Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un modèle payant possible pour la presse | Page d'accueil | L'infâme intoxication contre Marielle de Sarnez »

dimanche, 28 mai 2017

l'affaire Ferrand, intox et désintox

Sur l'affaire Ferrand, il me semble que la presse et nombre de commentaires ne prennent pas l'histoire par le bon bout. Les astuces qu'il a utilisées pour la Mutuelle de Bretagne ne me semblent pas poser problème, a fortiori si la Mutuelle est gagnante au bout du compte. Il s'agit d'argent privé, pas d'argent public, et il n'y a rien d'illégal, ce que la justice a très clairement établi. C'est bien pour cela qu'elle refuse, à raison, de se saisir de l'affaire.

Ce qui coince, c'est l'autre point : avoir fait travailler son fils comme collaborateur parlementaire. Ce n'était pas certes illégal, et, à la rigueur, on pourrait admettre qu'il s'agit d'une mauvaise pratique révolue. Le problème, c'est que Ferrand fait partie de ceux qui l'ont ouvert le plus fort pour dénoncer ce genre de pratiques.

Je déteste l'hypocrisie. Je déteste ceux qui disent «faites ce que je dis, pas ce que je fais». Ferrand fait partie de cette espèce, toute socialiste, qui a le don de me hérisser.

C'est une erreur politique de continuer à le soutenir. C'est aussi une erreur morale.

 

23:36 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ferrand |  Facebook | | |

Commentaires

d'accord avec ton point de vue

Écrit par : Le Parisien Liberal | dimanche, 28 mai 2017

Qu'est-ce que vous pensez des divers scandales concernant Bayrou ?
Pour ma part, sans peur qu'on puisse me traiter d'hypocrite, j'y suis largement indifférent et je resterai toujours fidèle à la personne et à son héritage intellectuel (d'autant plus que les critiques viennent surtout de droitards qui se sont obstinés à soutenir Fillon).

Écrit par : François | lundi, 29 mai 2017

Je ne partage pas votre point de vue : R Ferrand a certes employé son fils, mais il ne l'a fait que durant 4 mois, il n'y a pas de soupçon d'emploi fictif et les sommes versées (1700 €/mois) ne sont pas déraisonnables.
En revanche, l'affaire des Mutuelles de Bretagne pose un réel problème éthique : pourquoi les Mutuelles ont-elles fait le choix de louer des locaux alors qu'elles auraient pu les acquérir,grâce à un emprunt, et rembourser l'achat en dix ans avec l'argent qu'elles ont consacré à verser un loyer à Mme Ferrand ? Il s'agit d'une affaire privée, certes, mais si R Ferrand, en tant que directeur des Mutuelles, a privilégié l'intérêt de son épouse à celui des mutualistes, faut-il attendre une attitude plus éthique dans sa conduite des affaires publiques ?

Écrit par : Zenon | lundi, 29 mai 2017

La différence entre Ferrand et d'autres, c'est que son fils a réellement travaillé sans être surpayé. Il n'a pas fallu attendre plusieurs jours pour que les preuves et les témoignages abondent. Pour d'autres emplois parlementaires familiaux, les médias, les citoyens et la justice attendent toujours la présentation d'une preuve du travail effectué, même une toute petite preuve...

Ferrand a employé son fils comme assistant parlementaire en 2014 et dès février 2017, il défendait l'interdiction des emplois familiaux pour les parlementaires. C'est ce que stipulait le programme de son candidat. Il n'y a rien d'incompatible. Son fils n'est plus assistant parlementaire aujourd'hui. En quoi, c'est «faites ce que je dis, pas ce que je fais». A la rigueur, c'est «faites ce que je dis, pas ce que j'ai pu faire».

Personnellement, je ne suis pas choqué par les emplois familiaux, du moment qu'ils sont réels. La politique demande un engagement très fort. Le conjoint est souvent très impliqué malgré lui. Quand on regarde au niveau local, dans les petits villages, il y a beaucoup de maires/adjoints qui fonctionnent en tandem avec leur conjoint. La plupart du temps, le conjoint (non-élu) ne touche aucune indemnité pour son travail qui est bien réel.

Écrit par : MaxF | lundi, 29 mai 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.