Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Et si Gbagbo avait vraiment gagné ? | Page d'accueil | 35 heures, témoignage d'une entrepreneuse de TPE »

mardi, 04 janvier 2011

Valls à côté de la plaque

Quand j'ai vu l'ampleur que prenaient les propos de Valls sur les 35 heures, et notamment l'indignation généralisée dans la blogoboule de gauche (Rimbus, l'Nicolas, l'Intoxitude entre autres), ça a été vachement tentant d'aller leur porter la contradiction, juste pour le plaisir, quoi.

Mais bon, faut être honnête, et pour une fois la left blogoboulle a réagi avec des chiffres. En France, les 35 heures n'ont plus aucune signification, et depuis longtemps. Les Français travaillent 38 heures en moyenne, comme l'a relevé l'Rimbus ; par ailleurs le Français est particulièrement productif. 

Les divers dispositifs ont vidé depuis longtemps les 35 heures de leur essence (il n'y a plus que dans les hôpitaux où ils foutent la grouille).

Balle au centre voudrait voir dans le programme de Bayrou pour 2012 la suppression des 35 heures. Pas moi. Franchement, dès lors que les 35 heures n'empêchent plus les Français de travailler plus s'ils en ont envie, on s'en tape. Je me vois mal demander à ces malheureux cadres déjà au forfait d'en plus renoncer à leurs RTT. Faut pas déconner non plus. Par ailleurs, gain économique de la mesure ? Nada. Bref, on use de la salive pour rien en en parlant.

Meilcour (ex-Versac) qui s'informe généralement toujours au plus près des choses dont il parle, a lu le dernier livre de Valls et pris connaissance de ses propositions économiques. Franchement, pas mieux que lui : nihil novi sub sole. Pas une idée neuve là-dedans. Ce n'est pas avec ça qu'on va redresser la barre. 

J'aime bien Valls, généralement, sur plein de sujets, il a raison de l'ouvrir, mais sur l'économie, pour l'instant, on ne peut pas dire qu'il soit fameux. J'invite à lire complètement le billet de Meilcour pour savoir ce que j'en pense sur le fond (tiens, particulièrement la décentralisation : moi aussi je pense qu'elle s'est mal faite, et que ses coûts astronomiques et incontrôlés mériteraient une re-centralisation finalement plus efficace jusqu'à nouvel ordre...).

Pour répondre à Balle au Centre, on ferait mieux, au MoDem, de se concentrer sur l'emploi et l'industrie. Moi, je suis toujours à la recherche d'une idée géniale sur la relocalisation. J'en étais resté au recyclage, mais bon, modeste blogueur, je suis tout sauf expert dans le domaine industriel, alors il ne faut pas trop compter sur moi pour faire avancer le schmilblick...

Pour en rajouter une louche (pauvre Balle au Centre) ses oreilles électroniques vont siffler, je trouveque ses deux mesures combinent le pire de la gauche et de la droite : suppression des 35 heures = mesure de droite qui n'apporte rien, limitation des salaires = mesure gauchiste qui décourage l'initiative privée. Je lui donne juste quitus sur la suppression conjointe du Bouclier fiscal et de l'ISF à condition que nos finances publiques puissent le supporter. Bayrou a longtemps été favorable à la suppression de l'ISF, mais s'il s'est montré bien plus timoré ces derniers temps sur le sujet, c'est qu'il a bien vu que cela ne tenait plus la route avec nos déficits. Arthuis lui-même, y a temporairement renoncé. La seule solution, ce serait ce que proposait Bayrou en 2007, qui reste actuel, un impôt sur le patrimoine avec des taux très doux, mais sans niches fiscales et touchant une base bien plus large.

 

17:35 Publié dans Education, Politique | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : bayrou, valls, impôt, trente-cinq heures, travail | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les 35h...
Le FMI avait décrété il y a xxx années que le SMIC chez nous était trop élevé, je crois me souvenir...Dans la foulée arrivée des 35h^^^.
Elles ont été nocives seulement dans les secteurs en bout de ligne, dont la productivité est quantifiable, mais aussi pour tous les métiers de service en bout de chaine, auxquels l'on a demandé plus d'effort pour supporter le collectif...Le recrutement dans ces secteurs sont basés sur "l'affect", sauf que "l'affect" peut trouver ses limites.
Pour les autres, super!

