Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 10 kilos de moins pour les cartables | Page d'accueil | Hortefeux la proie facile »

vendredi, 11 septembre 2009

Delanoë a menti au MoDem et aux Parisiens

Je crois que le MoDem et les Parisiens se sont bien faits avoir sur le stade Jean Bouin qui va coûter 200 millions d'euros aux Parisiens. Petit rappel : les élus démocrates avaient apporté leur soutien à la majorité municipale, lors du dernier conseil de Paris, mais sous conditions. Et notamment, Didier Bariani avait expressément spécifié que l'aménagement de l'hippodrome d'Auteuil pour accueillir les scolaires devait être un préalable à la rénovation du stade. Et Pascal Cherki s'était engagé pour la ville sur cette demande. Or, il suffit de lire le communiqué de Jean Vuillermoz pour la majorité municipale, sur le site de la ville de Paris, pour comprendre le stratagème par lequel nous pouvons (sans jeu de mot) courir longtemps avant de disposer d'un stade de remplacement.

«Par ailleurs, contrairement aux allégations entendues ici ou là sur la soi-disant « éviction des groupes scolaires », la Municipalité s’est engagée à garantir la continuité de la pratique sportive de proximité. Ainsi, le réaménagement des pelouses centrales de l’hippodrome d’Auteuil permettra, lorsque l’Etat aura bien voulu inscrire ce dossier en Commission des Sites, d’accueillir dans des conditions optimisées l’ensemble des scolaires et des associations utilisant actuellement le stade Jean Bouin».

Je peux faire la traduction pour ceux qui n'ont pas compris. Si l'hippodrome n'est pas rénové, ce sera la faute de l'État, et, entre-temps, nous majorité municipale, nous nous lavons les mains de ce que deviennent les scolaires, nous construisons notre stade, au mépris des engagements pris, évidemment. Pratique de se renvoyer la balle, non ?

Ce que j'aime bien, c'est la formulation de la suite :

«Des solutions temporaires ont également été présentées aux riverains lors de la réunion de concertation co-animée par Anne Hidalgo, Claude Goasguen et moi-même le 3 septembre dernier».

Foutage de gueule : Anne Hidalgo, en fait de solutions, a clairement expliqué que les scolaires du 16ème qui utilisaient Jean Bouin n'ont plus qu'à se rendre dans le 15ème, désormais (qui sera évidemment surchargé, et elle le sait d'autant mieux que c'est une élue du 15ème ! J'invite tous ceux qui ont voté pour elle lors des dernières élections municipales à bien comprendre pour qui ils ont voté et à en tirer des conclusions pour 2014 puisqu'elle sera candidate...).

C'est mahonnête d'impliquer Goasguen dans cette réunion de concertation qui n'en était nullement une, mais simplement une mise devant le fait accompli. Et nous, au MoDem, nous nous sommes faits avoir. J'espère que cela nous servira de leçon. J'inivte sur ce sujet à explorer la dernière note d'Hervé Torchet, militant du MoDem, qui connaît très bien le sujet : elle est édifiante...

Commentaires

et dire que Sarnez faisait des appels du pieds bien lourdauds à Delanoé aux municipales !! Quelle naïveté. Ou plutôt, quel sens de l'opportunisme !

je ne suis pas du tout surpris par cet article, puisque c'est la façon de fonctionner du PS parisien depuis son élection et notamment depuis mars 2008.

heureusement, grâce à son unique élue parisienne (quel poids !! on a bien fait de perdre les 10 élus de l'ancienne mandature sur l'autel de stratégies politiciennes vaseuses) le MoDem va faire entendre sa voix sur le sujet...

Écrit par : centriste en vadrouille | vendredi, 11 septembre 2009

Je vois aussi que les élus UDF m'ont menti quand ils m'ont décrit le projet fin 2006.

