Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 avril 2013

Qui a agressé Wilfred ? Aux sources de l'homophobie.

J'avais écrit une première version de ce billet mais elle a été très mal accueillie, y compris par mes propres amis, sans doute parce qu'elle était maladroite. Je n'en ai pas moins l'intention de dire ce que j'avais à dire.

Je reprends :

Une photo d'un homosexuel agressé violemment ce week-end tourne pour dénoncer l'homophobie en plein débat au Sénat sur le mariage pour tous.

Les victimes déclarent être dans l'incapacité de désigner leurs agresseurs. Cela m'a semblé fort étrange. Une chose en tout cas, était claire, c'est que l'agression avait un caractère homophobe puis le groupe d'individus qui s'en est pris à Wilfred et son compagnon les a apostrophés de manière à bien leur faire comprendre qu'ils étaient identifiés comme homosexuels.

Aux racines de l'homophobie, on distingue deux sources en France, même si l'une et l'autre se sont entretenues dans le terreau fertile en haines d'une société patriarcale.

Il y a d'abord l'homophobie traditionnelle, dont le christianisme avec son rejet de la licence sexuelle romaine est très certainement la source, mais il y a aussi un courant plus récent, quasiment l'une des marques de fabrique des cités de banlieue, l'homophobie qui a prospéré au sein d'une culture nord-africaine et proche-orientale imprégnée d'Islam.

L'Islam a des qualités indéniables, mais certainement pas dans le domaine de la tolérance sexuelle. Plusieurs pays islamiques condamnent les homosexuels à mort, ou, à défaut, à de lourdes peines. A niveau de vie équivalent, aucun pays chrétien n'en fait autant. Il y a donc un rejet particulier de l'homosexualité, propre à l'Islam, plus fort que dans les autres religions.

Côté occidental, c'est l'intégrisme religieux et les courants politiques qui font l'apologie d'une société patriarcale, comme c'est le cas à l'extrême-droite, qui rejettent le plus violemment l'homosexualité.

Wilfred a accusé  Guaino, et d'autres apôtres de la manif pour tous d'avoir suscité son agression. Si Wilfred et son compagnon ont été agressés par des intégristes du genre de Civitas, on peut penser que l'état de tension entretenu par certains discours est en effet propice à des réactions toujours plus violentes. Mais si les agresseurs sont plutôt ces voyous, très précisément que je qualifie de racaille, qui se targuent d'Islam sans en respecter l'essence pour faire valoir le droit du plus fort, le leur, alors je doute que Guaino y soit pour quelque chose. C'est plus vraisemblablement la culture toute patriarcale mâtinée d'Islam qui florit en Afrique du Nord particulièrement qu'il faut mettre en cause.

En plein XIXème arrondissement, je penche plutôt pour les seconds que les premiers. Mais l'enquête finira de toutes façons par l'établir puisque Wilfred a porté plainte.

Je doute fort que la voyoucratie des cités écoute Guaino (ce qui ne le dédouane pas pour autant). La racaille s'en est toujours prise aux homosexuels, avec ou sans débat à propos du mariage homosexuel.

Les lecteurs un peu trop bien intentionnés ont crié haro sur le baudet immonde à la lecture du premier jet de ce billet, faisant valoir que je pointais l'immigration nord-africaine. Je ne pointe pas les immigrés en général. Je dis simplement que cette homophobie-là, oui, est importée. Ceci ne signifie pas que les immigrés seraient tous des agresseurs homophobes, comme on a tenté de me le faire dire en commentant mon billet. 

 On ne résoud pas un problème en l'occultant et il émergera d'autant plus fortement qu'on a cherché à le celer profondément parce qu'il était dérangeant.

Il y a une corrélation entre le sort qu'une culture patriarcale réserve aux homosexuels et la manière dont elle traite les femmes. Si cette culture méprise les femmes, elle verra dans l'homosexualité un miroir de la femme et méprisera aussi les homosexuels.

