Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Presse, la tenaille se referme | Page d'accueil | Bébé né sous X, est-ce encore son enfant ? »

jeudi, 15 octobre 2009

Il faut cesser d'entretenir la confusion entre jeunesse et racaille

J'en ai ras-le-bol de lire dans les journaux, chaque fois que la racaille se déchaîne, des titres du genre "dix jeunes ont été interpelés après un viol collectif".  Ceci entretient la confusion entre la jeunesse et la racaille. J'ai lu, à propos de cette affaire de viol collectif dans un train aux Mureaux le 18 avril dernier, que la racaille n'éprouvait en plus aucun remords. Aucun remord ? 20 ans de prison avec le nombre de coups de matraque suffisants pour leur faire rentrer les remords dans la gueule. Voilà ce qu'il faut à la racaille. Surtout, aucune faiblesse : ils ne doivent pas avoir de jeunesse. Ce n'est pas un écart, ce n'est pas une connerie, c'est un crime répugnant et lâche qu'il faut réprimer le plus brutalement possible.

Et il faut cesser de parler de jeunes. On s'en fout qu'ils soient jeunes. On s'en tape. La seule chose qui m'importe, c'est qu'on les colle en prison, et pour longtemps. Qu'on ne leur fasse aucun cadeau. Je me fous de leur histoire et de leurs problèmes sociaux et familiaux, à ces ordures-là. Je m'en contre-fous. Je veux juste de la matraque et du gnouf, et des juges qui cessent de se prendre pour des assistantes sociales. Il ne doit pas y avoir de pitié pour le reste de la bande dont la complicité passive n'est pas moins grave à mes yeux. Dès lors qu'ils représentaient une menace, ils doivent être réprimés avec une sévérité exemplaire.

Dans toutes les affaires de viol dont j'ai eu connaissance, ce qui me frappe, c'est la légèreté des peines. Parfois, trois années de prison à peine. C'est se moquer des victimes. Et je ne parle même pas des menaces qui pèsent sur ces mêmes victimes ensuite. Quand on a passé entre dix et vingt ans en prison, je crois qu'on a beaucoup moins envie de faire le malin, surtout si la moindre incartade vous renvoie à la case départ.

Les agresseurs étaient des récidivistes : ils étaient connus pour de multiples agressions. Eussent-ils été punis comme ils le convenaient, peut-être se seraient-ils abstenus. Je n'imagine pas que la sécurité ne revienne pas, tôt ou tard, comme un boomerang à la tête des politiques, par les temps qui courent. Il sera alors inutile de faire de l'angélisme (gauche dans son ensemble) ni de se payer de mots (droite)...

Ras-le-bol des paroles, on veut des actes.

Commentaires

Bien dit, rien à rajouter.

Écrit par : h16 | jeudi, 15 octobre 2009

En règle générale je trouve ça injuste de ne pas appliquer une peine juste sous prétexte que celui qui le commet était pauvre, a eu une enfance malheureuse ou autre, c'est injuste par rapport aux gens qui sont dans la même situation, et qui ne sont pas criminels.

Écrit par : vincent15 | jeudi, 15 octobre 2009

Entièrement d'accord. On est arrivé à un stade où certains ne sont pas loin d'assimiler au fascisme l'idée même de répression. "Ne soyons pas comme eux", "ne stigmatisons pas à partir d'un fait-divers", pour ne citer que les refrains les plus courants - qui n'ont absolument rien à voir avec le problème mais qu'importe.

Il faut réaliser qu'une femme violée est marquée à vie. Alors que les petites frappes ricanantes qui lui ont fait ça, elles, seront dehors deux ou trois ans plus tard en s'étant au passage grandement instruits sur les possibilités de la délinquance.

Et si, pour une fois, on suivait cette affaire de près, qu'elle ne soit pas oubliée la semaine prochaine?...

Je crois aussi qu'il y aurait beaucoup à dire sur l'influence des "associations", "collectifs", et autres lobbyistes d'Etat divers qui ne disent pas leur nom, et dont la pression contribue grandement à anesthésier un arsenal répressif dont la nécessité est pourtant évidente dans ce genre de situation.
Après avoir fait campagne sur la sécurité, l'UMP a de plus en plus de mal à colmater les brèches, et se prépare peut-être un vilain retour de bâton.

