Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Fini, les nounous ? | Page d'accueil | J'aime bien Bayrou en ce moment... »

mardi, 29 juin 2010

Meurtre barbare sur l'A13, le syndrôme

Révulsant, la lecture des sociologues de salon lorsqu'ils justifient la violence dans les cités. Ils trouvent toujours à l'origine des exactions de la racaille des causes sociales. La société est toujours trop sécuritaire. Il faut l'entendre Laurent Muchielli, expliquant que les habitants de Villiers le Bel sont victimes de la politique sécuritaire. Non, en fait, c'est mieux de leur laisser le champ libre, bien sûr.

Ce qui me frappe, dans le crime qui s'est produit sur l'A13, c'est que ce sont, une fois de plus, des voyous issus des cités. En la circonstance, les Mureaux. Toujours des crapules connues pour des faits de violence. Et toujours de la racaille dehors. Tout comme le délinquant relâché immédiatement par les CRS à Belleville. Tout comme les agresseurs du Parc Astérix.

Seul un rapport d'autorité peut avoir raison de la délinquance. Seule la répression systématique peut représenter une véritable barrière à son développement.

Le fossé va se creuser, une fois de plus, entre des bien-pensants, des élites, des journalistes qui vont hurler au loup, nique la police, aux causes sociales de la criminalité sans admettre une bonne fois pour toutes que  le lumpen et le prolétariat, ce n'est pas la même chose.

Un père de famille tabassé à mort par de la vermine, parce que ce n'est pas autre chose que de la vermine. Sous les yeux de la famille, de la mère,de l'épouse, frappées elles aussi.

Il faut un grand procès, des condamnations très lourdes, de toute la bande. Une fois encore, aucun d'entre eux ne doit s'en tirer indemne. La présence, en la circonstance, ne peut être qualifiée de passive, quand bien même certains membres n'auraient pas porté de coups. C'est le règne de la terreur. Le niveau le plus inférieur de la civilisation. Et que l'on ne parle pas de barbares, en réalité, la barbarie n'est qu'une vue de l'esprit en termes historiques. Les peuples ont toujours eu des lois. Les peuples sont politiques, policés au sens où l'entend Aristote. Il existe, malheureusement, des individus qui veulent s'abolir des lois qui valent pour tous, qui veulent faire des autres des untermeschen qui doivent baisser les yeux et se taire devant eux. Pas de pitié, pas de compassion, mais les châtiments les plus stricts et sévères pour ceux-là.

La vermine ne veut tolérer aucune autorité. Il faut lui démontrer que l'autorité est la plus forte, que la loi positive l'emporte sur celle de la jungle, et que la limite prochaine de leur espace vital sera, je l'espère, les barreaux d'une prison.

Commentaires

Bonjour.
Si je suis parfaitement d'accord pour dire que ces individus doivent être très sévèrement punis, je ne suis pas d'accord avec vous quand vous dites que seul la répression pourra régler ce problème car c'est une politique de répression systématique qui est entreprise depuis que Nicolas Sarkozy a été ministre de l'intérieur. Cette politique est vraisemblablement un échec : la police, ou tout autre représentant de l'État, ne peut accéder à ces quartiers sans être agressés. Les moyens lourds alloués à la police n'ont servi à rien (il est vrai qu'il ne peuvent les utiliser : voir un thema d'Arté sur le sujet). Une politique sociale, de création d'emplois... doit être menée en même temps que la répression. Sinon, cela ne sert à rien.
Cordialement.

Écrit par : Antoine | mardi, 29 juin 2010

Je suis entièrement d'accord avec Antoine, le travail doit également se faire en amont.
J'avais lu ça il y a pas mal d'années, au canada, ils font 50/50, ils misent beaucoup sur la prévention de la délinquance, y consacrent beaucoup de moyens afin d'endiguer le mal a la racine, toutefois quand ils s'agit de punir, ils donnent des peines très sévères, je ne suis pas sur que la prison résolve tout, les travaux d'intérêts généraux peuvent se révéler utiles.
Néanmoins j'avoue que tout ça fait peur.

Écrit par : cedric | mardi, 29 juin 2010

bonjour.
quand vous dites "encore une fois issus des cités", que faut-il comprendre ? (ce n'est pas une question rhétorique ou sarcastique, c'est juste pour savoir)

que le milieux de cités favoriserait les actes de violence ?

Écrit par : Sir | mardi, 29 juin 2010

Ah non ça y est, j'ai compris.
Les agresseurs étaient en fait de fidèles patriotes !
Peugeot 106, Renault Clio, telles étaient le voitures. Fidèles supporters du nationalisme et du mouvement "la france avant tout", "la france doit dominer l'économie mondiale",etc...
Et quand ils ont vu une personne, un étranger de surcroît, à bord d'une Audi, la réaction légitime a été de les tuer.
Ils osent utiliser de l'argent français pour acheter des biens étrangers !

c'est un peu exagérer, mais c'est la même mentalité que les nationalistes chauvins protectionnistes.