L'immigration nord-africaine, bien heureusement, est loin d'être réductible à cette culture-là. Et cette culture-là n'est pas non plus exclusivement constitutive du Maghreb ou du Proche-Orient. Il n'y aurait pas eu d'Omar Khâyyam, de Nomhäs d'Avicenne, d'Averroès, de Khalil Gilbran, d'Al-Arabi et bien d'autres sages et esprits libres de cette région du monde encore si cette réduction était exclusive.

Mais elle en est un élément constitutif, qui demeure puissant encore, de la même manière que le patriarcat du XIXème siècle en Europe sur fond de nationalisme a préparé les guerres terribles qui ont secoué par la suite l'Europe.

Il ne faut donc se voiler la face ni d'un côté...ni de l'autre si on veut lutter efficacement contre la pestilence homophobe.

16:19 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : immigration, homophobie |  Facebook | | |

samedi, 30 avril 2011

Où doivent-ils/elles passer aux toilettes ?

Je viens de prendre connaissance d'une vidéo assez violente, puisqu'il s'agit d'un transsexuel qui se fait agresser dans un MacDonald à Baltimore aux USA.

Pour autant, j'ai bien observé la vidéo et réfléchi à la quesion. J'ai lu dans de nombreux commentaires qu'il s'agissait d'une agression homophobe, voire même peut-être raciste puisque la victime est blanche et les deux adolescentes qui la frappent à de nombreuses reprises, noires.

J'ai le sentiment que ce n'est pas le problème. Soyons précis : en la circonstance, il s'agit d'un homme qui a choisi de devenir une femme. Les deux jeunes filles qui s'en prennent à cette dernière/ce dernier sont des adolescentes. Elles semblent avoir conscience qu'il s'agit d'un homme à la base. Or, je constate que l'agression se produit devant les toilettes.

Du coup, je me suis demandé si elles n'agressent pas leur victime surtout parce qu'elles estiment que c'est un homme qui essaie de rentrer dans des toilettes pour filles.

Sans doute s'ajoutent-ils à cela des sentiments fort peu chrétiens envers quelqu'un de différent, mais, tout de même, mon impression est que c'est bien la cause première de l'attaque.

Pour des esprits manifestement frustes, ce peut être difficile à admettre. Mac Donald a évidemment communiqué, mais quand on voit la passivité de son personnel, on peut se poser des questions sur la qualité de son recrutement, d'autant que les McDo sont censés tous disposer d'un vigile, en principe.

Reste celui qui a filmé : celui-là, il est clairement animé par des mobiles homophobes, et d'ailleurs, il incite les deux furies à partir avant l'arrivée de la police. Il est un peu c... car en mettant en ligne la vidéo, il a donné tous les éléments permettant de l'identitfier ainsi que les deux délinquantes.

mardi, 31 mars 2009

Orelsan aux prises avec la blogosphère !

Le rappeur Orelsan s'en tire à bon compte. Le printemps de Bourges a botté en touche , car le bleuglement (je n'ose parler de musique) "sale pute" ne faisait pas partie de la programmation. Le Printemps de Bourges a estimé qu'Orelsan était un artiste. Il le maintient donc dans sa programmation.

Il faut dire qu'il en tient une couche, le rappeur. Oh, certes, il avait "retiré" sa "chanson". Il n'empêche qu'elle circule largement sur la Toile et contribue à son "succès" chez la racaille des cités. Chez les autres, il y a une mode qui consiste à s'identifier à la racaille, y compris au sein de la jeunesse aisée, pour se rassurer en se donnant des airs de voyous. Si les voyous n'étaient pas constamment glorifiés par les médias, mais traités comme il le convient, c'est à dire à coup de matraque et mis en prison, cette jeunesse-là serait certainement moins tentée d'imiter ses codes.