Écrit par : Evan | jeudi, 15 octobre 2009

Parfaitement d'accord, d'autant plus que lorsque, par exception, le verdict est non pas sévère mais juste, c'est le tollé général, les familles et amis des accusés insultent, menacent les juges et crient au scandale !

Écrit par : Nicolas007bis | jeudi, 15 octobre 2009

Assez d'accord l'Hérétique, le problème c'est que les prisons sont saturées, il faut qu'il y ait un Turn-over rapide, c'est nul mais c'est comme cela....

Écrit par : europium | jeudi, 15 octobre 2009

Cet article, Alors là ce n'est plus du "Centre Droit" c'est carrément de l'"Extrême droite".
Surréaliste après de se prétendre défenseur du Modem.

Écrit par : CK | jeudi, 15 octobre 2009

@ CK
ras-le-bol des leçons de morale sur la sécurité. Un bon coup de matraque pour la racaille, et point à la ligne. Arrêtez de faire du terrorisme intellectuel à deux balles en parlant d'extrême-droite dès qu'on parle de sécurité, svp.
@ europium
Oui, tu as raison. On ne peut pas s'en sortir sans dégager des moyens supplémentaires. Sarko croit qu'il suffit de voter des lois chaque fois qu'il y a un problème. On n'est plus dans un problème de législation mais d'administration de l'État et de ses prérogatives.
@ Evan
on est 100% d'accord.
@ Nicolas
tout à fait : on devrait prévoir des condamnations fermes pour ceux qui menacent les juges et les jurés.
@ H16
Cette confusion est souvent l'occasion de faire de la délinquance un geste de révolte sous prétexte que les délinquants seraient des jeunes. Hors de question de se laisser phagocyter par les libertaires qui viennent ensuite, quelques commentaires plus bas, nous renvoyer à l'extrême-droite parce qu'on veut de la sécurité et de la répression.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 15 octobre 2009

@CK
Ce n'est ni du centre droit ni de l'extrême-doite, c'est encore une manifestation d' égocentrisme extrême : quand quelque chose dérange l'hérétique, il ne sait pas nuancer ses propos.

Écrit par : Géraldine | jeudi, 15 octobre 2009

@ Géraldine
tiens, vous vous spécialisez dans la psychologie de café du commerce, maintenant ?

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 15 octobre 2009

@l'hérétique
Je trouve intéréssant de comparer vos réactions à celles de NS.

Écrit par : Géraldine | jeudi, 15 octobre 2009

Tout à fait d'accord avec l'hérétique. Il a des fois où les claques dans la gueule doivent précéder la discussion. C'est vrai aussi dans les relations internationales : trop longtemps la "communauté internationale" s'était contentée d'exprimer sa "vive indignation" face aux exactions en Bosnie. Mais elles n'ont cessé qu'avec les frappes aériennes de 1999. Une démocratie doit savoir se défendre contre ses ennemis, y compris ceux de l'intérieur (car les racailles en font partie n'en doutez pas). Et cela n'a rien a voir avec l'extrême-droite...

Écrit par : modem | jeudi, 15 octobre 2009

Je suis assez partagé sur cet article.

D'un côté, il est vrai qu'un viol est sûrement un des pires crimes qui puisse exister, de par la violence qui est faite à la victime et le fait que celle-ci est marquée à vie, comme un commentaire précédent l'a signalé. Quand on voit les peines encourues, elles sont bien souvent ridicules.

De l'autre, il me semble fort dangereux militer pour une peine importante pour tous les coupables. Une telle uniformisation nie le caractère différent de chacun des crimes commis. Tous les violeurs ne sont pas les mêmes, ils n'ont pas tous la même histoire, certains ont, il ne faut pas en douter, des raisons expliquant leur geste.
Cela ne les dédouane en rien, mais peut-on juger de la même manière une personne ayant subi des sévices sexuels dans son enfance (J'avoue que c'est un lieu commun) et une de ces racailles que vous dénoncez?

