo : quelle erreur !

La France a reconnu l'indépendance du Kosovo. C'est une erreur. Cette entité politique n'a jamais existé, et sa reconnaissance ouvre la voie à tous les séparatismes en Europe et dans le monde. Il fallait plutôt faire pression sur les Serbes pour qu'ils accordent de larges droits (langue, université, autonomie) aux Kosovars, plutôt que de favoriser leur "indépendance". Cette dernière n'est fondée à aucun point de vue, si ce n'est que la population est à 90% albanophone. Nous risquons de créer un précédent qui pourrait aboutir à la scission de Chypre en deux états. Et par ailleurs, c'est un déni de souveraineté à la Serbie. Nul doute également que la Russie n'aura plus aucun scrupule, désormais, avec les mouvements séparatistes du Caucase : pourquoi y aurait-il deux poids, deux mesures ?

Tout cela s'est passé bien trop vite, sans réflexions, sans négociations, sans jeu diplomatique... Par ailleurs, cette reconnaissance arrange certainement les USA vis-à-vis de la Russie, parce qu'ils marquent des points dans ce qui fut sa sphère d'influence. Mais l'Europe en perd, parce que nous n'avons pas fait prévaloir une solution europénne , qui a par exemple très bien fonctionné avec la Roumanie et la Hongrie, chacun des deux pays garantissant les droits de la minorité de l'autre.

Nous aurions pu faire un donnant-donnant identique avec les Kosovars et les Serbes. Quelle erreur ! L'Europe, et encore moins la France, n'en sortent grandies dans les Balkans. 

16:10 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Kosovo, Serbie |  Facebook | | |

samedi, 19 janvier 2008

Le Kosovo et les Serbes

Je ne sais pas pourquoi, mais il y a quelque chose qui me gêne dans la manière dont la presse occidentale et plus généralement européenne traite la question de Kosovo.

Bien loin de moi l'intention de donner raison aux ultra-nationalistes, il n'en reste pas moins que l'on ne peut pas balayer d'un revers de la main la porté symbolique du Kosovo, quand bien même une très forte majorité d'albanophones y réside. Par ailleurs, je ne vois pas en quoi le nationalisme kosovar est plus respectable que la nationalisme serbe, et je ne comprends pas pourquoi la CEE n'a aps davantage fait pression pour amener le Kosovo à ce constituer en fédération avec la Serbie, plutôt que de laisser d'un oeil bienveillant l'indépendance du Kosovo se faire. 

Et puis, attention à,la boîte de Pandore que représente l'accession à l'indépendance d'une région d'un état souverain. Bein sûr, quand les Russes reprennent cet argument, ils ont évidemment une arrière-pensée, il n'en reste pas moins qu'il est à considérer.

Cela dit, c'est une situation difficile, et les Kosovars veulent vraiment être indépendants : le noeud du problème est là. 

12:40 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Kosovo, Serbie |  Facebook | | |