Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« CSG et charges : Sapin a lu Bayrou ? | Page d'accueil | L'Europe des Européens »

dimanche, 16 septembre 2012

Tuer des enfants "non-conformes" à la naissance ?

C'est en passant sur le blogue de Corto puis celui de Causeur que j'ai mis la main sur cet article du Journal of Medical Ethics et là, je me suis demandé l'espace de quelques minutes, après l'avoir lu, si je n'étais pas victime d'hallucinations.

Il s'agit pourtant d'une revue très sérieuse et de deux chercheurs italiens éminents dans leur domaine. Tenez-vous bien : sous prétexte que des enfants atteints de maladies rares et vraisemblablement très incapacitantes seraient un poids émotionnel pour leur famille et une charge économique pour l'État nos deux frappadingos suggèrent ni plus ni moins que de les liquider. Ils appellent cela l'avortement post-natal. Ces très grands "philosophes" assortissent leur réflexion d'arguments "bien sentis" de ce type, par exemple :

- on devrait pouvoir tuer un bébé pour exactement les mêmes raisons qui font que l'on avorte

- le bébé qui vient de naître n'a pas plus d'existence ni de "droit" à la vie que le foetus.

L'article est en ligne depuis février 2012 mais il a dû passer entre les mailles du filet médiatique. Seules des sociétés ultra-totalitaires (et encore, pas toutes) s'en sont pris de cette manière à des enfants.

Nos amis Grecs sdu site NewNow ont également levé un autre lièvre : au Canada, l'Association des Médecins vient de voter une résolution faisant valoir que le bébé ne dispose de la nature humaine et donc des droits qui y sont atenants qu'après sa naissance :

Στον Καναδά, σύμφωνα με δημοσίευμα του lifesitenews, η Ένωση Καναδών Ιατρών ανακοίνωσε ψήφισμα που συμφωνεί με τον Ποινικό Κώδικα της χώρας το οποίο αναφέρει ότι ένα μωρό έχει ανθρώπινη υπόσταση και φύση μόνο μετά τη γέννηση του

Le monde dans lequel nous vivons commence à puer sérieusement. Je pense que l'on devrait rendre obligatoire l'étude du grec ancien à tous ceux qui entreprennent des études de médecine avec comme première traduction le Serment d'Hippocrate...

Commentaires

hallucinant , non ?
Monde qui pue, monde qui devient fou.

Écrit par : corto74 | dimanche, 16 septembre 2012

ca commence à craindre... Entre la guerre imminente en Iran, les barbus, les Josef Mengele, Flamby et BHL on n'est pas rendus...

Écrit par : Vlad | dimanche, 16 septembre 2012

je me demande quand même si ce genre d'article n'est pas poussé en avant par les anti IVG. parceque après avoir indigné tout le monde avec ça, il suffira de dire "et avant, le tuer dans le ventre de sa mère c'est pas très différent".
ceci dit je n'en sais rien, mais je pense qu'il faut rester vigilants

Écrit par : olympe | dimanche, 16 septembre 2012

l'étape d'après son les personnes agées qui couteront trop à la collectivité.

Écrit par : AG59 | dimanche, 16 septembre 2012

Salut Olympe
Tu as lu l'article des deux chercheurs italiens que je cite ? Si tu ne te sens pas à l'aise avec l'anglais, je peux essayer de te le traduire. C'est tout simplement hallucinant.
@Corto
Je n'en reviens pas.
@Vlad
Là, c'est surtout notre société, celle dans laquelle nous vivons, qui est en jeu. Le principe d'éliminer les non-viables, ça, je n'aime vraiment pas ça.
@AG59
On peut tout imaginer, en effet. Toutefois, si je ne suis pas hostile à l'euthanasie, celle que l'on décide soi-même dans des circonstances insupportables, il en va autrement des enfants. Un bébé innocent n'a pas le pouvoir de dire qu'il veut vivre. Ce que je viens de lire est tout simplement écoeurant et heurte profondément l'idée que je me fais de l'enfant (assez proche, quant à son développement psychique, d'Abélard et de Maria Montessori, à mi-chemin de Platon et d'Aristote, en somme).

