Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ces abrutis vont réussir à assécher le professorat... | Page d'accueil | Zones franches urbaines, où en est-on ? »

lundi, 20 décembre 2010

Nicolas Sarkozy, Jacqueline de Romilly et les lettres anciennes

Ce n'est pas mon genre d'instrumentaliser un décès, surtout de quelqu'un pour qui j'avais beaucoup d'estime. Mais il ne faut pas non plus me chercher : Nicolas Sarkozy salue donc la mémoire de l'helléniste exceptionnelle que fut Jacqueline de Romilly. Il y a eu un communiqué de l'Élysée, je le cite : 

les langues et les 'humanités' sont indispensables à l’être humain car elles lui permettent de penser, de peser avec discernement les termes et les idées, d’éviter le piège des dogmes qui conduisent au fanatisme". Jacqueline de Romilly, en s'éteignant, confie l’exigence de veiller au maintien d’un enseignement littéraire de qualité.

Devinez qui disait ceci en 2007 : 

Vous avez le droit de faire de la littérature ancienne, mais le contribuable n'a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne si au bout il y a 1000 étudiants pour deux places. Les universités auront davantage d'argent pour créer des filières dans l'informatique, dans les mathématiques, dans les sciences économiques. Le plaisir de la connaissance est formidable mais l'Etat doit se préoccuper d'abord de la réussite professionnelle des jeunes

Il faut arrêter de prendre vos concitoyens pour des c..., Nicolas Sarkozy.

Je ne voudrais pas être en reste avec le Parti Socialiste qui a tout fait, quand il était au pouvoir, notamment avec sa courroie de transmission, la FCPE, et Claude Allègre, pour éradiquer le grec et le latin de l'enseignement. Alors voir les Socialistes se joindre aux hommages, ça fait ricaner.

Sans faire de politique, il n'y en a qu'un  de crédible, dans ce panier de crabes, c'est Bayrou. C'est le seul qui affirmait dans son programme, en 2007, la nécessité de redonner au grec et au latin, disciplines d'excellence s'il en est, la place qui leur revenait. Également le seul, comme ministre, à avoir tenté de relancer ces disciplines par des mesures actives. Et le fait d'être un agrégé de lettres classiques n'y est pour rien ; Xavier Darcos en est un également, mais on ne peut pas dire que son passage à l'Éducation Nationale, tant comme secrétaire à l'époque de Ferry que comme Ministre aient marqué une renaissance des lettres et des humanités.

Il ne s'agit pas d'être partisan, et je ne dis pas ce que j'écris par militantisme, mais parce qu'il y' a des limites au cynisme, et que cela fait aussi du bien de rétablir la vérité...

Commentaires

Excellent billet, comme d'habitude toujours trés intéressante ;)

Écrit par : Aubine | lundi, 20 décembre 2010

tu as raison sur ce coup la, d'autant plus que Bayrou est legitime sur le sujet. Mais en plus du latin et du grec, tu as lu 1984, et donc tu sais que qui controle le présent controle le passé, et qui controle le passé controle l'avenir. Le pouvoir actuel a le pouvoir de reecrire l'histoire.
tant qu on votera pour des ultra étatistes, voila le "futur" vers lequel on se dirigera.

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 20 décembre 2010

Désolé, mais prétendre rendre au grec et au latin la place " qui leur revient" n'a aucun sens. L'enseignement du grec et du latin était mort bien avant qu'on ne l'enterre officiellement et rien ne saurait le ressusciter. J'ai fait partie de la dernière vague de jeunes lycéens (rentrée 1967) à commencer le latin dès la classe de sixième. J'ai toujours aimé le latin et j'y ai brillé au moins jusqu'en classe de seconde. Ce qui n'empêche pas qu'arrivé en terminale, il me fallait une heure pour traduite (mal) une dizaine de vers de Virgile. Et nous étions tous dans ce cas. Au même âge, les lycéens du XIXe siècles composaient des vers directement en latin...

C'est cet enseignement croupion que Bayrou prétend remettre à l'honneur ? Absurde.

Écrit par : Didier Goux | lundi, 20 décembre 2010

Le cynisme a des limites que le pouvoir en place ne connait pas. Il nous en fait, hélas, la démonstration tous les jours.

Écrit par : mezza voce | lundi, 20 décembre 2010

quote :
"Sans faire de politique, il n'y en a qu'un de crédible, dans ce panier de crabes, c'est Bayrou. "

C'est un peu comme dire :
Sans m'vanter, j'chuis vraiment l'meilleur !
............. +++++++++++

Dans le panier, Bayrou, il ferait plutôt l'anguille platonicienne qui se fait pincer par les crabes !!!!!

Écrit par : Yfig sans ministre, pas de ministrables ! | lundi, 20 décembre 2010

les elites brit font du latin et du grec, pas des maths et de la physique !

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 20 décembre 2010

@L'Hérétique,

Si l'on veut enterrer l'Europe sous des montagnes de microprocesseurs, il n'y a qu'à effectivement prôner la mort des Belles Lettres. Mais si l'on veut réhumaniser l'Europe en éveillant les consciences au sens du goût, de la mesure, de la réflexion et du style, alors il faut replacer les lettres classiques au centre de l'enseignement littéraire. Que veut on ? D'une Europe douée de gens dotés d'un esprit critique ou d'une Europe composée de robots humains ? Il faudra ainsi faire des choix dans les prochaines décennies et les choix les plus sensés seront les meilleurs.

Écrit par : Jourdan | dimanche, 02 janvier 2011

@Jourdan
Hélas, je crains que nous ne prêchions dans le désert...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 03 janvier 2011

Controversé président actuel de la France mais je dois admettre que j'aime. Il possède un charisme qui attire la politique.

Écrit par : Nicolas | lundi, 11 avril 2011

Les commentaires sont fermés.