Écrit par : Martine | mardi, 04 janvier 2011

Les idées de Valls ne sont peut-être pas neuves, mais il faudrait savoir si elles sont intéressantes quand même. En l'occurrence, je crois que la TVA sociale est justement l'idée géniale sur la relocalisation que l'on cherche. Et je suis prêts à prendre tous les partisans qu'elle se trouvera.

Écrit par : xerbias | mardi, 04 janvier 2011

age de depart à la retraite, nombre d'heures travaillées par semaine, est ce vraiment au politique à fixer tout cela ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | mardi, 04 janvier 2011

TVA sociale: "coup de pied au c"
Elle existe en Allemagne, sauf que la constitution et l'aménagement du territoire , la fiscalité etc fonctionnent très différemment que chez nous.
Donc, un emplatre dont je ne veux point^^^.

Écrit par : Martine | mardi, 04 janvier 2011

Ah cher Hérétique!

Après l'affaire Barthès nous voila encore en désaccord. Je continue de penser que Manuel Valls s'est montré courageux en s'attaquant à un tabou devenu ancestral au PS. Il ne faut pas être dupe pour autant Valls cherche aussi à se démarquer dans la bataille interne du PS. Il y a une part de stratégie.

En ce qui concerne le salaire maximum je pense que je vais faire une note sur le sujet prochainement. Il faut que je trouve le temps. Je suis actuellement en période d'examens... A bientôt!

Écrit par : Balle au centre | mardi, 04 janvier 2011

On peut dire que c'est la Valls d'un soir cette sortie sur les 35h... lui qui etait porte parole de Jospin entre 97 et 2002, il ne se serait jamais permis la moindre critique à l'époque... Il fait partie de cette génération de PS née avec une cuillère d'argent dans la bouche.. où le rapport aux "classes populaires" est assez voire très distancié, où la com supplante tout corpus idéologique cohérent sur la durée...
Le problème du temps de travail est en soit un vrai sujet de société qui aurait mérité une réflexion au delà de cette symbolique des 35h...
La réduction du temps de travail n'a jamais été traitée dans son ensemble..
Comment doivent évoluer les rapports à l'activité et au travail dans une vie ? Comment imaginer des périodes où il soit possible de combiner un emploi "marchand" et un engagement associatif ou un bénévolat... ceci dans un esprit de volonté de construire une société plus humaine... Activité,vacations, emploi, retraites... quel sens en donner au 21è siècle ? comment les articuler ? existe t il des modes de transitions progressifs?
Comment mieux aménager les temps de travail, mieux réguler les temps de transports dans les espaces urbains pour réduire le mal du siècle, le stress ?? Comment aboutir à un mieux être au travail ?
Voila les vrais questions de notre temps non?

Écrit par : democrateeclaire | mercredi, 05 janvier 2011

"âge de départ à la retraite, nombre d'heures travaillées par semaine, est ce vraiment au politique à fixer tout cela ?"

Bah, à qui d'autre alors ? le politique, in fine en démocratie, c'est nous.

Sans me prononcer sur le résultat économique des 35 Heures, j'en serais bien incapable, je reconnais que philosophiquement c'était séduisant, d'une part, et que d'autre part c'est la seule vraie tentative sérieuse et ambitieuse de réponse au chômage que nos dirigeants aient été capables de pondre en 40 ans.

Comme DSK, Valls a pour clientèle l'aile droite du PS, celle qui avait voté pour Bayrou au premier tour en 2007; Comme il n'a aucune chance de remporter les primaires socialistes, il se place juste pour Matignon en cas de victoire de DSK.