Cela dit, j'ai pu constater avec un fort agacement que la misogynie n'était pas le privilège de nos cités de banlieues et de la racaille. Les réctions de mâles pourtant modérés que j'ai pu lire sur mon blog à la suite de mon premier article montre que cela ne les choquait pas plus que ça, "sales putes", "je vais t'avorter à l'opinel" et cetera...

[EDIT] Et hop, grâce à Antoine qui commente ce billet, un autre extrait dans une autre chanson des éructations du demeuré. Cette fois, il s'agit de comparer les filles à des truies...(Courez, Courez)...

Cherche pas, la mienne est plus grosse que la tienne,
j'parle de la chienne que j'ai fait aboyer la veille,
j'me rapelle plus d'sa téte, j'sais juste qu'elle était dégueulasse,
j'ai mal au dos, j'ai dormi par terre, parce qu'elle prenait deux places,
j'suis veilleur de nuit/ baiseur de truies

[/EDIT]

En tout cas, l'indignation s'est répandue sur la Toile, et le JT de TF1 l'a évoquée, sans compter de nombreux journaux. Seulement, voilà, ce n'est pas tout. Il se trouve que j'ai lu pas mal de  commentaires sur le blog le féminin l'emporte, là où j'avais trouvé initialement l'information, et j'ai appris qu'il existe une autre "chanson" dont le titre est "changement".

Mais que les lecteurs du blog jugent sur pièces...

«En boîte la CC circule, les pédés gesticulent,
(...)
Les mecs fashion sont plus pédés qu'la moyenne des phoques
(...)
Les mecs s'habillent comme des meufs et les meufs comme des chiennes
Elles kiffent les mecs effeminés comme si elles étaient lesbiennes»

Homophobe ? Ça y ressemble fort. Il faut dire aussi qu'il faut vraiment avoir l'esprit tordu pour inventer le mot "marie-trintigner" (J'aime pas la saint-valentin), en référence à Marie Trintignant. Je ne comprends pas que sa famille n'ait pas encore porté plainte. Elle devrait le faire. Peut-être faudrait-il l'en informer, d'ailleurs.

Cela dit, la levée de boucliers parmi les blogs féminins et les quelques blogs masculins qui se sont sentis concernés n'aura pas été sans effet : le festival bruxellois "Nuits botaniques" a annulé son concert prévu le 12 mai. La direction des Francofolies à la Rochelle réfléchit sur son cas et envisage fortement d'en faire autant. Maigre consolation, mais consolation tout de même : nos indignations à tous et à toutes n'auront pas été complètement vaines.

Ah, et un détail encore : la maison de production d'Orelsan, Wagram Music a laissé un commentaire sur le blog le féminin l'emporte (26 mars 17h35). Le voici :

Bonjour,

Suite aux différentes opinions récemment émises sur la chanson "Sale Pute" d'OrelSan et aux demandes et tentatives de déprogrammation d'OrelSan du Printemps de Bourges, l'artiste et son entourage souhaitent faire les précisions suivantes :

Cette oeuvre de fiction a été créée dans des conditions très spécifiques relatives à une rupture sentimentale. Comme Orelsan le stipule dans l'introduction de sa chanson, ce texte met en scène un jeune homme qui, apprenant que sa petite amie l'a trompé, décide de noyer son chagrin et sa colère dans l'alcool. Sous influence, il se met alors derrière son ordinateur et écrit cette lettre en forme d'exutoire de la passion qui le dévore. Nous sommes alors exclusivement dans l'expression d'une pulsion que toute personne à qui ce type de mésaventure serait arrivé aurait pu être amené à ressentir dans ce genre de situation. En aucun cas ce texte n'est une lettre de menaces, une promesse de violence ou une apologie du passage à l'acte.

Comme toute création artistique, aussi violente soit elle, cette narration ne peut et ne doit pas être sortie de son contexte.

