Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ils sont pénibles free, avec hashtable | Page d'accueil | Berk, un militant ! »

vendredi, 22 janvier 2010

Dette et retraites, Sarkozy marche sur des oeufs

La situation financière de la France est telle qu'elle a désormais la corde au cou. Pendant toute la campagne présidentielle, François Bayrou a averti sur les risques mortels que faisait peser sur l'économie nationale la dette de la France : en vain. Plus récemment, Marielle de Sarnez exprimait de fortes inquiétudes à ce sujet. Hélas, nous y sommes : nous devions aller dans le mur, et nous y sommes quasiment. Pourquoi ? pour une raison très simple : les agences de notation (dont dépendent les notes des États sur les marchés financiers, et, par suite, le montant de leur taux d'emprunt pour lever des fonds) estiment qu'au-delà de 80% du PIB de dette publique, un pays ne peut pas conserver sa notation AAA. En 2011, notre ratio devrait être de l'ordre de 90% et plus. Nous aurons donc crevé le plafond. Le seul espoir de la France, c'est de faire valoir que cette augmentation exponentielle de la dette est d'ordre conjoncturel et que nous allons remettre de l'ordre au plus vite dans les comptes publics. En fait, si les pouvoirs publics français ne montrent pas leur détermination, les agences de notation n'attendront même pas 2011. Si nos taux d'emprunt grimpent, la charge de la dette augmentera dans le budget, et les économies à faire seront encore plus importantes. Bayrou a maintes et maintes fois expliqué ce mécanisme.

Nicolas Sarkozy est donc dos au mur : il doit absolument donner des gages de bonne volonté. Il ne peut donc faire autrement que de réformer les retraites, quel qu'en soit le coût politique, et il doit l'annoncer maintenant. Il ne peut pas attendre le lendemain des élections régionales, parce que nos prêteurs n'attendront pas jusque là, eux, pas plus que les agences de notation.

Cette situation est très grave. Martine Aubry l'a certainement compris. Elle fait preuve de responsabilité. Le MoDem également. Toutefois, PS et MoDem ne devraient pas accepter de rattraper les erreurs de Nicolas Sarkozy sans contrepartie.

Accepter de discuter sur les retraites, soir, mais Nicolas Sarkozy doit aussi revenir sur les réformes fiscales qui ont plombé les finances de la France. La France n'a plus le choix. Et je crois aussi à titre personnel, qu'il faut déballer toute la dépense publique et la remettre à plat. Non seulement il va falloir payer des impôts pour sortir de la nasse, mais il va falloir également réduire singulièrement nos finances.

Plutôt que de procéder à des ajustement dans tous les services publics, rendant ainsi chaque jour chacun d'eux toujours plus inopérant, il apparaît nécessaire, je le dis une nouvelle fois, de déterminer ce que nous voulons conserver et ce que nous sommes prêts à abandonner.

C'est comme dans un jeu : vous avez un sac à dos, mais ce qui est dedans est trop lourd pour votre force : il faut donc jeter des objets. A vous de choisir, les amis... Autre image, vous êtes en ballon, mais il menace de se perdre corps et âme : il faut jeter du lest. Faites le tri, et grouillez-vous de balancer ce que vous ne voulez pas garder, parce que si le ballon descend trop pas, pour reprendre de la hauteur, ce ne sera pas seulement des objets qu'il faudra balancer, mais peut-être bien un passager...

Commentaires

Son article est disponible ici http://cozop.com/hashtable/chomage_retraites_en_2010_annee_de_tous_les_dangers

Écrit par : Vinc | vendredi, 22 janvier 2010

A propos de dette publique

Voir le documentaire "L'argent dette" de Paul grignon

et jeter un oeil à l'article 128 du traité de Lisbonne (ex 144 du traité de maastricht)

www.eyeswideopen-over-blog.com

Écrit par : eyeswideopen | vendredi, 22 janvier 2010

Vous devriez éviter de faire de telles pubs pour un site avec autant de bêtise, nous sommes au Modem pas chez les premiers pigeons venus. Vous connaissez les dégâts de l'inflation monétaire ? Surtout que ce genre de documentaire ce retrouve chez tout les paranos, extrême droite, sectes comme solidarité et progrès, extrême gauche, socialiste, communiste, front national, ...

Écrit par : Vinc | vendredi, 22 janvier 2010

Marielle de Sarnez est prête à "un travail en commun" (je cite) sur les retraites avec Martine Aubry laquelle a été saluée par De Villepin pour son esprit d'ouverture à ce propos.

Nul doute que ce trio responsable : De Sarnez, Martine Aubry et De Villepin sur un sujet aussi grave y travaillerait sans aucune interférence avec les Régionales.

Écrit par : Lucn | vendredi, 22 janvier 2010

@ L'Hérétique
Un tag, ça te dirait ?
http://lescriptorium.wordpress.com/2010/01/22/que-proposerais-je-immediatement-si-la-democratie-directe-existait/

Écrit par : Thierry P. | vendredi, 22 janvier 2010

@ l'hérétique
L'efficacité des dépenses, certes, mais le problème étant plutôt survenu côté recettes, la solution est surtout à chercher de ce côté là :
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/07/TINEL/16109

Écrit par : Lorenzo | samedi, 23 janvier 2010

Assez d'accord avec ce billet - je faisais justement un billet sur un sujet similaire, alors je me permets de mettre le lien en signature. http://demsf.free.fr/index.php?post/2010/01/22/Democratie-directe-et-argent-public

Écrit par : FrédéricLN | dimanche, 24 janvier 2010

Très intéressant tout ça... je suis curieux de voir quelles seront les réponses ^^

Écrit par : florent | dimanche, 24 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.