Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Penchard doit démissionner | Page d'accueil | Sarkono, Sarkosi... »

lundi, 22 février 2010

Un lycée plus sûr ? et les collèges ?

 

A la suite des dernières violences qui ont atteint les lycées, le Mouvement Démocrate a communiqué des propositions :

Les derniers évènements survenus dans certains lycées ne sont que la forme la plus visible et la plus exacerbée d'une violence inacceptable qui détériore le climat de travail à l'intérieur des établissements et gangrène notre société en détériorant le fonctionnement de notre éducation nationale. 

L'État, en charge de la sécurité aux abords et dans tous les établissements scolaires du pays, est le premier responsable de cette situation par sa politique de restriction des postes d'assistants d'éducation et de surveillants dans les établissements. 

Les Régions qui gèrent les lycées ne peuvent pas cependant rester sans réagir face à cette dégradation de la situation et face à l'attentisme de l'Etat. L'heure est désormais à l'action.

Les chefs de file des listes du Mouvement Démocrate pour les élections régionales proposent un «contrat lycées plus sûrs» pour financer 5 à 10 postes surveillants par lycée (selon la taille). 

Ce plan qui représenterait un effort de 300 millions d’euros, soit 1 pour cent pour le budget des Régions est une priorité pour le Mouvement Démocrate. 

L’État devrait, en contrepartie, transférer une part plus importante des produits de la Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers (TIPP) aux Régions
.

Bon, d'accord, soit. C'est toujours mieux que la gauche qui se contente de dire que la surveillance des lycées, c'est le rôle de l'État, pas de la Région, et donc, qui ne fait ni ne propose rien. Ne parlons même pas de l'UMP qui croit que ce sont des portiques ou de la vidéo qui vont rétablir la paix sociale...Quant à espérer que l'État va refiler du fric, ce n'est pas le genre de la gouvernance sarkozyste...

Mais comme je l'ai dit il y a peu, il n'y a pas que les lycées : il y a aussi les collèges qui sont sous pression. Tôt ou tard, la Région récupérera les prérogatives des départements. Anticipons, au MoDem, et proposons de financer un centre éducatif fermé par département pour les jeunes  pré-délinquants ou élèves très perturbateurs qui paralysent l'action des collèges. Voilà une proposition qui serait en phase avec ce que veulent les Français et qui leur causent, au moins pour ceux qui ont des enfants, quotidiennement des soucis.

 

08:47 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : collège, lycée, sécurité, modem |  Facebook | | |

Commentaires

Etrange, la vision que le pays a de ses enfants qu'il faut S U R V E I L L E R !!!

Il n'y a pas de SURVEILLANTS en Allemagne ou en Irlande.

Les enfants n'y sont pas infantilisés, mais responsabilisés dès la maternelle et s'autogèrent sans aucun problème. On ne leur parle pas comme à des immatures ou débiles qu'il faudrait "surveiller" pour ne pas qu'ils fassent de "bêtises".

Les écoles - dès la maternelle - sont des lieux de vie agréables avec jardin que les enfants cultivent, une plate-bande par classe par exemple, pas de "salle de permanence" où on parque des petits délinquants en puissance devant lesquels il faut mettre un adulte.

Mon fils a été dispensé des cours de français pendant sa scolarité à Hambourg, il n'était obligé que de participer aux dst puisqu'il était francophone. Pendant ses heures libres, il allait à la bibliothèque de l'école, ouverte, il y était seul et pouvait lire ou rêver, allongé sur une table.

Arrivé en Ile-de-France en 1ère S, il a demandé a être dispensé des cours d'allemand puisqu'il avait fait toute sa scolarité en allemand et que les cours consistaient à ânonner un allemand plein de fautes, à remplir des textes à trous, etc... La prof d'allemand a refusé de le dispenser de cours, elle ne voulait pas prendre la responsabilité et lui a dit d'aller voir le directeur, qui lui non plus n'a pas voulu prendre de responsabilité, il aurait fallu s'adresser au rectorat, etc etc...

Il y avait des grilles devant le lycée, des surveillants qui surveillaient l'entrée. Il se sentait en prison, habitué qu'il était à être traité en être responsable de ses actes.

Totale INFANTILISATION des enfants et des jeunes pendant toute la scolarité, ce qui produit des adultes-moutons, habitués à se soumettre à un Etat-super-papa, à la tête duquel ils "élisent" celui que les médias souhaitent pour que les "élites" puissent continuer à diriger le pays au mépris de tout respect du citoyen de base...

Quand on voit ce que les Français acceptent comme monarque depuis des décennies - il n'y a eu aucune différence entre la gauche et la droite - et ce qu'ils acceptent de la part d'administrations qui les traitent comme on traite des "sujets" dans une république bananière, on a peur pour ce pays et son avenir.

On est loin, très, très, très loin de tout ce qui se vit dans tout le Nord de l'Europe, en particulier en Scandinavie, en Allemagne et aux USA...

Pauvre pays, le problème vient du SYSTEME de l'EDUCATION NATIONALE. Je ne parle pas de l'enseignant en particulier - toute ma famille en fait partie depuis l'enseignant en passant par le proviseur et l'inspecteur d'académie - mais du SYSTEME que s'est donné le pays, un système qui donne des appréciations en école primaire concernant le "RESPECT DE L'AUTORITE".

Incroyable, on cultive des citoyens soumis à l'autorité, de futurs moutons, râleurs, certes, mais qui ont appris à se soumettre depuis la plus petite enfance, ou justement à se rebeller contre... Rien entre les deux.

Et après on s'étonne.

Écrit par : Danièle Douet | lundi, 22 février 2010

Bonsoir Etoile66,
Un plaisir de vous relire. :)

Écrit par : Martine | lundi, 22 février 2010

C'est le principe de la sélection naturelle. Si tu arrives jusqu'au lycée alors t'es sauvé.
Une version extrême de Koh-Lanta en somme

Écrit par : Jérémie | samedi, 27 février 2010

" Appréciations concernant le respect de l'autorité" : totalement inexact.
La note de vie scolaire concerne: les devoirs s'il sont faits, et le comportement en général, plus particulièrement celui envers ses camarades de classe, dans la cour en classe etc...
@L' hérétique, plutot d'accord, d'autant plus que très souvent le conseil général est déjà amené à intervenir financièrement, lors de la construction de nouveaux établissements. En effet sont souvent couplés primaire et collège, ce qui rend possible certaines passerelles, et une forme de responsabilisation des plus grands envers les plus jeunes et vice versa.

Écrit par : Martine | samedi, 27 février 2010

Les commentaires sont fermés.