Écrit par : archenemy | mercredi, 05 janvier 2011

"En France, les 35 heures n'ont plus aucune signification" ...c'est vrai, mais d'une part, dans ce cas, pourquoi faire tout un fromage de ses propos ? ...jusqu'à vouloir le bruler comme hérétique ?
et d'autre part, les 35 heures ont, à mon sens, le handicap majeur d'être nées sur la base d'un concept totalement erroné de partage du travail comme on partage un gâteau !
Je pense que les remettre en cause pour Valls c'est une manière pour lui d'affirmer que ce n'est pas en diminuant le temps de travail que l'on va relancer l'économie française et qu'accessoirement les 35 heures coutent cher à notre Etat sur-endetté, en clair qu'elles sont en partie fiancées par la dette !

Écrit par : Nicolas007bis | mercredi, 05 janvier 2011

grosso modo très d'accord avec ton billet.

Écrit par : romain blachier | mercredi, 05 janvier 2011

35 heures: les propositions d'Hervé Novelli
http://www.rmc.fr/editorial/141769/exclu-35-heures-les-propositions-dherve-novelli/

primo,
Novelli oublie que les 35 H sont basées sur une annualisation du temps de travail, c'est à dire la possiblité de moduler les horaires en fonction de l'activité, sur un quota d'heures annuelles. avec ses 38 H payées 38,il impose aux entreprises un surcroit horaire et financier , pas forcément nécessaire en temps de crise, le carnet de commande étant déjà maigrelet..à quoi bon payer plus des salariés qui feraient juste du temps de présence, sans produire plus.. ça revient à aggraver la crise dans ces entreprises.sans compter que les salariés ne faisant plus des heures sup perdent en pouvoir d'achat, sauf si on licencie, pour garder le strict minimum de salariés qui bosseraient comme des chinois...

suppression des RTT: il faudrait calculer l'impact économique des RTT, sur les dépenses des ménages, sorties , culture, achats, sports, bricolage, Tourisme, associations..un lourd manque à gagner à mon avis en cas de suppression des RTT.

secondo, d'après Novelli
"l'État échangerait la suppression progressive de ces allègements de charge contre de la flexibilité pour les entreprises et de la sécurité pour les salariés. En d'autres termes, on supprime les 22 milliards de coût pour les finances publiques sur cinq ans, donc l'État est gagnant. Mais on change radicalement la donne en revenant sur la durée légale du travail et on donne plus de latitude sur un certain nombre de domaines du droit social aux entreprises"
qu'est ce que ça veut dire?
d'un côté on augmente le cout du travail et donc de la production si les exonérations sont supprimées..
en échange, il ya flexibilité( on a déjà la flexibilité avec les 35 h) mais ça veut dire quoi de plus? une facilité de licenciement?à part ça, je ne vois pas trop ce que ça veut dire, et en quoi ça pourrait compenser l'augmentation de charges déjà très lourdes.
il y a aussi "sécurité pour les salariés".. Kézako? mystère et boule de gomme..

au final, en quoi ça améliore la compétitivité, et en quoi ça fait diminuer le chomage?
à titre personnel, on a pas besoin d'augmenter nos heures de travail, on ne saurait pas quoi en faire , en gardant tous nos salariés...

moi j'ai déjà réfléchi.. si la Loi Novelli passe.. on passe aux 40 heures, et je licencie un gars..avec les heures sup( jusqu'à 48h/semaine), je peux compenser avec 4 salariés au lieu de 5..voilà le travail, surtout si il y a facilité de licenciement..parce que je ne peux pas augmenter mes tarifs, quand je suis en concurrence avec des entreprises basées au Luxembourg (impots, taxes et charges, 14%), déjà qu'on fait au plus serré, avec une marge minimale,on se demande ce qu'on ferait avec des salaires et charges augmentés// Mais Ducon Novelli ne pense qu'aux grosses boites comme d'hab.. ben de toutes façons, dans peu de temps, on va se vendre à une grosse boite, parce que justement ras le bol, après je ne garantie plus la qualité du travail payé au lance pierre, avec des produis interdits, mais bon on a pas le choix..c'est la loi du néo-libéralisme , produire de la merde en masse à pas cher..

je suis prête à parier que le chomage augmentera . si chaque entreprise fait comme moi, en calculant au plus près ce que lui coutera un salarié, charges augmentées, je garantis les charettes de licenciements. surtout si le licenciement est plus souple..si on peut aller jusqu'à 48 h/ semaine sans pb, ça double le chomage.

