Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 avril 2011

Nicolas Sarkozy apprend la fiscalité...

Ah. La majorité s'est enfin décidée à faire une réforme fiscale qui a une certaine cohérence. Évidemment, ce n'est pas idéal, mais c'est clairement en progrès.

Donc, oui, il fallait supprimer le bouclier fiscal. Non, nous n'avons pas les moyens de renoncer à l'ISF. Oui, il ne faut pas qu'il soit confiscatoire. Oui, bonne idée de taxer expatriés, évadés fiscaux et étrangers sur leur patrimoine en France.

En ce qui concerne les successions, l'alourdissement me paraît raisonnable.

Je ne délivre pas de satisfecit, mais c'est mieux. Après, il y a d'autres points à réformer, et par exemple, il faut appuyer et faire passer le projet de loi de Jean-Christophe Lagarde, député néo-centriste. Plus question de payer les plans sociaux des entreprises excédentaires, cela me semble en effet de bonne guerre. Tout le centre ou presque s'y est rangé, puisque l'amendement est présenté aussi, outre plusieurs autres néo-centristes, par les députés de l'Alliance Centriste, Thierry Benoît et Philippe Folliot ainsi que par un député MoDem, Abdoulatifou Aly.

Après l’article L. 1233-57 du code du travail, il est inséré un article L. 1233-57-1 ainsi rédigé : « Art. L. 1233-57-1. – L’autorité administrative peut, au vu de la situation économique de l’entreprise, refuser de signer les conventions permettant l’attribution des aides du fonds national de l’emploi pour la mise en œuvre du plan de sauvegarde de l’emploi. Dans ce cas, le financement de ce dernier est à la seule charge de l’entreprise. « Cette décision est rendue avant la dernière réunion du comité d’entreprise. Elle est communiquée à l’employeur et au comité d’entreprise ou, à défaut, aux délégués du personnel. « En l’absence de représentants du personnel, cette décision est portée à la connaissance des salariés par voie d’affichage sur les lieux de travail. »

Voilà, très bien...

Petite remarque : cela fait depuis le mois de novembre que J-C Lagarde a déposé son projet. Ce gouvernement a parfois du mal à déterminer où sont les priorités...

vendredi, 26 mars 2010

Moi, j'aime bien Philippe Folliot.

Ce n'est pas un billet long : juste pour dire que Philippe Folliot fait partie de ces centristes pour lesquels j'ai de la sympathie, de l'estime, et avec lesquels je partage nombre d'analyses en plus. Il appelle, je le sais, au rassemblement des centristes. Ce qu'il y a, c'est que moi, ce ne sera jamais sans Bayrou. Ah : jamais sans Bayrou, et jamais, également, en soutenant ou légitimant Nicolas Sarkozy, en raison  de l'état dans lequel il a mis la France et nombre de libertés publiques et économiques.

Pour revenir à mon député du Tarn, il faut partie de cette catégorie d'hommes politiques que j'aime bien : pas vraiment dans un parti (il n'était qu'apparenté à l'UDF, et il n'est qu'apparenté au Nouveau Centre aujourd'hui), libre de ses opinions, pas haineux, pas dogmatiques, un type sympa, quoi.

En soi, leur rassemblement des centristes m'intéresse plutôt, mais...n'est-ce pas un peu tard ? Comment être crédible aujourd'hui sans avoir jamais tenté sa chance, au moins au premier tour, contre l'UMP, si ce n'est à quelques municipales ?

Je pense toutefois que David a tout à fait tort de leur jeter la pierre. D'ailleurs, que celui qui n'a jamais péché leur jette la première pierre...

Non, bien aux antipodes, c'est une initiative que je regarde d'un oeil intéressé, tant qu'il ne se fait pas contre Bayrou et avec un véritable projet. Projet que j'imagine toutefois mal un Borloo porter alors qu'il a tout admis de Sarkozy sans ciller, contrairement à quelques parlementaires néo-centristes qui ont tout de même protesté de temps à autre.

A suivre, donc, d'un oeil bienveillant pour ce qui me concerne, et surtout, ne pas jeter l'anathème de notre côté : rappelons que ce sont nos proches cousins, et que la plupart d'entre eux ont accompagné Bayrou dans sa première traversée du désert.

Et pour conclure à propos de Philippe Folliot (tiens au fait, il vient de la montagne, comme Jean Lassalle), bonne chance à lui, bien évidemment.

mercredi, 30 mai 2007

Nouveau Centre et mensonges...

La presse dit n'importe quoi, et ce avec l'aval des «nouveaux centristes» qui loin d'être 23 ne sont que 18.

 

Voici le communiqué d'Anne-Marie Comparini à ce sujet :

« Une campagne de dénigrement des candidats restés fidèles à François Bayrou a surgi ces derniers jours, notamment concrétisée par l’insertion, dans la profession de foi de certains candidats UMP, d’un message de soutien soi-disant ratifié par la totalité des 23 députés UDF ayant rejoint la majorité présidentielle .

La première circonscription du Rhône n’est pas épargnée par cette manœuvre ; j’appelle manœuvre cette offensive mensongère destinée à ne reculer devant aucun moyen pour « étouffer » ceux qui ont osé rester fidèles à leurs discours et à leurs convictions.

Que certains se soient ralliés de manière inattendue, c’est une entreprise qui se passe de commentaire, comme celle de vouloir créer un parti « autonome » en n’hésitant pas à présenter des candidats aux législatives recrutés faute de prétendants dans sa famille ou parmi les chauffeurs et secrétaires de la formation à laquelle on appartenait.

Mais faire croire que les 23 élus ralliés auraient unanimement accepté de renier leurs anciens collègues, c’est tromper les électeurs, puisque nombre d’entre eux m’ont informée n’avoir pas été avertis de cette initiative. Et pour cause, puisque si on leur avait demandé, ils auraient refusé catégoriquement, comme me l’ont notamment assuré Bernard Bosson, Charles-Amédée de Courson, Philippe Folliot et Jean Luc Préel.

Je tiens par conséquent à dénoncer cette récupération qui donne une bien mauvaise image des mœurs politiques et je déplore que mon concurrent estampillé « majorité présidentielle » se soit révélé complice de cette triste manœuvre.

Le débat politique et électoral ne saurait être détourné par ce type d’initiative qui déshonore certains combats : la profession de foi exclut la mauvaise foi ». 

 

Pour information, et, sous toutes réserves, les députés du Nouveau Centre seraient :

 Jean-Pierre Abelin, Bernard Bosson, Charles de Courson, Stéphane Demilly, Francis Hillmeyer, Olivier Jarde, Yvan Lachaud, Maurice Leroy, Claude Leteurtre, Hervé Morin, Nicolas Perruchot, Jean-Luc Preel, François Rochebloine, André Santini, Rudy Salles, François Sauvadet, Rodolphe Thomas, Francis Vercamer.