Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Belleville, insécurité au quotidien | Page d'accueil | La France pourrait exploser de rage »

lundi, 21 juin 2010

Budgets et déficits, le temps d'avance de Bayrou et du MoDem

J'ai lu que Guéant annonçait de nouvelles réductions de dépenses. Il envisage même de bloquer les salaires des fonctionnaires.

Cela me frappe, quand je considère l'action de l'UMP ou les déclarations d'autres partis, de voir à quel point il manque une réflexion sur les missions de l'État. A ce jour, seul le MoDem a commencé à mener sérieusement cette réflexion, s'inspirant des travaux de l'UDF, des réflexions de ses commissions, et des thèses de François Bayrou.

Du côté du gouvernement, on a l'impression d'une effervescence brouillonne. Il s'agit de réduire la dépense publique, et du coup, on gratte et tape là où on le peut. Pas de réflexion sur les missions de l'État, pas davantage sur la manière de dépenser.

Tiens, un exemple : dans les Hauts de Seine, j'ai ouïe dire que le Conseil Général s'apprêtait à investir plusieurs dizaines de millions d'euros dans un groupe de collèges pour les doter d'un environnement numérique de qualité. Il fait pour cela appel à plusieurs prestataires qu'il va payer très cher. Or, de source bien informée, on trouve dans certains de ses établissements scolaires, des équipes qui obtiennent, en matière d'usage des nouvelles technologies des résultats similaires aux objectifs souhaités pour des coûts dix fois moins importants.

Mais voilà, on est dans deux travers bien français : a) big is beautiful b) c'est mieux quand ça vient d'en haut.

Dans ce cas précis, j'imagine très aisément que l'on pourrait faire aussi bien pour des coûts bien moindres. Mais ce n'est sans doute pas le seul exemple en France.

La majorité n'est pas seule en cause : le PS demeure persuadé que l'État peut assurer toutes les missions et qu'il suffit donc de taxer à tire-larigot pour trouver les ressources nécessaires.

Même du côté des formations centristes issues de l'UDF, Nouveau Centre, Alliance centriste, il y a bien une pensée sur les finances publiques, mais absolument aucune réflexion sur les arbitrages.

Seul le MoDem a entamé une véritable réflexion sur les choix qu'il convient d'opérer, faute de pouvoir tout payer, à l'instar, d'ailleurs, de ce qu'ont fait les LibDems en Angleterre, qui eux, disposaient d'un document chiffré.

Même si le programme du MoDem n'en est encore qu'à ses balbutiements avant d'envisager pouvoir devenir un programme de gouvernement, au moins a-t-il le mérite d'avoir ouvert la voie.

J'ai des divergences avec ce programme, sur un certain nombre de points, mais la méthode est la bonne, et on peut discuter. C'est une avancée décisive. Espérons que d'autres partis sauront emprunter le même chemin afin d'alimenter un débat nécessaire.

Commentaires

franchement, les collèges pourraient bien se servir des ordis d'occasion que les autres administrations mettent à la poubelle! pour entrer du texte sous Word et voir une pauvre vidéo!
dans l'académie de MArseille, ils ont offert des portables hyper chers à tous les collégiens! la moitié était HS la semaine suivante parce que des petits frères ou soeurs avaient joué au ballon avec!
Et pour le reste, les parents râlaient parce que leurs enfants parlaient avec des inconnus sur internet et que comme l'entrée n'était possible qu'avec l'empreinte digitale de leur enfant, ils ne pouvaient rien contrôler.

Au passage, bonjour le fichier d'empreintes digitales des mineurs de toute la région marseillaise: pas folle, la guêpe...

Écrit par : do | lundi, 21 juin 2010

@Do, lors des dernières municipales il y avait dans mon équipe un jeune homme brillant qui trouvait les ordis polluants, et suggérait donc un système de récupération et recyclage.
Après avoir bataillé en milieu scolaire (mon mari a beaucoup aidé sur ce sujet et suivi, sympa) Tilt:" Mais c'est bien sur!" ;)
0ups, trop bavarde l'hérétique? Pas grave pour nos enfants...
@+

Écrit par : Martine | lundi, 21 juin 2010

@ l'Hérétique
Je suis juste de passage pour rebondir sur ce que tu écris. Bien sûr que la démarche est la bonne.
"Seul le MoDem a entamé une véritable réflexion sur les choix qu'il convient d'opérer, faute de pouvoir tout payer."

Je ne t'avais pas vu alors contribuer sur le forum des commissions (c'est loin 2008^^), aussi n'auras-tu peut-être pas lu la démarche de conduite de projet que je proposais (extrait):
"Il appartiendra au Mouvement Démocrate de choisir la proposition qui sera la sienne. Prendre en compte les pré-requis suivants :
- Les valeurs du MoDem,
- Les propositions des autres forces politiques,
- Le coût global estimé de la mesure dans la perspective de chiffrage de la globalité du projet."

Je concluais par :
"4. Evaluation
Le propre d’une politique est de produire des effets.
Il conviendra de prédéfinir en même temps que la proposition (Cf. 3.8.) un tableau de bord de suivi de la mise en œuvre de la proposition afin de :
- pouvoir en rendre compte devant le Parlement et les citoyens,
- pouvoir en constater l’impact budgétaire => rapport coût/efficience
- la réorienter si les objectifs ne sont pas atteints."
_______________________
Remarque de pure forme sur ton billet. Quand tu illustres ton argumentaire :
"Pas de réflexion sur les missions de l'État, pas davantage sur la manière de dépenser.
Tiens, un exemple : dans les Hauts de Seine,..."
=> Même si je pense que tu sais faire la différence, il faut toujours éviter d'entretenir la confusion entre Etat ET collectivités territoriales. Ces dernières s'administrent librement ET n'ont en principe pas le droit de présenter des budgets en déséquilibre. Elles font ce que bon leur semble de leurs moyens dès lors que toutes les dépenses obligatoires sont couvertes.
Ceci dit, ton exemple n'est pas significatif car tu choisis LE département le plus "riche" de France qui a les moyens de se lancer dans de tels achats de matériels coûteux.

Avis aux amateurs du flooding, je précise que je ne m'abonne plus aux sujets.

Écrit par : Thierry P. | lundi, 21 juin 2010

Voui, elles s'administrent librement...
Donc, pour quelles raisons la BNP est-elle intervenue pour aider d' autres banques en pleine crise hors territoire francais? Si ce n'est pour préserver certaines collectivités territoriales de la banqueroute?

Écrit par : Martine | lundi, 21 juin 2010

@ThierryP,
Perso ne me suis jamais abonnée.
Vous me paraissez en souffrance à chacun les siennes^^^!!! :ppp

Écrit par : Martine | lundi, 21 juin 2010

Les commentaires sont fermés.