Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Valls à côté de la plaque | Page d'accueil | J'ai failli me la garder... »

mercredi, 05 janvier 2011

35 heures, témoignage d'une entrepreneuse de TPE

Valls, l'UMP envisagent de "déverrouiller" les 35 heures. Je tends à penser que cela n'apportera rien d'un point de vue économique, ni pour l'emploi, ni pour la compétitivité. Mais le mieux, c'est encore de donner la parole à un chef d'entreprise : juju41 qui commente de temps en temps ici, mais bien plus sur le forum Demos, dirige une TPE. Elle vient de témoigner à la suite de mon article sur Valls :

35 heures: les propositions d'Hervé Novelli
http://www.rmc.fr/editorial/141769/exclu-35-heures-les-pr...

primo,
Novelli oublie que les 35 H sont basées sur une annualisation du temps de travail, c'est à dire la possiblité de moduler les horaires en fonction de l'activité, sur un quota d'heures annuelles. avec ses 38 H payées 38,il impose aux entreprises un surcroît horaire et financier , pas forcément nécessaire en temps de crise, le carnet de commande étant déjà maigrelet..à quoi bon payer plus des salariés qui feraient juste du temps de présence, sans produire plus.. ça revient à aggraver la crise dans ces entreprises.sans compter que les salariés ne faisant plus des heures sup perdent en pouvoir d'achat, sauf si on licencie, pour garder le strict minimum de salariés qui bosseraient comme des chinois...

suppression des RTT: il faudrait calculer l'impact économique des RTT, sur les dépenses des ménages, sorties , culture, achats, sports, bricolage, Tourisme, associations..un lourd manque à gagner à mon avis en cas de suppression des RTT.

secondo, d'après Novelli
"l'État échangerait la suppression progressive de ces allègements de charge contre de la flexibilité pour les entreprises et de la sécurité pour les salariés. En d'autres termes, on supprime les 22 milliards de coût pour les finances publiques sur cinq ans, donc l'État est gagnant. Mais on change radicalement la donne en revenant sur la durée légale du travail et on donne plus de latitude sur un certain nombre de domaines du droit social aux entreprises"
qu'est ce que ça veut dire?
d'un côté on augmente le coût du travail et donc de la production si les exonérations sont supprimées..
en échange, il ya flexibilité( on a déjà la flexibilité avec les 35 h) mais ça veut dire quoi de plus? une facilité de licenciement?à part ça, je ne vois pas trop ce que ça veut dire, et en quoi ça pourrait compenser l'augmentation de charges déjà très lourdes.
il y a aussi "sécurité pour les salariés".. Kézako? mystère et boule de gomme..

au final, en quoi ça améliore la compétitivité, et en quoi ça fait diminuer le chômage?
à titre personnel, on a pas besoin d'augmenter nos heures de travail, on ne saurait pas quoi en faire , en gardant tous nos salariés...

moi j'ai déjà réfléchi.. si la Loi Novelli passe.. on passe aux 40 heures, et je licencie un gars..avec les heures sup( jusqu'à 48h/semaine), je peux compenser avec 4 salariés au lieu de 5..voilà le travail, surtout si il y a facilité de licenciement..parce que je ne peux pas augmenter mes tarifs, quand je suis en concurrence avec des entreprises basées au Luxembourg (impôts, taxes et charges, 14%), déjà qu'on fait au plus serré, avec une marge minimale,on se demande ce qu'on ferait avec des salaires et charges augmentés// Mais D***n Novelli ne pense qu'aux grosses boites comme d'hab.. ben de toutes façons, dans peu de temps, on va se vendre à une grosse boite, parce que justement ras le bol, après je ne garantis plus la qualité du travail payé au lance-pierre, avec des produis interdits, mais bon on n'a pas le choix..c'est la loi du néo-libéralisme , produire de la merde en masse à pas cher..

je suis prête à parier que le chômage augmentera . si chaque entreprise fait comme moi, en calculant au plus près ce que lui coûtera un salarié, charges augmentées, je garantis les charettes de licenciements. surtout si le licenciement est plus souple..si on peut aller jusqu'à 48 h/ semaine sans pb, ça double le chômage.

11:18 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : novelli, tpe, temps de travail, rtt, 35 heures | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci d'avoir rediffusé ce témoignage ! Y a du vrai !

Écrit par : FrédéricLN | mercredi, 05 janvier 2011

"suppression des RTT: il faudrait calculer l'impact économique des RTT, sur les dépenses des ménages" ... c'est le problème des 35 heures ! la Gauche a donné du temps libre a des salariés qui n'avaient pas les moyens financiers d'en profiter si ce n'est quelques bobos ... Certains oublient les récessions économiques des années 92-93 et les blocages de salaires qui s'en étaient suivies... C'est l'une des rasions qui ont fait que les français d'en bas n'ont pas voté Jospin en 2002. Le pS vit dans l'illusion qu'en 1997 ils ont gagné les législatives sur les 35 heures alors que les français ont surtout sanctionné la dissolution. Les socialistes ne l'ont toujours pas compris.
Revenir au 39 h, c'est plus de services publiques, moins de queue au guichet de La Poste, pouvoir aller à la trésorerie à 17h quand ça ferme aujourd'hui à 16 h ....
Les 35heures coûtent 17 milliards d'Euros par an dont une bonne partie en allégement de charges sociales qui pourraient aliment er les caisses de la sécu. On pourrait se passe du coup des franchises médicales et en injecter dans le régime des retraites ...

Écrit par : orange sanguine | mercredi, 05 janvier 2011

Les 35 heures, c'est aussi le blocage de fait des salaires, les contraintes imposées aux salariés pour augmenter la productivité, le changement du mode de calcul des heures travaillées. Tout cela, il ne semble pas question d'y revenir.

Les RTT, c'est sympa: cela permet aussi de passer chez le médecin, dans les administration, pendant les "heures de travail". Cela permet aux parents de se rendre disponible quand les enfants n'ont pas cours (le mercredi par exemple, ou pour les vacances scolaires). Moi, j'avais bien apprécié ce "bol d'air" dans un emploi du temps surchargé. Pas besoin de dépenser pour en profiter. La consommation, ce n'est pas une fin en soi.

Avec des collègues cadres, bien chargés en terme d'horaire effectifs, la suppression des RTT même pour gagner plus, c'est NIET.
Supprimer les RTT, c'est le passage au temps réel, avec 39h maxi par semaine.

Et puis, j'approuve ce responsable syndical (CFDT je crois), qui à la radio ce matin pestait contre les politiques qui veulent remettre en cause les "35h": c'est le rôle des partenaires sociaux de traiter ce point.

Écrit par : Mia | mercredi, 05 janvier 2011

Écrire un commentaire