Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Décrochage scolaire ? Tu ferais mieux de lire Bayrou, camarade Peillon ! | Page d'accueil | Tuer des enfants "non-conformes" à la naissance ? »

vendredi, 14 septembre 2012

CSG et charges : Sapin a lu Bayrou ?

J'étais tranquillement en train de faire ma revue de presse sur google actualités ce matin quand je m'arrête sur un article de l'Expansion à propos des charges trop importantes sur les CDI. Sapin voudrait les baisser et procéder à un rééquilibrage avec les CDD. Je parcours donc machinalement l'article mais tombe soudainement sur ceci :

 "La seule question posée" est de savoir si "le financement de l'assurance maladie ou de la solidarité familiale doit reposer uniquement sur le travail. La réponse est non, ça doit reposer sur l'ensemble des revenus", a jugé le ministre du Travail.

C'est texto ce qu'a écrit Bayrou dans son État d'urgence en août 2011 juste avant les Présidentielles et ce que l'on s'est échiné à faire valoir au MoDem depuis.

Bon, très bien, je ne vais pas protester mon gars : tu veux élargir l'assiette de la CSG, c'est exactement ce que je pense, mais fais-le, maintenenant.

Parce que voilà, est-ce que Sapin aura le courage d'aller jusqu'au bout ? si la CSG doit concerner l'ensemble des revenus, certes, elle va toucher ceux du capital mais aussi ceux de l'aide sociale : les retraites, les allocations familiales, tout, quoi. Moi, je trouve cela juste et je soutiendrai cette mesure si les Socialistes la prennent. Je crois que Bayrou la soutiendra aussi.

Le problème, pour la gauche, c'est que pour avoir promis de raser gratis en soutenant son candidat, ça va être un peu plus dur d'appliquer une mesure de Bayrou...

Évidemment, elle pourrait s'en tirer en ne taxant que les revenus des capitaux, mais si le gouvernement socialiste fait cela, il risque de décourager l'investissement dont il a tant besoin pour relancer son industrie car alors, la CSG pèserait trop lourdement sur les rendements qu'exigent les investisseurs. Il faut donc un équilibrage. Attendons la suite avant de juger...

Camarades Socialistes, si vraiment vous avez l'intention d'appliquer le programme économique de Bayrou (enfin, une partie, parce que le matraquage fiscal n'en faisait pas partie, lui, en revanche, de ce programme, pas plus que la multiplication excessive des emplois publics, d'ailleurs) pouvez-vous également penser au label Made in France, au Conseil stratégique associé au fonds d'investissement, évidemment, et à la fiscalité attractive pour le capital-risque ? Ce seraient de bonnes avancées et j'aurais moins d'hésitations à vous accorder ma voix lors des seconds tours à l'avenir...

Ah, dernier détail, électeur de gauche, si tu approuves ces mesures, pourquoi ne pas voter MoDem et Bayrou, désormais, afin de mettre en adéquation ce que tu entends et ce qui sera appliqué lors des élections ? N'hésite pas à venir en discuter ici...

11:24 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : sapin, bayrou, csg, modem |  Facebook | | |

Commentaires

La CSG pèse déjà sur les retraites, mais à un taux moindre que sur les salaires.
Il faut juste rendre les taux égaux...

Écrit par : estelle92 | vendredi, 14 septembre 2012

J'avais déjà abordé le problème.
( http://philippegibault.wordpress.com/2012/07/18/vers-une-csg-sociale/ )

Le problème, c'est que l'idée doit venir des syndicats...

De toute façon, l'importance n'est pas TVA sociale ou CSG sociale, mais de baisser les charges patronales.

Écrit par : Phil | vendredi, 14 septembre 2012

Toujours pertinent et impertinent à souhait! j'aime!

Écrit par : Patricia | vendredi, 14 septembre 2012

En fait, François Hollande avait prononcé les mêmes phrases dimanche dernier sur TF1. Michel Sapin avance donc couvert !

