Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La malédiction d'Israël | Page d'accueil | Écoute, doulce France, le chant de la dette dans le lointain... »

lundi, 20 juillet 2009

Régions, le prochain enjeu du MoDem

Rien de tel que la lecture d'un de mes blogs favoris pour me ressourcer. J'avais bien vu que Quindi avait pris la parole, à la fin juin, pour analyser les perspectives politiques du MoDem, mais, ce qui m'a surtout intéressé, dans son billet, ce sont les lignes directrices qu'il dresse pour les élections régionales. Extrait.

L’autre tendance lourde à intégrer pour le futur scrutin régional, décelable dès maintenant, est celui du positionnement du MoDem face aux problématiques purement régionales : la dévolution des pouvoirs aux régions, la promotion des identités régionales historiques, le rôle des communautés locales dans un ensemble régional, le développement des liens entre métropoles et régions (au delà du Grand Paris, et du le Grand Lyon il s'agit aussi d'organiser le Grand Marseille, le Grand Bordeaux, le Grand Lille, le Grand Nantes, etc.), le développement des infrastructures énergétiques, de transport, de connexion à haut débit, la remise à plat des plans de logements, la dynamisation de la rénovation du tissu éducatif, l'intégration des problématiques environnementales à une échelle cohérente, un plan de développement économique spécifique à chaque région sur la base d'un calcul d'opportunité à jour, en dynamisant les Fonds Structurels Européens, le rôle des régions dans un ensemble européen (Comité des Régions, Groupement Européen de Coopération Territoriale, Eurorégions,Eurodistricts, Assemblée des Régions d’Europe), etc. Tous ces axes doivent être développés au sein de conseils stratégiques, national et régionaux, ainsi que par le biais d’équipes programmatiques spécifiques à cette élection, qui sont encore à créer et à dynamiser. Dans cette optique, tout comme pour la problématique purement environnementale, le MoDem peut créer une dynamique par le biais d’alliances réalisées en amont, région par région, avec des forces participant à l’Alliance Libre Européene (ALE, groupe politique européen constitué de parti régionalistes) dont La Ligue Savoisienne, le Mouvement Région Savoie, lePartit Occitan, l’Union Démocratique Bretonne,  l’Union du peuple alsacien, le Parti de la Nation Corse, Unitat Catalana)

Ces mouvements régionalistes et autonomistes (mais ne cherchant ni l’indépendance et ne sanctionnant aucune forme de violence politique) sont tous des fédéralistes européens, ils sont tous compatibles avec les valeurs environnementales, ils sont de centre gauche, de centre droite, ou indépendants. Ils siègent au Parlement Européen avec le groupe des Verts (Groupe Verts / ALE). C’est ce qui rend justement une alliance du MoDem avec ces partis logique (elle existe déjà au sein du PDE entre le MoDem et le PNV basque espagnol), tant à l’échelle de la gestion régionale, que de la gestion européenne (leurs alliances ponctuelles avec l'UMP, le PS ou les Verts ne les rendent pas incompatibles avec le MoDem). L’atout non négligeable du MoDem, est celui de pouvoir leur offrir, à terme, une place dans toute future majorité gouvernementale, ainsi qu’un espace législatif éventuel, moyens auxquels se refusent généralement l’UMP et le PS. Cela serait inédit à cette échelle en France, mais fait pourtant partie de la politique quotidienne des pays qui nous entourent, notamment, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie. Cela permettrait d'harmoniser des alliances locales, régionales, nationales, et européennes.

Les alliances avec les régionalistes,c 'est une bonne idée, d'autant que le MoDem et Bayrou ont toujours été en pointe quant à l'identité des régions. Mais c'est sur les problématiques régionales que Quindi excelle : on a là un concentré des questions sur lesquelles nous allons devoir nous pencher.

Commentaires

Oui, une alliance avec les régionalistes semble la moindre des choses, mais il faudrait se rapprocher des autres centristes, et des modérés de droite ou de gauche si on veut réussir à démarrer quelque chose.

Les alliances pour 2012 ne se feront pas sans un premier contact aux régionales.

Écrit par : vincent15 | lundi, 20 juillet 2009

Les régionales ont tjrs été le véritable enjeu du modem, par contre j'ai comme un doute au sujet de la stratégie.

Écrit par : Frédéric | mardi, 21 juillet 2009

@ Frédéric

Pourquoi ?

Écrit par : L'hérétique | mardi, 21 juillet 2009

@ Fred: des détails, des détails, on en parle trop peu justement, surtout après l'élection municipale d'Aix...

Écrit par : ArnaudH | mercredi, 22 juillet 2009

Le modem a un positionnement particulier sur l'échiquier politique.

Il ne peut appliquer les mm lignes stratégiques que les autres partis.

Voilà ou réside toute la difficulté, car avec une strategie optimum le modem gagne a tout les coups mais il suffit d'une seule faille et c'est le crash assuré. La marge d'erreur est extrêmement limitée par rapport au ps ou à l'ump par exemple.

Donc...

Des détails , non plutôt un indice:en septembre 2006 je pense qu'il sera le 3 eme homme et je fais un article sur le sujet . En fêvrier 2007, j'annonce,sur mon blog l'extréme chute de François Bayrou (au passage je prends qq coups de p..es).
Il s'est passé qq chose en février 2007 qui a changé toute la donne.
Pour pouvoir gagner en 2007 et surtout cartonner aux législatives, FB aurait du en tenir compte, mais...
C'est aussi pour ça que le 26 mai 2009, je concluais mon article du jour ainsi:"Dans ces 3 questions réside l'avenir de François Bayrou.

Continuer dans l'extrême chute ou aller vers l'extrême resurrection, voilà les deux voies du carrefour dans lequel François Bayrou va dans quelques mois se retrouver.

Début de réponse non pas aux européennes, mais aux régionales.

Mais tout ceci n'est que spéculation..."

Et je ne fais pas dans la voyance ;)

En politique il n'y pas de miracles.

Écrit par : Frédéric | mercredi, 22 juillet 2009

Sur le fond, ce que tu dis est très vrai, mais j'ai bien peur que, comme à l'occasion des scrutins précédents, les électeurs se fouteront pas mal du fonds des programmes qui leur seront présentés. Comme les européennes, les régionales font parties de ces scrutins un peu évanescent dont l'électeur moyen ne perçoit pas véritablement l'enjeu. Du coup il vote plus en fonction (beaucoup) de questions nationales ("à bas Sarkozy" "marre du PS" "merde à la classe politique"...), (un peu) de politique politicienne ("l'UMP est trop à droite", "le PS n'est pas assez de gauche"...), (un peu aussi) de grandes thématiques ("pour l'environnement", "pour la ruralité"...).
Quant à un rapprochement du MoDem et des mouvements régionalistes, je n'y croit pas trop pour trois raisons. D'abord, ces mouvements ne pèsent pas grand chose, en particulier avec le nouveau mode qui limite les effets de la proportionnelle. Ensuite, la plate forme Europe Ecologie est bien plus porteuse pour eux à court terme. EE a permis l'élection d'un régionaliste aux européennes, alors que le MoDem a démontré qu'il n'en aurait pas été capable. Enfin, le MoDem n'est tout simplement pas en mesure de leur offrir des places. Ce sera le PS qui les leur accordera au final. Et là encore, mieux vaut miser sur EE qui surfe sur une tendance qui peut lui faire dépasser les 10% dans plusieurs régions, plutôt que sur un MoDem qui a contrario risque fort de rester la plupart du temps entre 5 et 10%.

Écrit par : Bob | mercredi, 22 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.