Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 décembre 2009

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danmark

«Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danmark» est l'un des vers les plus connus de ceux qu'a écrit Shakespeare. C'est Marcellus qui prononce ces mots à la scène 4 de l'acte I d'Hamlet. Hamlet vient de voir un spectre que Marcellus et Horacio, ses amis ne voient pas. Décontenancés et ne comprenant pas son attitude, ils décident malgré tout de le suivre. La réponse d'Horacio à Marcellus est d'ailleurs édifiante :

«le Ciel y pourvoira.» ...

S'il y a quelque chose qui m'interroge, c'est tout de même le nombre de défections qu'a connu le MoDem. Et je ne parle pas de celles qui ont une cause politique identifiée, mais des autres. Il y a bien sûr des maniaques (que je soupçonne d'être dangereux comme le sont tous les individus qui sont obsessionnels) mais aussi des militants très rationnels et tempérés parmi ceux qui sont partis ou se sont mis en retrait. Pour ma part, je connais (un peu) surtout les parcours des militants de l'île de France, ainsi que quelques autres en régions. Il y en a au moins quatre dont je veux parler, parce que leur retrait ou leur départ est un gâchis humain.

La première (c'est une femme), c'est la coordinatrice (et largement conceptrice) du programme du MoDem sur les questions sociales, et particulièrement de la petite enfance  lors des municipales de 2008 à Paris : Christelle de Crémiers. Christelle était très bien implantée dans le 17ème arrondissement de Paris. C'était une élue municipale, elle avait tissé un réseau de relations avec les associations locales. Il eût été naturel qu'elle prît la tête de liste du MoDem dans cet arrondissement. Pourquoi avoir placé à la place Pierre-Emmanuel Portheret qui était lui-même implanté dans le 16ème arrondissement, tout cela pour faire une place à Jean Peyrelevade là-bas ? le même Peyrelevade a démissionné quelques mois plus tard parce qu'en fait, être élu municipal,  cela ne l'intéressait pas. En 2008, nous avons frisé les 10% dans le 17ème. Je suis convaincu que Christelle les aurait franchis. Il eût fallu au minimum offrir des compensations à Christelle en interne, d'autant qu'elle avait prouvé par son travail dans les commissions qu'elle avait de véritables capacités de synthèse et de coordination.

La seconde (c'est encore une femme), c'est Quitterie Delmas. Je pouvais avoir des différences avec Quitterie, notamment en termes de positionnement politique, je n'en appréciais pas moins sa capacité à fédérer un grand nombre d'individus dans son sillage et sa présence médiatique. Elle est finalement partie : c'est pourtant quelqu'un qu'il eût été un atout de compter dans ses rangs par les temps qui courent.

Le troisième s'appelle Thierry (je n'en dirai pas plus sur son identité) et a ouvert récemment un blog. Il y regrette, d'ailleurs, le MoDem du temps jadis. Thierry, c'est un ami, un homme loyal et juste ; un idéal d'humanisme. Une encyclopédie vivante : tous les sujets l'intéressent. Quand je le lis, je bois ce qu'il écrit. J'ai eu quelques moments difficiles sur ce blog : il était là à chaque fois. Il est parti en raison d'une sombre affaire dont je n'ai pas les tenants et les aboutissants, mais dont il eût fallu percer l'abcès une bonne fois pour toutes par une procédure de conciliation ad hoc.

