Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 juin 2009

Impact des blogues politiques

J'ai parcouru la note de Frednetick qui exprime sa perplexité, voire son scepticisme quant  à l'impact réel des blogs politiques. Il y évoque notamment l'effort des blogues pour se structurer en réseau afin d'améliorer leur visibilité. Il cite ainsi les Kiwis, LHC, les Left Blogs et...l'Échiquier. Curieusement, il omet le flux de la blogosphère MoDem alors qu'il regroupe 298 blogues. A vrai dire, les réseaux qu'il cite répondent à des logiques fort différentes. Les Kiwis ont une charte éthique qui exclut tous les extrêmes et revendiquent ostensiblement un label de qualité. Ils ne cherchent pas à s'étendre mais à recruter des membres triés sur le volet. Les Left Blogs sont reliés par une appartenance politique, alors que les LHC sont en théorie liés par une philosophie commune. Quant à l'Échiquier, c'est un simple flux ouvert à tous vents sans blog de référence et avec une charte éthique minimale.

Frednetick table sur l'absence de notoriété des blogues politiques pour établir leur influence plus précisément, et pour lui, le verdict est sans appel : ils sont fréquentés par un public d'experts, de gens engagés et de blogueurs, qui se contentent de vagabonder d'un blogue à l'autre.

Comment expliquer, dans ce cas, certains scores de fréquentation qui font de certains blogues les égaux de certains magazines de presse ?

Alain Lambert, plus de 100 000 visiteurs uniques par mois, Koz dont on dit que les abonnés se comptent en milliers, Le blog de Christophe Ginisty qui oscille entre 15 et 25 000 visiteurs uniques par mois, et d'autres encore qui doivent certainement réaliser des scores conséquents. Je sais que le blog Partageons mon avis dépasse souvent les 10 000 visiteurs uniques (voire plus), c'est parfois le cas de l'hérétique, mon blog, qui faisait un peu plus de 12 000 visiteurs uniques le mois dernier et pourrait dépasser  la barre des 13 000 ce mois-ci (franchie une première fois en janvier dernier).

Assurément, ces blogues peuvent partager des lecteurs, mais ils ont vraisemblablement des publics assez différents. J'imagine donc assez aisément que le nombre de lecteurs de la blogosphère politique est donc plus important que ne le pense Frednetick. Cela signifie-t-il qu'ils ont pour autant du poids ? Sans doute, à n'en pas douter, auprès des journalistes qui y trouvent certainement de nouvelles sources d'information et d'inspiration. Quant au grand public, il faut distinguer celui qui s'informe sur la Toile de celui qui privilégie d'autres médias. or, un sondage récent établissait que 62% des électeurs qui avaient voté lors des dernières élections européennes s'étaient informés sur la Toile. Certes, bien peu connaissent les noms des blogues, mais il est envisageable, en revanche, qu'ils aient eu accès à des analyses ou des informations véhiculées par les blogues politiques. Être présent sur la Toile n'apporte peut-être pas de valeur ajoutée, mais en être absent retranche à n'en pas douter de la valeur. C'est bien pour cela que tous les partis politiques essaient de "tenir des positions" sur la Toile.

In fine, sans verser dans l'outrecuidance et l'arrogance, on peut supposer une influence raisonnable des blogs politiques, surtout quand ils agissent en meute. Loin d' être prépondérante, elle n'en est pas pour autant marginale.

23:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : blog, politique, influence, impact |  Facebook | | |

vendredi, 20 mars 2009

Et paf, en parlant de classements, celui de blogonet

Et toc, un concurrent pour wikio et...pour moi :-D ! C'est Nicolas de Partageons le reste qui le signale. La plate-forme blogonet publie un classement des blogs francophones au moins depuis le mois de mars. Votre serviteur y figure en 17ème position dans la catégorie politique & droit.

Bon, j'ai jeté un oeil. Pas sûr que tous les critères soient pertinents. Par exemple, les avis des inscrits à blogonet : qu'est-ce qui m'empêche de créer dix comptes pour favoriser les blogs que j'ai envie de favoriser. Ensuite, pour les commentaires, c'est un indice, mais il faut vérifier sur place : parce que je peux par exemple publier mes propres commentaires sur mon propre blog ou bien avoir deux commentateurs principaux qui dissertent en publiant une centaine de commentaires par billet, par exemple...

A surveiller, mais j'aimerais en savoir plus sur le reste de la méthode.

mardi, 04 mars 2008

Statistiques de l'hérétique pour le mois de février 2008

Statistiques de fréquentation de février 2007 à février 2008 du blog Démocratie et hérésie économique.

2007/2008 Visites Visiteurs Visites par jour  (Moyen / Max)
Février 2040
802
72  / 116
Mars 2356
831
76 /119
Avril 2249
617
74 /101
Mai 10893
7810
351 /1198
Juin 3920
1455
130 /214
Juillet 2950
1409
95 /252
Août 4482
2405
144 /294
Septembre 5456
2804
181 /395
Octobre 6543
4020
211 /675
Novembre
7378
4239
245 /397
Décembre
9908
5740
319 /574
Janvier
12089
7360
389 /591
Février
13858
8084
477 /754


Bon, le record du mois de mai 2007 est battu. Sans surprise, le poids de google devient de plus en plus prépondérant, tout particulièrement googlenews. Loin derrière, wikio  m'amène un certain nombre de visiteurs. Ce qui mle sidère, c'est qu'au fur et à mesure que je progresse en lecteurs, je recule dans le classement wikio : à 2500 lecteurs, fin août, j'étais 65ème, avec 8 000 lecteurs uniques, aujourd'hui, je suis 98ème...vivement que je sois millième, tiens...Cela dit, je pense plafonner d'ici peu, d'autant que je ne suis pas certain de maintenir un tel rythme de publication. Ce sont les démêlés de François Bayrou avec Rue89, le feuilleton lyonnais et les applaudissements de Christian Blanc à françois Bayrou lors de la tentative de modification de financement des partis d'octobre dernier qui ont attiré le plus les lecteurs.

Ma réponse à Betrand Delanoë, le feuilleton Dassault à Corbeil et l'affaire du SMS de Nicolas Sarkozy ont également remporté de courts mais francs succès.