Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bouclier fiscal : trois années pour en venir aux propositions de Bayrou... | Page d'accueil | Belgique : dans la gueule des séparatistes ! »

samedi, 09 octobre 2010

Retraites : pourquoi le PS ne répond pas à Bayrou ?

François Bayrou a déclaré à trois reprises ces derniers 15 jours, que le PS mentait aux Français sur la question des retraites. En effet, il affirme que le projet du PS aboutira à infliger une décote très dure  et alourdie à ceux qui prendraient leur retraite à 60 ans.

Il se trouve que j'ai eu un petit échange par courriel avec lui à ce sujet, et qu'il s'avère qu'il s'appuie sur un document tout à fait officiel du PS pour accuser ce dernier de duplicité.

Il s'agit d'un comparatif entre la réforme du gouvernement et celle du PS.

Il faut se rapporter en fait au point IV, c'est à dire les mesures démographiques. Démographiques, amusant comme ce mot est éloquent.

J'avais déjà évoqué l'allongement de la durée de cotisation, habilement dissimulée sous la dénomination "règle des 50/50". L'idée est que la moitié du temps d'allongement de la durée de l'espérance de vie doit être consacrée à cotiser. Il deviendra donc quasiment impossible d'avoir cotisé suffisamment à 60 ans, ce qui fera de la retraite à 60 ans une arlésienne.

Mais ce qui a attiré l'attention de François en particulier, c'est le très important montant des mesures incitatives via surcotes améliorées. Il faut bien comprendre ce qu'est une surcote pour parvenir à saisir ce que soupçonne François.

La surcote est une majoration de la pension de retraite de base dont bénéficient les assurés qui continuent de travailler après 60 ans et au-delà de la durée d’assurance nécessaire pour une retraite à taux plein (soit 160 trimestres d’assurance pour les assurés nés avant 1949. A partir du 01/01/2009, cette durée augmente d’un trimestre par an pour les assurés nés à partir de 1949 ; elle est ainsi actuellement fixée à 161 trimestres pour les assurés nés en 1949, 162 pour les assurés nés en 1950, 163 pour ceux nés en 1951 et 164 pour ceux nés en 1952 et au-delà). Les règles applicables au calcul de la surcote diffèrent selon la date de liquidation de la pension.

Dans le projet socialiste, si les mesures incitatives sont très fortes via des surcotes améliorées, cela signifie que l'écart entre la pension de base, calculée à 60 ans et celle qui correspondra à une authentique retraite à taux plein sera forcément important. Donc, que le calcul de la pension à 60 ans subira une très importante décote par rapport à celui nécessaire à la totalisation des annuités, si on fait le calcul à l'envers. 

On peut toujours nous dire, évidemment, que nous autres, au MoDem, nous sommes très soupçonneux voire parano. Oui, on le peut, mais dans ce cas, on attend un démenti clair du PS avec les explications ad hoc. Bien évidemment, si les blogueurs de gauche ont des choses à dire sur le sujet, et des précisions qu'ils pourraient porter à notre connaissance, nous autres centristes, nous les attendons avec intérêt...

Commentaires

A mon avis, le PS ne répond pas à Bayrou car il considère que les vitupérations de Bayrou n'ont pas d'importance électorale ; en tout cas moins qu'on ne lui en donnerait en lui répondant.

Écrit par : Ch. Romain | samedi, 09 octobre 2010

Sur le fond si on suit le PS en maintenant l'age légal à 60 ans, il est évident que três peu de gens auraient une pension complète à cet age, avec le système des décotes, du fait notamment de l'allongement de la durée des études.

Três peu de personnes pourraient vraiment se permettre de prendre leur retraite à 60 ans. Ce qui me tue dans l'attitude du PS c'est qu'ils font bloc contre la réforme alors que leur seul point de désaccord porte sur ce sujet sur lequel on ne peut pas vraiment dire qu'ils sont plus "social" que le gouvernement.

Écrit par : superdupont | samedi, 09 octobre 2010

On en revient " au parler vrai ", le courage du parrésiaste est aujourd'hui incarné par F.Bayrou. Dire la vérité sur la situation et faire des propositions raisonnées ou bien faire des promesses...irréalistes et couteuses. Le PS retrouve son archaïsme sur le fond et sur la forme, de la com' électoraliste.

