Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bayrou et la sécurité | Page d'accueil | Bayrou peut susciter l'adhésion...s'il le veut ! »

lundi, 26 mars 2012

Le nouveau visage de la démocratie française

Tous pareils, est-ce inéluctable, en politique ? J'ose encore espérer que non. Si François Bayrou est élu, il tranchera immédiatement la question des conflits d'intérêt par un grand référendum sur la vie publique. En voici les grandes lignes :

Elu Président de la République le 6 mai, j'organiserai le 10 juin, jour du premier tour de l'élection législative et en même temps que celle-ci, un référendum de moralisation de la vie publique en France.

- mettre fin au cumul des mandats

- pas de vote aux assemblées sans présence, obligation d'assiduité aux séances parlementaires.

- modification du mode de scrutin pour pouvoir représenter tous les courants politiques.

- réduction du nombre de députés et de sénateurs

- reconnaissance du vote blanc

- obligation de partié renforcée

 Je renforcerai l’obligation de parité pour que l'on sorte enfin de cette anomalie qui met la France à la 61ème place parmi les pays du monde pour la place des femmes dans la vie publique.

- suppression des micro-partis de complaisance

- définition du conflit d'intérêts et obligation de déclaration publique des intérêts privés avant entrée en fonction. Fixation des incompatiblités.

- mise en place d'une autorité de déontologie de la vie publique qui pourra être saisie directement par les citoyens et empêchera le retour dans la vie publique avant une période de dix ans des élus condamnés pour corruption.

- indépendance de la justice et  nouveau statut pour le Garde des Sceaux, dont la nomination devra être approuvée par une majorité renforcée du Parlement.

- terme mis à la procédure scandaleuse qui fait de la nomination des présidents de l'audiovisuel public l'apanage personnel du chef de l'État.

Voilà comment, en quatre semaines et un dimanche, la démocratie française prendra un nouveau visage.

07:32 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : bayrou, morale, vie publique | |  Facebook | | | |

Commentaires

Finalement, François Bayrou c'est pour ceux qui en ont un peu plus entre... les oreilles!


!

Écrit par : Alcibiade | lundi, 26 mars 2012

Dieu sais que j'approuve tout ça et que je vais voter Bayrou dans 4 semaines, mais qui peux encore croire que François va passer ce 1er tour...

Écrit par : Luc | lundi, 26 mars 2012

J'ai deux questions :

- est-ce que au Modem, 50 % des adhérents sont des adhérentes ?

- si François Bayrou est contre le cumul des mandats, pourquoi voulait-il être à la fois député et maire de Pau ?

Écrit par : xerbias | lundi, 26 mars 2012

@Xerbias:
Ne feignez pas de ne pas voir qu'avec le système actuel, la politique est avant tout un jeu biaisé où pour influer réellement sur les décisions, il faut être un "baron" donc cumuler les mandats et les conflits d'intérêts. On ne peut pas décider du jour au lendemain de jouer avec ses propres règles lorsque les autres seront avantagés. C'est un système qu'il faut abolir et non pas exiger d'untel ou d'untel de ne pas cumuler de mandats.
Voyez toutes les figures nationales de la politique, ce sont tous des cumulards.

Écrit par : Nemo | lundi, 26 mars 2012

@xerbias
Question 1 : non. Loin de là, hélas.

Question 2 : Pour peser. La loi le lui permet, et être député-maire de Pau n'est pas la même chose qu'être député-maire de Paris ou Toulouse, vu que le travail demandé n'est pas dans les mêmes proportions. Ceci dit c'est effectivement (à mon avis) une erreur, pour le principe.

