Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Indigné ? l'imposture de Hessel | Page d'accueil | Valls à côté de la plaque »

mardi, 04 janvier 2011

Et si Gbagbo avait vraiment gagné ?

J'entends çà et là des voix qui s'élèvent pour réclamer une intervention militaire en Côte d'Ivoire pour éjecter Gbagbo. Quelle erreur cela serait ! Voilà qui donnerait du grain à moudre au nationalisme qu'il tente régulièrement d'attiser et prise aux accusations de néo-colonialisme.

Censé sur ce point, Nicolas Sarkozy a clairement écarté cette option, sauf si la vie des ressortissants français (au nombre de 15 000) était en danger. 

Je ne crois pas non plus qu'appeler en renfort la CDAO et particulièrement l'armée nigériane soit une riche idée. Des exactions se produiront et auront tôt fait de retourner les partisans de Ouattara et plus généralement auront pour effet de détourner les Ivoiriens de la démocratie.

Les différentes interventions militaires pour établir un pouvoir plutôt qu'un autre aux quatre coins de la planète cette dernière décennie ont eu des effets désastreux la plupart du temps. Cela aurait un sens si Gbagbo ne s'appuyait vraiment que sur une toute petite minorité d'Ivoiriens. Ce n'est pas le cas.

Utiliser, en revanche, des leviers économiques et financiers ciblés, des pressions diplomatiques, devraient avoir des effets évidents : bloquer les comptes de Gbagbo à l'étranger, faire de même pour ceux de ses affidés, restreindre tous les accords commerciaux dans les domaines tenus par ses soutiens, multiplier les médiations, voilà ce que la Communauté internationale peut faire efficacement. Voilà ce qu'elle doit faire...si Gbagbo est réellement le perdant de ces élections ! 

Le Renseignement, à mon sens, doit jouer un rôle vital dans la stratégie à définir. Il paraît que Gbagbo s'accroche parce que des sondages lui avaient prédit une victoire. Une victoire, oui, mais au premier tour seulement. En juillet 2009, son avance était considérable, en effet, sur ses concurrents. 

Le problème, plus d'une année après, vers la fin du mois de septembre 2010, toujours selon la TNS, c'est qu'il écrasait ses adversaires au second tour.

Il est possible que le vent ait tourné, mais je suis perplexe. A mon avis, si Gbagbo s'accroche autant au pouvoir, c'est qu'il pense que ces sondages disaient vrai et que donc, on l'a certainement floué de sa victoire. Gallup et AfroBarometer l'avaient également placé en tête, au premier et au second tour. Tous les sondages peuvent s'être trompés en même temps, mais j'avoue un peu mon scepticisme.

Personnellement, je l'ai déjà dit, je n'aime pas Gbagbo, que je juge démagogue et malhonnête. Mais dans cette histoire, même si l'on peut me reprocher d'accorder par trop de crédit aux sondages, j'aimerais y voir plus clair sur les résultats réels de cette élection.

Commentaires

Moi, j'aimerais qu'on commence par m'expliquer ce que je suis censé en avoir à faire, que ce pays soit gouverné par celui-ci ou par celui-là. La seule question qui me semble valoir est : qu'en est-il des intérêts français et de la sécurité de nos compatriotes vivant là-bas. Pour le reste, qu'ils se débrouillent entre eux.

Écrit par : Didier Goux | mardi, 04 janvier 2011

@Didier Goux
Certes, mais en règle générale, observez que nous avons moins de soucis avec les démocraties qu'avec les dictatures...

Écrit par : l'hérétique | mardi, 04 janvier 2011

moins de souci avec les démocraties ? ça dépend de qui parle... certaines multinationales ont les coudées beaucoup plus franches avec les dictateurs...

Écrit par : gael | mardi, 04 janvier 2011

@gael
Tu vois donc bien que les démocraties sont plus fiables.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 04 janvier 2011

ah mais je suis pour les démocraties, hein ? :)

Écrit par : gael | mardi, 04 janvier 2011

Ton billet est intéressant, mais il pose un vrai problème.

