Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« il doit y avoir une liste indépendante MoDem à Lyon | Page d'accueil | Paris 16ème : quel gâchis ! »

samedi, 19 janvier 2008

Le Kosovo et les Serbes

Je ne sais pas pourquoi, mais il y a quelque chose qui me gêne dans la manière dont la presse occidentale et plus généralement européenne traite la question de Kosovo.

Bien loin de moi l'intention de donner raison aux ultra-nationalistes, il n'en reste pas moins que l'on ne peut pas balayer d'un revers de la main la porté symbolique du Kosovo, quand bien même une très forte majorité d'albanophones y réside. Par ailleurs, je ne vois pas en quoi le nationalisme kosovar est plus respectable que la nationalisme serbe, et je ne comprends pas pourquoi la CEE n'a aps davantage fait pression pour amener le Kosovo à ce constituer en fédération avec la Serbie, plutôt que de laisser d'un oeil bienveillant l'indépendance du Kosovo se faire. 

Et puis, attention à,la boîte de Pandore que représente l'accession à l'indépendance d'une région d'un état souverain. Bein sûr, quand les Russes reprennent cet argument, ils ont évidemment une arrière-pensée, il n'en reste pas moins qu'il est à considérer.

Cela dit, c'est une situation difficile, et les Kosovars veulent vraiment être indépendants : le noeud du problème est là. 

12:40 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Kosovo, Serbie |  Facebook | | |

Commentaires

C'est tout le problème de l'instabilité des frontières de l'Europe Orientale qui est illustré par celui du Kosovo. Il existe des territoires sécessionniste, je pense notamment à la Transnistrie, des peuples réclamant l'indépendance, surtout en Russie, avec aussi le problème de Kaliningrad et ces problèmes peuvent difficilement être réglés.

Le kosovo a vu tous les pays voisins accéder peu à peu à l'indépendance et voudrait faire de même, et je ne pense pas que nous ayons le droit de la leur refuser, tant que la minorité serbe est préservée, mais le morcellement de l'Europe Orientale, aux frontières ou même dans l'Union Européenne (Chypre) est vraiment problématique, et l'Union Européenne n'a pas l'air de vouloir chercher à résoudre ces problèmes larvés.

Écrit par : vincent15 | samedi, 19 janvier 2008

Bonjour
comme vincent je pense qu'il est difficile de refuser l'indépendance aux Kosovars puisque que ce sont leurs revendications qui ont entrainé l'explosion yougoslave. Même si les Serbes sont attachés à ce territoire pour des raisons symboliques comment dire aux kosovars que slovènes croates bosniaques et monténégrins ont droit depuis à l'indépendance mais toujours pas eux?

Écrit par : zapataz | samedi, 19 janvier 2008

Démographie du Kosovo: 92% albanophone, 4% serbe, 2% Bosniaque, 1% Rom, 1% Turc

Guerre du Kosovo: 10 à 12 000 albanophones et 3000 serbes sont morts, 2500 disparus (2000 albanophones), 200 mosquées sur 500 et une trentaine d'églises orthodoxes ont brûlé...

Il est très difficile d'envisager une cohabitation au sein d'une même fédération après cela; à la différence d'autres zones en conflit, plusieurs pays de la zone de taille similaire et tout aussi enclavés ont réussi à survivre (la couverture de l'UE favorise ce genre de choses).

Rares sont les zones aussi ethniquement homogènes et politiquement en accord (avec le souhait d'indépendance) qui demandent leur indépendance... 7 ans d'administration internationale du territoire avec la mise en place d'institutions indépendantes kosovars ont aussi permis de réaliser la viabilité d'une administration propre...

C'est une boîte de pandore qui s'ouvre, on ne peut le nier, mais c'est aussi un garde fous contre une administration centralisée non souhaitée par une immense majorité d'un territoire... puisse de nombreux gouvernements apprendre la leçon (notamment la Russie!)

Écrit par : ArnaudH | samedi, 19 janvier 2008

Le Kosovo est le cœur de la Serbie et cette dernière pourrait exister qu'avec les seuls territoires de Kosovo-Métochie et de Belgrade.
Même le Monténégro qui a eu son indépendance récemment plus facilement alors que son indépendance apparait encore comme moins légitime que celle du Kosovo.
Certes 90% de la population est albanophone, mais dans ce cas de nombreuses régions du monde devrait tout autant se séparer. La présence d'une population externe suite à une immigration ne suffit pas à définir la nationalité puis la séparation d'un territoire. Bientôt en Normandie devrons nous accepter l'indépendance de certains territoires car peuplés de nombreux britanniques? Absurde et partout ailleurs.
Rappelons le projet de Grande Albanie qui est toujours d'actualité. Voir la Macédoine...
Et puis si les occidentaux ne doivent pas faire du chantage d'un Kosovo indépendant contre un intégration européenne. Ils ne le font pas envers les autres états. Sans compter la création d'un précédent provocateur d'instabilités (Ossethie, Abkhazie, Catalogne, Ecosse, Flandre, Chypre...).
Sans oublier la résolution des nations unies garantissant LÉGALEMENT l'intégrité territoriale de la Serbie.
En outre, espérons le respect du droit international qui ne pourrait accepter que des "démocraties occidentales" justement, se permettent de le bafouer, aussi puissantes soient-elles.
Voici une manière des plus simples de créer de nouveaux conflits, de prendre la Serbie comme un bouc émissaire pour justifier la présence internationale sur le terrain et la guerre du kosovo. La mission de l'UE voulant remplacer celle de l'ONU sans passer par le Conseil de sécurité de l'ONU serait aussi illégitime.

Écrit par : Konràd | samedi, 19 janvier 2008

Je pense en effet que ce n'est pas simple : les objections que soulève Konrad se tiennent. Je pense que l'UE ne devrait pas donner l'impression qu'elle soutient d'une manière quelconque les sécessions en général.

Je sais que le Kosovo compte beaucoup pour les Serbes, mais je ne sais pas si c'est tout le Kosovo ou une partie du Kosovo seulement.

Écrit par : L'Hérétique | samedi, 19 janvier 2008

Les arguments de Konràd se tiennent.

Je crois que l'Hérétique à raison : le nationalisme Kosovar n'est pas plus acceptable que le nationalisme serbe. Et de toute façon ces pays on pour destin de se retrouver ensemble au sein de l'union Européenne.

Mais la guerre au Kosovo a changé la donne.

Je ne pense pas qu'une solution soit préférable à une autre, et on ne peut donner raison ni aux uns ni aux autres, mais quoi qu'on fasse une des parties sera lésée.

Écrit par : vincent15 | dimanche, 20 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.