Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les retraités participeront-ils au financement de la dépendance ? | Page d'accueil | Pauvre bonhomme Chabert »

mercredi, 23 février 2011

Le militant

Souvenez-vous, il y a un petit peu plus d'un an, il était venu donner son avis sur le militantisme au MoDem. J'avais repris son commentaire et l'avait publié, puis, l'article avait été à son tour repris par Marianne. Eh bien un citoyen comme les autres est revenu pour compléter son propos. Le voici en exclusivité :-)

Presque un an après avoir publié ce billet (écrit d'une traite un soir sous le coup de la surprise après avoir découvert l'étrange blog du "chevalier orange" comme une réponse au positionnement "à charge" de cet ex militant devenu adversaire acharné et compulsif du leader et du parti qu'il encensait encore quelques mois auparavant), relayé à ma grande surprise par de nombreux blogs et sur Marianne je repasse sur cette page afin de préciser un de mes propos qui a été mal perçu à l'époque. Sans doute largement par ma faute (maladresse de formulation). Je n'ai jamais pensé un instant qu'un militant ne devait pas "penser", bien au contraire il incarne le chaudron d'ou les futures idées du mouvement jailliront voir même l'avenir de celui-ci si ce militant décidait de gravir les échelons vers des candidatures. Mon point de vue est qu'un militant ne peut espérer voir toutes ses idées entendues rapidement par la direction et ce pour une raison simple, des militants il y en a des milliers au MoDem (et leurs idées sont toutes différentes et souvent contradictoires), si le bureau directeur ou François Bayrou devaient prendre en compte chacune d'entre elles (déjà rien que toutes les enregistrer) le mouvement serait tout simplement ingouvernable et il ne possède de surcroît pas encore la structure pour le faire. Le MoDem à la chance d'avoir un leader clair, et aspirationnel qui exprime une vision de la société des valeurs, c'est une chance, il ne fonctionne pas encore tout à fait comme le PS ou tout le monde s'exprime via des cellules et des courants jusqu'a la cacophonie et la contradiction et qui ne trouve sa ligne qu'après d'interminables négociations et compromis. Si ce type d'organisation est sans doute plus démocratique et adaptée aux périodes de "beaux temps il devient un handicap dans la tempête ou il faut que quelqu'un tranche et fasse avancer le bateau contre vents et marées rapidement et selon une ligne claire perceptible par le fond de l'électorat (le PS n'en a plus). Bref, les militants du MoDem qui déversent leurs idées (forcément brillantes) sur le net ou dans d'interminables réunions et qui se laissent aller à la frustration quelques mois plus tard car celles ci ne sont pas immédiatement reprises par "la haut" doivent apprendre ....la patience et l'opiniâtreté, qui sont sans doute les vertus les plus importantes en politique (demandez à Chirac ou Mitterrand). Pour le reste et pour le quotidien le "militant" doit aussi et surtout se consacrer au militantisme et à l'organisation.. pas toujours drôle mais incontournable et formateur. Toutes mes excuses donc si mes propos ont choqué certains pour le reste je conserve le même point de vue sur François Bayrou qu'il y a un an.

07:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : modem, bayrou, ps, militantisme |  Facebook | | |

Commentaires

Il a en partie raison ; dans le militantisme il y a plusieurs facettes, celles du besogneux auquel les tâches les plus ordinaires sont demandées (mais qui ne sont pas dégradantes), la réflexion et l'action pour dynamiser, convaincre, argumenter auprès de ces concitoyens, et, dans l'ombre plus que dans la lumière, être un soutien sans faille du leader, quelquesoit nos différences, car forcément il y en a, mais le socle solide étant là. Bayrou a certainement fait des erreurs de communication, d'appréciation, d'organisation mais sur le fond sa réflexion est lucide et dense, et sa vision l'est tout autant.
Je continue à penser, comme ce militant, que beaucoup se sont engoufrés dans ce jeune parti en y voyant une aubaine d'arriver au plus vite assez haut, et n'étant pas récompensé de leurs efforts (véritables) s'en sont allés, hélas, sans trop de discrétion, pour faire mal et se soulager!...
"Patience et longueur de temps font plus que force et que rage"

Écrit par : Alouette | mercredi, 23 février 2011

@ Alouette

"Je continue à penser, comme ce militant, que beaucoup se sont engoufrés dans ce jeune parti en y voyant une aubaine d'arriver au plus vite assez haut..."

