Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Danse du ventre de l'UMP et parfois du PS devant le MoDem : explications | Page d'accueil | Le marché de dupes de Bertrand Delanoë »

mercredi, 12 mars 2008

Les tours de grande hauteur de Bertrand Delanoë : position du MoDem

Dans les projections en siège du futur conseil de Paris, Bertrand Delanoë détiendra à lui seul la majorité, SANS les Verts. Or, on le sait, Bertrand Delanoë est favorable à la construction à Paris de tours de 120 à 150 mètres de hauteur, bien au-delà des tours actuelles limitées à 37 mètres. Outre que de tels édifices défigurent le paysage, ils sont énergétivores au possible, et on a calculé que plus les tours montaient, plus proportionnellement elles gaspillaient de l'énergie. Ce ne sont certainement pas des entreprises qui respectent la Très Haute Qualité Environnementale qui construiront ces tours puisque c'est contraire à leur éthique et à leur manière de faire, de telles tours ne pouvant rentrer dans la Très Haute Qualité Environnementale. On peut s'attendre alors à ce que les requins de l'immobilier se précipitent sur un contrat aussi juteux.

Par ailleurs, si jamais Paris devait un jour être sous la menace terroriste, de telles constructions sont des cibles de choix...J'imagine comme un cauchemar un 11 septembre à la française.

Au sein de la future majorité, les Verts s'opposeront à ces tours, mais ils ne disposeront plus du pouvoir de bloquer cette décision. Je n'imagine pas l'UMP bloquer de telles constructions, étant donné le positionnement politique des principaux promoteurs d'une part, et surtout parce que Madame de Panafieu a exactement le même projet que Bertrand Delanoë !!! Mardi 04 mars dernier elle déclarait juger nécessaire la construction de grandes tours destinés au tertiaire, c'est à dire essentiellement aux bureaux.

 Quand on considère les horreurs des années 70 à Beaugrenelle (qui ont réussi à se faire classer au patrimoine de l'UNESCO, c'est un comble !!!) ce qui attend les malheureux habitants du 15ème avec le chantier du centre commercial en cours sur la même zone, le reste des Parisiens peut trembler.

581821186.2.jpgMarielle de Sarnez, dans un entretien avec le média Monts14,  donnait il y a peu sa position sur les tours de grande hauteur :

« Des architectes, adeptes de la Charte d’Athènes, pensaient apporter de la modernité, de la lumière et libérer des espaces verts au sol parisien en construisant dans les années 70 de grandes tours. Le projet Voisin de Le Corbusier proposait même de raser tout le 15° arrondissement pour en faire une ville moderne ! Le résultat est souvent décevant car les tours ont été implantées sur des dalles artificielles au-dessus du sol naturel et posent de vrais problèmes de gestion et de sécurité. Leurs implantations, très espacée, a mis fin à l’îlot urbain haussmannien avec ses commerces en pied d’immeubles et ses espaces publics aménagés autour de rues et de places conviviales. Elles n’ont pas apporté de densité supplémentaire en matière de logements par rapport au tissu urbain haussmannien contrairement à une idée reçue ni de réelle valeur esthétique dans le paysage urbain.
Récemment, on a vu surgir de nouveaux projets de tours de logements le long du périphérique. J'y suis opposée pour deux raisons. La première, qui est la plus importante, c'est que ce n'est évidemment pas vivable pour ceux qui y habiteraient. La deuxième, c'est que l'on ajouterait par endroits, à la fracture actuelle du périphérique, un mur de tours qui renfermerait Paris alors même que notre ville doit s'ouvrir sur la banlieue proche. Ce n'est pas une bonne idée. »

La seule chose que Marielle de Sarnez n'exclut pas, c'est de construire PONCTUELLEMENT quelques tours, UNIQUEMENT pour des équipements PUBLICS ET CULTURELS :

 Oui. Et je l'ai dit il y a un an et demi au moment du débat sur le Plan local d'urbanisme (PLU). Je suis favorable au dépassement ponctuel du seuil de 37 mètres pour des équipements publics et culturels qui puissent s'insérer dans leur environnement urbain, par exemple pour une salle symphonique, la Cité de l’Europe ou un grand musée d’art contemporain. Je crois aussi que l’innovation architecturale et de la très haute qualité environnementale peuvent être apportées dans des équipements de proximité comme des conservatoires de musique ou des médiathèques, et demain, des écos quartiers.

Il n'existe qu'une seule alternative pour ceux qui ne veulent résolument pas de tours qui défigureraient le paysage parisien : VOTER MODEM !  

