Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pour répondre à Marianne, les vues économiques du MoDem | Page d'accueil | Régulation démocrate en temps de crise »

lundi, 16 février 2009

Et si l'Europe explosait en vol à cause des emprunts des États ?

J'ai déjà eu l'occasion de le dire sur ce blog, je suis quelque peu inquiet face à la quantité de capitaux que les États escomptent lever, les uns pour relancer l'investissement ou sauver leurs industries, les autres pour accroître le pouvoir d'achat et donc redresser la demande. Parce qu'il y a tout de même une question qui me taraude : qui va prêter ?

Et je vois de là des scénarios inquiétants qui se profilent à l'horizon. L'euro et l'Europe nous ont longtemps protégé, évitant sans doute à certains États de l'Union une déroute à l'islandaise. Sauf que la réalité, en Europe, c'est que certains paient et d'autres reçoivent. On peut même dire que l'Allemagne paie beaucoup, de même que la Hollande, par exemple, tandis que la Grèce ou l'Italie reçoivent des subsides en nombre. Or, nul n'ignore que les pays du sud de l'Europe ont des comptes publics gravement dégradés, au point de voir leur notation abaissée par les principales agences sur les marchés financiers.

Que se passera-t-il si ces états ne trouvent pas prêteurs sur les marchés ? Ils compteront sur la solidarité européenne, bien sûr, mais, devant l'afflux de demandes, qui dit que les pays les plus riches de l'Europe accepteront de continuer à payer pour les cancres dont tous les indicateurs sont au rouge ?

Si tel devait être le cas, et que plusieurs pays, lassés, décident de reprendre leur liberté, ce serait la fin de la monnaie unique et par là, un recul pour sans doute de longues décennies de l'Union Européenne, voire, pire, la constitution de deux blocs européens, l'un riche, l'autre à l'économie décadente.

Scénario fiction ? Pas si sûr. Les tentations sécessionistes existent au sein de plusieurs nations : Flandre et Wallonie, Ligue du Nord contre régions du sud en Italie, et même Wessies contre Ossies en Allemagne, ou encore Catalogne en Espagne. Bref, qui sait si ces tensions régionales ne pourraient pas se transposer en ligne de front nord-ouest/sud-est ?

23:38 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : europe, dette, état, emprunt, crise, relance |  Facebook | | |

Commentaires

Il se pourrait aussi que les Etats renouent avec la planche à billets. Dans ce cas précis, on peut se demander ce que l'euro deviendrait...

Écrit par : Mathieu L. | mardi, 17 février 2009

Plans de relance pour une future bulle financière étatique ?
Certainement s'ils financent la consommation avec des taux d'intérêt très bas comme aux US ou en GB ou les financiers recommencent à fabriquer des produits dérivés pour se refaire une santé avec les milliards virtuels des Etats déjà largement endettés.

Écrit par : Blanc Cassis | mardi, 17 février 2009

@ Mathieu L

Ce serait calamiteux !

Écrit par : L'hérétique | mardi, 17 février 2009

Je ne dis pas le contraire, mais je pense que cette solution doit déjà traverser l'esprit de certains politiques, puisque des économistes en parle...

Écrit par : Mathieu L. | mardi, 17 février 2009

"en parlent"

Pardon...

Écrit par : Mathieu L. | mardi, 17 février 2009

La dernière fois que j'avais regardé (2004) l'Italie était contributeur net de l'Union, c'est à dire qu'elle versait dans le budget (un peu) plus de ce qu'il revient en arrière.

Sur les "tentations sécessionnistes" un faudra qu'on en puisse discuter calmement, en allant à la source des problèmes (j'ai vécu 18 au sud de l'Italie et 15 au nord ... l'"égoisme territoriale" c'est de la foutaise de mauvais intello, pour ce cas spécifique) sans qu'on évoque systématiquement des scénarios de guerre.

Au passage, il me semble que personne ne s'offusque des "tentations" québécoises, juste pour l'exemple.

Mais la classe politique européenne n'est pas encore mûre pour avoir un tel recul.

Écrit par : Claudio Pirrone | mercredi, 18 février 2009

@ Claudio

Ce n'est pas à la contribution à l'Europe que je pensais, mais aux déficits budgétaires !

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 18 février 2009

Les commentaires sont fermés.