Peut-être. Mais ce n'est pas la majorité, et c'est tout de même assez ahurissant de voir que les quelques-uns qui sont restés au MoDem (environ 10 à 12% du total, d'après mes estimations) continuent de dire que ceux qui sont partis l'ont fait par opportunisme déçu. Cet aveuglement est assez symptomatique. En réalité, la très grande majorité des partants sont partis parce que Bayrou les a déçus. Il les a déçu par son comportement, par son absence de gestion, par son caporalisme et par la façon dont il a laissé s'installer la pétaudière - quand il ne l'a pas lui-même provoquée.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 23 février 2011

Votre avis est respectable, le mien est différent, qu'est-ce qui vous permet de parler d'aveuglement.. vous êtes un brin catégorique, dommage... pour vous

Écrit par : Alouette | mercredi, 23 février 2011

Pas tout à fait d'accord avec le "militant" sur ce coup ci.

Il y a énormément de choses à changer en France : dans les quartiers, les communes, les cantons et départements, les régions, les secteurs professionnels, les secteurs associatifs, etc. etc. !

Tout cela ne peut pas être pensé en une fois depuis le 133bis ! C'est aux militants de penser, d'échanger, de communiquer, de convaincre,… le travail politique est en très grande partie un travail de communication. Pour cela il faut penser.

Inutile de penser le bayrouisme à la place de François Bayrou, mais inutile de compter sur François Bayrou pour penser à notre place ;-)

Écrit par : FrédéricLN | mercredi, 23 février 2011

Le modem aurait pu être un parti de militant, mais il ne l'est pas car les politiques ont peur des militants.Il n'a que les élus qui comptent.....

Le modem est un immense gâchis car ce parti n'a pas su mettre en place des structures lui permettant de travailler sur le long terme.

De bons travaux ont été fait en commission, qu'en a fait le Modem? quasiment rien malheureusement....

Quid du projet du modem? le petit livre orange était une bonne base de réflexion qu'il aurait fallu amender, retravailler , chiffrer......

Écrit par : Europium | mercredi, 23 février 2011

@ Alouette

Oh, le mot "aveuglement" ne s'adressait pas spécialement à vous ; d'autant moins que vous prenez la précaution d'écrire "beaucoup" et non pas "tous". Mais allez donc relire quelques commentaires qui ont pu accompagner telle ou telle démission, sur le site officiel du MoDem ou sur des blogs du genre "Mirabelle" ou "Marie-Anne Kraft", et vous comprendrez ce que je veux dire.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 23 février 2011

"Patience et longueur de temps font plus que force et que rage". Eh oui... ;)
Sinon assez d'accord avec le militant deux jolis billets.

Écrit par : Martine | mercredi, 23 février 2011

Le principe de la division du travail devrait davantage être pris en compte au sein des partis politiques intermédiaires, surtout lorsqu'ils ne gravitent pas de trop près autour de la sphère des deux grands partis majoritaires UMP-PS. Partons si vous le voulez bien d'un constat, qui peut être ne fera pas l'unanimité car il suppose une hypothèse de croissance des partis politiques, en particulier en période d'étiage : plus la structure d'un parti est "artisanale" à l'échelon des fédérations, plus le travail en amont peut être repoussant pour le militant, qui a tout intérêt à acheter un bon manuel sur les collectivités territoriales avec ses propres deniers. De même, plus la structure du parti prend un profil "industriel" dans l'optique des présidentielles, plus le travail militant peut prendre la forme d'un leurre, gigantesque et ahurissant. Ce n'est pas parce que l'on tracte que l'on devient membre d'un aéropage, ce n'est pas parce que l'on ouvre la voix dans une salle de réunion que l'on parvient forcément à percer localement. Ces propos sont probablement touchants de candeur, mais tout de même, une fois la déception passée, le militant a tout intérêt à jeter un pudique mouchoir sur ses éphémères maladresses et de trouver satisfaction grâce à d'autres voies d'engagement politique. C'est ce que j'ai cherché à faire : d'où mon plaisir de travailler de manière beaucoup plus douce, dans un autre parti politique, par le truchement d'un blog de rédacteurs d'écologie démocrate à la plume féconde.