Écrit par : melianos | lundi, 26 mars 2012

@Xerbias
Il faut distinguer mandat nationale et mandat local, mais tu pointes en effet là où ça fait mal :-)
Pour les adhérentes, en revanche, que veux-tu que l'on fasse ? Moi, j'aimerais bien qu'il y en ait beaucoup plus (miam) mais bon, faut pas exagérer, le MoDem n'est pas non plus un parti de mecs :-)
@Luc
C'est sûr que ça va être dur, mais plus élevé sera son score mieux seront prises en compte ses idées.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 26 mars 2012

Avec le sérieux pour l'Economie,
ce référendum me fera aussi voter
à coup sûr pour F. Bayrou.

Promettre une VI ème république
comme J.L. Mélenchon fort bien
mais si Hollande est élu sa majorité
ne sera qu'un collage d'intérêts
personnels et de clans divergents,
connaissant le grand esprit de décision
de Hollande (en fait incapable de choisir
une ligne constante) l'immobilité est
assurée (sauf celles des langues qui
s'agiteraient beaucoup et pour longtemps).

Écrit par : Lucno | lundi, 26 mars 2012

Difficile d'être opposé à ce type de mesures, mais là où je tique c'est au niveau de la parité obligatoire. En voilà une mesure sexiste, et qui n'améliore en rien la condition de la femme. On pourrait même dire que c'est machiste...

Écrit par : Pas convaincu | lundi, 26 mars 2012

@l'heretique : en êtes vous si sur? il a fait + de 18% en 2007 et je ne crois pas qu'il ai put influencé en quoi que ce soit les décisions de Sarko!

Le problème est que tout va contre une arrivée au pouvoir d'un centriste, nos institutions, nos médias, le niveau intellectuel et les intérêts particuliers d'une bonne partie des français, etc ...

La seule chance pour que Bayrou finisse par devenir président, c'est que notre dette abyssale finisse par nous emmener à une situation à l'italienne.

Écrit par : Luc | lundi, 26 mars 2012

@Pas convaincu,
Vous tiquez? Grand bien vous fasse!

Écrit par : Martine | lundi, 26 mars 2012

Nemo > Bien sûr qu'il y a beaucoup (trop) de cumulards, mais il y a une chose pire moralement que d'être simplement cumulard, c'est d'être cumulard en étant contre le cumul, car c'est être hypocrite.

l'hérétique > Je posais la question des adhérentes car c'est pareil dans tous les partis politiques, et même la grande majorité des associations. Les femmes adhèrent moins, et lorsqu'il est demandé de se mettre en avant, elles sont encore moins présentes. Les causes sont diverses, mais on a beau tous vouloir la parité en politique, s'il n'y a pas autant de femmes que d'hommes dès le départ dans ce milieu, ce sera toujours très compliqué. Cela ne se règle pas à coup de loi.

Écrit par : xerbias | lundi, 26 mars 2012

- mettre fin au cumul des mandats : OK, mais si quelqu'un est vraiment compétent, je pense aux petits villages ou aux contrées reculées, il faudrait s'en passer ?

- pas de vote aux assemblées sans présence, obligation d'assiduité aux séances parlementaires : sinon quoi ? Flagellation à coups de figues molles ?

- modification du mode de scrutin pour pouvoir représenter tous les courants politiques : comment ? Proportionnelle ? Incohérent vis à vis de la suppression des micro-parties.

- réduction du nombre de députés et de sénateurs : combien ?

- reconnaissance du vote blanc : comment ? Si le blanc est majoritaire on fait quoi ?

- obligation de parité renforcée : OK

Je renforcerai l’obligation de parité pour que l'on sorte enfin de cette anomalie qui met la France à la 61ème place parmi les pays du monde pour la place des femmes dans la vie publique.

- suppression des micro-partis de complaisance : qui va décider de ce qui est complaisant ou pas ?

- définition du conflit d'intérêts et obligation de déclaration publique des intérêts privés avant entrée en fonction. Fixation des incompatibilités : OK

- mise en place d'une autorité de déontologie de la vie publique qui pourra être saisie directement par les citoyens et empêchera le retour dans la vie publique avant une période de dix ans des élus condamnés pour corruption : nommée par qui ? Selon quels critères ?