Alors oui, je suis d'accord, bien souvent on constate une légèreté des peines, mais, pour autant, cela ne justifie en rien de mettre au piloris tous les coupables et de les brûler.

Écrit par : Dieu | jeudi, 15 octobre 2009

@ Géraldine
Moi, il ne vaut pas mieux que je compare à quelqu'un vos manières d'agir...

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 15 octobre 2009

C'est quand même incroyable d'être taxé d'extrême droite quand on tient pour une fois un discours sécuritaire.

C'est un peu comme Benoist Hamon qui été traité de porte parole du FN par la gauche caviar/bobo/intello/parigote de salon lorsqu'il a attaqué FM. c'est n'importe quoi!!!!

Hé les donneurs de leçons, tant que certains penseront qu'il y a des sujets tabous, des domaines réservés, la droite dure et l'extrême droite auront de beaux jours

Écrit par : europium | jeudi, 15 octobre 2009

Clap clap clap !!!!!!

Écrit par : Falconhill | jeudi, 15 octobre 2009

Au fond, Géraldine, c'est un peu BHL : http://www.liberation.fr/politiques/0101596446-affaire-mitterrand-et-si-on-inculpait-leon-blum

Alors que ce billet de l'Hérétique, c'est un peu Valls : http://www.liberation.fr/tribune/0101596896-bernard-henri-levy-la-morale-et-la-gauche

Ce clivage, qui traverse le PS, traverse sans doute aussi le Modem. Mais il va falloir faire un choix. Et vite !

Écrit par : modem | jeudi, 15 octobre 2009

@Europium
Parce que ce n'est pas un article de droite dure ?
Ah bon, je vais mieux le relire et l'intégrer dans mon Humanisme Modem.

Écrit par : CK | jeudi, 15 octobre 2009

@modem
Valls n'a jamais parlé de manière aussi excessive, aucun rapport !!

Écrit par : CK | jeudi, 15 octobre 2009

@CK, quand on a un esprit aussi limite, on s'abstient de faire des commentaires.

Écrit par : Monoi | jeudi, 15 octobre 2009

@Modem
Ma position sur Frédéric Mitterrand et Polanski, vous la trouverez à la suite de 2 articles de "Générations engagées" (Pour résumer : c'est dommage que ce soit Marine qui ait attaqué FM la première, mais ce n'est pas parce qu'elle est au FN qu'elle a tort.)

Écrit par : Géraldine | jeudi, 15 octobre 2009

@Monoi, vous feriez bien d'appliquer pour vous même, d'intervenir comme cela. Vous vous prenez pour la police ou quoi ?
Hé bien oui mon esprit a des limites.
Je ne vois pas où est le second degré qui distinguerait l'article ici d'un article de "Droite Dure" et je trouve que c'est bizarre car c'est normalement incompatible Modem. C'est trop facile de faire semblant.

Écrit par : CK | jeudi, 15 octobre 2009

Le terme "droite dure" dans la bouche d'un centriste ça me dérange. Dans le fond je me dis que ça ne devrait pas exister. Ca dénote non seulement une vision binaire mais aussi une tendance à l'exagération, la caricature, l'anathème.

-(Non, mais sans blague "dure" ? Et le contraire c'est quoi ? "Molle" ? On pourrait parler peut être aussi de droite "liquide", "rugueuse", et caetera. On est là dans le hors sujet complet.)-

Si la ligne de partage de la politique ne se fait plus entre droite et gauche, si la vision n'est plus bipolaire et linéaire entre ces deux pôles, si on reconnaît aux problématiques politiques actuelles des lignes de fracture autres (et par ailleurs multiples) alors que vient faire ici cette appellation de "droite dure" grotesque et élusive ? (car ne s'agit-il pas juste d'éviter le terme "Front National", à traduire ici en "les méchants monstres"... tout un programme de pensée manichéenne (désolé, pour moi fasciste et antifasciste ça va dans le même panier)).

Je trouve au contraire de CK que la position de l'Hérétique est on ne peu plus cohérente. Si le Modem c'est le parti humaniste, alors quel pire crime au regard de ses valeurs que ce type de viol ?