Écrit par : Hervé Torchet | vendredi, 11 septembre 2009

Merci de relayer le désarroi d'Hervé, cela me touche.
Je repasserai plus tard pour développer, mais les réformes de l'enseignement ont été largement inspirées de modèles étrangers, une forme de copier/coller sommaire, sans utiliser certains axes pourtant fondamentaux.
Ainsi que je l'ais déjà dit chez Hervé, il existe un angle "d'attaque" qui pourrait aussi s'inscrire dans le nouvel aménagement du territoire. Il me parait hallucinant à l'heure actuelle que les responsabilités en ce qui concerne l'éducation soient réparties entre de multiples échelons, une des raisons à mon sens, à toutes sortes d'inégalités en tant en terme d'enseignement pur qu'en terme des moyens financiers ou autres octroyés et possibles.
@+

Écrit par : Martine | vendredi, 11 septembre 2009

@ centriste en vadrouille
opportuniste, certainement pas. Elle s'est simplement trompée sur Delanoë. Vous ne pouvez pas accuser Marielle d'être opportuniste tout en moquant le fait de ne disposer que d'un seul élu...
La preuve qu'on va essayer de faire entendre notre voix, c'est que j'écris cet article.
@ Hervé
C'est toi qui as fait une erreur : les élus UDF n'ont pas voté ce projet, ils se sont seulement abstenus. Ensuite, fin 2007, ils l'ont avalisé, mais sous conditions, et certainement pas pour un montant de 200 millions d'euros.
Ils n'auraient pas du se contenter de la parole donnée mais demander de voter sur un texte avec des conditions suspensives.
Je suis l'un des rares, à l'UDF, puis au MoDem, à avoir compris de longue date la manière de fonctionner du PS et de Delanoë à Paris. Parce que j'ai vu à l'oeuvre sa politique dans mon quartier et que je sais qu'il se contrefout de la concertation. C'est un homme d'appareil et raisonne comme tel.
J'ajoute qu'il faut cesser de cracher sur les élus UDF à tout bout de champ, moi, cela commence à me taper sur les nerfs.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 septembre 2009

pour moi il s'agit bien d'opportunisme parce qu'elle n'a fait des appels à Bertrand que parce qu'elle était sure qu'il serait réélu, pas pour de réelles convergences de programme.

Pour ma part, je file chez Arthuis.

Cordialement,

Écrit par : centriste en vadrouille | vendredi, 11 septembre 2009

@ centriste
Non, l'individu se pare des atours de la social-démocratie, voilà pourquoi Marielle y a cru.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 septembre 2009

il se parait surtout de son ambition personnelle démesurée... difficile à ne pas remarquer pendant la campagne.

Écrit par : centriste en vadrouille | vendredi, 11 septembre 2009

@Centriste en vadrouille

Mensonges pour mensonges. Il faudra un jour qu'on comprenne une fois pour toute que ce n'est pas Delanoë qui à rejeté l'alliance avec le MoDem mais l'inverse.
Et que nous avons assisté ensuite au plus grand enfumage des militants parisiens qu'il soit.

Nos grands stratèges du MoDem Paris ont voulu, malgré des relances, compter leurs voix pour être sûrs que les copains passeraient et ont envoyé ballader les gens qui aux PS demandaient d'ouvrir les discussions AVANT le premier tour en vue du 2ème

J'affirme haut et fort que jusqu'au dernier moment Marielle de Sarnez à eu la possibilité de poser des ponts avec le PS qui le lui demandait, et c'est une posture personnelle qui à fait qu'à Paris , nous n'avons pas fait comme à Dijon, Lille...etc, à savoir discussion avant le 1er en vue du 2eme tour

Bien évidement, au soir du 1er tour, Delanoë à compté ses voix et à décidé de ne pas s'allier à nous car il n'en avait plus besoin. Il y avait là une question de fierté (mal placée) également.