- indépendance de la justice et nouveau statut pour le Garde des Sceaux, dont la nomination devra être approuvée par une majorité renforcée du Parlement : si pas de majorité on fait quoi ?

- terme mis à la procédure scandaleuse qui fait de la nomination des présidents de l'audiovisuel public l'apanage personnel du chef de l'État : OK

Il y a beaucoup plus de questions que de réponses.

Écrit par : J. LURIE | lundi, 26 mars 2012

Tiendez donc...les "saga africa" sont de sortie, tonite. :o)))

Écrit par : Martine | lundi, 26 mars 2012

@ J.Lurie:
Il me semble que Bayrou a précisé que l'élection à la proportionnelle supposait que la liste obtienne au moins 5% des voix. Donc cela n'empêcherait pas la suppression des micro-partis.
Quant à la réduction du nombre de députés, il me semble qu'elle a été clairement précisée: il y aurait 400 députés, je crois.

Écrit par : Monique | lundi, 26 mars 2012

@ J.Lurie:
Il me semble que Bayrou a précisé que l'élection à la proportionnelle supposait que la liste obtienne au moins 5% des voix. Donc cela n'empêcherait pas la suppression des micro-partis.
Quant à la réduction du nombre de députés, il me semble qu'elle a été clairement précisée: il y aurait 400 députés, je crois.

Écrit par : Monique | lundi, 26 mars 2012

@J.Lurie
Le texte de loi soumis au référendum sera connu avant l'élection. Donc on aura toutes les réponses avant le 22 Avril. Mais on a déjà une partie des réponses

- On est 65 millions, on est capables de trouver suffisamment d'élus compétents. De plus un élu qui cumule n'a tout simplement pas le temps d'être compétent.

- perte du mandat, perte des sous, ou autre si absences.

- 5% minimum en national pour que le parti soit représenté

- réduction d'1/3, on passe en gros à 400 députés, réduction équivalent au sénat.

- on rajoute un bulletin blanc. Si il est majoritaire, rien, le candidat avec le plus de voix est élu (blanc n'est pas un candidat).

Écrit par : melianos | lundi, 26 mars 2012

@Xerbias: je ne suis pas d'accord. On peut être contre le cumul des mandats en tant que système et reconnaître que seule la loi peut y mettre fin.

@Melianos: logiquement, reconnaissance du vote blanc implique qu'à partir d'une certaine proportion, le vote puisse être invalidé et reconvoqué.

Écrit par : Nemo | lundi, 26 mars 2012

@ Nemo

Pas systématiquement. Le vote blanc peut par exemple, dans un système proportionnel, être attribué à la majorité. C'est par exemple le cas en Belgique, où le vote "nul" (soit bulletin comportant ratures, vote sur plusieurs listes ou autre) est quant à lui invalidé et n'a aucune influence sur le scrutin. Bien sur le vote étant obligatoire, et le votes blancs/nuls étant comptabilisés a priori, l'impact politique est autre que celui d'une simple abstention.

@ Martine

"Vous tiquez? Grand bien vous fasse!"

Merci de me faire part une fois de plus de vos commentaires inspirés, qui font grandement avancer le débat tout le monde en conviendra.

Cela dit je connais un bon nombre de femmes politiques qui sont loin d'être persuadées d'une avancée de leurs droits lorsqu'on leur rappelle sans cesse à demi-mot dans les couloirs de l’assemblée qu'elles ne sont là que pour honorer les quotas et qu'elles peuvent fermer leur g... Sans parité effective au sein de la société la parité imposée sur les listes électorales et au sein des assemblées est un leurre, et probablement la plus grosse injure faite aux femmes (en "occident") au 21e siècle.

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 27 mars 2012

Petite rectification : le vote nul en Belgique est maintenant assimilé au blanc (donc crédité à la majorité). J'ai tellement g... contre cette mesure que je ne peux toujours pas imaginer qu'elle ait cours. Interdire (le vote étant obligatoire) de ne pas choisir me semble honteux.