Le quatrième, enfin, c'est Christophe Ginisty. Quoi qu'il en dise, ce n'est pas sur des idées, pas même sur des procédures que Christophe poursuit une vendetta personnelle mais sur une erreur humaine. Bayrou a ce travers qu'il peine à reconnaître ses erreurs, bien sûr dans le domaine tactique, mais bien plus encore dans le domaine humain. Il admet être trop fier et batailleur, mais n'en tire pas les conséquences. Il s'est heurté avec Cohn-Bendit, par chance, ce dernier n'est pas rancunier. Avec Christophe, il en va autrement : Bayrou faisait confiance à Christophe et Christophe appréciait personnellement Bayrou. Il l'appréciait et a pris sur lui à de nombreuses reprises. Par exemple, Bayrou avait confié à Christophe de coordonner un groupe d'adhérents afin de mettre en place un réseau social via une plate-forme pour le MoDem. Bayrou est fasciné par wikipedia. Fasciné au point d'imaginer que le modèle est transposable, alors qu'en réalité, il est unique, et, à mon avis, très difficilement imitable. Bayrou a ce travers gaullien de penser que l'intendance suivra. Le problème, c'est que l'intendance, elle en a sa claque, parfois. Et ça, c'est le genre de choses qui passent un peu au-dessus de sa tête, à Bayrou. Le groupe que Christophe animait était de surcroît constitué de bénévoles. Il était évident que ce groupe aurait le plus grand mal à finaliser la plate-forme voulue dans les temps impartis. Il eût fallu au moins payer à plein temps un développeur. D'ailleurs, le résultat final, bien qu'inachevé, présentait bien.

Or, que fit Bayrou ? Eh bien il fit appel discrètement à une société privée sans en avertir Christophe. C'est elle qui a développé lesdemocrates.fr . Christophe l'apprit à peine deux semaines avant son lancement. Il dut prendre donc sur lui de l'annoncer à son équipe et d'endosser les critiques et les défections qui s'ensuivirent. Pour avoir avalé la couleuvre et encaissé à la place de Bayrou, il eût dû être remercié mille fois. S'il y a bien une preuve de fidélité et de courage, c'est bien celle-là !

Bayrou avait toujours voulu ce qu'il appelle des auto-moteurs, c'est à dire des individus indépendants, qui promeuvent le MoDem et ses idées à échelle locale voire plus quand c'est possible.

Christophe obtint une sixième place sur la liste des Européennes en île de France. Il savait que la place n'était pas éligible (à moins de faire un score monumental) mais c'était tout de même une forme de reconnaissance dont il se satisfit.

Après les Européennes, de nombreux militants ruèrent dans les brancards. Christophe eut alors une initiative que je juge intelligente : il prit la tête de la fronde et tenta de la canaliser. Ce fut les Promoteurs.

Or, Bayrou fit une erreur tactique qui ne laisse pas de continuer à m'étonner : il eût valu mille fois mieux une opposition interne coordonnée et canalisée par Christophe, qui était sur le fond un ami, que dispersée et en proie à des voix autrement plus hostiles, voire malfaisantes.

Non seulement Bayrou ne comprit pas ce que Christophe avait voulu faire, mais il lui en tint rigueur. Et lors du Conseil National du 04 juillet, il lui lança au visage deux attaques très blessantes et injustes.

1. il lui reprocha d'avoir profité du "système". S'il y a bien quelqu'un qui aura donné de lui-même au MoDem et à Bayrou sans jamais en profiter, c'est bien Christophe. Quelle injustice ! Il n'a profité de rien du tout si ce n'est des baffes vers la fin...

2. Plus gonflé : il lui fit le reproche de ne pas avoir finalisé la plate-forme qu'il avait attendu, et donc, de ne pas être fiable. Il faut le lire pour le croire. Je dois être honnête : si j'avais été à la place de Christophe, je lui aurais soufflé dans les bronches. C'est du foutage de gueule ! j'aime bien Bayrou, mais, à mon avis, de temps en temps, il a besoin de se faire claquer.

Il faut toutefois préciser que Bayrou était alors dans une mauvaise passe : il avait mal digéré l'échec des Européennes, et puis il avait ses propres soucis personnels. Il n'en reste pas moins que lorsqu'on est un chef de parti, il faut souvent prendre sur soi, et surtout, on ne laisse pas partir quelqu'un de la valeur de Christophe Ginisty. Le problème, c'est que Bayrou s'est braqué.

Les choses se sont alors dégradées de plus en plus vite (Christophe est aussi fier et buté que Bayrou...) avec quelques attaques pas fameuses de Christophe...(j'ai fait les frais de la moins "méchante" d'entre elles).

