Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2016-06 | Page d'accueil | 2016-09 »

lundi, 29 août 2016

Cénacle, spectacle, le coup monté ?

J'ai lu le billet de Corto sur le Cénacle, à Tremblay en France, on y trouve pas mal d'informations intéressantes, pas immédiatement disponibles dans la presse et les médias toujours soucieux de bonne conscience et de coups d'éclats.

Je trouve quand même que ça sent le coup monté à plein nez cette histoire-là. A mon avis, le restaurateur a senti le coup venir pour discréditer son établissement mais il n'a vraiment pas été finaud dans sa réaction en associant tous les Musulmans au terrorisme. Je pense qu'il ne savait pas vraiment quoi faire.

Qu'est-ce que venaient foutre dans un restaurant connu pour ses bons plats à base de cochonaille et ses bons vins deux "Musulmanes" voilées, j'aimerais bien le savoir. Je vois surtout qu'elles ont été promptes à dégainer le portable et à appeler le CCIF et une camarade intégriste pro-djihadiste. 

Autre chose : la vidéo est partielle et on ne comprend pas ce qu'il s'est produit avant : elle débute tout de même sur l'affirmation d'une des deux femmes indiquant qu'elles ne veulent pas être servies par un "raciste". Que s'est-il passé avant ? L'accusation de racisme est bien sûr ridicule, la qualité de Musulman n'étant pas une race mais une croyance religieuse. Un point étrange aussi : les verres posés sur la table contiennent de l'eau. Il y a donc eu soit une carafe soit une eau minérale apportée sur la table. Les deux jeunes femmes n'ont pas donc pas été refoulées de suite. 

Les jeunes de la communauté musulmane de Tremblay qui sont venus demander des "explications" au restaurateur : c'est qui, c'est quoi ? Ils l'ont menacé ? 

Cela dit, il est quand même pas malin le patron du restaurant : je ne vois que partiellement une des deux femmes sur la vidéo, mais pour ce que j'en vois, elle ne porte ni burka ni hijab et s'exprime dans un français impeccable. Sa réaction est très calme et adaptée, bref, il a tout faux le restaurateur. A sa place, j'aurais réagi avec civilité en venant proposer la carte aux deux jeunes femmes ainsi que les meilleurs vins locaux et en faisant assaut de courtoisie et de galanterie, dans la tradition française...

19:17 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : cénacle |  Facebook | | |

Primaire de la droite : voter ou pas ?

Je suis toujours dans l'expectative à propos de la primaire de la droite de novembre. Déjà, éliminons la dénomination pipeau : c'est bien de la droite qu'il s'agit, et pas de la droite et du centre. Ensuite, ce n'est pas que je suis partisan de la politique du pire mais, en tant que centriste, je serais presque tenté de dire que cela ne me concerne pas. Je connais à peu près les propositions des quatre principaux candidats. Sarkozy brasse le plus de vent possible, comme d'habitude, en proposant une loi par saillie de l'actualité. Juppé est le plus prudent, Lemaire et Fillon veulent absolument que les Français versent du sang et des larmes en arguant que c'est nécessaire pour la santé de la France...

Leur objectif de réduction des effectifs de la fonction publique est ridicule : ils n'y arriveront pas et de toutes façons, la preuve qu'il est ridicule, c'est qu'ils sont incapables de dire comment ils procéderont.

Du côté de l'Éducation, Lemaire, Fillon et Sarkozy veulent refaire les mêmes bêtises que celles de leur gouvernement de 2007 à 2012 et Juppé poursuivre dans la continuité de stupidité de la gauche de 2012 à 2016. De toutes façons, ils s'abreuvent tous aux mêmes sources, qui empoisonnent notre école depuis 30 à 40 ans.

Je les trouve étonnamment silencieux sur la politique internationale : une grande partie de notre situation intérieure en matière de terrorisme vient de là. Et du côté de l'Europe et de l'Allemagne, c'est un peu silence radio, sempiternelles déclarations mises à part. 

Je ne les vois toujours pas décidés à embrasser à bras le corps la question de la sécurité avec des mesures sérieuses. Ou c'est du flan (Sarkozy, Fillon, Lemaire) ou c'est du flamby (Juppé). Je l'ai écrit et démontré ici à plusieurs reprises, le statut de la femme, sa liberté et sa protection sur tout le territoire nationale, cités en tête, est au coeur des questions de sécurité, djihadisme compris. Alors la loi anti-burkini de Fillon et Sarkozy, ça montre bien qu'ils n'ont décidément rien compris.

La réduction de l'immigration pose à peu près autant de difficultés que celle des fonctionnaires : avec des gros sabots (interdire le regroupement familial) on risque surtout de générer une cascade d'embarras et de dysfonctionnements.