Écrit par : Sir | mardi, 29 juin 2010

@Antoine : je crois qu'au contraire, le budget police a été réduit ces derniers temps, mais je crois aussi qu'on protège surtout les personnalités à partir d'un certain rang. Les modestes et classes moyennes, démerdez-vous !

@Tous : voir aussi les derniers abus à cause de la politique du chiffre : mieux vaut être "de la racaille" quand on passe la porte d'un commissariat qu'un honnête citoyen qui vient porter plainte ou qui traverse en dehors des clous. (Voir les récentes affaires qui ont défrayé la chronique).

Mon oncle, venu à pied au commissariat voisin déclarer le bris de vitre de sa voiture afin de faciliter le vol de son auto-radio, a dû souffler dans le ballon... (Il était à jeun). Je ne savais pas qu'en France, la police peut procéder à un alcooltest sur des personnes qui ne sont pas au volant.

Aussi : quelqu'un surpris en train de crever volontairement un pneu ? Les 500 autres pneus crevés de la région depuis 3 ans ont trouvé leur auteur (pour les statistiques seulement) !

L'impunité est à proscrire. Mais c'est bien tôt, dès l'entrée à l'école, qu'il faut essayer d'inculquer des principes à des enfants, (altruisme, empathie) surtout quand certains parents leur enseignent le contraire.

Eh oui, dans ma jeunesse, monitrice-éducatrice, j'ai vu des pères de famille qui punissaient leur fils non pas quand il avait volé, mais quand il s'était fait attraper.

Dès l'entrée à l'école : au collège, bien souvent, ce sera déjà trop tard...

Écrit par : luciolebrune | mardi, 29 juin 2010

Ceci n'est que la résultante d'une éducation de merde, d'un laxisme délirant depuis au moins 40 ans... cela me rappelle en fait les jeux des enfants dits "normaux" de la maternelle, qui s'amusaient à programmer à chaque récré qui ils allaient "attaquer" ... des petits caïds de merde, ça a toujours existé, le problème c'est qu'à une époque on a su les contenir alors qu'aujourd'hui ça déborde ... grâce à qui ? toujours les mêmes : ceux qui ont détenu le pouvoir et qui ont laissé faire ...

Écrit par : Mirabelle | mardi, 29 juin 2010

Par crainte de me faire piquer mon vélo au stand gare du Val d'Argenteuil (ma fille venait de s'y faire voler la selle du sien biclou), j'ai pris le train avec le vélo et l'ai antivolé à un poteau rue d'Athènes, devant l'immeuble où j'avais rendez-vous. Rue calme et hausmannienne où, le soir, j'ai retrouvé l'antivol sectionné et le panier dans le caniveau.

Rien à voir avec l'abominable crime objet du billet.

Écrit par : FrédéricLN | mardi, 29 juin 2010

Qu'est-ce qu'on attend pour organiser des marches dignes et calmes (style la grande manifestation du 30 mai 1968 pour de Gaulle) dans toutes les villes de France pour faire pression sur le gouvernement et dire haut et fort "la barbarie de passera pas" ? Il y a un tas de gens qui font des marches et des manifs pour moins que ça.

Écrit par : Modem d'en bas | mardi, 29 juin 2010

C'est devenu courant: pas de permis, pas d'assurance, pas de constat en cas d'accrochage (au mieux).
Si la personne rechigne à la boucler, à éventuellement "accepter un deal", menace, frappes.
Près de chez moi, un homme s'est fait rouler dessus alors qu'il s'approchait du véhicule qui l'avait accroché.
Les mafiosi font la loi...

La conductrice de la Clio semble vouloir manipuler la police: fuite, puis voiture "nettoyée" avec deux personnes qui se "rendent". La malheureuse victime aurait-elle inopinément troublé la tranquillité d'un gang ?

Les habitants des "quartiers" vivent sous la coupe de ses bandits, et se sentent abandonnés par la République. Mais hélas, la police y est mal perçue, et les politiques y sont pour quelque chose (oui, il faut de la police de proximité, de la prévention ET des sanctions).