Et c'est très bien qu'ils se lancent dans cette opération. Très bien sur le fond, et très courageux, car ça va coûter cher, en emplois fictifs supprimés, aux syndicats patronaux et salariaux (actuellement payés pour cogérer l'assurance maladie ou la CAF, et qui n'auront plus raison de l'être si ce ne sont plus des cotisations sociales qui financent ces institutions).

Dommage seulement que F. Bayrou n'ait pas été entendu dès 2005-2007, ça fait au moins 5 années de perdues.

Écrit par : FrédéricLN | vendredi, 14 septembre 2012

PS - Oui, 2005, parce que c'était le thème du "discours de Giens", avec la fiscalité écologique et la taxe Tobin.

Écrit par : FrédéricLN | vendredi, 14 septembre 2012

Allez hop! Le lien:
http://discours.vie-publique.fr/notices/053002315.html

Écrit par : Martine | samedi, 15 septembre 2012

il est temps de s'ppercevoir qu c'etait lui qu'il nous fallait comme president
Nous avions plein d'idées de ce type, entre autre l'emploi de 1 jeune non soumis a charges dans les PMI PME
Mais les francais sont des "veaux" comme disait celui a qui tout le monde se refere
Que dire de plus !

Écrit par : chalier | samedi, 15 septembre 2012

Les idées ne sont pas exclusives et n'appartiennent pas à celui qui les exprime. Elles sont faites pour être partagées. Il y a clairement ici une convergence entre la vision de F. Bayrou et de F. Hollande et c'est tant mieux.

Écrit par : Marie-Anne Kraft | samedi, 15 septembre 2012

Mais ce n'est pas toi qui me contredisais il y a quelques semaines quand je disais le gouvernement Ayrault est en train d'appliquer le programme de Bayrou et que la réalité économique l'amènera à intensifier la tendance... Je me marre.

La belle affaire à présent de dire : 'mais on avait raison'. Le problème c'est que l'on a souvent eu raison et que l'on a TOUJOURS perdu. Il serait temps, sans doute de se poser, des questions, de vraies questions, notamment sur les orientations stratégiques, non ? Mais il n'y a pas plus sourd que Bayrou alors...

Écrit par : Yves DELAHAIE | samedi, 15 septembre 2012

@Yves Delahaie
Bayrou n'est surement pas exempt de défauts et il a fait sans doute certaines erreurs. Mais je lui suis gré de dire la vérité au petit peuple que nous sommes.
Si le revirement stratégique consiste à faire le même jeu de mensonge que les Hollande, Sarkozy et consorts, il perdrait ma voix.

Écrit par : ninilepetit | samedi, 15 septembre 2012

Qu'il y ai convergence, je veux bien.

Mais il faudrait mettre en application.

On perd du temps à attendre que les syndicats proposent l'idée...

Écrit par : Phil | samedi, 15 septembre 2012

@Phil,
Ils y auraient intéret pourtant ;) Cela autoriserait à envisager la retraite "autrement".

Écrit par : Martine | samedi, 15 septembre 2012

@Marie-Anne-K,
Dslée pour vous que vous vous soyez "plantée" quand au lieu de promo de "votre ouvrage"...
La vie est ainsi faite^^^.
Ne reviendrai pas dans le 94, ras laaa^^^Vous ne pouvez meme pas imaginer à quel point!

Écrit par : Martine | samedi, 15 septembre 2012

Il est fort à parier qu'ils n'auront, de toute façon, pas le choix.

Il faut s'attendre à ce que la majorité prenne des décisions très impopulaires si le but est de redresser le pays, voir inconcevables pour le gauchiste de base qui a voté aveuglément FH. Et m'est d'avis que ceux-là n'ont pas fini de râler.

Je ne me souviens d'ailleurs pas que le candidat Hollande ait promis la lune en matière d'économie pure. Il a mis en avant des mesures sociétales d'importance moyenne qu'il tente aujourd'hui de mettre en place avec plutôt plus que moins de succès. Ce qui me semble assez honnête dans l'ensemble à condition de ne pas trop creuser.

En ce qui concerne l'électorat de gauche susceptible de voter pour le MoDem, il me semble souvent emporté dans la tornade des partis dominants qui font d'une élection un match de foot.

Écrit par : Didier | dimanche, 16 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.