Écrit par : juju41 | mercredi, 05 janvier 2011

Merci juju de ton témoignage.
Tiens, ça me fait mon billet du matin :-) (je sais, je suis un gros fainéant).

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 05 janvier 2011

juju
tu peux juste me rappeler dans quel domaine ton entreprise exerce ?

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 05 janvier 2011

Restauration Monuments Historiques..de la belle ouvrage.. jusqu'à quand?
les appels d'offre sont tous captés par les boites du Type Vinci et leurs filiales qui cassent les prix, ou des boites basées à l'étranger( Europe), à bas cout social..
au passage, je tiens à rappeler à Mr Novelli, qu'on a pas vu la queue d'un chantier du Plan de relance Monuments Historiques..tous attribués aux grands groupes , par le biais de filiales soit disant indépendantes, à un prix 6 fois moins cher que nous, même pas le prix au m² d'un maçon de base..utilisant des "salariés "non compétents et non diplomés, comme chefs d'équipe.. Merci beaucoup ,pour le coup de pied au c.l, Monsieur Novelli soit disant ex- ministre des TPE, et de l'artisanat..

Écrit par : juju41 | mercredi, 05 janvier 2011

Je suis pour une révision des 35 heures, bien sur par la loi.
Cette durée légale doit être appliquée par tous et comprendre un age légal revu à 38,39 heures/semaines (suivant la directive européenne) et permettant des heures supplémentaires avec un plafond de 44 heures/semaine (suivant la directice européenne)
En effet il faut avant tout penser à l'alignement de toute la communauté européenne sur une base sociale et fiscale identique. D'ores et déjà, prendre des décisions en fonctions de celà
Sans ces conditions (age légal le même pour tous)et,
une mise à plat de tous les régimes salariaux pour arriver à une égalité pour tous les salariés, je m'explique :
- appliquer une classification la même pour tous : en fonction du travail effectué, des responsabilités, de la pénibilité etc...
Cette classification donnera un coefficient.
Une grille identique la même pour tous indique les salaires à pratiquer pour le coefficient obtenu.
- S'ajoutant à celà, les avantages catégoriels selon que l'on soit public et privé doivent disparaitre
- La grille des salaires applicable pour tous, doit comprendre un MINIMA et un MAXIMA
Cette proposition considérant qu'un manoeuvre dans le batiment, doit bénéficier de la même grille qu'un manoeuvre dans la fonction publique ???
ALORS, on pourra parler de "travail égal, salaire égal)
Quant aux primes diverses, elles doivent être soumises à la même logique, soumises à l'IRPP. Le salaire maximum étant plafonné, les revenus au delà doivent normalement être taxés à des taux tels que la régulation se fera naturellement.
Cette proposition enfin, permettra de parler d'égalité entre les français ????
- Enfin cette même logique doit conduire à une réforme totale des RETRAITES ! Comment peut on vivre avec 500 Euros/mois. Qui peut me dire que c'est possible ?
Il faut en effet faire rentrer les régimes spéciaux (tous les régimes spéciaux)dans un alignement de tous avec le régime général !!!
Celà n'a rien d'utopique, il suffit d'être JUSTE et de souhaiter qu'enfin les INJUSTICES SOCIALES et FISCALES soient bannies dans ce pays ?????

Écrit par : autodidacte | mercredi, 05 janvier 2011

@Lheretique

La durée moyenne de travail des personnes embauchées à plein temps est en moyenne de 39,5h par semaine en France.