Écrit par : Mia | mardi, 29 juin 2010

Mouais, les traces de passage de sangliers sont plus facilement discernables. :)

Écrit par : Martine | mercredi, 30 juin 2010

Balle de Caillera

La racaille aïe ! aïe ! aïe !
En verlan : caillera… joli nom pour stigmatiser toute une génération.
Ne vous précipitez pas sur le dictionnaire des préjugés, parce qu’on ne l’a pas encore édité.
Pour vous la racaille est apparentée aux jeunes issus de l’immigration, qui refusent de s’assimiler et qui préfèrent leurs figures libres à nos figures imposées. Ils sifflent la Marseillaise, se mouchent avec le drapeau, prennent le bus sans payer, pratiquent le vol à l’arrachée et les viols dans les beaux quartiers. Partout des voyous… des voyous partout… qui sont prêts à tout pour faire leur trou. Ils nous rendent la vie difficile… peut-être parce que pour nous elle est un peu trop facile.
La génération caillera est passée par nous. Elle ne passera pas sans nous.
Blacks, blancs, beurs… et ta sœur !
Non, la racaille c’est nous… c’est nous qui distribuons les médailles… c’est nous qui avons fait de l’argent la seule valeur qui vaille… ricane la racaille : hé hé hé hé
Alors ne nous étonnons pas de voir le fossé se creuser entre ceux qui ont peur et ceux qui font peur.
Que peut-on leur reprocher ?
D’insulter la beauté ou de lui ôter son bonnet ?
http://www.tueursnet.com/index.php?video=Balle%20caillera

Écrit par : becuwe emeline | mercredi, 30 juin 2010

L'Etat agonise. Il est donc logique que son pouvoir de police et de justice baisse en conséquence.
L'avenir est à la privatisation de la sécurité. D'ailleurs, ces groupes de délinquants ne pourraient-ils pas être considérés comme des milices et condamnés comme tels ?

Écrit par : VonMeisten | mercredi, 30 juin 2010

Il est clair que les voyous doivent répondre de leur crime. Qu'ils viennent de cités louches ou de la cambrousse.

Il est clair que la violence peut avoir des origines sociales, mais à aucun moment elle ne doivent être une excuse. Tous ceux qui ont une enfance difficile ne deviennent pas voyous. Un choix est fait (respecter la loi ou pas), il faut l'assumer et en payer les conséquences.

Au fait, c'est quoi l'excuse de la racaille en col blanc qui fraude le fisc, vol (pudiquement appelé détournement)... et des politiques qui se gavent?

Ensuite rien n'interdit d'avoir une politique intelligente en terme de sécurité publique qui associe une répression sévère à de la prévention, de la proximité, une présence policière répartie équitablement... et arréter d'annoncer que la police est renforcée alors qu'elle a de moins en moins de moyen, soumise à une pression stupide avec des objectifs crétins pour faire plaisir à l'électorat qui va bien.

Écrit par : Nelson | mercredi, 30 juin 2010

@Nelson : quand je disais que les moyens de la police avaient été renforcé, je ne parlais pas des effectifs (ils baissent depuis quelques temps maintenant, tant en qualité qu'en quantité) ou de la doctrine d'utilisation mais du matériel avec des policiers équipés comme s'ils étaient en guerre (j'exagère à peine). Je sais très bien, puisque je l'ai déjà dit, que les ordres de la hiérarchie et des politiques aux pouvoir amènent une inefficacité de la police.

Écrit par : Antoine | mercredi, 30 juin 2010

@Nelson
Entièrement d'accord.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 30 juin 2010

Encore un billet courageux de l'Hérétique, c'est pas dans la presse à Papa qu'on pourrait profiter d'un tel débat, vive le Web libre ! où quand le pragmatisme balaie les dogmes.
On ne négocie pas avec la violence et la barbarie quand bien même elle provient d'un terreau défavorable, et surtout par honnêteté on ne la justifie pas. Les sociologues de salon finalement parlent avec un ton méprisant (le mépris des pauvres) ce qu'ils ne connaissent pas,(ben voyons, tous à mettre dans le même sac les pauvres, "d'ailleurs c'est même pas de leur faute si ils sont voyous, ils sont nés pauvres dans la cité !!!" ) Je caricature à peine ! Je disais à propos de nos bourgeois bien éduqués : qu'ils tentent une performance; par exemple louer un appartement quelques années aux Mureaux, ils partageront ainsi le quotidien de ces milliers de personnes modestes qui n'ont pas d'autre choix que d'habiter là, qui n'ont pas d'autre choix que de bouffer du discount et de mettre leurs gamins au collège du coin MAIS qui ont de la grandeur d'âme et du respect pour eux-mêmes et pour les autres.
Peut-être qu'après cette performance, ils redeviendront humbles et trouveront juste que l'on puisse employer le terme " racaille" pour désigner les salauds !

Écrit par : Oliv | jeudi, 01 juillet 2010

@Oliv'
Nous sommes d'accord. Merci pour vos encouragements.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 01 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.