Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Je parraine une fille ! | Page d'accueil | Retraites, le bal des faux-culs »

dimanche, 19 septembre 2010

La gauche hystérique

Il existe sur toute la palette de la gauche, c'est à dire des intégristes du grand soir jusqu'aux bobos décomplexés, des individus qui deviennent hystériques dès que l'on prononce des gros mots comme "ordre", "sécurité" ou encore "police" ou "gendarme".

Le gendarme, le policier sont toujours des fascistes/nazis en puissance, à les écouter. Ils n'ont de compassion que pour les truands, voyous, délinquants voire criminels de toutes sortes et demeurent silencieux pour toutes les victimes.

Leur silence est le reflet de leurs prédicats idéologiques : l'infâme société capitalistico-libérale génère des déclassés, et si certains de ces déclassés versent dans la délinquance, ce sont avant tout des victimes à leurs yeux. 

Comme sur le fond, ils conservent le vieux prédicat marxiste d'une humanité scientifiquement éducable, ils ont du mal à admettre toute forme de libre-arbitre de l'individu y compris quand il commet des méfaits (sauf quand c'est un gendarme ou un policier, pardon, parce que la police, c'est le mal, forcément).

Revenons à notre gendarme de Draguignan ; cela me paraît tout de même simple : fuir un poste de gendarmerie alors qu'on est suspecté d'un délit grave, c'est risquer de se prendre une balle dans la peau, comme le dit justement Le Crapaud du Marais (LCDM) en commentaires de mon billet précédent :

A défaut d'être légitime, c'était légal... Pour moi, quand on fuit devant les flics, quand on cambriole une baraque, quand on braque une banque, on accepte un risque : celui d'être descendu. A chaque "métier" son risque. Je suis adepte du bon sens populaire qui répond à chaque fois "personne ne l'a obligé à...". C'est sûr que ce n'est pas intellectuellement original, mais c'est juste. 
Le gendarme y songera toute sa vie mais ce n'est pas à la justice humaine de s'occuper de ce cas.

J'aimerais aussi citer 100 000V (Val le Nain) qui écrit sur son blogue :

Je ne sais pas si le gendarme devait tirer, mais il a tiré. Il a tiré sur un homme violent qui s’enfuyait de la gendarmerie, un hors-la-loi en somme. Il n’a certainement pas voulu l’abattre mais le fait est qu’il l’a fait. Il n’a rien d’un assassin, il joue son rôle de gendarme à qui on donne le droit de tirer s’il le faut. Moi j’accepte, ou du moins je pardonne. Ce devait être son dernier recours, il ne s’y attendait pas, on ne lui a donné qu’une demi-seconde pour réfléchir et il a tué ce voleur violent. Bon. Espérons que ça ne se reproduira pas mais ne nous lui en voulons pas non plus.

Alors à gauche, évidemment, on s'émeut, on fait un procès d'intention aux forces de l'ordre, sous-entendant qu'il y avait là un guet-apens, on verse dans l'attaque ad hominem (il paraît que j'ai une réputation, au fait !) faute d'argumentation sérieuse tout en répétant comme un leitmotiv l'un des dix commandements, mais on ne produit rien de bien crédible, in fine.

Oh, il peut bien arriver à cette gauche-là d'avoir un début d'illumination, mais cela ne dure généralement pas longtemps (comparer début et fin du billet pour constater que la gauche sociologique est décidément irrécupérable...).

Commentaires

on est dans une societe tellement crispée qu'il devient impossible de laisser la justice travailler.

Chaque cas est different, et malheureusement l'hystérie est de part et d'autre du spectre politique.