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 16 septembre 2012

"Le monde dans lequel nous vivons commence à puer sérieusement."

Non non, du-moins pas plus qu'avant. C'est juste qu'aujourd'hui on sait. :)

Écrit par : Didier | lundi, 17 septembre 2012

@Olympe
En fait, justement, le raisonnement des deux scientifiques repose sur cette confusion très dangereuse.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 17 septembre 2012

Oh mon Dieu. Comme quoi, on peut avoir accès à une éducation supérieure et cracher des théories monstrueuses et d'une violence digne de cet abruti du bar PMU qui dit c-qu'y-pense-parce-que-y-sont-tous-pourris.

Le problème de l'IVG et de l'euthanasie, c'est cette brèche que l'on ouvre.
Ce qui m'effraie encore plus c'est que l'on part du postulat que l'IVG est "communément accepté".
On érige ce qui devrait en rester à l'état d'exception en véritable droit fondamental alors que le droit fondamental devrait rester celui du droit à la vie, du droit d'aimer et d'être aimé.

Ceux qui revendiquent l'abandon pure et simple des plus fragiles (parce que c'est plus commode) sont tout simplement inhumains.

Nous pouvons nous appeler civilisation car l'un de nos traits caractéristiques et justement d'essayer de ne pas laisser sur le carreau les plus fragiles.

Comme quoi, l'amour chrétien et la solidarité dite de "gauche" se rejoignent bien.

"Vous allez vous aimer les uns les autres, bordel de merde !"
Jésus-Christ II, Le Retour.

Écrit par : Nemo | lundi, 17 septembre 2012

Vous voulez mieux ?
En Belgique, un projet de loi est dans l'air pour pouvoir euthanasier les mineurs et les handicapés mentaux.

Ils y auraient "droit" eux aussi... de 12 à 16 ans, une autorisation des parents est requise, mais à partir de 16 ans une simple consultation suffirait.

J'espère bien que ce projet ne passera jamais.

Il faut aussi préciser qu'en Belgique, l'euthanasie n'est pas seulement réservée aux personnes en fin de vie, mais aussi aux personnes qui ont une maladie incurable (mais par forcément mortelle) et dont la souffrance, morale ou physique est ressentie comme insupportable.

Qui dit mieux ? De ces bonnes, l'enfer est pavé.

Écrit par : luciolebrune | mardi, 18 septembre 2012

Luciole
Le projet prévoit que ce soit sur demande du mineur ou sur demande de la famille ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 18 septembre 2012

C'est sur demande du mineur.
Je dirais pour l'instant, parce que ce genre "d'élargissement" amha ça peut en emmener d'autres par après.

Par exemple, que ce ne soit plus la personne qui décide. Je ne pense pas être illogique : je n'aurais jamais cru, quand la loi euthanasie est passée, qu'il y aurait un jour une telle demande pour l'élargir, alors pourquoi pas sans consentement des personnes un jour ?

Bon je rassure les lecteurs, les enfants handicapés ici les parents ne les tuent pas parce que l'état s'en occupe (au moins jusqu'à 21 ans avec la scolarisation), après on a quand même un manque de places ou de réponses, surtout à Bruxelles où l'on n'avait pas anticipé l'évolution démographique (et même pour les écoles de l'enseignement ordinaire).

Puis il y a les écoles où l'on manque de places parce qu'il faut bien scolariser les enfants Français hébergés qui sont hébergés en Belgique...

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 19 septembre 2012

"Ce n'est pas la victoire de la science qui caractérise notre (XIXème) siècle, mais la victoire de la méthode scientifique sur la science". Nietzsche
Voila la prévalence de l'énoncé sur son énonciateur.

Écrit par : pierre | jeudi, 20 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.