Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Arthuis exclut Morin et...Borloo ! | Page d'accueil | Bien fait pour les petits c... »

mardi, 06 avril 2010

L'Église a bon dos !

«Voici de quelle manière Aaron entrera dans le sanctuaire [...] Il recevra de l’assemblée des enfants d’Israël deux boucs pour le sacrifice d’expiation [...] Il prendra les deux boucs, et il les placera devant l’Éternel, à l’entrée de la tente d’assignation.[...] Aaron jettera le sort sur les deux boucs, un sort pour l’Éternel et un sort pour Azazel. Aaron fera approcher le bouc sur lequel est tombé le sort pour l’Éternel, et il l’offrira en sacrifice d’expiation. Et le bouc sur lequel est tombé le sort pour Azazel sera placé vivant devant l’Éternel, afin qu’il serve à faire l’expiation et qu’il soit lâché dans le désert pour Azazel.[...] Aaron posera ses deux mains sur la tête du bouc vivant, et il confessera sur lui toutes les iniquités des enfants d’Israël et toutes les transgressions par lesquelles ils ont péché ; il les mettra sur la tête du bouc, puis il le chassera dans le désert, à l’aide d’un homme qui aura cette charge. » (Lévitique, XVI)

Ainsi naquit le bouc-émissaire...

Mon dernier billet sur le devenir de l'Église catholique a fait réagir, notamment du côté de Houilles, où l'on m'en veut beaucoup...Ce n'était pourtant pas un billet à charge : j'y écris simplement que l'Église catholique, en raison de sa vocation universaliste est une grande caisse de résonance. Dans une cathédrale, le moindre individu qui chante faux s'entend de loin, quand bien même il serait dissimulé au milieu d'un choeur.

En réalité, sur les affaires de pédophilie, l'Église n'a fait ni pire ni mieux que bien d'autres institutions dans le monde, à commencer par l'Éducation Nationale française qui mutait d'office tous les cas qui lui étaient signalés. Jusqu'au milieu des années 90, la pédophilie demeure un phénomène méconnu ; à vrai dire, depuis fort longtemps, c'est la souffrance, les sentiments des enfants qui sont ignorés. On trouvait des imbéciles dangereux, au début des années 70, pour affirmer que le système nerveux des bébés n'étant pas mature, ils ne ressentaient pas la douleur, leurs cris ayant une autre signification. Pas besoin d'anesthésie, donc, concluaient ces sinistres crétins (qui heureusement, ne parvinrent pas à faire école !). Les Verts allemands, au beau milieu de ces années-là voulaient dépénaliser les relations sexuelles avec les enfants, et cela figurait en bonne place dans leur programme. Ceci explique d'ailleurs, que le mouvement écolo se garde bien de mêler sa voix à l'actuel concert de glapissements...

Un vieux proverbe dit qu'il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain ; certes l'Église doit faire la lumière sur les scandales qui l'ont entâchée, mais il n'y a pas une spécificité de cette institution ; comme je le disais dans mon dernier billet, les cas de pédophilie parmi les prêtres ne sont pas plus nombreux que dans d'autres catégories sociales. Par ailleurs, je suis étonné de voir tant d'individus bien intentionnés ne rien dire des pratiques qui ont cours dans certains pays d'Asie, en Afrique du Nord et dans le Golfe Arabo-Persique où la loi tolère le mariage, et par suite les relations sexuelles, avec des petites filles pas même nubiles (dès l'âge de 9 ans). Il me semble que voilà un cas de pédophilie institutionnalisée contre lequel il convient, à l'évidence, de lutter avec au moins autant d'énergie que pour obtenir la repentance de l'Église.

In fine, à tort ou à raison (ce qui est un autre débat), certains médias et une partie du tissu associatif, essaient de régler leurs comptes avec Benoît XVI qu'ils jugent réactionnaire (ce qui n'est pas tout à fait faux) et plus généralement avec le Catholicisme. On peut dire qu'en France, une partie de la gauche s'en prend aux Catholiques, tandis que de l'autre côté, c'est l'Islam que l'on attaque à intervalles réguliers. Pourtant, s'il est bien une église qui s'est montrée vigilante depuis l'émergence des premières affaires, c'est l'Église de France.

