Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un gouvernement équilibré | Page d'accueil | Un modèle payant possible pour la presse »

vendredi, 19 mai 2017

La justice pour Bayrou, un sacré sac de noeuds

Je ne doute pas que François Bayrou va conduire avec succès la loi sur la moralisation de la vie publique. Je dirais, en fait, que c'est le plus facile.

La difficulté, et de taille, commence avec les prisons. Il y a un engorgement de folie dans les prisons. Même si on se met à construire maintenant les établissements supplémentaires nécessaires, ils ne verront le jour qu'en 2022.

On a un vrai problème. Soit on laisse libres les délinquants, et ils récidivent parce que le laxisme mène à la récidive soit on les met en prison et ils récidivent aussi parce que les prisons sont devenues de véritables zones de non-droit surpeuplées.

Il faut donc trouver, en attendant, une solution pour les vider. Et moi, je n'en trouve pas, du moins, pas compatible avec une politique de fermeté.

J'ai quand même quelques pistes de réflexion.

La première est plutôt un principe directeur : je pense qu'on ne devrait réserver la prison qu'à la violence. Tout délit qui n'est pas associé à de la violence devrait être puni par des amendes et des peines de suivi avec contrôle et bracelet électronique. Si déjà ça, cela peut libérer des places, cela me paraît une bonne option.

La seconde concerne les étrangers en prison. Nous n'avons pas assez de places. Nous pourrions donc passer un accord avec les pays d'origine pour que les étrangers condamnés à la prison effectuent leur peine dans leur pays d'origine, quand c'est possible, naturellement, en nous engageant à payer la totalité des frais d'incarcération au pays dans lequel la peine serait effectuée. Cette mesure ne vaudrait que pour les étrangers susceptibles d'être expulsés. Pour les autres, ceux qui ont fait leur vie en France et y résident régulièrement, le régime applicable resterait celui qui vaut pour les natifs, mais, en revanche, puisque les permis de résider ne valent que pour dix années, on peut subodorer que leur pertinence serait réévaluée par la suite avec des modalités à définir. 

Pour ne pas risquer des confusions fâcheuses, je pense qu'il faudrait éviter de mettre en prison les étrangers en situation irrégulière. Bien sûr, c'est illégal d'être en France sans passer par l'obtention d'un visa, mais ce n'est pas un crime et certaines situations sont désespérées. Le bracelet électronique pour quelqu'un  qui récidiverait suffirait, me semble-t-il, amplement.

Pour préciser mon propos en l'illustrant, tous les individus qui harcèlent les femmes dans le secteur de La Chapelle à Paris sont à mes yeux tout à fait candidats à l'expulsion immédiate s'ils sont en situation irrégulière, et, s'ils sont en situation régulière, à recevoir un très sérieux avertissement sans plus de sommations supplémentaires par la suite. Cela dit, sur ce sujet, j'ai lu le compte twitter de Projet_Arcadie et apparemment, c'est une situation qui a atteint son paroxysme au fil du temps, donc pas lié aux migrants : je dis cela pour éviter les amalgames que je ne fais en aucun cas miens.

J'avoue ne pas avoir d'autres idées dans l'immédiat et je pense que ce que je dis n'est pas suffisant pour assainir la situation. Il y a aussi un très gros travail d'éducation et de prévention en amont pour faire en sorte que nombre d'individus ne soient pas tentés de glisser dans la délinquance. Comme le dit Montesquieu, il faut qu'ils aient la certitude qu'une sanction sera appliquée, dès leur plus jeune âge, quand ils commettent un délit, c'est à mon avis déjà un aspect qui fait défaut, mais sans doute pas le seul du côté de la prévention.

14:15 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bayrou, justice, prison |  Facebook | | |

Commentaires

40% du temps de travail policier consacré à la guerre contre la drogue, et 20% des peines de prison liées aux stupéfiants, c'est pas une piste, la dépénalisation ?

Idem pour les autres délits qui ne devraient pas en être, tels que la prostitution ?

1/3 des detenus en préventive, c'est pas une autre piste, la suppression de la préventive ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | vendredi, 19 mai 2017

@Parisien Libéral
Si, ce sont des bonnes pistes, mais combien de places de prison cela représente vraiment ?

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 19 mai 2017

probablement 10 000 sur les 66 000 au total. A creuser !

Écrit par : Le Parisien Liberal | vendredi, 19 mai 2017

Au premier Janvier 2017 (chiffres Wikipédia) 19 498 personnes sont incarcérées alors que non jugée (préventive) ou dont la peine est frappée d’appel, soit 28,5 % des détenus. La piste de la préventive me semble à creuser, même si, sans doute, des récidivistes connus comme dangereux méritent la préventive.

Écrit par : michel | vendredi, 19 mai 2017

@michel
Sur la préventive, je pense qu'il faut rester prudent : je pense que ce n'est pas directement le bon levier. C'est le délit pour lequel un accusé fait de la préventive qui est le bon levier.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 20 mai 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.