Écrit par : atlantic | samedi, 09 octobre 2010

en parlant de retraite, savez vous qu'un artisan en nom propre, qui emploie 5 salariés, qui fait un chiffre d'affaire correct mais , par ces temps de crise,insuffisant pour dégager un bénéfice, est pénalisé , car si son bénéfice est nul, il ne peut pas valider ses annuités pour la retraite.. c'est ce qui arrive à mon mari, qui devra encore bosser une année de plus jusqu'à 66 ans dans un boulot, très fatigant, et 70h/semaine.. Quelle injustice! il fait marcher la machine économique , maintient de l'emploi,et donc diminue son bénéfice, et on le remercie en le considérant comme inactif..elle est belle notre société!
et la gauche elle qui tape sur les petits patrons, je suppose que ça ne lui fait ni chaud ni froid.. toujous à penser uniquement aux salariés, jamais à ceux qui se décarcassent tous seuls, pour faire un métier certe passionnant mais pas très gratifiant financièrement, tout en donnant du travail à des employés très qualifiés, et pas au smic loin de là....

alors ras la casquette, vivement la retraite, quand les petits entrepreneurs auront tous pris la tangeante, la France rigolera beaucoup moins..

qui donc pense à nous dans ce pays?pas le temps de manifester, on a du boulot,pas suffisamment certe pour s'en sortir, mais on doit bien le faire si on veut être payés, et payer nos employés, les charges, les taxes diverses, etc.. on est une machine à sous pour l'Etat, mais on a rien en retour, même pas la reconnaissance du travail effectué....comme aux Guignols je dis "Pays de Meeerde!"

Écrit par : juju41 | samedi, 09 octobre 2010

Le PS ne répondra pas, leurs experts économiques savent tres bien qu'ils mentent à leur base, pour qui le symbole des 60 ans est tres important. De plus, tant que la gogauche n'aura pas évacué le mythe du trésor caché, alors les gens peu informés continueront à croire qu'il suffit de "prendre l'argent la ou il se trouve".

Écrit par : Le Parisien Liberal | samedi, 09 octobre 2010

Juste pour m'abonner au fil et signaler au passage que je diffuse, bien sûr

Écrit par : luciolebrune | samedi, 09 octobre 2010

C'est exactement ce qui me gêne chez le PS : l'hypocrisie, l'entretien de l'illusion. Si des valeurs communes nous rapproche, de démocratie et de justice sociale, nous sommes en revanche pas sur la même longueur d'onde sur les moyens à mettre en oeuvre (le PS articule toujours l'action autour d'un Etat central tout puissant qui ferait tout pour nous, à notre place, prendrait tout en charge). Il est déresponsabilisant et prend les gens pour des idiots ! Pourtant il y a des gens très bien au PS, très proches de nous (Hollande, Peillon, Valls, Mosco, Ségo ...)mais l'appareil est plus fort que tout. Le PS entretient aussi l'illusion de son unité, seule solution pour gagner, alors qu'en fait il y a 50% qui est très proche du MoDem et 50% accroché à un conservatisme sectaire (vade retro le MoDem !). Et Martine Aubry entre les deux qui doit faire l'unité ...

Écrit par : Marianne | samedi, 09 octobre 2010

Pfff, c'est laquelle de Marianne??
Comme les FB à une époque^^^?
Ras la^^^ des schizophrènes!

Écrit par : Martine | samedi, 09 octobre 2010

Je connais un pays où le PS a fait un véritable génocide moral. Il a tué la fierté d'un peuple en le rendant dépendant de l'état-providence à des fins électorales (afin d'entretenir un vivier d'électeurs), ce qui est moralement pire que de l'éliminer physiquement.
Ainsi, les élus ont eu leurs postes, qu'ils continuent à assurer de voix futures par les dispostions qu'ils ont prises et qu'ils prennent, hier et aujourd'hui.
J'aurais aussi quelques remarques à faire sur la retraite des petits agriculteurs/éleveurs, qui à 65 ans, déjà usés physiquement (et moralement) depuis longtemps ne toucheront plus les primes (et donc ne pourront plus s'en sortir, le système étant ainsi fait) tandis que leurs héritiers, nés sur le tard, ne seront pas encore en âge de reprendre l'affaire.
La retraite sans relève, assez symbolique

Écrit par : luciolebrune | samedi, 09 octobre 2010

En 1993, avec la réforme Balladur, la droite et le centre ont-il fait autre chose que baisser le niveau des pensions* en maintenant la possibilité d'un départ à 60 ans ?