Il me semble que l'on en rajoute beaucoup sur quelque chose qui est établi et reconnu, et que l'on s'empresse de vouer le Catholicisme à Azazel, et cela, je le dis sans vouloir minimiser la souffrance des victimes. Non, il s'agit simplement de ne pas faire endosser à l'institution toute entière et à tous ses membres des comportements qui ont été individuels et qui n'ont, bien sûr, jamais fait partie de sa doctrine sous quelque forme que ce soit. Elle me paraît ressembler furieusement au bouc d'Aaron, celui qui porte le péché du monde, pour le compte, dans cette histoire, l'Église, à l'heure actuelle, dans la sphère médiatique...sphère médiatique qui ne me paraît pas avoir été plus glorieuse que les autres acteurs de notre société au moment où cela aurait pu lui incomber de l'être...

Commentaires

Très bien écrit.

Écrit par : centriste | mardi, 06 avril 2010

@centriste
Rapide ! Je viens juste de le publier ! :-)

Écrit par : l'hérétique | mardi, 06 avril 2010

Oh putain que c'est bon de lire cela, que ça fait du bien de lire un billet qui ne soit pas une énième charge bouffe-curés.
Bon c'est pas le tout mais puisque vous le fites bien mieux que moi , il va me falloir un autre sujet pour mon billet du jour !
biz

Écrit par : corto74 | mardi, 06 avril 2010

si j'avais un blog j'écrirais volontiers un billet sur Benoit XVI, parce que je trouve que le qualificatif de "réactionnaire" qu'on lui accole presque systématiquement est selon moi (qui suis loin de faire partie des traditionnalistes de l'église) totalement injuste.
Il se trouve seulement qu'il est sensé s'inscrire non dans la réaction immédiate à l'actualité, mais dans une tradition de 2000 ans et que de fait il a une vision du temps bcp plus diffuse que celle des médias. D'où un décalage certain !

Écrit par : centriste | mardi, 06 avril 2010

Merci pour ce billet.

Écrit par : h16 | mardi, 06 avril 2010

On ne se comprend décidement pas, mon Cher.
Nous aurions préféré qu'on réponde aux objections de RD sur le fil "sur le devenir de l'Eglise Catholique" en question plutôt que créer un nouveau fil pour essayer de rectifier des amalgames que je me garderais bien de qualifier autrement.
Il te faut apprendre que quand tu attaques une communauté (car tu dois savoir que l'Eglise catholique est une communauté éminemment composée de clercs et de laïcs), tu n'attaques pas simplement son clergé (ses prêtres, ses imams, ses rabbins), tu attaques la communauté dans son ensemble et donc chacun de ses membres.
Toutes les communautés religieuses ont vocation à l'exemplarité comme tu dis, ce n'est pas le propre des musulmans ou des catholiques. Elles demeurent néanmoins chacune d'entre elles humaines, c'est-à-dire composées d'individus, membres ou non de son clergé, qui commettent nécessairement des erreurs. Et, dans toutes communautés humaines, on trouvera non pas des boucs émissaires comme tu le dis, mais des brebis galeuses. Nous n'avons donc pas l'intention de défendre ici Pierre le "gaffeur", Paul le "ténébreux" ou Jacques le "salopard" sur un forum politique sérieux où l'on ne doit pas procéder aux amalgames entre les crimes des uns, les erreurs des autres, les prétendues absences de réaction du plus grand nombre. En revanche, les médias se complaisent dans l'art de tout mélanger - les "gaffes" des uns, les erreurs des autres et les crimes de quelques uns - pour essayer de mettre à bas dans son ensemble toute une communauté religieuse. Que tu critiques une déclaration ou un comportement d'un membre de cette communauté, c'est ton droit le plus strict. Que tu englobes d'emblée toute une communauté dans ton raisonnement, nous trouvons cela foncièrement incorrect. Tu dois respecter les communautés religieuses, elles sont respectables en elles-mêmes, c'est ça la vrai laïcité.