Écrit par : Jourdan | vendredi, 25 février 2011

Je vous rejoins pour dire que Bayrou est tres bon pour parler au "bon peuple". Mais vous rendez vous compte que 99% de ceux qui ont milite avec lui durant sa carriere se sont barres en claquant la porte? (j'en fais partie mais ma haine est derriere moi car j'ai tourne la page). Son erreur a ete d'appartenir a un parti politique et qui plus est d'en etre le president. Il aurait ete meilleur en chroniqueur, ou en porte parole d'un parti.

Sur le militantisme, je dirais que NON il n'est pas indigne qu'un chef de parti colle des affiches ou distribue des tracts. Pour moi le president est avant tout un militant comme les autres, qui a ete investi par l'assemblee generale de responsabilites particulieres.

Sur la "strategie" dans laquelle se complaisent nos "elites", et qui justifie selon vous que les "dirigeants" se murent dans leurs quartiers generaux: Au Modem tous les trucs orgamnises par des "petits groupes" ont ete des echecs catastrophiques: pensez a la cuisine pathetique des investitures aux elections europeennes et regionales... ridiculissimes et en plus comme les militants ont deliberement ete tenus a l'ecart pour cause de "strategie" ca a mis le bazar en interne!

Mais au fond Bayrou a gagne au Modem: tous ceux que cela scandalisait sont partis. Et ne lui restent que les bons militants, ceux qui ont compris qu'il ne faut pas chercher a comprendre. Vous aviez dit "democrate"?

Écrit par : David78 | vendredi, 25 février 2011

Ah les plumes facondes à défaut d'etre fécondes... :o))

Écrit par : Martine | vendredi, 25 février 2011

J'ai rédigé un billet sur un thème similaire et je citais JC Guillebaud pour répondre à des sympathisants ou militants déçus qui souvent veulent l'organisation idéale. Le passage de l'auteur parle de "l’engagement comme adhésion à une cause imparfaite”,
http://sudestuaire44.lesdemocrates.fr/2010/11/pourquoi-sengager-en-politique/

Écrit par : atlantic | vendredi, 25 février 2011

pas mieux que FrédéricLN et David78

Visiblement nous sommes un paquet de forcement gros con d'avoir eu ras la casquette du leader minimo et des approximations démocratiques, de ces curieux zig et zag

et effectivement, il dit ce que madame Michu a envie d'entendre, mais ça ne donne plus envie de voter pour lui que pour J.P Pernaut
Parce que c'est d'une platitude et une mollesse totale et que personne de sérieux n'attend que Bayrou soit le sauveur de ce qu'il dénonce , a ce petit jeu Marine le largue a grande enjambée

allez si le MoDem fait 10 ou 12 % ça sera le bout du monde, mon pronostic plutot proche de 8%

Écrit par : Eric | vendredi, 25 février 2011

pas mieux que FrédéricLN et David78

Visiblement nous sommes un paquet de forcement gros con d'avoir eu ras la casquette du leader minimo et des approximations démocratiques, de ces curieux zig et zag

et effectivement, il dit ce que madame Michu a envie d'entendre, mais ça ne donne plus envie de voter pour lui que pour J.P Pernaut
Parce que c'est d'une platitude et une mollesse totale et que personne de sérieux n'attend que Bayrou soit le sauveur de ce qu'il dénonce , a ce petit jeu Marine le largue a grande enjambée

allez si le MoDem fait 10 ou 12 % ça sera le bout du monde, mon pronostic plutot proche de 8%

Écrit par : Eric | vendredi, 25 février 2011

le copain de Bayrou a qui il faut laisser le champ libre ;-)

Michel Mercier (Centre)
Népotisme ?
Mercier ()