Un seul exemples. Villiers le Bel. AU debut le cas était tres clair. Deux delinquants sur une moto non homologuée, sans casque ni eclairage, à une heure ouù les petits dorment, face à deux policiers. L'affaire était pliée. Citons la procureur de Pontoise Marie Therese de Givry, en 2007 "Les témoins qui ont vu les circonstances de l'accident et qui ont été entendus dimanche soir confirment la version donnée par les policiers, à savoir que cette mini-moto est arrivée relativement rapidement sur leur gauche." http://www.rue89.com/2007/11/26/villiers-le-bel-deuxieme-nuit-de-heurts-avec-la-police

Pourquoi ne l'at-on pas entendu, 3 ans plus tard, pour dénoncer l'apparent faux témoignage des policiers ? http://info.france2.fr/france/des-policiers-accuses-de-faux-temoignage-60889850.html (ou alors porter plainte contre Me Jean-Pierre Mignard pour denonciation calomnieuse)

Il faut une police et une justice irreprochable, ou, puisque la perfection n'est pas de ce monde, justiciable, pour que tous les citoyens, pas seulement les gauchos, reprennent confiance.
A Ver'chailles aussi ils commencent à douter ! http://www.monversailles.com/2009/11/garde-a-vue-lincroyable-histoire-de-deux-versaillais/

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 20 septembre 2010

Tout est question de point de vue, il ne faut pas tout ramener à un clivage gauche-droite.

1 - je considère que laisser s'évader d'une gendarmerie un être considéré comme "dangereux" est une erreur professionnelle.
2 - je considère que ne pas essayer de rattraper à la course un piéton menotté, mais préférer le tirer comme un lapin est une faute grave.
3 - Critiquer un jugement relaxant un gendarme qui a commis 2 fautes (ne pas surveiller un individu dangereux et le tuer ensuite) ne veut pas dire qu'on critique la gendarmerie et la police dans leur ensemble, et c'est plutôt le magistrat qui a rendu le verdict qui est critiquable, pour avoir couvert les fautes de l'accusé.

Faire un billet pour railler les points de vue des blogueurs plutôt que de répondre à leurs arguments n'est pas très digne. Pour ma part, j'ai traité cette affaire sans impliquer ceux qui n'étaient pas de mon avis, mais en m'attachant aux faits et en livrant mon point de vue sans citer personne, ni blogueur, ni gendarme, ni voleur.

PS : mon grand père était commissaire de police.

Écrit par : rimbus | lundi, 20 septembre 2010

D'accord en touts points avec le parisien libéral, j'ajouterai simplement qu'il ne faut pas occulter le fait que le gendarme à quand même réussi à tirer 7 fois dans le dos d'un type désarmé. J'aimerai bien qu'on m'explique où se trouve la légitimité d'un tel acte.
Tuer pour protéger des vies, soit, mais tuer pour empêcher un type de s'enfuir... Alors qu'on connait son identité puisqu'il est en détention.

Écrit par : Manu | lundi, 20 septembre 2010

@Rimbus
Ce que tu écris là est beaucoup plus raisonnable que l'extrait de Tintin que tu as choisi qui montre un guet-apens sciemment calculé. Or, c'est loin d'être le cas dans l'histoire qui nous préoccupe. Pour la raillerie, désolé, c'est un trait typiquement français...J'en prends souvent plein la poire de mon côté quand des blogueurs ne sont pas d'accord avec moi...
@Manu
Mais il n'a pas tiré pour tuer.
@Parisien Libéral
tout est une question de mesure. Dans l'exemple que vcous citez, en effet, la garde à vue est inadmissible.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 20 septembre 2010

@Rimbus
Ce que tu écris là est beaucoup plus raisonnable que l'extrait de Tintin que tu as choisi qui montre un guet-apens sciemment calculé. Or, c'est loin d'être le cas dans l'histoire qui nous préoccupe. Pour la raillerie, désolé, c'est un trait typiquement français...J'en prends souvent plein la poire de mon côté quand des blogueurs ne sont pas d'accord avec moi...
@Manu
Mais il n'a pas tiré pour tuer.
@Parisien Libéral
tout est une question de mesure. Dans l'exemple que vous citez, en effet, la garde à vue est inadmissible.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 20 septembre 2010

Euh, en fait, j'étais d'accord avec Rimbus...Je m'y sur ton blog...
Il a tiré 7 fois sans intention de tuer? Il doit être bon tireur, sauf qu'il a aussi raté 4 fois. Si je balance quelqu'un par la fenêtre, même si je ne souhaite pas le tuer, je risque fort d'y arriver.