Écrit par : Modem Ovillois | mardi, 06 avril 2010

@MoDem Ovillois
J'ai bien compris ce que tu dis, mais maintenant, j'aimerais que tu me prouves que je stigmatise quelque part sur mon blogues les Catholiques. J'ai moi-même reçu une éducation en partie catholique, et, même si j'ai cessé assez tôt d'avoir la foi, je n'ai pas eu pour l'Église cette sorte de renoncement expiatoire qui caractérise certains laïcs.
J'ai une certaine liberté de ton et aime bien en user comme il me plaît.
J'attends donc que tu me démontres que j'englobe toute une communauté religieuse dans l'un de mes deux billets, aussi bien celui-là que le précédent.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 06 avril 2010

Tiens, en réponse à MoDem Ovillois, pourquoi ne pas opter pour le système Allemand, qui prélève via impots une taxe particulière répartie entre les différentes religions, visant à assurer la laicité ^^
Pfiou, heureusement qu'une partie de ma famille ne me lit pas ici ! :-D
Personnellement, par-dessus la tete de ses attaques sans cesse renouvelées contre le représentant d'une Eglise, toujours la meme!!!
J'aurais la meme position si le cas de n'importe qu'elle autre!

Écrit par : Martine | mardi, 06 avril 2010

L'Héré je cite par exemple : "l'Église doit faire la lumière sur les scandales qui l'ont entâchée, mais il n'y a pas une spécificité de cette institution". Je ne vois pas à quel titre cette communauté te serait dans son ensemble redevable de quoi que ce soit. Que ceux qui sont impliqués à titre individuel dans ces affaires répondent devant la Loi est une chose, mais cette communauté dans son ensemble doit-elle en répondre ? est-elle coupable de quelque chose ? au même titre que la communauté musulmane doit-elle répondre des affaires des islamistes ou de la burqa ?

Écrit par : Modem Ovillois | mardi, 06 avril 2010

Mouais.

En tout cas, à défaut de prouver l'existence du Paradis après la mort, on s'aperçoit que l'Église (et son silence honteux et coupable) en fut un pour un bon paquet de pervers. Et assurément un Enfer pour leurs victimes. Donner des leçons de "bonnes" (c-a-d hétéro) pratiques sexuelles, d'abstinence et de frustration aux autres au nom de la foi explique cette opprobre méritée; quand bien même il n'y aurait eut qu'un cas !

Et puis relativisons : certes il ne doit pas être agréable pour le pape de se voir vilipender dans la presse en ce moment. Ca passera. Mais les hérétiques brûlés jadis pour déviance diverses y ont laissé leur peau sans guère faire couler d'encre ni larme. La clémence unilatérale s'appelle l'impunité. Et les victimes qui ont trainé le poids du secret, de l'indifférence ou du mépris durant des décennies aimerait volontiers changer leur place, je pense.

Écrit par : realworld | mardi, 06 avril 2010

@Realworld,
What a strange nickname...When your talking is absolutely out of it.
Go and ask help for a psy???!!! :DDDD

Écrit par : Martine | mardi, 06 avril 2010

@MoDem Ovillois
Vous êtes, sans jeu de mots, d'une mauvaise foi confondante. Un prêtre n'est pas un fidèle comme les autres. Il est censé être la parole de Dieu sur terre et dispose de pouvoirs spirituels sans commune mensure avec le commun des mortels. Cessez, svp, de ramener les faits à une simple dimension privée. Croyez bien que l'histoire n'aurait pas fait tant de bruit s'il ne s'était agi de représentants de l'Église, et non se simples fidèles.
Ai-je stigmatisé les fidèles ? Non. Ai-je stigmatisé l'Église ? Non. J'ai juste rappelé sa responsabilité en termes très mesurés quand il s'agit de ses serviteurs les plus directs.
Vous faites comme si un prêtre, c'était n'importe qui. Étonnant que je doive le rappeler à quelqu'un qui se réclame du catholicisme. Ce que je dis me semble relever du catéchisme le plus élémentaire, sans devoir verser dans la théologie pour autant.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 06 avril 2010

Oups,
I've said psy, but a bit out of realworld :), I should have add: or a coach?
See you...

Écrit par : Martine | mardi, 06 avril 2010

Je ne me réclame de rien du tout sauf d'une laïcité ouverte, responsable et tolérante. Je vous rappelle, dictionnaire à l'appui, qu'en attaquant à une église comme vous le faites vous vous attaquez à toute une communauté. Je ne vois pas de mauvaise foi à venir vous reprocher de donner dans l'amalgame et dans la démesure. Les communautés ne sont pas responsables de leurs "serviteurs" (comme vous dites) les plus déviants. Considérez cela comme de l'individualisme outrancier si ça vous chante, moi j'appelle cela le respect dû aux communautés religieuses quelles qu'elles soient. Je vous en fais pas le reproche particulier parce que nous savons qu'un certain nombre de français confondent allègrement la laïcité et l'anti-religiosité. Il y a beaucoup d'immaturité politique là dedans.