Reste l'économie et les entreprises. S'il y en avait un qui reprenait exactement le même programme que celui de Bayrou en 2012, avec quelques améliorations, je pourrais peut-être voter pour celui-là ou celle-là mais pour l'instant, on ne peut pas dire qu'on a entendu grand chose.

Bref, en dépit de l'invitation de notre François national (Bayrou) vous comprenez que je ne suis pas vraiment motivé pour aller voter les 20 et 27 novembre...

Vous allez me dire que je suis cynique, mais si Sarkozy gagnait, ce qui est possible, Bayrou se présenterait et j'aurais du coup la possibilité de voter pour quelqu'un qui me représente vraiment. Je pense aussi à Lassalle, si Bayrou n'y va pas, mais il va falloir qu'il se montre bien plus convaincant parce que pour l'instant, il n'a pas l'once d'un programme politique digne de ce nom.

18:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : bayrou, primaire, droite |  Facebook | | |

Burkini, le dernier mot à John Locke

J'ai trouvé intéressante l'analyse de Christophe de Voogd, l'un des fondateurs de Fondapol, dans le Figaro. A vrai dire, c'est surtout sa référence à John Locke et son Essai sur la tolérance que j'ai trouvée fort à propos. Locke écrit : 

«Le port d'une chape ou d'un surplis ne peut pas plus mettre en danger ou menacer la paix de l'Etat que le port d'un habit ou d'un manteau sur la place du marché»

mais il pondère 

«Il est dangereux qu'un grand nombre d'hommes manifestent ainsi leur singularité quelle que soit par ailleurs leur opinion. Il en irait de même pour toute mode vestimentaire par laquelle on tenterait de se distinguer du magistrat [comprendre l'autorité civile] et de ceux qui le soutiennent ; lorsqu'elle se répand et devient un signe de ralliement pour un grand nombre de gens…le magistrat ne pourrait-il pas en prendre ombrage, et ne pourrait-il pas user de punitions pour interdire cette mode, non parce qu'elle serait illégitime, mais à raison des dangers dont elle pourrait être la cause?»

Voilà qui me paraît à propos. Tant qu'il s'agit de gens venant se baigner, il n'y a pas matière à légiférer, si cela devenait le ralliement d'un courant de pensée dont l'un des objets est de saper notre démocratie, il en irait autrement et il faudrait alors y réfléchir.

Comme le dit fort justement Sarkofrance, on ne cesse de légiférer sur le vêtement de la femme musulmane depuis un moment en France. On va finir par se couvrir de ridicule. Si les pouvoirs publics mettaient autant d'énergie à garantir aux femmes leur liberté et leur sécurité dans les quartiers devenus des zones de non-droit, ils auraient fait un pas utile. S'ils se préoccupaient de manière générale de la liberté des femmes et de veiller à ce qu'en droit et dans les faits elles ne subissent pas de discriminations un autre pas aurait été accompli.

La France est très loin du compte. C'est l'insécurité dans laquelle les femmes vivent, accompagnée de la pression sociale et locale qui y est associée qui pousse les femmes à se revêtir de burkinis, burkas, voiles et autres accessoires dégradants. 

Les pouvoirs publics feraient mieux de s'attaquer aux causes plutôt que de poursuivre des moulins à vent...

 

 

00:23 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : burkini, locke |  Facebook | | |

vendredi, 26 août 2016

Burkini par ci, Burkini par là...

J'avoue ne pas avoir su sur quel pied danser avec ces affaires de Burkinis à répétition. Il me semble que le bon sens devrait l'emporter, en de pareilles occasions, bien que j'admette qu'il est souvent difficilement compatible avec le droit.

Une troupe de barbus avec leurs compagnes en burkas, hop, tout le monde dehors. Mais une femme seule en burkini sur une plage emplie de femmes en bikinis, bon, c'est quand même faire du zèle que de lui faire retirer une partie de son attirail outre le fait que ce soit humiliant, peu délicat et contre-productif.

Il y a un autre point qui me gêne : j'ai l'impression que, comme d'habitude, c'est sur les femmes que retombe la lutte contre l'islamisme. Il faudrait songer à ne pas se tromper de cibles. Les femmes sont des victimes dans cette histoire, même si certaine sont affectées du syndrome de Stockholm et deviennent des militantes intégristes.

Autre aspect, bien que je n'aime pas du tout les burkinis et que je les trouve affreux, il y a quelque chose qui me titille dans l'idée d'empêcher quelqu'un de s'habiller comme il l'entend.

Dernier point, une femme en burkini qui se mélange à d'autres femmes et hommes en bikinis et shorts de bain me semble aller dans le bon sens. Mauvaise idée que de la décourager d'aller sur la plage se mêler aux autres Français. Ce sont les attitudes sectaires, surtout, qu'il faut combattre.

01:20 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |