Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Besancenot faisant le "kéké" | Page d'accueil | Le MoDem joue la BCE contre la crise »

mercredi, 20 mai 2009

Ils ne veulent pas que Nous, l'Europe, nous parlions de la France

On refait à Bayrou et au MoDem le coup de la présidentielle : Les Verts, le PS, l'UMP assurent que nous n'avons pas de programme, au MoDem. Eh bien le MoDem a décidé de l'envoyer à tous ses militants ainsi qu'aux principaux chefs des autres partis. Nous attendons bien sûr la réciproque. Mieux, Cohn-Bendit nous accuse de réduire la campagne européenne à une dimension strictement nationale. Eh bien quoi qu'ils disent, nous ne céderons pas et nous continuerons à parler de la France.

Enfin, il y a une troisième canonnade et ne croyez pas que je m'éloigne du sujet, j'y suis en plein dedans. Il y a ceux, totalement inattendus à mes yeux, c'est-à-dire ceux du Parti au pouvoir et leurs alliés subreptices, du parti Vert, puisqu'ils soutiennent la même thèse dans le même but, qui est de nous expliquer qu'il ne faudrait surtout pas, dans cette campagne européenne, parler de la France. Que la droite française nous explique que la France serait interdite de séjour dans la campagne des élections européennes, il y a là, quelque chose qui est si attentatoire à ses principes et à ses valeurs, que je veux croire que beaucoup entendront qu'il est juste qu'un grand parti français, créateur de l'idée européenne, décide que le sujet européen est en même temps un sujet français, que le sujet français est en même temps un sujet européen, et que nous n'avons jamais voulu construire l'Europe pour effacer la France, que nous avons voulu construire l'Europe pour donner à la France toutes les chances de son avenir. Nous parlerons de France en même temps que nous parlerons d'Europe, même si cela ne leur plaît pas.

François Bayrou à Montpellier le 17 mai 2009

Je vais me répéter, mais je renvoie à nouveau aux analyses de la commission démocrate "identités et valeurs de l'Europe" que je citais avant- hier.

L’abolition de l’Etat-nation n’est ni un aspect de l’identité ni une valeur, c’est un projet politique d’extrême gauche. Le fédéralisme et l’intégration totale des Etats dans l’Union n’est pareillement qu’une utopie partagée par la seule élite pro européenne, autrement dit une infime minorité de la population européenne.

Au cœur de l’identité européenne, plongeant son origine dans les racines de notre histoire, nous ne trouvons pas la fédération et l’intérêt commun, nous trouvons la patrie. Les cités grecques, les tribus italiques, les pays gaulois, partout s’est affirmée la division sur une portion de territoire aussi limitée que la péninsule européenne. Cela témoigne d’un attachement à la localité qui fait partie de l’âme européenne. Ce ne sont que les exigences de la politique qui ont conduit à l’augmentation de ces ensembles mais il n’y a jamais eu substitution (ou alors avec violence et en de rares occasions, la France ici faisant figure d’exception).

Aucune politique européenne ne peut ni ne doit se faire contre les Etats-nations. La régionalisation de l’Europe pour des motifs économiques ou de coopération ne doit pas exciter les prétentions d’entités infranationales. Cela ne signifie pas pour autant que l’Europe doit nier l’existence de particularismes locaux. Elle doit en tenir compte, et elle doit le faire par une action combinée des Etats eux-mêmes qui doivent pouvoir avancer sereinement sur le terrain éminemment risqué des libertés locales.

Mais ce qui vient d’être dit a son revers. Aucun Etat européen quel qu’il soit ne peut espérer avoir d’influence, de poids ou de crédit suffisant en faisant « cavalier seul ». Il y a des domaines où l’économie d’échelle peut profiter à tous les Etats, quitte à s’en remettre dans une plus grande mesure aux aspects communautaires et démocratiques de l’Union (moins d’unanimité, plus de Parlement). Le passage de l’échelle étatique (et la concurrence interétatique) à l’échelle européenne (et la coopération entre européens) constitue dans de nombreux domaines une exigence d’efficacité, voire de maintien du statut de l’Europe.

15:47 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : france, europe, identité, modem, bayrou |  Facebook | | |

Commentaires

Ne vaudrait-il pas mieux l'envoyer aussi à la presse...

"Le fédéralisme et l’intégration totale des Etats dans l’Union n’est pareillement qu’une utopie partagée par la seule élite pro européenne, autrement dit une infime minorité de la population européenne." oui mais elle a raison.

De toute façon si le TDL est ratifié c'est quasiment les prémices de la création d'une Europe fédérale, l'UE ne pas rester éperdument un OPNI..

Écrit par : europium | mercredi, 20 mai 2009

@ europium
L'Europe fédérale viendra un jour, mais il faut des étapes intermédiaires. Inutile de chercher à forcer le destin, ce serait contre-productif.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 20 mai 2009

Venant de l'UDF je ne peux qu'être fédéraliste. Dans "la commission fonctionnement de l'UE " il ne devait y avoir que des anciens UDF au vu tout ce que j'ai lu et ce qui y a été débattu.....

Écrit par : europium | mercredi, 20 mai 2009

Peut-etre devrions nous l'afficher, le placarder!! Le programme !! :))

Écrit par : Martine | mercredi, 20 mai 2009

Par ici, par ici, demandez donc le programme ! ;)

Écrit par : Martine | mercredi, 20 mai 2009

La politique en France va bien sûr avoir une très grosse influence sur la constuction de l'Europe.
Il est donc normal de parler de l'Europe et de la France !!
Aurais-je fait une erreur de logique ?

Écrit par : Chui Kalm | jeudi, 21 mai 2009

@ Chui Kalm
Non, vous avez tout à fait raison.

Écrit par : L'hérétique | jeudi, 21 mai 2009

Les commentaires sont fermés.