Conscient que cette chanson puisse heurter, OrelSan a décidé il y a quelques mois de ne pas la faire figurer dans son album ni dans ses concerts, ne souhaitant l'imposer à personne.

Nous sommes désolés que ce texte ait pu choquer certaines personnes.

En aucun cas OrelSan ne se pose en agresseur de la gent féminine.


Cordialement,


3ème Bureau / Wagram Music

Cela dit, ce qui est insupportable, dans ce genre d'histoires, c'est de voir les pseudo-intellos à la c... prendre le relais et justifier Orelsan. Toujours sur le blog le féminin l'emporte (décidément une mine d'informations sur le sujet) on trouve un extrait de la chronique de Patrick Cohen interviewant Claude Askolovitch sur Europe 1. Askolovitch défendant Orelsan au nom de la liberté d'expression, c'est trop fort !

C.A : Non on doit s’indigner mais l’indignation c’est banal, on doit agir contre la réalité des violences faites aux femmes, on peut aussi si l’on veut s’interroger sur le danger des mots et sur l’idée même d’une censure contre le machisme pourquoi pas ?
Mais ce qui se passe autour d’Orelsan, c’est du lynchage bien pensant: ni Putes ni Soumises menace de boycotter le Printemps de Bourges si Orelsan n’est pas déprogrammé, les Francofolies de La Rochelle se demande s’il ne faut pas l’exclure, des journalistes vertueux s’indignent que d’autres journalistes mélomanes ont pu défendre ce chanteur que eux manifestement n’ont jamais écouté.
Orelsan c’est un rappeur ironique de 25 ans, pas un tueur, il brosse le portrait des perdants de sa génération, il est triste et drôle avec les mots durs de son époque.
On est en train d’en faire à tort le symbole même de la brutalité masculine, on a inventé un diable à abattre
.

Ben voyons...Askolovitch ferait bien de réfléchir avant de parler. Déclarer que c'est de la bien-pensance que de chanter les tortures et les violences que l'on peut faire aux femmes, c'est se f.... de la g.... des gens et surtout des femmes. Le bien-pensant, c'est Askolovitch qui braie avec les bobos et tout le star-system à la privation de liberté d'expression. Tiens, au fait, Askolovitch qui a jusqu'ici toujours réagi contre l'anti-sémitisme, continuerait-il à défendre la "liberté" d'Orelsan si on remplaçait "pute" par "juif", par exemple, et je me garde de trouver un équivalent plus violent, parce que ce qui correspond à pute pour une femme, c'est youpin pour un juif. Notez que je ne prise vraiment pas ce genre de comparaisons et que je conchie l'anti-sémitisme autant que le sexisme violent comme celui d'Orelsan. Et des dérapages anti-sémites, chez les rappeurs, il y en a pas mal aussi...

S'il faut élargir un jour vraiment le sujet, il faudra bien évoquer de manière plus large la talibanisation d'une frange non-négligeable des banlieues. Violence, haine des femmes, haine des différences dans un premier temps. Haine du juif dans un second temps. Conversion à l'islamisme radical dans un troisième temps pour expier les "fautes" et donner un sens à la délinquance, tout cela sous l'oeil bienveillant d'imams ultra-radicaux et auto-proclamés (qui les a reconnus ? personne si ce ne sont des Madrasas à Lahore ou à Kandahar). Oui, il faudra élargir ce sujet, parce que ce mépris des femmes dans les cités des banlieues a une source, et cette source, elle a une origine dont il faudra bien finir par dire le nom...Il y a, hélas, toujours eu de la violence contre les femmes, plus encore, d'ailleurs, dans les pays latins (voir l'Espagne, par exemple) que dans les pays nordiques. Mais la violence qui s'exerce contre les femmes aujourd'hui dans les cités  en France et qui contamine lentement toutes les banlieues a une origine exogène. Cela aussi, il faudra le dire un jour.

11:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (49) | Tags : orelsan, violence, femme, homophobie |  Facebook | | |