Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 15 août 2008

Manaudou ou l'impossible jeunesse

Surenchérir sur ce qui a déjà été écrit et sera écrit à propos de Laure Manaudou ne servira sans doute pas à grand chose, mais, ses échecs m'inspirent quelques réflexions.

Entre une jeunesse heureuse et l'exigence d'une préparation sans relâche pour une compétition du calibre des Jeux Olympiques, il y a une impossible quadrature du cercle. On ne change pas un entraîneur avec lequel on gagne, et on ne change pas trois fois d'entraîneur avec une telle échéance en ligne de mire.

Laure Manaudou a un énorme potentiel, mais c'est encore une jeune fille, et une jeune fille fragile psychologiquement, qui plus est. Philippe Lucas, son ancien entraîneur le savait bien, et avait bien saisi les caractéristiques de cette jeune nageuse : énorme potentiel mais facilement découragée. C'est pour cela qu'il lui construisait un mental d'acier par un entraînement implacable : on n'a pas de regret quand on est déjà allé au bout de soi-même à l'entraînement.

Ce qu'a fait Laure Manaudou ces derniers mois, un people peut se le permettre, à la rigueur un joueur de football, mais pas une candidate au titre olympique.

En même temps, cette jeune fille a envie de vivre sa jeunesse, et c'est bien humain. Il aurait fallu, je le crois, lui exposer cette alternative en termes clairs, en respectant sa décision. Mais, dans le second cas, il lui appartenait alors de laisser la place à d'autres. Si Philippe Lucas a péché dans sa gestion de Laure Manaudou, c'est sans doute faute de bien lui avoir mis en face des yeux cette alternative. Si elle l'a quitté, c'est sans doute qu'elle a imaginé que les deux étaient possibles en même temps...

vendredi, 06 juin 2008

Champions à crédit : Platini a raison !

J'ai lu avec attention les propos de Michel Platini à propos de la Ligue des Champions (Championsleague) en football, et je trouve qu'il a tout à fait raison. Les grands clubs, notamment anglais, trichent, parce qu'ils vivent à crédit en réalisant des dettes de plus en plus monstrueuses, et du coup, assèchent les clubs raisonnables tout en faisant monter les enchères des salaires.

Platini réclame des règles claires de la part de la FIFA et de l'UEFA. Il me semble que l'Europe pourrait peut-être proposer une loi européenne sur tous les clubs sportifs, pas seulement de football, sur ce sujet. 

Ces dettes, cela ne vous rappelle pas quelque chose de désagréable, vous ? Moi si...

En tout cas, Platini a la mérite de lutter contre la merchandisation totale du football et l'argent-roi dans ce sport, et je trouve qu'il mériterait d'être aidé et soutenu, car son combat est estimable. On ne pourrait pas lui donner un coup de main, au MoDem ? et peut-être même proposer une action au sein de l'ADLE, au parlement européen, par exemple ? Je crois que Platini propose que le football déroge à la règle commune dans le domaine commercial, afin d'en moraliser les pratiques, je le cite :

Oui, je souhaite que l'on reconnaisse la spécificité du football. Ce sport ne doit pas relever strictement du droit de la concurrence. Pour l'instant, l'Europe ne veut rien entendre. À nous de convaincre pour faire valoir des règles particulières sur le transfert des jeunes, la protection des mineurs, le contenu des premiers contrats en club pro, la naturalisation des joueurs... Ou encore la composition des équipes pour que figurent davantage de nationaux et de joueurs formés au club dans les effectifs. L'Europe, aujourd'hui, interdit tout ça au nom de la libre circulation des travailleurs.

Il paraît qu'il a rencontré Sarkozy et que ce dernier a plein d'idées...wait an see, mais je suis sceptique. En revanche, il dit aussi que Jouyet s'est emparé du sujet, et ça, c'est plutôt bon signe.

mardi, 11 mars 2008

Paris 14ème, lieu de culture et de loisirs pour le MoDem

581821186.jpgOtium et studium disaient les Romains pour évoquer l'activité des citoyens éduqués : le loisir et l'étude. Assez amusant, d'ailleurs, de songer que le negotium (qui a donné négoce, commerce) est l'absence d'otium (loisir). Le loisir chez les Romains ne se restreignait pas à s'adonner aux plaisirs vils, mais bien à cultiver le corps et l'esprit. Studium désignait l'ardeur intellectuel, la diligence dans les exercices de la pensée sous toutes ses formes.

Eh bien, je trouve que l'otium et le studium caractérisent assez bien le projet du MoDem dans le 14ème arrondissement, dans lequel Marielle de Sarnez conduit une liste pour le second tour des municipales. 