Disons le très simplement : en recrutant sa propre fille Véronique Gomez comme “conseillère parlementaire” au sein de son ministère, Michel Mercier s’est mis dans la situation de conflit d’intérêts la plus répandue au sein de la classe politique française. Nous n’avons même pas cherché à faire la liste des députés ou d’élus qui embauchent des membres de leur famille, ou parfois même leur maîtresse… On comprend qu’un élu ait besoin de travailler avec des collaborateurs de confiance, mais quand il prend quelqu’un de sa propre famille, est-ce bien l’intérêt général qui dicte ce choix ? Le chef de cabinet du ministre, Patrick Martinez, a assuré en mars dernier au Progrès qu’en l’espèce “les seuls critères qui comptent sont ceux de l’efficacité et de la compétence. Après Sciences-Po Paris et un DEA en économie, Véronique Gomez a travaillé sept ans au groupe centriste-UDF du Sénat et connaît les relations avec les parlementaires. Elle est donc parfaitement compétente pour ce poste”. Sauf que, son poste au Sénat, “la jeune femme, le tient aussi de son père” répond notre consœur Sophie Majou, qui conclut en rappelant une promesse de campagne du candidat Nicolas Sarkozy : “Je vous propose une République fondée sur le mérite et où chacun aura sa chance !”

http://www.lyoncapitale.fr/lyoncapitale/journal/Autre-contenu/Breves/Les-petits-arrangements-entre-vieux-amis-Bayrou-et-Mercier

Écrit par : Eric | samedi, 26 février 2011

Excusez mauvais lien dans le premier post

mais toujours le copain de Bayrou dont il faut ménager la place pour une autre politique bien sur LoL


Michel Mercier (Centre)
Népotisme ?
Mercier ()

Disons le très simplement : en recrutant sa propre fille Véronique Gomez comme “conseillère parlementaire” au sein de son ministère, Michel Mercier s’est mis dans la situation de conflit d’intérêts la plus répandue au sein de la classe politique française. Nous n’avons même pas cherché à faire la liste des députés ou d’élus qui embauchent des membres de leur famille, ou parfois même leur maîtresse… On comprend qu’un élu ait besoin de travailler avec des collaborateurs de confiance, mais quand il prend quelqu’un de sa propre famille, est-ce bien l’intérêt général qui dicte ce choix ? Le chef de cabinet du ministre, Patrick Martinez, a assuré en mars dernier au Progrès qu’en l’espèce “les seuls critères qui comptent sont ceux de l’efficacité et de la compétence. Après Sciences-Po Paris et un DEA en économie, Véronique Gomez a travaillé sept ans au groupe centriste-UDF du Sénat et connaît les relations avec les parlementaires. Elle est donc parfaitement compétente pour ce poste”. Sauf que, son poste au Sénat, “la jeune femme, le tient aussi de son père” répond notre consœur Sophie Majou, qui conclut en rappelant une promesse de campagne du candidat Nicolas Sarkozy : “Je vous propose une République fondée sur le mérite et où chacun aura sa chance !”

———————————
http://www.lyoncapitale.fr/lyoncapitale/journal/univers/Politique/Ville-de-lyon/Conflits-d-interets-a-la-sauce-lyonnaise

Écrit par : Eric | samedi, 26 février 2011

Bah ! Un militant doit de fait participer aux réunions et débattre des orientations stratégiques du parti.

Au Modem, on ne débat qu’entre militants et les orientations sont décidées au siège bien avant les débats par ceux qui viennent poliment assister aux clôtures d’ateliers où ont eu lieu les débats.

Il faut bien laisser l’illusion à l’adhérent actif qu’il va influer sur la vie de la citée.

Un militant doit faire connaître les positions du parti en distribuant des tracts dans la rue, sur les marchés...

Au Modem, il n’y a rien de bien glorieux sur les tracts à distribuer quand ils ne sont pas truffés de fautes d’orthographe et… Que dire aux citoyens sur les projets qui ne soit contredit le lendemain par le siège qui décide de tendre la main ici ou là sans prévenir ses troupes. Entre les résultats des consultations des adhérents publiés dans le monde avant même la clôture des votes et les visites à l'UMp entre les deux tours pour négocier un mandat pour sa pomme sans rien dire aux adhérents...

Vous allez bien rigoler dans deux mois quand vous saurez avec qui fb a décidé de marcher… Si encore il y arrive... Parce qu'il n'a pas de poids fb, faut pas croire... Il s'est fichu en l'air tout seul...

Au Modem, le militant est là pour coller au moment des campagnes électorales. Ou pour applaudir FB et MdS sur des blogs comme celui-ci. Au nom de je ne sais quelles valeurs de plus en plus floues…

Il est évident que s’il se met à penser… Il se casse le militant !

Écrit par : Françoise Blanche | jeudi, 03 mars 2011

Les commentaires sont fermés.