P.S.: Au passage j'ai plaisir à vous lire tous, aujourd'hui comme d'habitude, mais je suis comme l'hérétique, il y a des trucs qui me font sortir de mes gonds. Et c'est sain de sortir de ses gonds parfois.

Salutations amicales.

Écrit par : raphael | jeudi, 15 octobre 2009

Je ne peux que souscrire à la principale motivation de ton article qui est quand même de ne pas confondre et de ne pas faire l'amalgame entre jeune et truand ou délinquant.
C'est vrai que ta position brute de décoffrage sur la répression fait "oublier" l'intention louable de rendre aux jeunes tout le respect que nous leur devons.
Malheureusement, nous sommes arrivés dans cette situation ou nos "démocraties molles" ont montré leurs limites devant ce qu'elles sont en mesure de proposer pour la protection de l'individu.
Tout un chacun à le droit d'exiger de la société une protection contre toute forme d'agression.
Nous en sommes très loin et chaqu'un de nous doit multiplier les protections personnelles pour se mettre à l'abri et se condamner à vivre derriére des grilles parce que l'on refuse d'y envoyer et d'y laisser ceux qui le méritent.
De plus en plus de milices privées se constituent et de nombreux organismes ou propriétés sont "gardés" par des personnes privées armées, ce qui fait le bonheur de toutes ces sociétés de gardiennage qui fleurissent un peu partout.
La façon dont tu exprime ta colère est certes virulente, elle n'en exprime pas moins un sentiment qui devrait être celui de chaqu'un d'entre nous, de se révolter contre ces aggressions gratuites ou pas qui portent gravement atteinte à l'intégrité de personnes qui se trouve blessées à vie dans leur chair.
Il est temps et j'espère que le MoDem continuera a porter ce retour vers plus de justice, de morale, de respect de l'être humain.
Reste tes méthodes radicales qui ont fait frémir quelques âmes sensibles et je les comprend un peu. Le ton vindicatif n'étant pas fait pour adoucir la pilule.
De là à dire que ce sont des propos digne du FN il y a un grand pas que je ne franchirais surtout pas car je ne vois pas pourquoi le FN aurait l'exclusivité de la défense de la veuve et de l'orphelin. Nous nous devons de remonter le courant face à cette vulgarisation du crime ou de l'immoralité, pour celà je ne vois pas d'autres solutions que celles de durcir très sérieusement la répression. Par contre et le programme du MoDem y fait une grande part, il ne s'agit pas de faire de la répression pour de la répression sinon nous allons tomber dans un cercle vicieux d'ou notre démocratie ne sortira pas. Il s'agit en contre partie de redonner à l'enseignement toute sa place et a remettre en avant la morale en commençant par l'exemple à la tête de l'Etat et pour le moment nous sommes très mal partis dans ce domaine.

Écrit par : andre777 | jeudi, 15 octobre 2009

Bonjour André

Merci d'avoir relevé mon intention initiale. Il y en a une autre : je suis extrêmement sensible au sort fait aux femmes. Un viol est très grave, à mes yeux : ce n'est pas un crime "ordinaire". A fortiori un viol collectif. Quand tu vois ces sales petits salopards n'ont aucun remords (il faut voir ce qu'ils disent et pensent des femmes) je ne vois que la matraque appliquée avec régularité et le cachot pour les rééduquer.
Ils pensent que ce n'est pas grave ? raison de plus pour leur coller 20 ans. Ils découvriront ainsi que ça l'est.
Les juges font preuve de trop de mansuétude avec les violeurs.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 15 octobre 2009

Après réflexion, je trouve très mauvaise cette proposition de matraquage violent et de mise au trou pour 20 ans. La violence brute ne résout absolument rien.

Je pense qu'il serait mieux de mettre ces jeunes hommes en prison, dans les sections des violeurs plus vieux. Quand ils auront ramassé fréquemment la savonnette dans les douches, peut-être qu'ils comprendront vraiment ce que cela fait.

Écrit par : Dieu | jeudi, 15 octobre 2009

ça dérape....