Écrit par : MoDem Ovillois | mardi, 06 avril 2010

c'est vrai que t'as le melon mais le billet d'Houille est à chier, j'ai répondu

Écrit par : LCDM | mercredi, 07 avril 2010

Je préfère vous répondre ici plutôt que sur Marianne2, où le niveau des commentaires frôle celui de la Mer Morte.

Sur le match de catch « le Boucher de l’EducNat’ » vs « Kid Vatican » à qui aura le plus caché, mon point de vue :

- L’emprise exercée par un instit sur un enfant est forte, mais moins que celle d’un religieux, qui appuie son pouvoir sur de la transcendance. Se rappeler que cette supériorité a été évoqué au début de son chanoinat par Saint-Nicolas du Latran (entre deux consultations de ses SMS y compris quand le pape discourait).

- L’EN a longtemps couvert, tout comme l’Eglise. Mais ça s’est arrêté, avec un violent mouvement de balancier impulsé par Sainte Ségolène du Poitou, qui fait que maintenant un enseignant ne peut plus parler à un enfant en privé (j’enfreignais cette interdiction, en laissant la porte de la classe ouverte et en restant près d‘elle), que les profs d’EPS ne veulent plus surveiller les douches qui de ce fait peuvent devenir des lieux d’agressions en tous genres. Violence qui a conduit des innocents au suicide, voir ce lien :

bernardhanse.canalblog.co...

Si quelqu’un a des noms de prêtres suicidés pour avoir été lâchés par leur hiérarchie, je suis preneur.

PS Puis-je ajouter que nul ne peut se prévaloir des fautes d’autrui ?

Écrit par : PMB | mercredi, 07 avril 2010

(Mon message a dû tomber dans la boîte à spams à cause d'un lien !)

Je préfère vous répondre ici plutôt que sur Marianne2, où le niveau des commentaires frôle celui de la Mer Morte.

Sur le match de catch « le Boucher de l’EducNat’ » vs « Kid Vatican » à qui aura le plus caché, mon point de vue :

- L’emprise exercée par un instit sur un enfant est forte, mais moins que celle d’un religieux, qui appuie son pouvoir sur de la transcendance. Se rappeler que cette supériorité a été évoqué au début de son chanoinat par Saint-Nicolas du Latran (entre deux consultations de ses SMS y compris quand le pape discourait).

- L’EN a longtemps couvert, tout comme l’Eglise. Mais ça s’est arrêté, avec un violent mouvement de balancier impulsé par Sainte Ségolène du Poitou, qui fait que maintenant un enseignant ne peut plus parler à un enfant en privé (j’enfreignais cette interdiction, en laissant la porte de la classe ouverte et en restant près d‘elle), que les profs d’EPS ne veulent plus surveiller les douches qui de ce fait peuvent devenir des lieux d’agressions en tous genres. Violence qui a conduit des innocents au suicide, googler le nom de Bernard Hanse ou le sigle JAMAC.

Si quelqu’un a des noms de prêtres suicidés pour avoir été lâchés par leur hiérarchie, je suis preneur.

PS Puis-je ajouter que nul ne peut se prévaloir des fautes d’autrui ?

Écrit par : PMB | mercredi, 07 avril 2010

Désolé pour le doublon, que vous pouvez corriger ! Merci d'avance.

Écrit par : PMB | mercredi, 07 avril 2010

Désolé pour le doublon, que vous pouvez corriger ! Merci d'avance.

Écrit par : PMB | mercredi, 07 avril 2010

Je retombe sur ce fil.
MO a raison, je ne vois pas à quel titre une communauté religieuse serait redevable du comportement de quelques brebis galeuses. Leurs pairs, peut-être éventuellement, mais s'en prendre à une "profession" ou à une communauté, c'est complètement infantile comme approche.

Écrit par : xyz@free.fr | samedi, 17 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.