Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Faut-il refuser de serrer la main à un militant/une militante du FN ? | Page d'accueil | Attentat à Charlie-Hebdo : le problème n'est pas l'Islam mais les cités »

mardi, 06 janvier 2015

Un élu PS lyonnais a raison de refuser la gratuité des transports

Une fois n'est pas coutume, je vais prendre la défense d'un Socialiste. Il s'agit de Bernard Rivalta, président du Sytral, le syndicat de transport de l'agglomération lyonnaise. On lui reproche de ne pas verser de larmes de crocodiles sur la fraude et de suggérer aux plus démunis de limiter leurs déplacements plutôt que de frauder

Eh bien il a parfaitement raison. Et il fait l'objet d'une campagne de presse minable, comme d'habitude, avec les mêmes poncifs hypocrites et bêlants.

Accessoirement, ce n'est pas nécessairement les plus démunis qui fraudent, encore une vue de l'esprit et un a priori bêlant de la boboitude libertaire dégoulinante de bonne conscience qui squatte médias et réseaux sociaux.

Voilà ce que dit Monsieur Rivalta et je l'approuve : 

« Le fraudeur manque de culture collective, il oublie que ne pas payer va impacter ceux qui payent (…) Il faudrait apprendre aux gens à maîtriser leurs déplacements : quand ils n’ont pas beaucoup de moyens il faut qu’ils ne se déplacent que dans la mesure où ils en ont besoin et non pas uniquement parce qu’ils en ont envie. »

et encore « Tout ce qui est gratuit n’a plus de valeur, c’est d’ailleurs comme ça que l’URSS a coulé (…). Non je ne suis pas favorable à la gratuité. Pourquoi ferait-on des transports en commun gratuits, pourquoi ne ferait-on pas le litre d’essence gratuit ? Le vélo gratuit ? Pourquoi ne ferait-on pas tout le reste gratuit ? »

Franchement, pas mieux, pas un mot à ajouter.

Commentaires

Je serais d'accord avec vous... sauf que votre argumentaire est non pertinent.

- Le coût de fonctionnement des transports en commun n'est pas(peu) lié aux usagers : que le bus soit plein ou vide, il coutera autant.
- leur financement ou leur organisation n'a jamais été lié à une rentabilité basée sur le transport de passagers. Nous sommes dans le domaine des "gains d'opportunité" : écologie, pollution, mais aussi idéologie, folie des grandeurs des conseils...
- TOUT le monde paye déjà, même les fraudeurs qui en ont les moyens. Regardez (avant que l'info soit supprimée) vos charges patronales sur votre bulletin de paie. A l'inverse, quid des payeurs qui ne les utilisent jamais ? Peu étonnant qu'un socialiste les ignore...

La billetterie couvrant très partiellement le financement et le fonctionnement, il serait intéressant de réfléchir à des systèmes permettant d'économiser ces quelques % et garantir un accès à tous (places réservés pour les usagers fragiles) : réorganisation des places assises/debouts/adossées, instaurer une première classe...

Mais la vraie alternative, c'est la remise en cause de ces travaux pharaoniques, ainsi que du monopole des taxis. Des technologies modernes offrent l'opportunité d'un retour à des transports plus petits et plus individuels (Uber, moteurs hybrides moins polluants, pilotages automatiques...). Dans 10ans, les mairies qui auront investis dans ces monstres publiques en seront encore à (faire) payer les intérêts quand d'autres feront bénéficier à leurs concitoyens ces nouveaux services !

PS: Message à contre temps. Mais les terroristes ne doivent pas nous accaparer !

Écrit par : amike | mercredi, 07 janvier 2015

Et pendant ce temps, les affaires continuent...

La LGV Limoges-Poitiers, signé pour 2 milliards. Pour une ligne absolument pas rentable, mais dont on peut imaginer que la lutte morale contre les resquilleurs comblera le trou.

Écrit par : amike | mardi, 13 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.