Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 27 novembre 2012

Et la racaille recommencera...

Après la tolérance envers les violeurs, voilà le laxisme avéré avec la racaille de la pire espèce.

Souvenez-nous, il y deux ans, une affaire avait défrayé la chronique : une sympathique et honnête famille s'était rendue au Parc Astérix dans le nord de la région parisienne pour s'y détendre un après-midi. Parents et enfants attendaient tranquillement et patiemment leur tour quand de la racaille, habituée à réger en maître sur sa zone a débarqué et s'est arrogée le droit de passer devant tout le monde.

Comme la famille se plaignait, mécontente, la racaille a rappliqué après coup en bande, 20 à 30 individus et a tabassé absolument tout le monde.

Résultat des courses ? 7 condamnations seulement, et de la prison avec sursis. Prison avec sursis, ça veut dire pas de prison. De qui se moque-t-on ? Et les autres ? Même pas un jour ferme alors que j'imagine que la famille terrorisée ne risque pas de remettre les pieds là-bas.

Au passage, il y a une faute du Parc Astérix que je constate dans bien des files d'attente : des caissiers ne devraient pas accepter de servir les resquilleurs outranciers. 

Il faut quoi ? Que l'on se fasse justice au pistolet-mitrailleur sur la racaille pour espérer un jour secouer la magistrature ? C'est la pire des issues, mais c'est ce qui finit par se produire quand les gens ordinaires n'en peuvent plus d'être menacés et de subir des pressions incessantes de ceux qui baignent dans une impunité ordinaire tout à fait extraordinaire.

Je note qu'aujourd'hui, une jeune fille enlevée et violée par trois hommes est parvenue à poignarder l'un d'entre eux. Je lui tire mon chapeau. J'espère que l'ordure de violeur va conserver des séquelles graves s'il a survécu. J'espère que la justice aura au moins la décence de ne pas lui faire le moindre tracas. Avec la justice de merde qui est la nôtre, on n'est jamais à l'abri d'un juge arrogant et imbécile sûr de son "bon" droit.

mardi, 25 mai 2010

T'as raison, Fadela, faut passer le kärcher !

Fadela Amara veut passer le kärcher dans les cités pour en finir avec l'insécurité qui pollue la vie de leurs habitants. Oh, je ne peux qu'abonder. Il ne reste plus qu'à transmettre le message à son patron : on se demande ce qu'il fait depuis trois ans. Profitons-en pour rappeler que les effectifs en Seine Saint-Denis sont en baisse, depuis que son collègue Hortefeux a été nommé à l'intérieur...Précisons aussi que la justice dispose toujours d'aussi peu de moyens pour enquêter, juger et faire exécuter les peines. Il y a une quadrature à laquelle on n'échappe pas : dans une société où la délinquance croît d'année en année, impossible d'obtenir des résultats à moyens constants. A fortiori quand on les diminue.

Évidemment, si on les gaspille pour venir cueillir des professeurs de philosophie, des collégiennes ou des syndicalistes au lever du lit pour les emmener en garde à vue, on n'arrange pas les choses.

Ouf, heureusement que le Parc Astérix a le sens des responsabilités : c'est sa sécurité qui est venue au secours d'une famille rouée de coups par la racaille qui se croyait en terrain conquis, et c'est encore eux qui vont porter plainte contre les voyous (venus des Ulis, une banlieue connue pour sa douceur de vivre...pour la racaille !). Le Parc Astérix, habitué à une clientèle familiale, n'a jamais connu une telle flambée de violence gratuite depuis sa création : imaginez le traumatisme d'une tranquille famille agressée par 30 voyous. Il paraît que la racaille risque trois ans de prison et 45 000 euros d'amende. Bon, on attend le jugement. Y'a plus qu'à. Les vidéos ont enregistré la scène, on connaît les coupables, qu'est-ce que les juges, la police, mais, in fine, le gouvernement attend ? Deux d'interpelés ? Il y en avait 30 !

L'opinion est abasourdie par la sauvagerie et la brutalité de l'agression ? Il faut frapper fort ! Elle doit l'être autant par la sévérité de la répression. Y'a plus qu'à, Fadela, mais n'oublie pas qu'en chaque citoyen agressé sommeille un électeur qui s'impatiente...