Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 juin 2013

Ne risque-t-on pas de flinguer le solaire ?

Dans la querelle commerciale entre l'Europe et la Chine sur le solaire, il y a un aspect auquel je n'avais pas pensé mais qui me préoccupe désormais :

L'Europe vient d'installer des barrières douanières pour protester contre les aides que la Chine octroie à sa production dans ce domaine. L'inconvénient, c'est que notre industrie solaire européenne est moribonde pour ne pas dire morte et que je la vois mal capable de prendre le relais. De plus, les taxes vont se reporter sur les prix des panneaux solaires, donc peser sur les consommateurs qui risquent de renoncer à cette énergie renouvelable, et, de surcroît, comme il existe des connexions entre certains de nos fabricants et les Chinois, tout ce qui est associé à ce secteur risque de couler.

C'est toujours un peu le problème avec les barrières douanières et plus généralement le protectionnisme : dans une économie mondialisée comme la nôtre, elles s'accompagnent systématiquement de contre-coups souvent nocifs si bien que comme le dit si bien Pascal, à vouloire faire l'ange on fait bien souvent la bête.

10:37 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : solaire |  Facebook | | |

lundi, 20 février 2012

Photowatt, le ricochet pervers des subventions publiques

Quand je lis que Photowatt doit devenir un dossier politique, je crois que là, je m'étrangle. C'est parce qu'il l'a été que l'entreprise coule.

Que s'est-il passé ? L'État, voulant subventionner le développement de l'énergie solaire, a versé des subventions aux producteurs d'électricité pour qu'ils achètent l'électricité d'origine solaire.

La plupart des particuliers qui ont acheté les panneaux de Photowatt ont eu surtout comme objectif de faire des bénéfices en revendant leur production aux gros opérateurs. Et les achats de panneaux se sont faits sur cette base-là. 

Mais le jour où l'État, mal en point financièrement, a cessé de subventionner l'achat de cette énergie, les particuliers ont mis fin à leurs achats de panneaux, et, du coup, Photowatt s'est retrouvée Gros Jean comme devant...

Je ne suis pas un maniaque de la limitation des interventions de l'État, mais il faut se souvenir que le mieux est souvent l'ennemi du bien et qu'à vouloir subventionner à tout va, on met aussi le doigt dans un engrenage. Ceci ne signifie pas qu'il faut complètement cesser le principe de la subvention, mais il est absolument nécessaire d'avoir un plan à long terme, surtout si l'objectif final est de voir un secteur rentrer tôt ou tard sur un marché concurrentiel...

13:09 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : solaire, photowatt |  Facebook | | |

mardi, 02 mars 2010

Desert Tec, poumon solaire de l'Europe ou de l'Afrique ?

J'ai écouté avec attention l'intervention de Marielle de Sarnez sur la destination du projet Desert Tec. Pour mémoire, il s'agit d'un projet d'investissement mastodontesque, 400 milliards d'euros, pour construire des panneaux solaires immenses au Sahara, afin d'y capter l'énergie solaire abondante là-bas, et de produire ainsi des quantités massives d'électricité. On pourrait ainsi combler 15% des besoins énergétiques de l'Europe toute entière de cette manière. L'Allemagne est sur les rangs et plusieurs entreprises allemandes se sont constituées en consortium pour envisager des investissements directs là-bas. Comme d'habitude, au demeurant, les Français sont à la traîne, voire absents, sur un projet de pointe. Marielle pose en fait deux questions auxquelles il faut à mon sens apporter une réponse :

primo, est-ce que l'on investit là-bas pour fournir l'Europe, ou pour approvisionner l'Afrique ? secondo, n'y a-t-il pas moyen de générer des investissements en provenance du sud pour le sud, plutôt que spécifiquement européens, ou alors, des investissements solidaires (qu'elle appelle "désintéressés".

Son calcul repose sur l'idée qu'un projet d'une telle ampleur amènerait des pays qui n'y sont pas nécessairement naturellement portés à coopérer. De fait, le Sahara s'étend sur pas moins de dix pays : le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, l'Égypte, le Soudan, le Tchad, le Niger, le Mali, la Mauritanie et...le Sahara Occidental à l'existence juridique fort incertaine.

Sacré sac de noeuds en perspective : Algérie et Maroc s'opposent sur le Sahara Occidental, et la Lybie et le Tchad est en proie à l'hostilité de ses voisins immédiats (Lybie, Soudan). De tous ces pays, pas un n'est une démocratie digne de ce nom, le pays le plus libéral en la matière semblant être le Maroc, et le Soudan est l'un des pires repères d'islamistes radicaux du monde...

L'Europe doit diversifier ses ressources d'énergie, mais à choisir entre être dépendant des Pétro-monarchies et de la Russie d'un côté, et les pays d'Afrique du Nord de l'autre, je ne suis pas certain que nous soyons gagnants à dépendre des seconds.

L'autre aspect, c'est qu'il n'est pas pensable d'investir 400 milliards d'euros désinteressés. Les investisseurs doivent y trouver leur compte. Cela dit, il est vrai que le commerce apporte la paix et la croissance pour tous. Un projet Euro-Méditerranéen de cette ampleur a un intérêt évident à cet égard. Bref, projet à suivre de près : l'euro-députée MoDem a tout à fait raison  de se pencher sur le sujet.

mardi, 18 novembre 2008

Électricité solaire, Borloo veut 400 fois plus !

Avant toutes choses, pour bien comprendre les mesures, l'équivalence suivante : un TWh (terawattheure) vaut 1 000 000 de MWh (mégawattheure).

Je viens donc de lire , à la page 19 de son plan pour les énergies renouvelables que Borloo se propose de multiplier par 400 la production d'électricité d'origine solaire, c'est à dire, de passer de 13 MWh actuellement à 5 400 en 2020.  La consommation intérieure totale d'électricité, en France est de 458.3 TWh en 2007. C'est à dire 458 300 000 MWh.Ce que je voudrais savoir, c'est à quoi cela correspond en production annuelle, 5400 de puissance. Actuellement, le solaire, c'est 35 000 MWh par an. Mais sur une base d'une puissance de 29.5. Donc, savant calcul, si je m'appuie sur les chiffres du ministère, je multiplie mes 35 000 MWh par 200, ce qui donne 7 TWh. Pas mal, mais rapporté à notre production actuelle seulement. Faut voir  ce que nous consommerons en 2020. Actuellement, cela atteindrait presque 1.5% pour le seul solaire. Ce serait déjà un début.

Maintenant, j'espère que je sais lire les chiffres, et puis, évidemment, il faut aller plus loin...