A partir du moment où l'un des camps conteste les résultats, il ne les acceptera pas de toute façon.

D'autre part, vu que la communauté internationale a pris parti pour Ouattara, Gbagbo ne peut pas accepter qu'elle recompte les voix.

En clair, je ne vois qu'une autre élection, plus transparente, pour en sortir. Mais là, je doute qu'un seul des deux camps l'accepte.

En conclusion, les Ivoiriens sont mal barrés et vont être les victimes de cette querelle de coqs.

Écrit par : Mathieu L. | mardi, 04 janvier 2011

La question centrale est celle de la fraude dans plusieurs provinces. Si j'ai bien compris, le camp Gbagbo a déclaré que les élections étaient fausses dans ces provinces, et y a annulé les votes. La communauté internationale affirme qu'ils étaient bons. La différence entre les résultats se trouve là.

Mais quand bien même il y aurait vraiment eu de la fraude dans ces coins, est-ce une raison d'annuler purement et simplement l'expression de tout un pan de la population, sans qu'il y ait revote ou quoi que ce soit ?

Pour donner une image, c'est comme si Delanoë faisait annuler le vote du XVIème arrondissement à l'élection municipale, et se faisait réélire uniquement avec les résultats des 19 autres...

Écrit par : xerbias | mardi, 04 janvier 2011

laissons les diviser leur pays en deux, tout simplement.
http://leparisienliberal.blogspot.com/2010/12/hegel-loeuvre-du-cote-dabidjan.html

Écrit par : Le Parisien Liberal | mardi, 04 janvier 2011

Les français feraient mieux d'apprendre à travailler, à innover, à investir dans e recherche dans les nouvelles technologies plutôt que de vivre sur le dos des pays africains! vous êtes nuls et la vérité c'est que si l'afrique ne vous donnait pas gratos ses matière 1ère vous seriez pas mieux que l'Albany! mis à part quelque marque de luxe et le romantisme de paris vous ne valez rien sans l'uranium du niger (pr areva, suez et autre), le petrole d'afrique (pour total et autre) nan vraiment je suis fière d'être coréenne nous au moins on ne doit notre réussite économique qu'à notre créativité et notre travail!

Écrit par : bibs | mardi, 04 janvier 2011

@ Bibs

Sans compter l'aide américaine en 1950, quand vous vous étripiez avec vos ex-compatriotes, et la solvabilité des pays occidentaux qui sont vos principaux clients... ;-)

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 04 janvier 2011

@ L'Hérétique

"D'un autre côté, où finit le droit d'ingérence et où commence le post-néocolonialisme (si je peux oser ce barbarisme) ? Et dans quelle mesure le café, le pétrole ou le gaz ivoiriens ne jouent-ils pas un certain rôle dans cette bienveillante sollicitude occidentale ? Je crois savoir que le Rwanda, par exemple, est nettement moins favorisé que la Côt-d'Ivoire sur le plan géologique ; aussi ses habitants ont-ils été autorisés à s'entr'étripailler dans le sang et la joie en toute liberté démocratique. Comme quoi, le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, ça tient à pas grand-chose, finalement."

J'écrivais ça chez vous le 23/12/10. A l'époque, vous m'avez répondu que la question, à votre avis, ne se posait pas en termes de droit d'ingérence ou de colonialisme. Seriez-vous en train de changer doucement d'avis ? ;-)

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 04 janvier 2011

@Christian,
Vous ai lu plus en forme, ca va?
La grippe sévit en ce moment.
Bonne soirée

Écrit par : Martine | mardi, 04 janvier 2011

@ Martine

Vous par contre, vous êtes toujours égale à vous-même...

Je vous ai mis une réponse chez Ginisty, à propos de votre question concernant Facebook. Bonne lecture !

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 05 janvier 2011

J'avais déjà lu la réponse je vous assure! :D

Écrit par : Martine | mercredi, 05 janvier 2011

Bonjour,

Je vous conseille de consulter le site de Bernard Lugan, spécialiste de l'Afrique:
http://bernardlugan.blogspot.com/2010/12/communique-du-nouvel.html (il consacre plusieurs billets sur ce sujet).
Pour lui, et je partage pleinement son point de vue, la clé de ce naufrage est avant tout ethnique. A ma connaissance, il est un des rares, sinon le seul, à aborder ce problème sous cet angle.