Écrit par : Manu | lundi, 20 septembre 2010

@l'hérétique : l'extrait de Tintin montre le danger d'une jurisprudence qui conseille de tirer sur un fuyard plutôt que d'essayer de l'arrêter par un autre moyen. N'ayant cité aucune affaire en particulier dans mon billet, il se place clairement dans l'imaginaire, en montrant comment une idée pourrait surgir dans un esprit simple.

Quant à l'argument "il a tiré sans vouloir tuer", il est risible, il n'y a que John Wayne qui réussit ça au cinéma (peut-être aussi l'inspecteur Harry).

Écrit par : rimbus | lundi, 20 septembre 2010

Tu n'as pas tort, Hérétique, quand tu stigmatises une gauche qui a tendance à s'"hystériser" sur les sujets ayant attraits à la sécurité dans un sens large.

Pour autre, je trouve que Rimbus n'a pas tort non plus dans son commentaire, finalement assez juste.

Maintenant on parle de deux choses. Une décision de justice, que l'on peut approuver ou non. Je ne désapprouve pas cette décision de justice.
Après, y a la mort d'un être humain. Et on ne peut être satisfait que cette histoire se soit conclue par une mort...

Et d'une manière générale, j'avoue être un peu géné de polémiquer sur ce sujet. Y a eu mort de personnes, y a une tristesse légitime... On a beaucoup d'autres points sur lesquels on peut polémiquer, je crois, entre nos différentes positions...
Non, y a des sujets sur lesquels je trouve assez bof de polémiquer...

Écrit par : falconhill | lundi, 20 septembre 2010

La police ou la gendarmerie ne sont pas des nazis en puissance, voyons, tu caricatures. Ils sont là pour vérifier que la loi s'applique partout et par tous. Ce n'est pas illégitime que de demander qu'on leurs applique aussi la loi !
:-)

Écrit par : Monsieur Poireau | lundi, 20 septembre 2010

@Monsieur Poireau
Entièrement d'accord, mais en la circonstance, même si l'issue est fort fâcheuse, la loi a été appliquée.
Je trouve malhonnête de lire çà et là que le policier aurait tendu un guet-apens ou encore qu'il aurait tiré ainsi sur ce jeune homme parce que c'était un gitan.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 20 septembre 2010

l'hérétique : il a été 7 fois dans la loi ? Trop fort !
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau | lundi, 20 septembre 2010

@Monsieur Poireau
Peu importe le nombre de balles, ce n'est pas la question de fond qui se pose en la circonstance.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 20 septembre 2010

Je ne suis pas ému de cette décision. J'ai juste peur.

Écrit par : Yann | lundi, 20 septembre 2010

J'avoue avoir toujours souri à propos de l'image qu'ont les forces de l'ordre dans notre pays :)

Et je suis content d'être cité aussi !

Écrit par : Vallenain | lundi, 20 septembre 2010

@Yann
Pourquoi peur ?

Écrit par : l'hérétique | lundi, 20 septembre 2010

Coin coin, je ne viens pas souvent et je ne suis pas abonné au fil des commentaires (n'est pas Martine qui veut) mais je suis surpris de la reprise. Je vais faire attention quand je commente^^ Non, promis ;-)
(Au fait, le projet de tenir le blog des élus avance, j'ai eu un coup de fil)
A bientôt

Écrit par : LCDM | mercredi, 22 septembre 2010

@Ben,
Ne suis pas abonnée aux fils voyez?
Pour le reste, heureuse pour vous, vraiment :). Mais je ne viendrai pas m'y promener...Ouh la la, naaaan merci ! Un truc à se retrouver avec un fil à la patte à l'insu de son plein gréé.
Pfiouou...Ai déjà donné suffisamment, les abeilles, Molex and co...Une fois pas deux!!!

Écrit par : Martine | mercredi, 22 septembre 2010

Hurler à la méchante gauche complaisante envers les délinquants, c'est pour remplacer M. Lefebvre, porte-parole de l'UMP ? :D

Encore un effet,et M. Sarkozy vous offrira un poste de secrétaire d'état au Ministère de la Vérité.

Écrit par : Erlikhan | vendredi, 01 octobre 2010

@Erlikhan
Trop cool ! z'auriez un piston ?

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 01 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.