Tout d'abord, une priorité : faire en sorte que la culture s'ouvre à tous, et surtout, soit plus proche. Pour cela, voilà ce que propose le MoDem dans le 14ème  :

- Créer un deuxième Conservatoire de musique dans le quartier de la Porte de Vanves pour doubler le nombre de places offertes.
- Prévoir une ouverture 7 jours sur 7 des trois bibliothèques de l'arrondissement et élargir leurs horaires d’ouverture. Augmenter le nombre de postes informatiques.
- Créer une salle de répétition insonorisée et sécurisée dans chacun des quatre quartiers de l’arrondissement : Montparnasse, Plaisance, Petit Montrouge et Parc Montsouris.

ça, je trouve que c'est une idée importante, et je pense à vrai dire, aux amateurs de percussions ou d'orgue. Dans des salles classiques, pas moyen de pousser le décibel sans en faire profiter tout le quartier (ce qui n'est pas forcément heureux quand il s'agit d'un débutant, sans vouloir être vexant...). L'ouverture 7 jours sur 7 des bibliothèques, très bien : souvent, le dimanche est le seul jour vraiment de disponibilité pour s'y rendre pour les familles, et puis l'ouverture le soir, cela permet aussi un accès aux étudiants qui bossent pour payer leurs études !

- Étudier la construction d'une médiathèque moderne dans le sud de l’arrondissement.
- Favoriser le développement des ateliers d'artistes.
- Préserver le site de la ferme Montsouris, rue de la Tombe Issoire, lieu d'histoire de notre arrondissement.

Un petit commentaire à ce sujet : Bertrand Delanoë et Pierre Castagnou ont prétendu ne pas être au courant du conflit qui opposait promoteurs immobiliers et collectifs associatifs pour la préservation du site, or, les responsables juridiques de la ville ont plaidé...du côté des promoteurs CONTRE le collectif d'associations !!! Hmmm ? Duplicité ? Finalement, la mairie de Paris a fini par tenter de préempter le terrain mais a perdu ses deux procès contre les promoteurs. Heureusemen, le collectif d'associations, lui, a été beaucoup plus efficace et a obtenu l'interdiction de toute nouvelle construction sur le site. Mais l'affaire n'est pas finie, et il ne faut pas la lâcher...

Ensuite, l'école, évidemment. Le saviez-vous ? Le mot école vient du grec σχολὴ qui signifie, vous l'auriez deviné...loisir ! La priorité, c'est l'excellence pour tous ! 


- Faire un état des lieux des toilettes dans les trente-quatre écoles primaires de l’arrondissement et rénover l'ensemble des toilettes
pour la rentrée 2008.
- Sécuriser les abords de toutes les écoles en généralisant les zones 30 avec des ralentisseurs.
- Transformer les études surveillées en études dirigées jusqu'à 19 heures.
- Mettre en place, dans les écoles, les moyens informatiques les plus modernes (haut débit filaire, espace numérique des savoirs, mise en
réseau des écoles, site internet).
- Expérimenter l'apprentissage d'une langue vivante dès le CP.
- Accroître la part du bio dans les cantines des écoles, sans augmenter le prix du repas.

 Sana mens in corpore sano, disaient les Anciens (un eesprit sain dans un corps sain). Place au sport !

 - Étendre les horaires d’ouverture des installations sportives (espace Rosa Parks, centre sportif Jules Noël,...), notamment en soirée mais aussi pendant le week-end et les vacances.
- Soutenir les petits clubs sportifs de quartier : accès privilégié aux installations sportives, aide au transport,...

Etendre les horaires d'ouverture des installations, j'espère qu'on va y parvenir, et je pense notamment aux psicines, dans lesquelles je regrette que l'on ne puisse nager ni le matin, ni le soir. Les petits clubs sportifs seraient également bien aidés s'ils pouvaient accroître l'amplitude horaire de leurs accès aux stades et complexes sportifs, en effets, ce qui leur permettrait de dégager de nouvelles tranches horaires ; or, sur ce dernier point, il y a un problème, parce que la plupart des cours, y compris pour les enfants, sont concentrés sur les après-midi et après l'école. 


Ah oui, au fait, pour avoir un apperçu de l'offre dans le 14e, quelques chiffres : il compte 3 musées, 10 théâtres, 9 cinémas, 3 bibliothèques municipales, 1 bibliothèque universitaire, 1 conservatoire de musique, 20 écoles maternelles, 14 écoles élémentaires, 9 salles de sport, 2 piscines, 3 stades.