Écrit par : H. | mercredi, 05 janvier 2011

@ l'hérétique : Les résultats détaillés du premier tour sont publiés, donc très faciles à analyser :

http://www.ceici.org/elections/docs/EPR_31102010_RESUL_PROVI_CEI_03112010_A4.pdf

Les résultats détaillés du second tour ne l'ont pas été, à ma connaissance, par le Conseil Constitutionnel qui a pourtant proclamé les totaux. (Quant à la CEI, elle n'a très probablement plus accès à son propre site web).

Dès lors que tous les candidats importants éliminés au 1er tour ont appelé à voter pour Alassane Ouattara au 2ème tour et tenu un rôle actif dans la campagne de l'entre deux tours, le résultat du 2ème tour ne faisait aucun mystère.

Quant aux sondages, je vois mal comment leur accorder une fiabilité supérieure à celle du vote, dans un pays où l'annuaire téléphonique ne couvre qu'une faible proportion de la population. Enquêtes en face-à-face ? Dans un pays aussi radicalement séparé y compris par une "ligne de confiance", ce que remontent les enquêteurs des différentes régions peut être fortement biaisé.

Pour les commentateurs (l'hérétique l'ayant déjà lu) et pour info, http://demsf.free.fr/index.php?post/2010/12/04/Gangs-Yopougon-sondages

Rappelons enfin que quand Laurent Gbagbo a été élu, en 2000, Président de la République, c'était grâce à

1) l'invalidation par le régime militaire, de tous les candidats présentés par les 2 principaux partis de Côte d'Ivoire (dont Alassane Dramane Ouattara et Henri Konan Bédié) ;

2) le courage de la Commission Electorale qui avait rusé pour masquer un temps sa défaite au général Gueï et l'annoncer par surprise ;

3) la mobilisation de centaines de milliers de personnes dans les rues d'Abidjan en faveur du candidat élu ;

4) la mobilisation internationale pour contraindre le général Gueï à admettre le résultat des urnes.

Voir la chronique du 22 octobre 2000 et jours suivants dans http://www.afrique-express.com/afrique/cotedivoire/ci-2000-5.html

Écrit par : FrédéricLN | mercredi, 05 janvier 2011

Zut, apparemment mon commentaire n'est pas passé, j'ai dû me mélanger les touches. Pour abréger :

1) les résultats complets, marqués "provisoires" mais ils sont complets me semble-t-il (à l'exception des ... Ivoiriens de France ! qui au premier tour n'avaient donné qu'un faible % à Laurent Gbagbo) :

http://www.ceici.org/elections/docs/EPR2010_2T_RESULTATS_VALEURS_02122010.pdf

(je les découvre grâce à ton billet, merci !)

2) la chronique de l'élection de 2000, qui ressemble comme une soeur à celle de 2010, à ceci près que les candidats des 2 principaux partis avaient été interdits de concourir ; cela avait permis la victoire de Laurent Gbagbo, grâce notamment à ... la communauté internationale qui avait poussé le général Gueï à accepter les résultats, alors que son Ministre en avait proclamé le donnant vainqueur (!) :

http://www.afrique-express.com/afrique/cotedivoire/ci-2000-5.html

3) pour les commentateurs (car L'Hérétique l'a déjà lu !), sur les sondages, un témoignage anonyme donc suspect, mais rigolo :

http://demsf.free.fr/index.php?post/2010/12/04/Gangs-Yopougon-sondages

Écrit par : FrédéricLN | mercredi, 05 janvier 2011

Un sondage donne justement Marine Le Pen gagnante au premier tour:

http://www.presidentielle-2007.net/sondage-quel-president-en-2012---5.php

J'espère qu'elle ne s'auto-proclamera pas Empereur français à la suite de ce message :-)

Écrit par : Fabrice_BLR | jeudi, 06 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.