Alors évitons les polémiques inutiles... Cette réforme des retraites est décidément un sacré bal d'hypocrisie.

** : en élargissant la période de référence des salaires à 25 ans et en indexant l'évolution des pensions sur les prix, plu^tôt que sur les salaires.

Écrit par : pierre s | samedi, 09 octobre 2010

Bah Pierre, vous devriez remonter à Mathusalem...Tant qu'à donner dans la schizophrénie^^^

Écrit par : Martine | samedi, 09 octobre 2010

Je pense que personne ne rentre dans le niveau de détail où FB et l'hérétique nous emmènent.
Tout le monde comprend que vu le niveau d'emploi des seniors, toutes les arguties sur le niveau des pensions et les âges de départ ne sont que des problèmes de vases communicants. Le gâteau étant ce qu'il est et le nombre de personnes autour de la table étant le même quelque soit le couteau les parts seront les mêmes.
Ce qui ressort du tableau en pièce jointe c'est que le PS propose, par exemple en 2025 de trouver des recettes supplémentaires de 22 mds sur les hauts revenus et 18 mds sur les sociétés. Et la différence entre le projet PS et UMP est là.
On est d'accord ou pas mais c'est au niveau du financement que le PS pose le débat.

Plutôt que de taper un coup à droite un coup à gauche, le Modem ferait mieux de communiquer sur son projet.

Écrit par : Hubert | dimanche, 10 octobre 2010

Pour répondre crûment à Juju41 : C'est toujours difficile de généraliser...et les indépendants ne sont pas tous des saints ! comment peut on vérifier qu'un artisan bosse 70h ou 27? Il faut arrêter de croire que tous les indépendants bossent tous sur le rythme de votre mari. Dans ma ville c'est amusant de voir le combre de commerces qui n'ouvrent qu'à 10h ou le nombre d'artisans qu'il faut appeler pour avoir un rendez vous rapide ou un devis qui ne vous plume pas. Et ne parlons même pas de tous ceux qui minorent allègrement leurs revenus ou qui se payent en dividendes pour échapper aux cotisations sociales. Doit on donner d'emblée 4 trimestres à tous parce qu'ils sont juste inscrits au registre du commerce ou des métiers ou en profession libérale toute l'année ? Le barême appliqué à eux est le même que les salariés...qui n'ont pas tous du travail et des revenus suffisants pour valider leurs trimestres eux non plus. Et puis c'est bien de créer de l'emploi mais qu'est ce qui le permet si ce n'est...la consommation des salariés au final? Les mêmes qui protestent sur leurs grosses cotisations et leur petite retraite sont incapables de faire le rapport objectif entre ce qu'ils ont versé et ce qu'ils reçoivent et par ailleurs il y a longtemps que leur régime bénéficie du "reversement" des impôts et des cotisations des salariés pour maaintenir leur régime social.
Alors quelle est la bonne solution? Si vous vouliez dire que la vie est dure est dure pour tous les petits quelle que soit leur activité alors je suis ok. Mais il faut ramener chacun à ses responsabilités. Personne n'oblige personne à devenir indépendant. C'est un choix certes risqué mais c'est un choix. s'il n'y avait d'alleurs pas de risques tout le monde serait à son compte. si certains se lancent c'est aussi parce que ça leur rapporte plus que le salariat! Et si une entreprise n'est pas rentable il faut aussi savoir en tirer les conséquences. Nombre d'indépendants ne se renseignent même pas avant de créer. enfin il faut aussi se dire qu'une entreprise c'est un patrimoine qui peut se revendre. il y a beaucoup de solutions pour un indépendant qui ne veut pas cotiser pour lui et malheureusement certains ne pensent qu'à ça sans penser que ces cotisations ne sont pas seulement des charges mais sont aussi un revenu différé...c'est à dire ce qu'ils percevront! les indépendants sont souvent persuadés de payer pour les autres au point que certains ne comprennent même pas qu'en tant qu'artisan homme ils doivent payer des cotisations...maternité..c'est dire. Ou bien ils vont dire qu'ils payent la maladie alors qu'ils ne sont jamais malades et que c'est pas juste. Bref y a du boulot au niveau responsabilité civique...et tout ça est bien plus compliqué que ce que nombre d'indépendants voudraient faire croire. c'est vrai ça coute cher un salarié et là on a pas vraiment le choix . FB avait proposé les 2 1ers emplois sans charge et je trouve que c'est une bonne solution. le statut d'auto entrepreneur est plein d'incohérences mais est en soi aussi une bonne initiative très perfectible. je ne crois donc pas qu'il faille caricaturer les choses entre le confort des salariés et l'inconfort des indépendants ni entre le privé et le public. Tout ça mérite une analyse plus fine et plus tempérée au delà des situations personnelles et des cas particuliers. A+