Écrit par : europium | jeudi, 15 octobre 2009

En fait, ça ne dérape pas du tout. Ce que je veux bien dire, c'est que la violence brute n'est pas une solution. Combien de personnes ont passé plusieurs dizaines de prison sans que cela ne change rien dans leurs esprits? Combien de personnes qui ont subi des matraquages et violences policières qui, pourtant, n'ont jamais changé d'opinion (Même si je conçois tout à fait que les opinions de ces gens-là étaient infiniment plus appréciables que celles de ces jeunes gens)?

La violence, la prison bête et simple ne changent rien, le plus souvent.

Écrit par : Dieu | jeudi, 15 octobre 2009

@l'hérétique
Oui vous avez parfaitement raison de dire qu'un viol c'est très grave.

Il faut aussi critiquer (sans parler de "contexte" ) celui qui a écrit qu'il avait caressé de jeunes enfants. "J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi."

Écrit par : Géraldine | jeudi, 15 octobre 2009

"La violence, la prison bête et simple ne changent rien, le plus souvent"

C'est exact...mais le problème c'est que la réinsertion à la française est un échec, la justice manque de moyen, et la droite dure est opposée électoralement à cette approche, la droite dure préfère financer le fichage, la mise place de vidéo surveillance car ça rassure son électorat...

Écrit par : europium | jeudi, 15 octobre 2009

@europium, j'ajouterai que Sarko se délecte de cette criminalité, car c'est son fond de commerce. Plus il y a de délinquance, plus il y a de crimes, plus il peut crier fort qu'il va matraquer tout ce monde et plus il gagne de voix. Il ne doit absolument pas faire baisser le taux de criminalité sous peine de perdre son fond de commerce!!!

Écrit par : andre777 | jeudi, 15 octobre 2009

Le pb c'est que les arguments contre une telle répression très forte prônée par la "droite dure" ont déjà été donnés moult fois. Hé bien non c'est toujours exactement le même discours comme si de rien n'était.

L'autre problème c'est que c'est un sujet très diviseur politiquement, parfait pour fâcher les gens, et que le manque de fortes nuances par exemple "la gauche angélique dans son ensemble" est de la désinformation.

Écrit par : CK | jeudi, 15 octobre 2009

Trois ans de prison, ce n'est pas assez!
Il en faudrait 10 ou 20.
Il va où l'Hérétique?
Le viol est considéré comme un crime, passible de la cour d'assise, avec des jurés populaires.
Ce n'est pas une mascarade à la clearstream!
Si le tribunal populaire dit 3 ans, c'est 3 ans, pas 10 ou 20.
Au-delà de cela, je crois ressentir, ici, un grand malaise lié à la condition des banlieues, c'est un tout autre problème.
Qu'il ne faille rien attendre de bon de notre gouvernement actuel, j'admets.

Écrit par : anamo | jeudi, 15 octobre 2009

---
L'Hérétique a le droit d'exprimer son émotion et sa colère.
Pourquoi lui coller une étiquette sur le dos... extreme ceci, extreme celà ?

Y'a pas que les gauchos et les fachos qui ont le monopole de l'émotion et de la colère.

On peut être en faveur d'une démocratie intelligente, sans abus, et être sensible au sujet de la sécurité des citoyens, non ?

On peut plus rien dire sans se faire traiter de fascistes ou de racistes... ras le bol des moralisateurs couilles molles...
---

Écrit par : Chriz | samedi, 17 octobre 2009

@Chriz
N'oublions pas que les discours provocateurs ont l'avantage de faire grimper la fréquentation des blogs : il y a des gens pour qui c'est important et qui pondent régulièrement de longs articles sur ce sujet.

Écrit par : Géraldine | samedi, 17 octobre 2009

@ Chriz
En fait les discours provocateurs n'ont quasiment aucun impact sur la fréquentation. Parmi les commentateurs, et notamment ceux qui ne tiennent pas de blogs, il y a pas mal de mythes qui circulent.
La fréquentation d'un blog et la lecture d'un article est bien plus complexe que cela.
Exemple, cet article a été lu presque 16 000 fois :
http://www.marianne2.fr/Il-y-a-aussi-de-vrais-candidats-a-la-tete-de-l-Epad!_a182467.html
Le titre n'en est pourtant pas provocateur.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 17 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.