Et c'est là son erreur : au lieu d'avoir une victoire il aurait pu avoir un triomphe car en cas d'alliance PS-Modem à Paris, le 5eme de Tibéri, le 15 eme de Goujon (président de la fédération UMP) et même le 17ème de Panafieu tombaient.

Mais de grâce cessons cette légende de la main tendue à Delanoë par MDS et rejetée par ce vilain maire sortant !!!!!

Ceci est une comptine pour les naïfs et les gens de cour.

Écrit par : Fabio Lauresti | vendredi, 11 septembre 2009

il est normal pour un parti qui se dit "indépendant" de compter ses voix au premier tour
seulement s'il veut peser sur le second il ne doit pas faire l'impasse automatiquement sur l'un des deux arrivés en tête (dans ce cas, l'UMP). on va assister à la même problématique aux régionales puisque le MoDem refusera l'alliance à droite.

Écrit par : centriste en vadrouille | vendredi, 11 septembre 2009

J'étais dans la salle et je crois que tu fais erreur. Hidalgo a parlé du 15ème mais il a surtout été question de Bagatelle dans le 17ème pour les scolaires. Honnêtement, j'aimerai pouvoir lire des billets un peu plus neutres parce que quand tu commences à dire à chacun de tirer ses conclusions en vue de 2014, je me demande si tu te préoccupes des scolaires ou si ce type de billet sert des intérêts moins nobles. Ce ne serait vraiment pas à ton honneur.

Écrit par : Marion | dimanche, 13 septembre 2009

@ marion
Je ne tiens pas mes informations de première main mais de ce qu'en écrit Hervé Torchet qui, lui, assistait à la réunion.
Bagatelle, ce n'est pas dans le 17ème, c'est un parc du Bois de Boulogne, réputé entre autres pour ses roseraies. Je suppose que vous voulez parler des Batignolles ?
Si ce que vous dites est vrai, c'est encore pire ! les Batignolles sont bien plus éloignées du 16ème sud que les équipements du 15ème.
Je me préoccupe des scolaires, mais pas seulement : de la place que l'équipe de Delanoë donne à l'enfant dans la ville (jardin d'acclimatation amputé, tentative de fermeture de jardin d'enfants, stade Jean Bouin inaccessible, cession du stade Hébert à Roland Garros, suppression de l'allocation paris petite enfance, et cetera...)
Plus généralement, il y a bien peu de choses pour lesquelles je lui trouve grâce. Et Hidalgo est du même bois à mes yeux.

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 13 septembre 2009

@ L'Hérétique

Il s'agit de la "plaine de jeux de Bagatelle", à l'extrême nord du 16e et du Bois en effet, un ensemble de terrains de sport (hum), en herbe (hum), très boueux en hiver, où les écoles privées du quartier sont censées faire du sport. À l'époque où j'étais élève du lycée Janson, on allait en général au stade de la Muette, on y rencontrait parfois du privé (Franklin ou Gerson) et on allait parfois à Bagatelle. Visiblement, les cartes ont été redistribuées depuis : aucun privé sur les stades, aucun public à Bagatelle.

Le retour du public à Bagatelle aurait le double inconvénient que Bagatelle est en général impraticable et que, du coup, le privé n'irait plus nulle part. Et comme c'est à grande distance de Jean Bouin, il n'est pas envisageable que les collégiens et lycéens s'y rendent à pied. Donc les autocars.

Accessoirement, je viens de donner mon opinion définitive sur l'affaire sur mon blog.

Écrit par : Hervé Torchet | vendredi, 18 septembre 2009

Salut Hervé
Il faut déjà que je finisse de re visionner ton reportage. Je l'ai écouté déjà deux fois, mais pas dans de bonnes conditions. Ton travail est précieux.
Et le 15ème, alors, c'est vrai ou c'est faux, l'écho que j'ai eu ?

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 18 septembre 2009

Bagatelle et le XVe sont les deux solutions mentionnées par Hidalgo.

Écrit par : Hervé Torchet | lundi, 28 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.