Écrit par : zapataz | dimanche, 10 octobre 2010

Pendant que le PS ne répond pas, ALternative Libérale travaille sur le sujet
http://leparisienliberal.blogspot.com/2010/10/retraites-3-questions-louis-marie.html

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 11 octobre 2010

@ zapataz

le seul constat qui vaille, c'est 65 000 défaillances d'entreprises, et les emploois perdus ..ça c'est concret..surement tous des pinailleurs, inconscients et mal informés.. ( en passant on a quand même duré 35 ans et j'espère 42 ans au final, pour des neuneus , c'est pas mal!)..

moi ce que j'en dis, c'est pour le pays, pas pour moi.. si ça vous convient comme ça, tant mieux..

Écrit par : juju41 | lundi, 11 octobre 2010

@Parisien Libéral
J'ai lu. Vous voulez provoquez une révolution ou quoi ? Parce que votre alignement des retraites du public tel que vous le proposez mettrait les retraités français quasiment au niveau de ceux du Portugal...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 octobre 2010

a moins que nous acceptions, nous les actifs, de payer plus, les retraites seront de toutes facons baissées...

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 11 octobre 2010

@l'hérétique : au Portugal, les traitements et pensions de fonctionnaires n'ont baissé que quand ils étaient supérieur au salaire moyen. Les réformes justes peuvent donc acceptées même quand elles sont sévères. Ici, c'est exactement le contraire : ce sont les plus modestes qui paient (ceux qui ont commencé tôt) et tous les autres sont exempts du moindre effort.

Pourquoi l'alignement public-privé serait-il inatteignable en France ? C'est un élément clé de l'équité devant les retraites. L'alignement de taux de cotisation est programmé. Et quand Tronc refuse d'aligner les salaires de référence (6 mois vs 25 ans) au motif que l'incidence sur les retraites est minimes, ne reconnait-il pas du même coup que l'obstacle est en réalité moins important qu'on ne l'imagine ?

Écrit par : pierre s | mardi, 12 octobre 2010

En réponse à Ch Romain :
Votre réaction illustre parfaitement l'état d'esprit du PS et son incapacité à s'imposer, même lorsque son adversaire est en grande difficulté.
Le mépris n'a jamais permis de convaincre qui que ce soit. Si vous ne changez pas radicalement d'attitude, vous allez à nouveau à la catastrophe. Les derniers sondages pour 2012 sont très inquiétants.
Je ne sais pas si "Bayrou n'a pas d'importance électorale", mais je sais que, lui au moins, aurait battu Sarkozy au 2ème tour en 2007. Les quelques sondages (que vous avez essayé d'interdire) lui donnaient tous au moins 10 points d'avance. Ce n'est pas Sarkozy qui a gagné l'élection de 2007, c'est vous qui l'avez perdue par la faiblesse de votre campagne et l'inconsistance de vos propositions.
Vous feriez donc bien de revenir sur terre et de réfléchir à la cohérence de vos projets.

Écrit par : ESCAICH | mardi, 16 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.