Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 février 2010

un Quick Halal ? Et alors, où est le problème ?

C'est marrant, ça, tout ce battage sur les Quick Halal. Et alors, what else ? Quel est le problème ? Quick est une entreprise privée, que je sache : elle a bien le droit de proposer des produits différents en fonction de ses clients. Personnellement, j'ai souvent déjeuné dans un petit café où on me servait un faux-filet halal : un pur délice. Très bonne viande. Je l'aurais eu mauvaise si des crétins étaient venus m'expliquer que je ne pouvais pas manger de faux-filet ou encore que les propriétaires devaient changer de boucher parce que la viande était halal. Je suis en très bonne santé, merci. Au passage, vu les équipements des Quick, pour être certain qu'il n'y ait pas de porc qui traîne dans les burgers, soit il faut deux plans de cuisson différents et dédiés, soit il faut effectivement supprimer le porc des menus. Pour le reste, pas la peine de hurler au musulman loup, je rassure nos bonnes âmes, la concurrence fera le reste : soit le quick ne sera pas rentable, et il reviendra sur sa décision, soit une autre forme de restauration rapide naîtra à côté et récupèrera la clientèle qui aura délaissé le Quick, tout simplement. Faites confiance à la concurrence libre et non faussée, les amis, elle s'occupe de tout, et basta...

13:31 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (76) | Tags : halal, quick, restauration |  Facebook | | |

mardi, 24 février 2009

Les bébés européens vont payer une TVA réduite !

griesbecksmall.jpgNathalie GRIESBECK, Députée européenne Grand Est (ADLE-PDE-MoDem), se réjouit de l'adoption le 19 février par le Parlement européen d'un rapport portant sur une modification de la directive relative à la TVA qui introduit la possibilité d'appliquer un taux réduit de TVA sur certains services liés au secteur du bâtiment et aux services de restauration. "Ces mesures dérogatoires peuvent permettre de provoquer un effet levier sur des activités de services fournis localement, y compris les services à forte densité de main d'oeuvre, et sont donc particulièrement bienvenues en cette période de difficultés économiques", affirme Nathalie GRIESBECK.

En tant que Vice-Présidente de l'Intergroupe Famille Protection de l'Enfance au Parlement européen, Nathalie GRIESBECK se réjouit également de la modification de certaines dispositions permettant l'adoption par les Etats d'un taux réduit de TVA sur certains produits de première nécessité pour les enfants, parmi lesquels les langes pour bébé. "Ces produits représentent un poste budgétaire très important pour les jeunes ménages et pèsent encore plus lorsque le pouvoir d'achat s'amoindrit. Cette mesure, pour laquelle je me battais depuis plusieurs années, va dans le bon sens", affirme Nathalie GRIESBECK.

Nathalie GRIESBECK rappelle néanmoins que "l'harmonisation fiscale constitue pour nos concitoyens une garantie fondamentale de lutte contre les disparités économiques et le dumping social en Europe", et appelle donc le Conseil "à œuvrer dans ce sens".