Je connais assez bien Christophe, on a souvent échangé. Sur les procédures, il n'y pas l'ombre d'une épaisseur de papier entre nos vues respectives. Politiquement, il est plus à gauche que moi, mais on est très proche. C'est quelqu'un pour qui j'ai de l'estime, et je pense que dans son domaine, la communication sur internet, il est excellent. Malheureusement, le MoDem l'aura appris à ses dépens ces derniers mois.

C'est donc un homme blessé qui écrit sur son blog à l'heure actuelle, même si le temps passant, les plaies se cicatrisent. Est-ce qu'il eût été (serait ?) compliqué à Bayrou de prendre son téléphone, d'appeler Ginisty et de lui dire : Christophe, je le reconnais, j'ai été injuste envers toi, je m'en excuse.

Je soutiens le MoDem, y compris parfois quand je ne suis pas d'accord (avec toutefois des limites), mais par moment, il faut que la soupape de sécurité s'ouvre. Même si je n'ai rien dit à l'époque, je n'en pense pas moins que les torts ne sont pas du côté de Christophe dans cette histoire, pas plus qu'ils ne l'étaient du côté de Christelle.

Tout cela, bien sûr, c'est de la petite histoire, mais la petite histoire est faite aussi d'histoires individuelles, d'hommes et de femmes, et souvent, il faut commencer par l'écrire avant de pouvoir écrire la Grande Histoire : le Ciel n'y pourvoira pas indéfiniment...

 

10:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (51) | Tags : bayrou, ginisty, crémiers |  Facebook | | |

lundi, 22 septembre 2008

Après la pluie, le beau temps...

A moins d'une semaine du vote du 27 septembre, deux listes sont désormais en concurrence à Paris :

Ensemble pour un Paris Démocrate

Un Nouvel Elan

Marielle de Sarnez conduit la première liste, tandis que Christelle de Crémiers a pris la tête de la seconde.

Chaque liste a établi un projet de gouvernance locale disponible sur les deux sites.  Pour ma part, je soutiens la liste de Marielle de Sarnez, mais je tiens à donner la précision suivante : je le fais pour Marielle de Sarnez elle-même, pour laquelle j'ai la plus grande estime. Je sais que le pardon et la capacité à faire des concessions sont des vertus politiques, mais il y a certaines choses qui doivent sortir quand elles pèsent un peu trop lourd sur le coeur. J'espère que certaines personnes qui se sont ralliées à Marielle de Sarnez aujourd'hui sauront faire preuve de loyauté dans les moments difficiles à l'avenir. J'ai le souvenir d'avoir lu les commentaires fort peu amènes de certains dans les moments les plus critiques, c'est à dire lorsqu'il fallait resserrer les rangs. Et des commentaires peu amènes qui visaient entre autres Marielle, et même parfois François Bayrou. Alors évidemment, c'est facile de rappliquer quand l'orage est passé...Sans doute est-ce cela, rassembler. Moi, je ne suis pas un rassembleur...

On va me dire que j'ai du ressentiment, mais je fais partie d'une espèce qui n'oublie pas. A côté de cela, je tiens aussi à préciser, que Christelle, pour laquelle j'ai une très grande affection, n'a jamais failli, elle, dans les moments décisifs. Je ne vais pas me faire que des copains en disant cela, mais autant le balancer maintenant une bonne fois pour toutes.

13:15 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : modem, crémiers, sarnez |  Facebook | | |

jeudi, 04 septembre 2008

Je soutiendrai Marielle (de Sarnez)

Le MoDem renouvelle ses instances départementales et organise à cet effet des élections internes le 27 septembre prochain. Trois listes au moins concourrent, dont celle de Marielle de Sarnez, d'un côté, Ensemble pour un Paris démocrate, et celle de Christelle de Crémiers, de l'autre, dont je ne connais pas le nom. Je sais qu'il existe une troisième liste conduite, je crois, par Antonio Duarte.

