Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La gauche hystérique | Page d'accueil | Préjudice moral... »

lundi, 20 septembre 2010

Retraites, le bal des faux-culs

C'est marrant, mais je suis sceptique depuis un moment face à la fameuse retraite à 60 ans du PS. Sur le fond, d'ailleurs, je ne la pense pas vraiment plus néfaste que le projet de Sarkozy, au sens où ce qui compte, c'est la durée de cotisation. J'avais bien noté que Martine Aubry n'était pas très à l'aise à ce sujet.

Bon, mes lecteurs me connaissent : ils savent que je n'hésite pas à aller farfouiller dans les programmes quand je veux m'informer. Or, j'ai trouvé ceci dans le programme du PS sur les retraites

Les socialistes proposent des points d’étape réguliers tous les cinq ans avec les partenaires sociaux et une clause de rendez-vous globale sur le système des retraites en 2025. En cas de nouveaux besoins, il faudrait chercher toutes les sources possibles de financement. Si un allongement de la durée de cotisation devait être envisagé, celui-ci ne devrait pas excéder la moitié des gains d’espérance de vie, alors qu’aujourd’hui il représente deux-tiers d’allongement d’activité, pour un tiers de temps de retraite.

Amusant, non ? Parce qu'avoir droit à la retraite à 60 ans, c'est bien joli, mais ça te fait une belle jambe, si tu n'as pas tes annuités...

Bon, Bayrou n'était pas si loin de la vérité en déclarant que le PS envisageait l'allongement sans limites de la durée de cotisation. Il y en a une, et je vais vous la calculer :

par exemple, en 2002, l'espérance de vie pour les hommes était de 75.8 ans. En 2010 elle est de 77.8 ans. Donc, le PS envisagerait que de 2002 à 2010, il faille une annuité de plus pour toucher sa retraite à taux plein. Il suffit de transposer leur calcul sur les projections à 30-40 ans pour déterminer ce qu'il prépare.

En 2050, l'espérance de vie serait de 89 ans pour les femmes, 84 pour les hommes. Tac, un peu plus de trois annuités supplémentaires pour avoir sa retraite, soit au minimum 45 annuités. La retraite à 60 ans, à ce moment-là, ce ne sera plus que pour ceux qui ont commencé à travailler illégalement à 14 ans...Avec la généralisation des études longues, la retraite à 60 ans ne sera plus qu'un joli air de pipeau, sauf à s'habituer à vivre avec trois fois rien...

Et pour les retraites du public, peut-être que ceux qui comptent s'engager dans la fonction publique devraient lire la fin du document : 

Cependant, la réforme doit tenir compte du sentiment d’injustice très répandu parmi les salariés du privé. Nous proposons donc un principe simple. Les agents des fonctions publiques déjà engagés dans leur carrière se verront maintenir les règles actuelles, car on ne change pas un contrat en cours de route. Pour l’avenir de la fonction publique, nous proposerons des négociations approfondies avec les syndicats pour de nouveaux rapprochements entre les retraites du public et du privé correspondant à une revalorisation des rémunérations dans la fonction publique.

Oh, je ne vais pas me plaindre de cette position : elle n'est pas loin de ce que proposais il y a quelque temps sur mon blogue. Simplement, il vaut mieux le dire clairement...et...un peu plus fort...!

15:34 Publié dans Economie, Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ps, retraites |  Facebook | | |

Commentaires

Ben, et si tu prenais tout bonnement l'espérance de vie à 60 ans, comment serait l'allongement de la durée de la vie ?

Écrit par : estelle92 | lundi, 20 septembre 2010

sur le site du PS
http://www.parti-socialiste.fr/retraites
cliquez sur l' N°3 aperçu ( comparatif projets financement UMp et PS)
puis voir au poste III prélèvement sur les revenus du travail

qu'est ce qu'on lit

UMP 2011 2,4 milliards
2018 6,4 milliards
2025 7,9 milliards
2050 12 milliards

PS 2011 4,5 milliards
2018 13 milliards
2025 18 milliards
2050 27 milliards

je suppose que les prélèvements sur les revenus du travail sont en grande partie les charges sur salaire , CRDS, etc..

on voit donc que si le pS était au pouvoir, en 2011 il doublerait quasiment ces prélèvements ( par rapport aux prévisions UMp qui doivent correspondre aux prévisions budgétaires 2011).. c'est interessant, n'est ce pas?
ça voudrait dire que avec un chomage de près de 10%, ils alourdiraient le cout du travail de manière sensible pour ne pas dire monstrueuse.; il est évident que dans ces conditions, je vois mal comment ça profiterait à la création d'emploi, à la compétitivité des entreprises, et à terme à la croissance..

pour les années suivantes on assiste à une montée en puissance insensée des prélèvements sur les revenus du travail, basée sur, je suppose la prévision débile de la COR concernant un plein emploi de 4,5% de chomage en 2015, avec une croissance continue de 2,5%, et ce durant 40 ans.. alors qu'on a jamais été fichus d'avoir un chomage à moins de 7% depuis 35 ans, et la croissance à 2-3% n'a jamais tenu plus d'un an ou 2 en période faste..

les 2 projets me semblent incohérents et mensongers, mais le PS bat à plat de couture l'UMP pour les taxes et impots futurs..faudrait qu'il le dise aussi ça, à ses électeurs!!!

Écrit par : juju41 | lundi, 20 septembre 2010

"...car on ne change pas un contrat en cours de route." Ce principe est appliqué par le PS aux fonctionnaires (on comprend pourquoi), mais pourquoi pas à tous et pour tout ? L'immobilisme dans un monde qui change, ou l'immobilisme pour mon électorat. C'est bien la gauche des illusions.

Écrit par : atlantic | lundi, 20 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.