Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 juin 2008

Insulte trotskyste, insulte en politique

Excellent travail que celui de cette équipe du CNRS au sein de l'Université de Bourgogne, qui s'est penchée sur l'insulte en politique au cours de l'histoire.

On rigole bien à la lecture du document, mais encore plus quand on va chercher du côté des trotskystes : on y apprend notamment que "centriste" est l'une des pires insultes sinon l'insulte suprême en langage trotsko. Voilà qui va bien faire rigoler le MoDem :-D

Les auteurs de l'étude s'intéressent aussi aux insultes politiques dans la littérature des auteurs les plus célèbres : ils ont relevé un passage d'anthologie dans le Roi Jean, pas piqué des vers, et ils comptent s'attaquer à Homère et Aristophane, apparemment. A mon avis, ils vont s'amuser. Dans l'Iliade, par exemple, il y a le discours d'Hector à Pâris, ou encore les échanges entre Thersite et Ulysse. Aristophane, cela regorge tellement de crudités de toutes sortes qu'il n'y a que l'embarras du choix...

J'ai trouvé sur le site quelques insultes assez rigolotes, à propos de Bonaparte en 1801 que je copie ici :

 « Malgré ce coquin de Bonaparte, nous viendrons à bout de tous. Ce Bonaparte n’est autre chose qu’un coyon couronné de bouzes de vaches. Nous le ferons péter.»

ça manque, ce vocabulaire fleuri, aujourd'hui. Manque d'imagination, sans doute...

L'insulte proférée par Patrick Devedjian à Anne-Marie Comparini (MoDem) il y a quelques mois est présentée et analysée dans « Salope, pute » (rubrique « insultés », gros plan « l'insulte à mort ? »).

mercredi, 19 septembre 2007

Anne-Marie Comparini, les Démocrates ont besoin de vous !

Rude coup pour le MoDem. Le retrait d'Anne-Marie Comparini de la vie politique est une mauvaise nouvelle. Cette femme courageuse et intelligente aura été une lumière dans la nuit, un symbole et un modèle pour son éthique sans faille. Pourquoi faut-il que les meilleurs partent-ils toujours ?

Vous avez encore le  temps de changer d'avis Anne-Marie. Nous autres, Démocrates, avons besoin de vous. Certes, les dernières élections vous ont éprouvée, mais vous êtes le leader inconstable de l'opposition démocrate à Lyon, et une figure morale nationale pour tous les militants MoDem.

Nous avons besoin de vous ! 

10:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : Comparini, MoDem, UDF |  Facebook | | |

mercredi, 30 mai 2007

Nouveau Centre et mensonges...

La presse dit n'importe quoi, et ce avec l'aval des «nouveaux centristes» qui loin d'être 23 ne sont que 18.

 

Voici le communiqué d'Anne-Marie Comparini à ce sujet :

« Une campagne de dénigrement des candidats restés fidèles à François Bayrou a surgi ces derniers jours, notamment concrétisée par l’insertion, dans la profession de foi de certains candidats UMP, d’un message de soutien soi-disant ratifié par la totalité des 23 députés UDF ayant rejoint la majorité présidentielle .

La première circonscription du Rhône n’est pas épargnée par cette manœuvre ; j’appelle manœuvre cette offensive mensongère destinée à ne reculer devant aucun moyen pour « étouffer » ceux qui ont osé rester fidèles à leurs discours et à leurs convictions.

Que certains se soient ralliés de manière inattendue, c’est une entreprise qui se passe de commentaire, comme celle de vouloir créer un parti « autonome » en n’hésitant pas à présenter des candidats aux législatives recrutés faute de prétendants dans sa famille ou parmi les chauffeurs et secrétaires de la formation à laquelle on appartenait.

Mais faire croire que les 23 élus ralliés auraient unanimement accepté de renier leurs anciens collègues, c’est tromper les électeurs, puisque nombre d’entre eux m’ont informée n’avoir pas été avertis de cette initiative. Et pour cause, puisque si on leur avait demandé, ils auraient refusé catégoriquement, comme me l’ont notamment assuré Bernard Bosson, Charles-Amédée de Courson, Philippe Folliot et Jean Luc Préel.

Je tiens par conséquent à dénoncer cette récupération qui donne une bien mauvaise image des mœurs politiques et je déplore que mon concurrent estampillé « majorité présidentielle » se soit révélé complice de cette triste manœuvre.

Le débat politique et électoral ne saurait être détourné par ce type d’initiative qui déshonore certains combats : la profession de foi exclut la mauvaise foi ». 

 

Pour information, et, sous toutes réserves, les députés du Nouveau Centre seraient :

 Jean-Pierre Abelin, Bernard Bosson, Charles de Courson, Stéphane Demilly, Francis Hillmeyer, Olivier Jarde, Yvan Lachaud, Maurice Leroy, Claude Leteurtre, Hervé Morin, Nicolas Perruchot, Jean-Luc Preel, François Rochebloine, André Santini, Rudy Salles, François Sauvadet, Rodolphe Thomas, Francis Vercamer.