Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La justice pour Bayrou, un sacré sac de noeuds | Page d'accueil | l'affaire Ferrand, intox et désintox »

dimanche, 21 mai 2017

Un modèle payant possible pour la presse

Je vois que la presse a bien des difficultés : presque tous les magazines et quotidiens deviennent payants avec un système d'abonnement. Je pense que ce modèle pèche par un travers : si l'on veut lire un article, il faut systématiquement créer un compte et prendre un abonnement au moins d'un mois.

Je pense qu'un système qui marcherait serait de proposer chaque article ou numéro du jour ou de la semaine à l'achat via paypal.

Je renonce très souvent à lire une information à cause de cela : pas envie de créer un compte et de m'abonner durablement alors que seul un article m'intéresse.

Parmi les magazines et quotidiens qui pour moi font les frais de cette absence de diversité d'offres, il y a le Parisien, auquel j'aurais très souvent acheté des articles s'ils mettaient en oeuvre cette solution, et Le point. Mais ce ne sont pas les seuls, Le Monde, Le Figaro, sont aussi concernés, je les consulte souvent.

Bref, il faut faire comme en kiosque mais en ligne : pouvoir acheter à l'unité.

Je tiens le pari que ça marcherait très bien et générerait pas mal de revenus.

18:33 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : presse |  Facebook | | |

Commentaires

Bonsoir
L'article est assez judicieux, mais quel tarif pour un article? Et l'on paye donc avant lecture? En fait, le principal problème de la presse est pour moi la disparition des kiosquiers et points presse, étranglés par les conditions des NMPP, ou ce qui en tient lieux maintenant. Dans mon petit village, Toulouse,450 000 habitants, dans mon quartier, en moins de dix ans, les cinq derniers représentants de la profession ont fermé, le dernier il y a un mois. Il ne reste que deux ou trois maisons de la presse en centre ville, dans ces conditions, comment suivre la presse ou découvrir de nouvelles publications? L'abonnement n'est pas non plus une obligation. Sans compter le fait que l'option "internet" est loin d'être accessible à tout le monde. Mes parents, octogénaires actifs et grands lecteurs, livres et presse écrite, ne sont pas à même de se servir de l'ordinateur que je je leur ai acheté à leur demande, ni de se connecter et se servir du compte que je leur ai ouvert, mais pour lire à livre ouvert et traduire au deboté César, Homère ou Shakespeare, pas de problèmes.
Question de génération, et surtout de formation, et pourtant j'ai essayé.
Et quid des gens mal ou non connectés? Pas forcément des ruraux, d'ailleurs.
Queques pensées en vrac...

Écrit par : François | lundi, 22 mai 2017

Bonsoir
L'article est assez judicieux, mais quel tarif pour un article? Et l'on paye donc avant lecture? En fait, le principal problème de la presse est pour moi la disparition des kiosquiers et points presse, étranglés par les conditions des NMPP, ou ce qui en tient lieux maintenant. Dans mon petit village, Toulouse,450 000 habitants, dans mon quartier, en moins de dix ans, les cinq derniers représentants de la profession ont fermé, le dernier il y a un mois. Il ne reste que deux ou trois maisons de la presse en centre ville, dans ces conditions, comment suivre la presse ou découvrir de nouvelles publications? L'abonnement n'est pas non plus une obligation. Sans compter le fait que l'option "internet" est loin d'être accessible à tout le monde. Mes parents, octogénaires actifs et grands lecteurs, livres et presse écrite, ne sont pas à même de se servir de l'ordinateur que je je leur ai acheté à leur demande, ni de se connecter et se servir du compte que je leur ai ouvert, mais pour lire à livre ouvert et traduire au deboté César, Homère ou Shakespeare, pas de problèmes.
Question de génération, et surtout de formation, et pourtant j'ai essayé.
Et quid des gens mal ou non connectés? Pas forcément des ruraux, d'ailleurs.
Queques pensées en vrac...

Écrit par : François | mardi, 23 mai 2017

Il y a un modèle qui pourrait très bien s'appliquer à la presse qui serait celui du forfait, à l'image de ce qui se fait avec certains sites musicaux comme deezer par exemple...
Actuellement sur les sites des journaux et magazines, certains articles sont gratuits et d'autres payants, avec nécessité de s'abonner pour les lire... J'imagine que la gratuité des premiers est payée par la publicité...

Seulement, la facilité d'accès à l'information sur internet fait que l'on ne souhaite pas se limiter à un seul journal ou groupe de presse mais que l'on imagine pas s'abonner à tous les sites de presse.

C'est pourquoi un modèle comme celui des plateformes de streaming musical est intéressant... Il consiste à donner accès à un très large catalogue d'artistes en écoute libre en échange d'un abonnement mensuel entre 5 et 10 euros avec rémunération des ayants droits en fonction du nombre d'écoutes pour chaque titre...

Je pense qu'un système équivalent appliqué à la presse mériterait d'être réfléchi avec néanmoins quelques bémols:

* L'accès à l'information étant essentiel dans le cadre d'un fonctionnement démocratique de la société, il faudrait des dispositifs qui permettent l'accès à très petit prix voire gracieusement à certaines catégories (personnes avec un très petits revenus, RSA, mineurs...etc)

*Afin que cela ne devienne pas non plus une obligation, les organes de presse devraient s'engager à laisser une bonne partie de leur contenu en libre accès comme maintenant, en le finançant par la pub par exemple mais afin d'éviter les dérives, ils devraient s'engager à ne pas faire apparaitre de pubs sur le contenu payant mais uniquement sur le contenu gratuit...

* La répartition des revenus aux ayants droits ne devraient pas uniquement se faire sur la base du nombre de lecture d'articles mais aussi sur la base d'un système de notation qui permettrait aux lecteurs de signaler des titres faussement aguicheurs destinés à augmenter le nombre de lectures sans qu'il y ait de réel fond derrière, appelé également "putaclic" sur le net...

* Le système de rémunération nécessitant la mise en place de comptes avec identifiants et mots de passe pour accéder aux contenus, il faudrait sécuriser à l'extrême la base de donnée de façon à ce qu'il ne soit pas possible d'en tirer des informations personnalisées sur les types de lecture car cela pourrait revenir à avoir une base de donnée des opinions politiques ou philosophiques de chacun.. Bref, une fois connecté à son compte, les lectures d'un abonné devraient être agrégées aux autres sans que soit enregistré individuellement les lectures de chacun... Ce point est extrêmement important car mal maitrisé, cela pourrait devenir périlleux démocratiquement parlant...

Écrit par : Serge92 | samedi, 27 mai 2017

@serge
Ce serait une très bonne offre complémentaire.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 28 mai 2017

Les commentaires sont fermés.