Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Privatisons l'Élysée ! | Page d'accueil | J'ai sauvé l'économie américaine ! »

mardi, 24 février 2009

Les bébés européens vont payer une TVA réduite !

griesbecksmall.jpgNathalie GRIESBECK, Députée européenne Grand Est (ADLE-PDE-MoDem), se réjouit de l'adoption le 19 février par le Parlement européen d'un rapport portant sur une modification de la directive relative à la TVA qui introduit la possibilité d'appliquer un taux réduit de TVA sur certains services liés au secteur du bâtiment et aux services de restauration. "Ces mesures dérogatoires peuvent permettre de provoquer un effet levier sur des activités de services fournis localement, y compris les services à forte densité de main d'oeuvre, et sont donc particulièrement bienvenues en cette période de difficultés économiques", affirme Nathalie GRIESBECK.

En tant que Vice-Présidente de l'Intergroupe Famille Protection de l'Enfance au Parlement européen, Nathalie GRIESBECK se réjouit également de la modification de certaines dispositions permettant l'adoption par les Etats d'un taux réduit de TVA sur certains produits de première nécessité pour les enfants, parmi lesquels les langes pour bébé. "Ces produits représentent un poste budgétaire très important pour les jeunes ménages et pèsent encore plus lorsque le pouvoir d'achat s'amoindrit. Cette mesure, pour laquelle je me battais depuis plusieurs années, va dans le bon sens", affirme Nathalie GRIESBECK.

Nathalie GRIESBECK rappelle néanmoins que "l'harmonisation fiscale constitue pour nos concitoyens une garantie fondamentale de lutte contre les disparités économiques et le dumping social en Europe", et appelle donc le Conseil "à œuvrer dans ce sens".

Commentaires

Des langes ?
Bonne idée que de favoriser le retour aux langes pour bébés, ça se lave, c'est moins polluant et c'est beaucoup moins couteux à l'usage que les couches :o)
Le problème ça va peut-être d’en trouver, parce que je me souviens de mes premiers pas de jeune père (il y a 14 ans) lorsque reprenant candidement la liste de la clinique j’ai été demander des « langes » dans une pharmacie, il y a eu comme un blanc, quelques hésitations et je me suis sentis quelque peu ridicule quand le pharmacien m’a demandé si je parlais bien de « couches pour bébé » !

Cela dit, un peu plus sérieusement, c’est bien joli tout ça mais qui va payer ? (rappel: déficit budgétaire 2008 = 57 milliards)

Le cout de la baisse de la TVA sur la restauration était évalué à 3 milliards d’euros sans que nous ayons aucune assurance que le gain n’ira pas intégralement dans les poches de nos chers restaurateurs, qui, il faut bien le reconnaitre, ont l’honnêteté de ne rien promettre ...sinon, éventuellement, peut être quelques hypothétiques embauches ...alors qu’ils n’arrêtent pas de se plaindre qu’ils ne trouvent pas de personnel !

Écrit par : Nicolas007bis | mardi, 24 février 2009

alors ne trouvez pa drôle si vous ne trouvez pas de boulot

Écrit par : etvou | mercredi, 25 février 2009

@ Nicolas007

Je pense que les langes comprennent aussi les couches...La mesure permet l'abaissement. Il ne se fera pas automatiquement.
Il me semble que la démographie européenne est si faible que ce n'est pas du luxe que de tout faire pour la favoriser...
Parce que c'est une bombe à retardement autrement plus grave que la crise actuelle qui nous pend au nez...

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 25 février 2009

@L'hérétique
je me moquais un peu de l'utilisation du terme "langes" qui est défini par l'académie française comme étant un "Morceau d'étoffe de laine ou de coton dont on enveloppe les enfants au berceau" ...mais sur le fond je n'ai rien contre le fait de les considérer comme des produits de première nécessité avec une TVA à 5,5 %, il faut effectivement favoriser la natalité !
En fait, ma critique portait surtout sur la baisse de la TVA pour la restauration...3 milliards sans garantie de retour !!!!

Écrit par : Nicolas007bis | mercredi, 25 février 2009

@ Nicolas
D'accord avec vous. Je ne vois pas non plus ce qu'apporte cette baisse, d'autant que la restauration stricto sensu n'est pas un bien de première nécessité. Cela aurait pu valoir le coup, à la rigueur, de cibler fiscalement les resto bio (à condition qu'ils le soient vraiment) mais c'est tout.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 25 février 2009

Les commentaires sont fermés.