Écrit par : Fabrice_BLR | mercredi, 05 janvier 2011

@Fabrice
comme quoi, le temps de travail ne valait pas tout ce foin...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 05 janvier 2011

@Lhérétique

Absolument, c'est encore un buzz pour profiter de la mauvaise information économique et politique de notre pays.
En pratique tout le monde peut bosser jusqu'à 48h par semaine, tant que cela ne dépasse pas 42h par semaine en moyenne sur 12 semaines glissantes, ce qui avec les jours de congés n'est pas une vraie contrainte (testé pour vous...).
Le seul intérêt des 35h, c'est de déclencher le seuil d'heures supplémentaires plus tôt.
La vraie question est le gel des salaires et la smicardisation de la société. Comme d'habitude le problème provient d'un "effet seuil" lié à la non-linéarité des dispositifs de remises de charges. Les entrepreneurs sont incités à payer leurs employés au smic, car ils ne paient pas de charges dans ce cas. Mais dès qu'ils augmentent le salaire ils se font rattraper très vite par l'apparition d'un seul coup de toutes les charges...

Écrit par : Fabrice_BLR | jeudi, 06 janvier 2011

@lhérétique

"limitation des salaires = mesure gauchiste qui décourage l'initiative privée."

Je pense que c'est une erreur.
Autant il faut favoriser l'enrichissement par la création d'entreprise, autant il n'est pas bon de trop favoriser le "haut" salariat.
Plusieurs raisons:
1) L'essentiel des gains de productivité sont réalisés via du cost-killing.
2) Si une personne apporte une véritable valeur ajoutée, il est de l'intérêt général que le top manager soit incité à prendre des risques et monter une entreprise. Cela n'est plus possible dès l'instant que l'on surpaie les top managers
3) Exemplarité: comment accepter qu'un même argument (La Sainte Mondialisation) permette de justifier d'un côté une modération salariale (les employés sans qualification, sans expertise ou bien sans réseaux) et de l'autre une envolée des salaires ?

Maintenant la meilleure méthode, cela restera bien sûr une plus grande transparence sur les rémunérations des mandataires sociaux ainsi que des règles plus strictes. Pour éviter les renvois d'ascenseur, il conviendra de légiférer sur la possibilité de présence ou non de telle ou telle personne dans un CA.

Écrit par : Fabrice_BLR | jeudi, 06 janvier 2011

Fabrice, je ne vous connais absolument pas mais rien que votre conseil en guise de bio est révélateur d'un sacré bon sens (de l'humour) ! Bravo !
"N'empêche, si tous les dictateurs et généraux du monde avaient un chat endormi sur les genoux, je serais plus tranquille... G. Lagaffe"

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 06 janvier 2011

@Francoise

Merci beaucoup :-)

Écrit par : Fabrice_BLR | jeudi, 06 janvier 2011

et, que pensez vous d'une grille commune pour tous les salariés en fonction du travail effectué ?
Ce serait une sacrée révolution mais JUSTE
et puis, que dit la communauté européenne sur ce point ?
Sans alignement des salaires, charges et impots dans la communauté que devient on ?

Écrit par : autodidacte | vendredi, 07 janvier 2011

@autodidacte
"et, que pensez vous d'une grille commune pour tous les salariés en fonction du travail effectué ?"

Ca s'appelait l'URSS.
En pratique, les apparatchiks suivaient la grille, mais avaient plein d'avantages et d'à côté...

Pour continuer à faire avancer le débat, une contribution de Pierre-Alain Muet:

http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/030111/35-heures-le-temps-de-travail-en-allemagne

Écrit par : Fabrice_BLR | vendredi, 07 janvier 2011

à Fabrice,

Vous parlez des apparatchicks en Russie, mais que pensez vous des injustices en France ?
Ou est la différence, c'est précisément ce que je dénonce ?
Chez nous, c'est pareil ?
ALORS il faut dans ce pays un controle efficace de l'application de la loi ????
Les lois ne sont pas appliquées, en priorité par ceux qui sont chargées de l'appliquer !
Il faut un service controle indépendant ?
Il doit être élu au suffrage universel et les candidats doivent être non élus politiques ni, dirigeants politiques ou syndicaux ?????
PAS FACILE mais indispensable dans un pays aussi gangréné ? présentant une situation économique et financière aussi dégradée ?

Écrit par : autodidacte | vendredi, 07 janvier 2011

Écrire un commentaire