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 27 mars 2012

L'obligation de parité dans les partis politiques (ce qu'on appelle les "listes chabadabada", c'est-à-dire "un homme et une femme") est un sujet complexe. Déjà, au départ, c'est arithmétiquement discutable. En moyenne, dans un parti quel qu'il soit, il y a plus d'hommes que de femmes - pour des raisons sans doute sociologiques, ou éducatives, ou peut-être génétiques, je n'en sais rien... mais en tout cas c'est un fait. Donc, l'obligation de parité 50/50 aboutit à sur-représenter les femmes. La mesure juste serait d'exiger une répartition hommes/femmes reflétant simplement la répartition adhérents/adhérentes dans le parti.

Cela dit, il est intéressant de constater que la parité légale perd rapidement ses droits. Par exemple, tous les conseils municipaux sont constitués à parité (50/50 d'hommes et de femmes) puisque la loi l'exige. Mais dans les conseils intercommunaux, les hommes sont à nouveau en majorité. Pourquoi ? Parce que, tandis que les conseils municipaux sont élus, les conseils d'interco sont formés de représentants désignés par les conseils municipaux. Ainsi, hommes et femmes à égalité s'entendent pour envoyer dans ces conseils d'interco... une majorité d'hommes. Ça devrait faire réfléchir.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 27 mars 2012

Même si ces propositions sont louables, d'un point de vue médiatique elles sont sans écho malheureusement car elles ne elles ne sont pas prioritaires dans l'opinion publique....

La campagne de Bayrou foire actuellement car il n'est pas dans le bon tempo médiatique(il ne sait pas faire le buzz), c'est nul mais c'est comme ça....comme de plus il a "merdé" magistralement pendant l'affaire du tueur fou....

FB a force d'improviser et de ne pas travailler avec une vraie structure de communication, il passe a coté de son destin..... il a un bon programme mais il sait pas le vendre...

Écrit par : Europium | mardi, 27 mars 2012

- Pourquoi ne pas proposer que le nombre d’élus, le montant du remboursement des frais de campagne et la durée des mandats soit indexés sur les chiffres de l’abstention ?
- Concernant la présence des députés ou sénateurs dans les hémicycles, je préfère récompenser ceux qui travaillent dans les commissions plutôt que de contraindre des gens à faire les guignols devant les caméra. Je regarde la chaîne parlementaire et je m'instruis vraiment que sur les séances filmées des commissions, le reste c'est comédia del arte, je me demande quel est encore l'utilité de voir des gens s'invectiver sans la moindre improvisation puisque tout est pré-écrit à l'avance, alors que toutes les décisions ont été prises en amont.
- sur le cumul des mandats, il faut s'interroger surtout sur la professionnalisation de la fonction d'élu. Pour ma part, je pense qu'un élu doit forcément venir de la société civile et avoir une fonction dans la vie civile. Le formatage des écoles qui destinent aux hautes fonctions électives induisent ce que l'on observe au quotidien, la déconnexion avec la vie réelle voire le syndrome d'hubris.
- Pour régler le "problème" des petits partis, pour ma part je ferais l'inverse de ce que vous proposez. Réfléchissez bien à cette proposition : pour les présidentielles, redescendre à 200 signatures pour se présenter, organisation de 3 tours, à la fin du premier tour, on ne garde que les partis qui dépassent 10%, ensuite on laisse 2 mois pour affûter les arguments de chacun avec des débats télévisés nationaux où chacun devra présenter son programme chiffré au centime près. Puis on enchaîne sur 2 weekends consécutifs le deuxième tour où on garde les 2 premiers pour faire le duel au sommet au troisième tour, à moins qu'il y ait une majorité absolue qui se dégage avant.
- Sur la parité, je dirais que "la femme est l'avenir de l'homme".

Écrit par : J. LURIE | mardi, 27 mars 2012

Écrire un commentaire