 

09:49 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : ps, modem, ump, verts, tours, plu, municipales |  Facebook | | |

Commentaires

Tu as raison l'Hérétique mais....hélas pour vous parisiens !
Vous avez ma compassion.
On est vraiment bien à Lyon !

Écrit par : Rosa | mercredi, 12 mars 2008

L'aspect esthétique, en raison de sa subjectivité, est toujours délicat à utiliser. Il me semble qu'un des objectifs actuels est le besoin de densifier l'occupation de l'espace. On connaît une vraie crise du foncier, avec des prix au m2 défiant tous les records.
Les tours sont des gouffres sur le plan énergétique, est-ce un constat en valeur absolue ou relative ? En effet, si l'on rapporte la consommation d'énergie au nombre d'habitants, est-on vraiment dans une situation négative ? Il me semble que c'est ainsi qu'il faut raisonner, les tours ont l'avantage de présenter une solution rationnelle pour tout ce qui est réseau par exemple, sont moins consommatrices d'espace, leur bilan global sur le plan environnemental n'est pas nécessairement totalement négatif, du moins pas forcément a priori, sans avoir vu les choix retenus.

Je ne suis pas un farouche défenseur de la tour, mais je ne pense pas qu'il faille l'écarter a priori. En terme d'impact, elles me semble bien préférable à ces lotissements qui mitent l'espace rural, imposent des réseaux sans fin, favorisent le développement du parc automobile, ne sont en général pas des réussite sur le plan architectural...
Pour permettre un retour d'une population marginalisée au sens propre vers le centre ville, il faut des solutions, pour rejeter les tours, il faut proposer autre chose, ne pas se dire qu'on peut étendre la ville sans fin

Écrit par : gilles aitte | mercredi, 12 mars 2008

Je comprends bien votre argument, et le logement est un vrai problème, mais je refuse de choisir entre la peste et le choléra.
Des tours immenses vont massacrer Paris, et Delanoë est prêt à les construire.
Ce sont des gouffres énergétiques en valeur relative, pas absolue : plus vous montez haut, plus c'est coûteux de chauffer.
Je ne suis pas d'accord avec votre point de vue sur l'extension de la ville. Paris n'est pas assez grande, et cela pose des problèmes de développement économique que Bertrand Delanoë ne semble pas vouloir prendre en compte.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 12 mars 2008

Si seulement nous avions pu nous allier avec les Verts pour faire contrepoids à Delanoë, au lieu de nous détruire mutuellement... Ensemble nous aurions fait beaucoup plus que la simple addition de nos scores. Mais bien sûr, ça nécessitait que M. Baupin cesse sa surenchère gauchiste et fasse preuve d'ouverture au lieu de s'enfermer dans le sectarisme. Que n'avons-nous des Yann Wehrling ou des Daniel Cohn-Bendit à Paris ! La démocratie et l'écologie s'en porteraient beaucoup mieux. Dès lundi Delanoë règnera sans partage sur la capitale.

Écrit par : KPM | vendredi, 14 mars 2008

Salut KPM

Pour moi qui fut autrefois un électeur vert, comme je t'approuve !

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 14 mars 2008

Tout à fait d'accord pour dire que Paris, au sens administratif, n'est pas assez grand (et c'est un des rares points avec lesquels je suis d'accord avec notre Président, même si je sais que sur le sujet il a des arrières pensées). Mais la crise du logement ne concerne pas que Paris, mais bien la région dans son ensemble, la proche banlieue n'étant pas épargnée. Le choix des tours n'est en ce sens qu'une solution pour y répondre.
L'idée du massacre me dérange dans la mesure où elle est très subjective. On peut massacrer Paris sans faire de tour, un grand nombre d'immeubles sans style y contribuent déjà. En revanche, on voit certains projets ambitieux en terme d'esthétique qui pourraient au contraire redonner une place à Paris sur le plan de l'architecture. La ville a traversé ces dernières décennies avec une grande frilosité, quand on voit Berlin, Barcelone, on voit des projets architecturaux qui n'ont pas peur de laisser une trace, qiu ne cherchent pas simplementà se fondre dans le paysage. Toutes les tours ne snt pas la tour Montparnasse, horreur celle-ci, c'est vrai.

Écrit par : gilles aitte | vendredi, 14 mars 2008

@ gilles

Certes, mais, le problèe, c'est que lorsque vous ouvrez une porte, qui sait ce qui va s'y engouffrer...

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 14 mars 2008

Les commentaires sont fermés.