J'ai, pour ma part, hésité un certain temps : il se trouve que deux personnes, par-dessus tout, m'ont amené à adhérer un jour l'UDF. François Bayrou, bien sûr, mais aussi Marielle de Sarnez, dont je suis le parcours politique depuis un moment, et pour la quelle j'ai la plus grande estime. Il n'y a là rien de nouveau, et j'ai eu l'occasion de le faire savoir de longue date sur ce blog.

Marielle de Sarnez est du bois que l'on ne corrompt pas, de celui qui résiste à toutes les tentations, c'est une femme politique qui est demeurée, en dépit des appels parfois pressants, toujours fidèle à ses convictions. En même temps, c'est aussi quelqu'un qui a toujours su conserver une juste distance, vis-à-vis du pouvoir et de la politique en général. La lecture de son livre, Féminin au singulier, atteste bien de la sérénité certaine qui accompagne ses actions. Elle a toujours considéré avec philosophie les aléas de la vie politique. C'est l'une des qualités que j'apprécie tout particulièrement chez elle. J'aime aussi beaucoup son humanité : Marielle, je le crois, n'oublie jamais, dans son existence, les moments de vie, qu'elle sait plus précieux que les joutes politiques.

Je crois aussi que c'est une femme secrète et discrète, timide, même, qui n'accorde son amitié et sa confiance qu'avec une grande prudence. Certains ont cru parfois voir de la froideur, là où moi, je pense avoir décelé , disons, une certaine forme d'anxiété sociale. Marielle n'aime pas, je le pense, se mettre en lumière. Elle ne le fait que par nécessité, pas par goût. Si elle s'est présentée à la députation, c'est sous la demande insistante de François Bayrou qui l'a convaincue d'aller au charbon. Marielle n'agit pas par ambition, elle agit par idéal, et elle le fait sans fanatisme ni oeillères. Je le connais assez peu personnellement (nous nous sommes vus parfois, et c'est même elle qui m'a accueilli lors de mon adhésion à l'UDF, à ma première venue au siège, mais je ne fais pas partie de sa garde rapprochée), mais c'est pourtant quelqu'un pour qui j'ai toujours eu de l'affection.

A côté de cela, Christelle a déposé aussi une liste. J'ai beau coup d'affection et d'estime également pour Christelle, avec laquelle je partage de surcroît une proximité politique au sein du MoDem. Je pense également qu'il faut favoriser l'émergence d'une nouvelle génération au sein du MoDem, et Christelle me paraît l'une de nos étoiles montantes.

J'ai donc eu du mal à me décider, envisageant de ne participer à aucune liste. Cependant, des élections importantes approchent pour notre mouvement, alors que les précédentes n'ont pas été faciles, et je ne peux pas imaginer faire quoi que ce soit qui puisse fragiliser d'une manière ou d'une autre Marielle (même si ce n'est pas l'intention) alors qu'elle est à mes yeux la n°2 du MoDem.

C'est donc bien la liste de Marielle, Ensemble pour un Paris démocrate, que je soutiens, et pour laquelle j'appelle à voter. Si cette liste l'emporte, je n'en espère pas moins qu'elle saura faire une place aux têtes des listes concurrentes, et tout particulièrement à Christelle.

Membre de la commission de constitution des listes à Paris lors des municipales, j'avais pour ma part suggéré la tête de liste pour Christelle dans le 17ème arrondissement, faisant valoir sa connaissance du terrain, son implication dans le réseau associatif et tout le travail d'élu qu'elle avait réalisé. C'est aussi elle, à la suite d'un entretien sur son travail au sein de la commission sociale du MoDem parisien, qui m'avait apporté l'idée d'Individu socialement responsable.

Mes lecteurs comprendront donc à quel point j'aurais aimé que Christelle figurât sur la liste de Marielle. Mais bon, entre deux amours, il m'a fallu choisir...

13:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : sarnez, modem, crémiers |  Facebook | | |